Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Présidentielle : tous contre Macron pour qui « rien n’est écrit »

Article

le

presidentielle:-tous-contre-macron-pour-qui-« rien-n’est-ecrit »

Maintenant qu’Emmanuel Macron est candidat, ses adversaires à la présidentielle recherchent vendredi la parade face à un « président de crise » au plus haut dans les sondages mais qui joue sur la prudence en soulignant que « rien n’est écrit ».

A 37 jours du premier tour, l’horizon de cette campagne qui sera express s’est éclairci et les prétendants à l’Elysée tentent de se positionner comme celui ou celle qui sera seul capable de battre M. Macron au second tour, dénonçant le bilan de son quinquennat.

Mais la tâche n’est pas aisée.

S’en prendre à la légitimité d’un président en pleine guerre sur le continent européen limite la marge de manoeuvre des candidats. D’autant qu’il bénéficie de sa stature de chef de l’Etat ayant eu à gérer, avec succès selon les sondeurs, deux autres crises, les « gilets jaunes » et la pandémie de Covid. 

Pour le président, l’un des défis est de ne pas crier victoire trop tôt ou de faire les frais d’une démobilisation des Français alors que la crainte d’une abstention record en avril persiste.

« La situation est hyper instable avec le contexte. On va subir un agenda qui va tout écraser. On ne veut pas dire que l’élection est faite. Mais il n’a pas besoin d’en faire trop », confie un ministre.

« Rien n’est écrit », a affirmé pour sa part le président dans sa première vidéo comme candidat, en assurant qu’il allait « convaincre, proposer, être attaqué et répondre à la controverse » durant la campagne malgré l’impact de la guerre en Ukraine.

Pour lui, l’élection des 10 et 24 avril n’est « pas du tout pliée » et s’annonce même « aussi intimidante » que celle de 2017, lorsqu’il avait été élu à 39 ans sans jamais avoir exercé de mandat.

M. Macron entre en campagne porté par un bond dans les sondages réalisés avant l’annonce de sa candidature. Il grimpe dans les intentions de vote en 15 jours, pour atteindre 28-29% au premier tour de la présidentielle, loin devant Marine Le Pen (RN) à 16-17%, Valérie Pécresse (LR) et Eric Zemmour (Reconquête!).  

« Référendum »

L’opposition fustige une entrée en campagne tardive et réclame de débattre.

Valérie Pécresse a ainsi réclamé vendredi un débat télévisé « absolument nécessaire ». Selon elle, le président sortant « ne peut pas aujourd’hui se mettre au-dessus du peuple et ne pas venir dans l’arène pour débattre ».

Le patron LR de la région Auvergne Rhône Alpes, Laurent Wauquiez, a  dénoncé devant des élus locaux un président « à la fois monarchique et dictateur » avant de retirer ses propos.

Pour le président par intérim du Rassemblement national Jordan Bardella, la présidentielle « revêt un enjeu de civilisation et prend la forme d’un référendum à la question extrêmement simple +pour ou contre Macron+ ».

De son côté, le candidat d’extrême droite Eric Zemmour, chahuté par une quinzaine de personnes criant « Zemmour collabo » lors de son passage au salon de l’Agriculture, a déploré que la guerre en Ukraine « détourne l’attention des sujets majeurs pour la France dans les cinq ans qui viennent ». 

M. Zemmour a été par ailleurs condamné vendredi pour « contrefaçon de droits d’auteur » après l’utilisation non autorisée d’images de films dans son clip d’annonce de candidature, une décision dont il va faire appel.

Et plusieurs comptes Twitter liés à sa campagne, ainsi qu’à celle de Marine Le Pen, ont été suspendus pendant une heure environ vendredi, un porte-parole du réseau social évoquant « une erreur ».

Rififi chez les Verts

Pendant ce temps, chez les Verts, les dissensions éclatent au grand jour avec l’exclusion de la finaliste de la primaire écologiste Sandrine Rousseau de l’équipe de campagne de Yannick Jadot pour des propos au vitriol sur sa stratégie. 

Pour M. Jadot, « c’est une forme de clarification après des semaines et des semaines de parasitage ».

Selon la moyenne des sondages, le candidat écologiste, dont la campagne patine, est crédité d’environ 5% des intentions de vote.

