Nous rejoindre sur les réseaux

Sète

Marche des Libertés: 500 personnes dans les rues de Sète contre la proposition de loi « Sécurité globale »

Article

le

Laura Seguin

Beaucoup de monde hier dans les rues de Sète pour l’une des 70 «  Marches pour les libertés » organisée ce 28 novembre. À noter la présence à cette marche des élus d’oppositions, Laura Seguin, Laurent Herce ou encore Véronique Calueba en déplacement mais présente à une marche sur Perpignan pour cette troisième  journée d’appel à mobilisation contre la loi « Sécurité globale ». Un nom volontairement fédérateur pour dénoncer un texte qui inquiète.

Les mesures sécuritaires qui y figurent font débat, notamment celles qui prévoient l’encadrement de la diffusion d’images des policiers et gendarmes, précisées dans l’article 24 adopté le 20 novembre dernier à l’Assemblée Nationale.

Et les derniers événements de la semaine ne les rassurent pas. Lundi 23 novembre, l’évacuation policière musclée de migrants installés place de la République à Paris a choqué, un journaliste y a été frappé également. Puis, le 26 novembre, quatre policiers se sont déchaînés sur un producteur de musique dans le XVIIème arrondissement.

Pour ces affaires seules les images ont pu témoigner des faits.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Sète

Sète : Une pétition demande l’ouverture des séances du Conseil municipal

Article

le

Sète : Une pétition demande l'ouverture des séances du Conseil municipal
©villedeSète

La Ligue des Droits de l’Homme et le Collectif Bancs publics de Sète unissent leurs voix pour demander plus de transparence dans les délibérations municipales.

La Ligue des Droits de l’Homme et le Collectif Bancs publics de Sète ont lancé conjointement une pétition en ligne pour exiger que les séances du Conseil municipal de Sète soient à nouveau ouvertes au public.

En janvier 2024, cela fera quatre ans que la majorité municipale empêche le public de participer aux séances du Conseil municipal de Sète. Ces réunions sont actuellement réservées à quelques journalistes qui n’entravent pas le bon déroulement des affaires municipales, ainsi qu’à quelques proches et amis du maire de la ville de Sète.

Dans leur pétition en ligne, les deux organisations écrivent : « Le 30 septembre 2023, notre ville célébrera le 350e anniversaire de l’arrêt du Conseil du Roi Louis XIV qui lui a donné naissance. La monarchie en France a été abolie, mais les séances du Conseil municipal de Sète se tiennent toujours à huis clos, depuis que la crise du COVID a imposé la ‘distanciation’, cela fait trois ans ! Depuis lors, et contrairement à la loi, le public est contraint de suivre les débats derrière un écran. C’est inadmissible ! Pour un avenir meilleur dans une démocratie que la mairie veut ouverte et apaisée, nous demandons que les séances du conseil municipal de Sète soient accessibles au public et tenues dans une salle suffisamment grande pour accueillir tous les membres du Conseil ainsi que toutes les personnes qui souhaiteront assister à ses débats. »

Il est à espérer que cet appel à la démocratie soit entendu par une majorité municipale qui suscite encore des interrogations quant à sa gestion opaque vis-à-vis de ses administrés.

Voir la pétition > ICI

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Culture

Événement à Sète : Les racines italiennes de la ville célébrées pour son 350e anniversaire

Article

le

Événement à Sète : Les racines italiennes de la ville célébrées pour son 350e anniversaire

L’Association Internationale « Mes Ancêtres sont de Borgo di Gaeta » organise un rassemblement les 16 et 17 septembre pour célébrer l’histoire partagée entre Sète et Gaëta.

Alors que la ville de Sète s’apprête à souffler ses 350 bougies, un événement d’envergure vient enrichir les célébrations. L’Association Internationale « Mes Ancêtres sont de Borgo di Gaeta » annonce la tenue d’un rassemblement les 16 et 17 septembre. Fondée pour préserver l’héritage des familles originaires de Borgo di Gaeta, nombreuses à avoir immigré à Sète à la fin du 19ème siècle, cette association espère raviver la flamme du passé en rassemblant les descendants de ces pionniers italiens.

Claude-France Léon, la fondatrice de l’association, fera exceptionnellement le déplacement depuis Montréal pour présenter les arbres généalogiques de trois familles sétoises. Cette conférence gratuite, ouverte à toutes les familles sétoises ayant des racines à Borgo di Gaeta, aura lieu sur le chalutier-musée Louis Nocca, une métaphore flottante des liens qui unissent les deux villes.

