Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Ukraine : Christophe Euzet « La situation en Ukraine est extrêmement compliquée, inquiétante et délicate »

Article

le

Ukraine : Christophe Euzet « La situation en Ukraine est extrêmement compliquée, inquiétante et délicate »

Alors que la guerre en Ukraine est au cœur de l’actualité depuis une semaine, elle suscite beaucoup de réactions. Voici celle de Christophe Euzet, député de la 7ème circonscription de l’Hérault. Son opinion est partagée par la CFDT et les conseillers départementaux Véronique Calueba et Gabriel Blasco.

Depuis le 24 février dernier, l’armée de Vladimir Poutine foule le sol Ukrainien. Près de 800 000 civils ont fui le pays, tandis que les hommes ukrainiens allient leurs forces pour résister. Cette situation inédite déstabilise la scène internationale, qui est désemparée.

Pour Christophe Euzet, « On vit des heures d’une gravité sans précédent. C’est la première fois, en 75 ans, qu’un État souverain en envahit un autre en Europe. Sans parler du fait qu’il l’attaque et le bombarde sans mobile réel. La tension n’avait pas été aussi forte depuis la crise de Cuba en 1962. Il faut que les Français comprennent que ce n’est pas une péripétie de la campagne électorale, ni une émission de plus sur BFM. L’Ukraine possède une frontière commune avec l’Union européenne. Ça nous interpelle en tant qu’européens, évidemment. Ça nous invite probablement à réfléchir sur ce qu’on est et sur l’avenir qu’on va avoir. Dans l’immédiat, ça nous met dans une situation extrêmement compliquée, inquiétante et délicate. »

« En Russie, le bilan un politique et personnel de Vladimir Poutine est mauvais », affirme Christophe Euzet. Effectivement, alors qu’il est au pouvoir depuis plus de 20 ans, Poutine n’a pas intégré la Russie à la mondialisation. « Son pays sort de la pandémie avec 800 000 morts, poursuit Christophe Euzet. Cette dernière n’a d’ailleurs rien arrangé : Poutine ne sort plus de son palais présidentiel depuis 2 ans et ne prend pas de recul. Au niveau de la richesse, voici une comparaison. Les Espagnols sont 45 millions, les Russes 3 fois plus nombreux. Pourtant, le PIB produit par la Russie est équivalent à celui de l’Espagne. » 

Une solidarité mondiale

 « Le plus aberrant, c’est qu’on est face à un chef d’État dont la perception du monde réel est erronée, s’indigne le député. Il pensait qu’il allait annexer l’Ukraine comme la Hongrie en 1956, que la société internationale tournerait les talons et que les Ukrainiens ne se défendraient pas. Cependant, en voyant la situation s’enrayer, il a placé son appareil militaire de défense nucléaire en alerte. L’Europe sent la menace à ses portes. Par conséquent, elle se mobilise. Désormais, Poutine est dans l’impasse. »

Il a perpétré des assauts militaires qui avaient éveillé la méfiance de la communauté internationale. Son intervention en Géorgie en 2008, sa prise de la Transnistrie qui en a découlé, sa prise de la Crimée (région ukrainienne russophone) en 2014, etc. Depuis 2015, il tentait d’investir deux provinces russophones d’Ukraine. « Il voyait d’un mauvais œil le fait que l’Ukraine se tourne vers l’Europe, on le savait. Mais on ne pensait pas que la situation dégénèrerait de la sorte », regrette Christophe Euzet.  

« Aucun bon scénario ne se dessine à l’horizon »

« Il est possible que dans les jours qui viennent, la Russie finisse par s’emparer de l’Ukraine. Bien que les Ukrainiens se battent avec acharnement, la Russie dispose d’une grosse armée et de la maîtrise du ciel. Et si l’Ukraine tombe, que se passera-t-il ? », questionne le député héraultais.

« Le peuple ukrainien est mobilisé intégralement contre Poutine. La première issue serait une guérilla en Ukraine. La deuxième issue implique un enlisement des combats et une défaite de la Russie. Défaite que Vladimir Poutine ne voudra sûrement pas admettre, ce qui aurait des conséquences dévastatrices. N’oublions pas qu’il est détenteur du premier armement nucléaire mondial et de la deuxième puissance armée. Il est impératif qu’il puisse sortir de ce conflit de la tête haute. En effet, s’il se sent humilié, il pourrait finir par bombarder l’Ukraine. Ça risque aussi de se détériorer avec l’extérieur », déplore le député.