Le suspense est en revanche pratiquement levé dans la course aux parrainages d’élus nécessaires pour se présenter.

Les prétendants à l’Elysée avaient jusqu’à vendredi 18H00 pour transmettre leurs signatures au Conseil constitutionnel. Et ce dernier annoncera lundi la liste définitive des candidats qui seront en lice le 10 avril lors du premier tour.

Les derniers doutes concernent le candidat d’extrême gauche Philippe Poutou (NPA), qui assure avoir obtenu les 500 parrainages. Il en dispose 439 au dernier décompte publié jeudi. 

« Ce n’est pas encore officiel, mais on a arraché cette place », a-t-il déclaré à l’AFP. Si M. Poutou obtenait les 500 signatures, il y aurait 12 candidats sur la ligne de départ, comme en 2017.

France

Ecole, retraites, binationaux : « Nous sommes prêts » à gouverner, assure Jordan Bardella

Article

le

Ecole, retraites, binationaux : "Nous sommes prêts" à gouverner, assure Jordan Bardella

Jordan Bardella affirme la capacité du RN à gouverner, tandis que Gabriel Attal tente de relancer le camp présidentiel à la peine à six jours du premier tour.

À six jours du premier tour des élections législatives, Jordan Bardella a affirmé lundi la capacité du Rassemblement National (RN) à gouverner. Lors d’une conférence de presse, il a tenté de dissiper les doutes sur son programme et son aptitude à diriger, particulièrement après une semaine de flottement au sein du camp lepéniste.

Sur les retraites, Bardella a réitéré son intention de privilégier les carrières longues dès l’automne : « les Français qui ont commencé à travailler avant 20 ans et qui justifient de quarante annuités pourront partir à la retraite dès 60 ans ». En matière d’éducation, il a annoncé un « big bang de l’autorité » avec l’interdiction des téléphones portables dans les collèges et lycées, le vouvoiement des enseignants, et l’expérimentation de l’uniforme à l’école primaire et au collège.

Devant Marine Le Pen et Eric Ciotti, avec qui il a formé une alliance, Bardella a confirmé que les postes les plus stratégiques de l’État seraient réservés aux citoyens français n’ayant qu’une seule nationalité, excluant ainsi les binationaux. Il a également assuré qu’il serait vigilant face aux tentatives d’ingérence de la Russie s’il accédait au pouvoir.

Crédité d’environ 35 % d’intentions de vote au premier tour et d’une majorité relative à absolue dans l’hémicycle le 7 juillet, selon plusieurs instituts de sondages, le RN est la cible de ses adversaires, notamment le Nouveau Front Populaire (27 % à 29,5 %) et le camp présidentiel (environ 20 %). Jean-Luc Mélenchon a critiqué le RN, l’accusant de créer une atmosphère de peur parmi les « métissés, les racisés », en référence aux stigmatisations après les émeutes suivant la mort du jeune Nahel.

Gabriel Attal, en campagne à Dijon, a saisi l’occasion pour inviter Jean-Luc Mélenchon à débattre sur TF1 avec Bardella et lui-même, plutôt que d’envoyer le porte-parole de LFI, Manuel Bompard. Bardella a soutenu cette invitation, rappelant que la chaîne avait invité les candidats au poste de Premier ministre.

Jean-Luc Mélenchon a répondu en affirmant que le prochain Premier ministre serait proposé par le groupe parlementaire le plus nombreux après les élections, critiquant la nomination d’Attal par « faveur du prince ». Les chefs des formations du Nouveau Front Populaire ont prévu de se partager les différents débats télévisés du premier et second tour.

Laurent Berger, ancien secrétaire général de la CFDT, a déclaré dans Le Monde que la priorité était d’éviter le RN, ajoutant que le choix du Premier ministre n’était pas sa principale préoccupation. De son côté, Gabriel Attal a affirmé que le RN n’était pas prêt à gouverner, insistant sur le fait que le RN est un parti d’opposition et non de gouvernement.

Emmanuel Macron a indirectement répondu aux critiques en assurant avoir conscience que beaucoup dans la majorité lui en veulent, mais exprimant sa confiance dans les électeurs. « Ce sera la responsabilité des Français » le soir du deuxième tour, a-t-il ajouté.

