Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Politique: Dernière rencontre avant 2022 entre un Macron pugnace et des maires mécontents

Article

le

derniere-rencontre-avant-2022-entre-un-macron-pugnace-et-des-maires-mecontents

Face à des milliers de maires qui l’attendaient au tournant, Emmanuel Macron a défendu jeudi son bilan avec pugnacité, recueillant un accueil plus positif que par le passé malgré le réquisitoire des dirigeants de l’Association des maires de France.

D’entrée, le chef de l’Etat a pris le taureau par les cornes, en évoquant les crispations avec les maires qui ont marqué son quinquennat. « Il se peut qu’il y ait eu des malentendus au début, il se peut qu’il y ait eu des préjugés », a-t-il lancé lors d’un discours clôturant le congrès de l’AMF à Paris, un euphémisme qui a déclenché quelques rires et détendu l’atmosphère.

« J’assume de ne pas avoir été maire », a-t-il ajouté, répondant à un reproche récurrent. Avant de lancer en souriant : « Mais je ne suis par le seul président », « il se peut que le Général de Gaulle ait eu le même défaut ».

Avant son intervention, le nouveau président de l’AMF, le maire LR de Cannes David Lisnard, avait énuméré les points de désaccord dans un discours de près de deux heures.

Il a reproché au chef de l’Etat « l’extrême-centralisation » de ses décisions. « Combien de préfets -je me suis laissé dire parfois même des ministres- ont découvert les décisions en même temps que nous », a-t-il ironisé. Appelant à « un nouveau souffle de décentralisation », il a déroulé, sous les rires – y compris du président – le long catalogue des acronymes des lois et plans qui encadre les décisions locales.

Plus critique encore, le premier vice-président de l’AMF, le PS André Laignel, a lu une résolution sans concession du nouveau bureau. « Dialogue, négociation, confiance : est-ce trop demander ? Et pourtant c’est ce que nous n’avons pas pu avoir ces quatre dernières années ». « Espérons que la future mandature qui s’ouvrira en 2022 le permettra enfin. »

Attentif à renouer le dialogue à cinq mois de la présidentielle, le chef de l’Etat a pris soin, comme il l’avait fait la veille en recevant un millier de maires à l’Elysée devant un plantureux buffet, de louer leur action durant la crise sanitaire.

Il a rappelé ses heures de questions-réponses avec des maires durant le grand débat lors de la crise des « gilets jaunes ».

M. Macron a ensuite défendu ses choix, de la suppression de la taxe d’habitation aux actions en faveur des « coeurs de ville », assurant avoir préservé les ressources des communes, l’un de ses points de friction avec les dirigeants de l’AMF.

Débats « mortifères »

« La taxe d’habitation était un impôt pour les classes moyennes, mauvais pour les petites villes, injuste », a-t-il plaidé, quand David Lisnard a dénoncé sa suppression comme « la dernière étape de la déstabilisation totale de notre système de fiscalité locale ».

« Il faut avoir de la cohérence, si on appelle au respect et à la civilité il faut aller jusqu’au bout », s’est agacé le chef de l’Etat alors qu’un sifflet venait d’interrompre son discours, réminiscence des quolibets essuyés lors de son premier congrès de l’AMF en 2017.

M. Macron a aussi appelé à éviter les débats « mortifères » qui opposent l’Etat aux élus locaux. « L’Etat est un tout, il ne peut pas y avoir l’Etat face aux élus », a-t-il insisté.

Son discours a été finalement assez applaudi et le président est resté un long moment pour un bain de foule. Mais beaucoup d’édiles restaient sur leur faim.

« C’est davantage un plaidoyer pour un bilan que des réponses aux questions précises portées par nos mandants », a commenté Frédéric Pfliegersdoerffer, maire (sans étiquette) de Marckolsheim (Bas-Rhin).

Même opinion pour Jacky Marcheteau, maire de Saint-Etienne de Brillouet, pour qui « notre président est très performant dans ce genre d’exercice, mais il ne lâche pas grand-chose ». « Ca ne répond pas à des questions de fonds sur les relations entre l’Etat et les collectivités locales », a remarqué Anne Novello, adjointe au maire de Gattières (Alpes-Maritimes).