« En résumé, aucun bon scénario ne se dessine à l’horizon, se lamente le député. On peut espérer une cessation des activités militaires, mais Poutine ne semble pas du tout disposé à le faire. Il martèle sa volonté de maintenir les opérations militaires jusqu’à ce que tout le plan soit exécuté. On ne va pas le regarder démolir l’Ukraine. Sinon, la prochaine fois il finira d’envahir la Géorgie, la Moldavie, et pourquoi pas les États Baltes, qui font partie de l’UE et le gênent ? Ainsi, il obtiendrait bouclier de protection. D’un autre côté, il est hors de question, pour le moment, qu’on intervienne en Ukraine. Ce n’est pas un pays de l’OTAN, ni de l’UE. Toute intervention engagerait une guerre contre la Russie. »

La structuration de l’Union Européenne en cours

Malgré la gravité de la situation, il est possible de relativiser. Le député détaille : « À quelque chose malheur est bon. Ce regrettable conflit semble souder l’UE, qui a pris conscience du danger. L’UE est tout de même la première puissance commerciale mondiale, la deuxième puissance spatiale et la deuxième monnaie mondiale. Cette Europe est en train de se structurer à la faveur de cet évènement. C’est la première fois qu’on prend une position commune sur un problème de telle ampleur. Première fois qu’on envoie conjointement et officiellement de l’aide militaire officiellement. Première fois également qu’on parle avec autant de sérieux et de détermination de la défense commune, de trouver l’indépendance énergétique et de retrouver l’indépendance industrielle et alimentaire. »

« Il faut espérer que les sanctions économiques fassent effet, explique Christhophe Euzet. Les sanctions prises contre les dignitaires du régime peuvent aussi se révéler efficaces. Les oligarques russes n’ont pas forcément envie d’avoir le monde à dos, ni d’être privés de leur richesse et privilèges. Il est donc possible que certains d’entre eux se retournent contre Poutine et lui fassent entendre raison. Vladimir Poutine reste toutefois très esseulé et protégé, presque hors d’atteinte. De plus, il ne peut pas perdre la face. Il faut qu’il y trouve quelque chose. Par exemple qu’il réussisse à geler le rapprochement entre l’Ukraine et l’Europe pour le restant de ses jours. Cependant, ça semble compliqué puisque l’Ukraine maintient fermement sa volonté d’adhérer à l’UE. »

« On peut envisager que l’opinion publique russe fasse changer les choses. Les Russes considèrent les Ukrainiens comme leurs voisins, pas comme leurs ennemis héréditaires : ils ont une même appartenance culturelle. Espérons que nous passerons à côté d’une généralisation du conflit. J’ai encore espoir que la diplomatie résolve cette guerre : la voie des armes n’est pas une solution durable », conclut le député.

La CFDT Sète et les conseillers départementaux partagent la même opinion

La CFDT Sète souhaite, « tout mettre en œuvre pour arrêter la guerre ». Elle en appelle aux gouvernements européens, en leur demandant d’offrir l’asile aux réfugiés ukrainiens. Enfin, elle soutient tous ceux qui plaident « pour une solution politique et diplomatique afin d’éviter le conflit » et souligne le courage des manifestants russes qui bravent l’interdiction des autorités et se rassemblent pour dénoncer la guerre.

Quant à Véronique Calueba et Gabriel Blasco, ils se rallient, eux aussi à la cause de l’Ukraine. Ils écrivent : « Déclencher une guerre au mépris absolu des instances multilatérales et du droit international met en péril la sécurité de l’Europe, de l’Ukraine et de la Russie. C’est une grave décision dont les conséquences peuvent être incontrôlables. Il est nécessaire de porter fermement l’offre d’une conférence européenne de coopération et de sécurité collective incluant la Russie, pour parvenir à un règlement politique du conflit sur la base du contenu des Accords de Minsk et des principes de sécurité collective. Nous appelons à mettre en œuvre toutes les initiatives pour la paix ! »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

Une visite médicale obligatoire tous les 15 ans pour conserver son permis de conduire

Article

le

Permis de Conduire : bientôt une visite médicale obligatoire pour conserver son permis

Les États membres de l’Union européenne vont prochainement s’exprimer sur un projet de loi qui vise à instaurer une visite médicale pour délivrer ou renouveler le permis de conduire.