Lire Plus

France

Législatives 2024 : plus d’un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

Article

le

Législatives 2024 : plus d'un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

À quelques jours du premier tour des législatives anticipées, plus d’un million de procurations ont été enregistrées, dépassant ainsi le chiffre du premier tour des législatives de 2022.

Les électeurs se mobilisent en masse pour les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. Plus d’un million de procurations ont déjà été enregistrées, un chiffre supérieur à celui du premier tour des législatives de 2022, a annoncé le ministère de l’Intérieur vendredi 21 juin. Entre le 10 et le 20 juin, 1 055 067 procurations ont été comptabilisées, contre 1 021 350 pour la même période il y a deux ans.

Cette année, le second tour des législatives se déroulera le premier week-end des vacances scolaires, une différence notable par rapport à 2022, où le scrutin avait eu lieu en juin. Le ministère a souligné qu’il y a eu « 6,2 fois plus de procurations » enregistrées entre J-20 et J-10 avant le scrutin, comparé à la même période en 2022.

La dissolution inattendue de l’Assemblée nationale a provoqué la tenue de ces élections anticipées, ce qui contraste avec les élections de 2022, dont les dates étaient connues longtemps à l’avance, permettant aux électeurs de planifier leurs procurations sur une période plus longue.

Les législatives de 2022 s’étaient tenues les 12 et 19 juin, alors que cette année, le second tour coïncide avec le début des vacances scolaires, poussant probablement les électeurs à recourir davantage aux procurations pour s’assurer de pouvoir voter malgré les déplacements estivaux.

Cette augmentation du nombre de procurations témoigne d’une volonté forte des électeurs de participer au processus démocratique, malgré les contraintes et les circonstances exceptionnelles de cette année.

Lire Plus

France

Serge Klarsfeld prêt à voter RN, une déclaration qui choque ses pairs et les survivants de la Shoah

Article

le

Serge Klarsfeld prêt à voter RN, une déclaration qui choque ses pairs et les survivants de la Shoah

Le militant de la mémoire de la Shoah, surnommé « le chasseur de nazis », a indiqué être prêt à voter pour le RN, suscitant la colère de ses pairs et des survivants de camps de concentration.

Une déclaration qui a surpris et choqué. Serge Klarsfeld, militant de la mémoire de la Shoah, membre de la Fédération des fils et filles de déportés juifs de France, a déclaré samedi 15 juin, sur LCI, qu’il n’aurait « pas d’hésitation » à voter pour le RN. Le parti d’extrême droite a, selon lui, « fait sa mue », quand LFI a fait le chemin inverse, développant « des relents antisémites et un violent antisionisme ».


Les propos de Serge Klarsfeld, que l’on surnomme « le chasseur de nazis », ont choqué ses pairs ainsi que les survivants des camps de concentration et leurs proches. Il a tenté de dissiper le malaise en assurant, auprès du Parisien lundi, qu’il « voterait comme d’habitude pour le parti centriste » dans le VIIIe arrondissement de Paris, car la balance RN/LFI n’y est pas présente. Ce qui n’est pas le cas dans de nombreux bureaux de vote. « La plupart des Français n’auront pas ce privilège et seront confrontés à des duels entre le Nouveau Front populaire et le Rassemblement national. Et il n’y a pas photo : le RN soutient les Juifs et Israël, l’extrême gauche est redevenue antisémite », a-t-il alors martelé.

Selon Laurent Joly, auteur du livre La Rafle du Vél d’Hiv : Paris, juillet 1942, Serge Klarsfeld commet une « lourde erreur » et il préfère « se souvenir du combat de toute une vie de Klarsfeld, que cet égarement ne saurait entacher », a-t-il déclaré auprès du Parisien.

« Il a fait un beau cadeau à la fille Le Pen. C’est lamentable », a de son côté réagi une survivante des camps de concentration auprès du quotidien francilien. « C’est une insulte aux morts de la Shoah », a pour sa part commenté Gilette, 79 ans, une femme de confession juive, née en 1944. Shimon, qui vit dans un quartier cosmopolite et multiconfessionnel de Créteil, est aussi fermement opposé à l’avis de Serge Klarsfeld : « Élire le RN, c’est le meilleur moyen d’attiser des tensions qui n’existent pas ici. »

Lire Plus

Les + Lus