Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Ukraine : Christophe Euzet « La situation en Ukraine est extrêmement compliquée, inquiétante et délicate »

Article

le

Ukraine : Christophe Euzet « La situation en Ukraine est extrêmement compliquée, inquiétante et délicate »

Alors que la guerre en Ukraine est au cœur de l’actualité depuis une semaine, elle suscite beaucoup de réactions. Voici celle de Christophe Euzet, député de la 7ème circonscription de l’Hérault. Son opinion est partagée par la CFDT et les conseillers départementaux Véronique Calueba et Gabriel Blasco.

Depuis le 24 février dernier, l’armée de Vladimir Poutine foule le sol Ukrainien. Près de 800 000 civils ont fui le pays, tandis que les hommes ukrainiens allient leurs forces pour résister. Cette situation inédite déstabilise la scène internationale, qui est désemparée.

Pour Christophe Euzet, « On vit des heures d’une gravité sans précédent. C’est la première fois, en 75 ans, qu’un État souverain en envahit un autre en Europe. Sans parler du fait qu’il l’attaque et le bombarde sans mobile réel. La tension n’avait pas été aussi forte depuis la crise de Cuba en 1962. Il faut que les Français comprennent que ce n’est pas une péripétie de la campagne électorale, ni une émission de plus sur BFM. L’Ukraine possède une frontière commune avec l’Union européenne. Ça nous interpelle en tant qu’européens, évidemment. Ça nous invite probablement à réfléchir sur ce qu’on est et sur l’avenir qu’on va avoir. Dans l’immédiat, ça nous met dans une situation extrêmement compliquée, inquiétante et délicate. »

« En Russie, le bilan un politique et personnel de Vladimir Poutine est mauvais », affirme Christophe Euzet. Effectivement, alors qu’il est au pouvoir depuis plus de 20 ans, Poutine n’a pas intégré la Russie à la mondialisation. « Son pays sort de la pandémie avec 800 000 morts, poursuit Christophe Euzet. Cette dernière n’a d’ailleurs rien arrangé : Poutine ne sort plus de son palais présidentiel depuis 2 ans et ne prend pas de recul. Au niveau de la richesse, voici une comparaison. Les Espagnols sont 45 millions, les Russes 3 fois plus nombreux. Pourtant, le PIB produit par la Russie est équivalent à celui de l’Espagne. » 

Une solidarité mondiale

 « Le plus aberrant, c’est qu’on est face à un chef d’État dont la perception du monde réel est erronée, s’indigne le député. Il pensait qu’il allait annexer l’Ukraine comme la Hongrie en 1956, que la société internationale tournerait les talons et que les Ukrainiens ne se défendraient pas. Cependant, en voyant la situation s’enrayer, il a placé son appareil militaire de défense nucléaire en alerte. L’Europe sent la menace à ses portes. Par conséquent, elle se mobilise. Désormais, Poutine est dans l’impasse. »

Il a perpétré des assauts militaires qui avaient éveillé la méfiance de la communauté internationale. Son intervention en Géorgie en 2008, sa prise de la Transnistrie qui en a découlé, sa prise de la Crimée (région ukrainienne russophone) en 2014, etc. Depuis 2015, il tentait d’investir deux provinces russophones d’Ukraine. « Il voyait d’un mauvais œil le fait que l’Ukraine se tourne vers l’Europe, on le savait. Mais on ne pensait pas que la situation dégénèrerait de la sorte », regrette Christophe Euzet.  

« Aucun bon scénario ne se dessine à l’horizon »

« Il est possible que dans les jours qui viennent, la Russie finisse par s’emparer de l’Ukraine. Bien que les Ukrainiens se battent avec acharnement, la Russie dispose d’une grosse armée et de la maîtrise du ciel. Et si l’Ukraine tombe, que se passera-t-il ? », questionne le député héraultais.

« Le peuple ukrainien est mobilisé intégralement contre Poutine. La première issue serait une guérilla en Ukraine. La deuxième issue implique un enlisement des combats et une défaite de la Russie. Défaite que Vladimir Poutine ne voudra sûrement pas admettre, ce qui aurait des conséquences dévastatrices. N’oublions pas qu’il est détenteur du premier armement nucléaire mondial et de la deuxième puissance armée. Il est impératif qu’il puisse sortir de ce conflit de la tête haute. En effet, s’il se sent humilié, il pourrait finir par bombarder l’Ukraine. Ça risque aussi de se détériorer avec l’extérieur », déplore le député.