Un projet de loi débattu prochainement au Parlement européen pourrait changer les règles pour les automobilistes européens. Il prévoit une visite médicale obligatoire tous les quinze ans pour conserver son permis de conduire. Cette mesure, soutenue par la commission des Transports de l’instance européenne, vise à réduire de moitié le nombre de décès sur les routes d’ici 2030, dans une perspective ultime d’atteindre zéro mort d’ici 2050.

L’examen médical comprendrait un contrôle de la vue, tandis que les autres tests requis seraient définis par chaque État membre. Bien que cette proposition suscite des débats, elle s’inspire de pratiques déjà en vigueur dans certains pays européens, où des contrôles médicaux sont effectués à des intervalles réguliers pour les conducteurs âgés.

Si cette mesure est adoptée, elle ne serait pas mise en œuvre avant 2027. Son objectif principal est de garantir que les conducteurs restent aptes à conduire tout au long de leur vie, contribuant ainsi à la sécurité routière et à la réduction du nombre de victimes sur les routes de l’Union européenne.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Économie

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d’euros selon UE

Article

le

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d'euros selon UE

La firme américaine sur le point d’être sanctionnée pour favoritisme envers ses services au détriment de ses concurrents.

Selon une information relayée par le Financial Times, la Commission européenne serait sur le point de prononcer une amende historique à l’encontre d’Apple, atteignant la somme colossale de 500 millions d’euros. Cette sanction serait la première du genre pour le géant américain, lequel est accusé d’avoir violé la législation européenne en matière d’accès aux services de streaming musical.

Les accusations portées contre Apple découlent d’une plainte déposée par Spotify en 2019, soulignant des pratiques anticoncurrentielles. La société suédoise de streaming musical avait dénoncé le comportement de la firme américaine, propriétaire de l’App Store, pour avoir imposé une commission de 30 % aux services de streaming commercialisant leurs offres payantes via sa plateforme. Cette stratégie aurait eu pour effet de favoriser les services d’Apple au détriment de ses concurrents, en rendant les abonnements à ces derniers plus onéreux pour les utilisateurs.

Bien que jamais condamnée à une amende pour infraction à la législation antitrust par Bruxelles jusqu’à présent, Apple a déjà été sanctionnée par la France en 2020 pour comportement anticoncurrentiel, une amende qui a ensuite été réduite en appel. En janvier de cette année, Apple avait annoncé des ajustements au sein de ses logiciels mobiles et de l’App Store pour se conformer aux exigences de l’UE, mais ces mesures ont été critiquées par Spotify comme étant insuffisantes.

Ces développements soulignent les tensions croissantes entre les grandes entreprises technologiques et les autorités de régulation, mettant en lumière les enjeux liés à la concurrence dans le secteur numérique. La décision finale de la Commission européenne devrait être annoncée en mars, et elle pourrait avoir des répercussions significatives sur la façon dont les plateformes numériques sont réglementées à l’avenir.

Lire Plus

Europe

Ukraine : La France annonce « jusqu’à 3 milliards d’euros » d’aide militaire supplémentaire

Article

le

Ukraine : La France annonce "jusqu'à 3 milliards d'euros" d'aide militaire supplémentaire

Paris et Kyiv ont conclu un accord qui prévoit jusqu’à trois milliards d’euros d’aide militaire en 2024.

Ce vendredi 16 février, lors d’une rencontre à Paris entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue français, un accord majeur a été conclu, plaçant l’accent sur la coopération en matière de sécurité. Au cœur de cet accord réside l’engagement de la France à fournir jusqu’à trois milliards d’euros d’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine pour l’année 2024.

Lors de cette rencontre historique, le président français a réaffirmé l’engagement de long terme de la France envers l’Ukraine. « Je voudrais redire que la France continuera à soutenir l’Ukraine dans la durée. C’est l’objectif de l’accord décennal que nous avons signé, et qui restera valable jusqu’à ce que l’Ukraine rejoigne l’OTAN », a souligné le président de la République.

De son côté, Volodymyr Zelensky a exprimé sa gratitude envers la France pour ce soutien crucial. Il voit dans cet engagement financier un rempart contre les pressions exercées par Vladimir Poutine sur les forces ukrainiennes.

Cette annonce intervient dans un contexte où l’Ukraine cherche à renforcer ses alliances et à garantir son soutien international face aux défis sécuritaires posés par la Russie. Il est également à noter que Kyiv a signé un accord similaire avec Berlin, démontrant ainsi une mobilisation internationale en faveur de la sécurité et de la stabilité dans la région.

Lire Plus

Les + Lus