« Oui, on est écoutés par le gouvernement », s’est au contraire réjouie Caroline Cayeux, maire UDI de Beauvais, citant une augmentation des effectifs policiers dans sa ville.

France

Législatives : le RN à 31 %, la gauche unie à 28 % et la majorité à 18 %, selon un sondage

Article

le

Législatives : le RN à 31 %, la gauche unie à 28 % et la majorité à 18 %, selon un sondage

Le RN obtiendrait 31 % des voix au premier tour des législatives le 30 juin devant l’alliance de gauche à 28 %, la majorité à 18 % et LR à 6,5 %, selon un sondage Elabe qui donne une majorité relative en sièges au parti de Jordan Bardella à l’issue du second tour le 7 juillet.

Le Rassemblement National (RN) obtiendrait 31 % des voix au premier tour des législatives le 30 juin, devant l’alliance de gauche à 28 %, la majorité présidentielle à 18 % et Les Républicains (LR) à 6,5 %, selon un sondage Elabe. Ce sondage prévoit une majorité relative en sièges pour le parti de Jordan Bardella à l’issue du second tour le 7 juillet.

Dans cette enquête réalisée pour BFMTV et La Tribune Dimanche, « en fonction du rapport de force actuel mesuré dans l’intention de vote et du résultat aux élections précédentes, le Rassemblement National obtiendrait entre 220 et 270 sièges, l’alliance de gauche entre 150 et 190 sièges, Renaissance/alliés entre 90 et 130 sièges, LR/DVD entre 30 et 40 sièges et les autres forces politiques entre 10 et 20 sièges ».

L’institut précise que ce sondage a été réalisé « en majeure partie » avant la conférence de presse d’Emmanuel Macron.

Selon cette enquête, 57 % des inscrits sur les listes électorales se disent certains d’aller voter et 10 % l’envisagent sérieusement.

58 % des Français, et 56 % des électeurs LR, estiment qu’Éric Ciotti a eu tort de se prononcer pour un accord avec le RN.

43 % des Français considèrent que le RN va gagner les élections et avoir le plus de députés, 10 % l’alliance de gauche, 10 % la majorité présidentielle et 37 % ne savent pas.

Le sondage a été réalisé par internet du 11 au 12 juin auprès d’un échantillon de 1 502 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1 422 inscrits sur les listes électorales. Selon les résultats, la marge d’erreur est comprise entre 1,1 et 2,5 % à la hausse ou à la baisse.

Lire Plus

France

Nouveau séisme à droite : Eric Zemmour annonce l’exclusion de Marion Maréchal de Reconquête

Article

le

Nouveau séisme à droite : Eric Zemmour annonce l'exclusion de Marion Maréchal de Reconquête

Eric Zemmour a annoncé mercredi l’exclusion de Reconquête de sa tête de liste aux élections européennes, Marion Maréchal, dénonçant une « trahison » de l’eurodéputée qui venait d’appeler à voter pour les candidats soutenus par le Rassemblement National aux législatives anticipées.

La dissolution de l’Assemblée nationale rebat des cartes et le jeu des alliances commence. À gauche, tout le monde s’unit contre l’extrême droite, malgré les désaccords de longue date. La macronie appelle tous les partis à collaborer, y compris le PS avec les LR.

« Elle accomplit le bout du chemin, c’est-à-dire qu’elle s’exclut d’elle-même de ce parti qu’elle a toujours méprisé », a affirmé Eric Zemmour, accusant son ex-alliée de « mentir » et d’être « entourée par des professionnels de la trahison ». Lors d’un point de presse tenu un peu plus tôt, Marion Maréchal s’était montrée très offensive envers le président de son parti, dénonçant la « triple faute » d’Eric Zemmour à qui elle reproche de vouloir présenter des candidats Reconquête contre le RN.

« Présenter des candidats de Reconquête dans les circonscriptions législatives, c’est prendre le risque infini de faire gagner des députés macronistes ou d’extrême gauche », avait-elle affirmé, refusant de « participer à une énième division des droites » et actant la fracture avec M. Zemmour.

Ces accusations ont été réfutées par ce dernier : « Je suis et je serai toujours pour le rassemblement. J’affirme que Reconquête et moi-même sommes prêts à retirer des candidats en cas d’accord avec le RN, les LR et tous les autres partis de bonne volonté », a-t-il écrit sur X, se disant « écoeuré et blessé ».