À l’issue de cette conférence, un déjeuner traditionnel « tielle » sera servi à bord, permettant aux participants de savourer une spécialité culinaire importée à Sète par leurs ancêtres. Ce sera également l’occasion de réflexions et de débats sur la généalogie avec d’autres membres de l’association. Le rassemblement, auquel ont répondu présents certains venus d’Amérique du Nord et d’Europe, comprendra aussi des visites de quartiers ancestraux et des cimetières, un dîner au restaurant Monte Cristo pour découvrir la cuisine sétoise largement influencée par les origines italiennes, ainsi qu’une visite de la conserverie AZAIS-POLITO.

La cerise sur le gâteau de ce week-end chargé en émotions et en découvertes sera la succulente macaronade servie à la Brasserie Victor Hugo. Claude-France Léon annonce également la création d’une antenne française de l’association à Sète, facilitant ainsi le lien entre les familles désireuses d’en apprendre davantage sur leur histoire familiale.

Ce rassemblement, vu comme « une véritable cousinade géante » par les organisateurs, souligne l’importance de maintenir des liens solides entre Sète et ses villes jumelles, en particulier Frontignan, représentée par Rosemonde Anzalone, présidente du Jumelage Frontignan-Gaeta. Celle-ci a répondu à l’invitation de Claude-France Léon, marquant un pas de plus dans le renforcement des liens ancestraux entre ces villes méditerranéennes.

L’Association Internationale « Mes Ancêtres sont de Borgo di Gaeta » a vu le jour en 2003 à Montréal. Avec plus de 1200 familles connectées à ce jour, l’association, basée sur le volontariat et spécialisée dans la recherche généalogique, continue de faire des progrès significatifs en préservant la riche culture et l’histoire des familles de Borgo di Gaeta.

Claude-France Léon, enthousiasmée, conclut : « Nous sommes impatients d’accueillir les nombreux participants à ce premier rassemblement à Sète, qui ouvre la voie à de futurs événements tout aussi mémorables.»

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Sète

Thau : 75% de mortalité sur les huîtres, le député RN lance un appel à l’action

Article

le

Thau : 75% de mortalité sur les huîtres, le député RN lance un appel à l'action
©AurélienLopezLigurori

Le député Aurélien Lopez-Liguori alerte sur la grave mortalité des huîtres adultes dans l’étang de Thau, attribuée au vibrio aesturianus. Il demande une recherche approfondie, un débat sur l’emplacement des tables conchylicoles et un dédommagement plus équitable pour les conchyliculteurs.

L’été 2023 a été marqué par une hécatombe parmi les huîtres adultes de l’étang de Thau, avec une mortalité estimée à 75% pour les huîtres de taille marchande. Cette tragédie est imputée au pathogène vibrio aesturianus, une menace dont les origines et les causes demeurent encore obscures.

Face à cette situation critique, Aurélien Lopez-Liguori, député de la 7e circonscription de l’Hérault, membre du Rassemblement National, a lancé un appel à l’action. Il tire la sonnette d’alarme sur les épisodes récurrents de maladies touchant les huîtres de l’étang de Thau, une activité conchylicole qui subit régulièrement des interdictions de vente.

Le député rappelle notamment l’épisode du norovirus qui, l’hiver dernier, avait privé les conchyliculteurs de leurs ventes les plus lucratives pour le Nouvel An 2023. La situation ne s’est guère améliorée cet été, avec des pertes massives d’huîtres adultes, sans précédent dans l’histoire de la région.

Aurélien Lopez-Liguori, sollicité par le Comité Régional Conchylicole de Méditerranée, se fait le porte-parole des acteurs locaux en formulant des demandes pressantes aux institutions publiques :

Il enjoint les services de l’État à saisir l’Ifremer pour approfondir la recherche scientifique sur vibrio aesturianus. Une meilleure compréhension des conditions favorables au développement de cette bactérie est cruciale pour faire face à cette menace et adapter les pratiques d’élevage en conséquence. Le député demande également au préfet de la région d’organiser un débat sur l’emplacement des tables conchylicoles. Étant donné la vulnérabilité des huîtres, des mesures pourraient être prises pour les placer dans des zones de l’étang où elles seraient moins exposées aux maladies.

Aurélien Lopez-Liguori insiste également sur la nécessité d’une indemnisation équitable pour les conchyliculteurs. Trop souvent, ces derniers se trouvent dans l’obligation de payer les conséquences financières des arrêtés préfectoraux interdisant la vente de leurs produits, alors qu’ils ne sont pas responsables de la contamination de l’eau.

La conchyliculture a profondément marqué l’identité, le paysage et l’économie des communes riveraines de l’étang de Thau. Le député plaide pour la préservation de cette activité essentielle à la région.

Lire Plus

Les + Lus