« En résumé, aucun bon scénario ne se dessine à l’horizon, se lamente le député. On peut espérer une cessation des activités militaires, mais Poutine ne semble pas du tout disposé à le faire. Il martèle sa volonté de maintenir les opérations militaires jusqu’à ce que tout le plan soit exécuté. On ne va pas le regarder démolir l’Ukraine. Sinon, la prochaine fois il finira d’envahir la Géorgie, la Moldavie, et pourquoi pas les États Baltes, qui font partie de l’UE et le gênent ? Ainsi, il obtiendrait bouclier de protection. D’un autre côté, il est hors de question, pour le moment, qu’on intervienne en Ukraine. Ce n’est pas un pays de l’OTAN, ni de l’UE. Toute intervention engagerait une guerre contre la Russie. »

La structuration de l’Union Européenne en cours

Malgré la gravité de la situation, il est possible de relativiser. Le député détaille : « À quelque chose malheur est bon. Ce regrettable conflit semble souder l’UE, qui a pris conscience du danger. L’UE est tout de même la première puissance commerciale mondiale, la deuxième puissance spatiale et la deuxième monnaie mondiale. Cette Europe est en train de se structurer à la faveur de cet évènement. C’est la première fois qu’on prend une position commune sur un problème de telle ampleur. Première fois qu’on envoie conjointement et officiellement de l’aide militaire officiellement. Première fois également qu’on parle avec autant de sérieux et de détermination de la défense commune, de trouver l’indépendance énergétique et de retrouver l’indépendance industrielle et alimentaire. »

« Il faut espérer que les sanctions économiques fassent effet, explique Christhophe Euzet. Les sanctions prises contre les dignitaires du régime peuvent aussi se révéler efficaces. Les oligarques russes n’ont pas forcément envie d’avoir le monde à dos, ni d’être privés de leur richesse et privilèges. Il est donc possible que certains d’entre eux se retournent contre Poutine et lui fassent entendre raison. Vladimir Poutine reste toutefois très esseulé et protégé, presque hors d’atteinte. De plus, il ne peut pas perdre la face. Il faut qu’il y trouve quelque chose. Par exemple qu’il réussisse à geler le rapprochement entre l’Ukraine et l’Europe pour le restant de ses jours. Cependant, ça semble compliqué puisque l’Ukraine maintient fermement sa volonté d’adhérer à l’UE. »

« On peut envisager que l’opinion publique russe fasse changer les choses. Les Russes considèrent les Ukrainiens comme leurs voisins, pas comme leurs ennemis héréditaires : ils ont une même appartenance culturelle. Espérons que nous passerons à côté d’une généralisation du conflit. J’ai encore espoir que la diplomatie résolve cette guerre : la voie des armes n’est pas une solution durable », conclut le député.

La CFDT Sète et les conseillers départementaux partagent la même opinion

La CFDT Sète souhaite, « tout mettre en œuvre pour arrêter la guerre ». Elle en appelle aux gouvernements européens, en leur demandant d’offrir l’asile aux réfugiés ukrainiens. Enfin, elle soutient tous ceux qui plaident « pour une solution politique et diplomatique afin d’éviter le conflit » et souligne le courage des manifestants russes qui bravent l’interdiction des autorités et se rassemblent pour dénoncer la guerre.

Quant à Véronique Calueba et Gabriel Blasco, ils se rallient, eux aussi à la cause de l’Ukraine. Ils écrivent : « Déclencher une guerre au mépris absolu des instances multilatérales et du droit international met en péril la sécurité de l’Europe, de l’Ukraine et de la Russie. C’est une grave décision dont les conséquences peuvent être incontrôlables. Il est nécessaire de porter fermement l’offre d’une conférence européenne de coopération et de sécurité collective incluant la Russie, pour parvenir à un règlement politique du conflit sur la base du contenu des Accords de Minsk et des principes de sécurité collective. Nous appelons à mettre en œuvre toutes les initiatives pour la paix ! »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sète

Sète / Place Aristide Briand : les militants s’opposent à la reprise des travaux

Article

le

©BancsPublics

Une quinzaine de militants du Collectif Bancs Publics se sont allongés sur la route afin de bloquer l’accès de la place Aristide Briand à plusieurs camions de chantier.

Le tribunal administratif de Montpellier a levé, ce jeudi 26 janvier 2023, la suspension du permis de construire de la place Aristide Briand. Par conséquent, cela autorise la reprise des travaux et de surcroît l’arrachage des 52 tilleuls de la place.

Et la reprise des travaux n’a pas tardé ! Ce lundi 30 janvier, très tôt ce matin, des militants du Collectif Bancs Publics ont fait face aux premiers camions. Pour protester, les militants se sont allongés à même le bitume pour essayer de barrer l’accès de la place aux camions. Il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre pour donner l’accès aux véhicules sur la place.

Côté judiciaire, où en est la procédure aujourd’hui ? Après deux jugements défavorables devant le tribunal administratif de Montpellier et l’accord donnée par le Préfet de l’Hérault pour arracher les arbres de la place Aristide Briand, le Collectif a saisi le Conseil d’État pour faire annuler ces décisions.

Malheureusement les militants le savent, cela va prendre quelques mois et les arbres ne seront peut-être plus là comme l’écrit le Collectif Bancs Publics sur ses réseaux sociaux.

Lire Plus

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Les + Lus