Les dissensions entre le candidat malheureux à la présidentielle, qui a multiplié les attaques envers le RN, et Mme Maréchal, plus encline à l’ouverture, avaient animé les derniers jours, jusqu’à l’abandon des négociations entre Reconquête et le parti à la flamme mardi.

« Nous refusons le principe de candidatures de division », contre l’alliance conclue entre le patron exclu des Républicains Eric Ciotti et le Rassemblement national, a lancé mercredi Mme Maréchal. Elle était accompagnée de Guillaume Peltier et Nicolas Bay, vice-présidents de Reconquête, et Laurence Trochu. Les trois, ainsi que Marion Maréchal, ont été élus eurodéputés Reconquête dimanche.

« Ils devraient remettre leur mandat, ils sont quatre députés européens qui trahissent tous nos militants 48 heures après (leur élection). C’est le record du monde de la trahison », a lancé Eric Zemmour.

Après la déclaration de Marion Maréchal, le président du RN, Jordan Bardella, grand vainqueur des européennes, avait salué « une déclaration responsable qui va dans le sens d’une dynamique patriote pour gagner et pour agir demain », dans un message publié sur X. La veille, il avait frontalement attaqué Eric Zemmour, estimant que « les invectives qu’il a multipliées à l’égard du Rassemblement national et les positions parfois très excessives qu’il peut prendre ont rendu les conditions d’un accord caduques ».

Plusieurs sources ont par ailleurs confirmé une information selon laquelle quatre membres de Reconquête, réputés proches de Marion Maréchal, ont décroché mercredi une investiture RN pour les législatives. Pourrait-il y en avoir davantage ? « Dans le projet d’accord avec le RN qui a finalement capoté, il y avait 60 circonscriptions, dont dix à quinze gagnables… », souffle un connaisseur du dossier.

Lire Plus

Politique

Éric Ciotti souhaite une alliance des Républicains avec le Rassemblement National

Article

le

Élections législatives : Éric Ciotti souhaite une alliance des Républicains avec le Rassemblement National

Cette annonce du président des Républicains était attendue. Après s’être vu tendre la main par Jordan Bardella et Édouard Philippe, Éric Ciotti a annoncé souhaiter une alliance avec le RN pour les législatives anticipées.

La dissolution de l’Assemblée nationale rebat des cartes et le jeu des alliances commence. À gauche, tout le monde s’unit contre l’extrême droite, malgré les désaccords de longue date. La macronie appelle tous les partis à collaborer, y compris le PS avec les LR.

À droite, les alliances se forment petit à petit. Invité du 13H de TF1, Éric Ciotti annonce une alliance entre les députés LR et le RN afin de former une alliance puissante à droite. Le patron des LR assure que « l’enjeu c’est qu’on ait encore un groupe puissant à l’Assemblée nationale ».

Éric Ciotti explique que les députés sortants qui le souhaitent ne seront pas opposés à des candidats d’extrême droite. Un accord qui n’est donc pas complet avec le RN : « Ils (les députés LR) auront l’étiquette LR et seront dans un groupe LR. » Le patron des Républicains qualifie enfin sa décision de « courageuse » et « audacieuse ».

Un peu plus tôt dans la matinée, l’ancien Premier ministre a appelé à l’union entre la macronie, le PS et les LR sur RTL. Une proposition qui fait de toute évidence horreur à Éric Ciotti qui s’est empressé de dire « non » à une alliance avec le PS, dont les candidats se présenteraient sous l’étendard du nouveau Front populaire : « Jamais avec nous ! Édouard Philippe prône une alliance avec ceux qui se sont déshonorés en acceptant l’alliance avec les amis de Mélenchon ! »

Éric Ciotti a également répondu par la négative aux propositions d’alliance avec Renaissance : « Il est hors de question d’entrer dans une coalition avec ce pouvoir qui a tant abîmé la France. Le macronisme, c’est toujours plus d’impôts, d’immigration et d’insécurité. Fidèles à nos valeurs, nous allons mener cette campagne autour des valeurs de la droite ! »

Lire Plus

Les + Lus