Nous rejoindre sur les réseaux

Thau

[Occitanie] 1140 cas positifs en moyenne par jour

Article

le

En Occitanie comme au niveau national, le virus circule activement. Cette dynamique épidémique atteint de plus en plus les personnes âgées, dont on sait qu’elles sont plus vulnérables. L’impact de ces
contaminations est bien réel depuis quelques semaines dans notre région. On observe notamment une
augmentation du nombre de signalements de cas de COVID19 en EHPAD

Actuellement, 45 foyers épidémiques (clusters) sont en cours d’investigation dans des EHPAD en
Occitanie. C’est une part importante des 168 clusters en cours dans notre région. C’est aussi actuellement près de 20% des clusters signalés dans des EHPAD au plan national.

1140 cas positifs en moyenne par jour en Occitanie. Au total c’est 7986 cas positifs dans la région depuis le 22 Septembre 2020.

Depuis le dernier bilan vendredi, 11 personnes sont mortes du Covid-19 en Occitanie (6 dans l’Hérault) pour un total de 592 décès.

Sète

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres

Article

le

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres
©LeSingulier - Résidence La Manutention à Sète

Derrière la carte postale méditerranéenne de Sète se cachent des réalités bien moins reluisantes. De nombreux ménages vivent dans des conditions déplorables, souvent cachées derrière les ruelles pittoresques et les projets immobiliers modernes.

Sète, la belle carte postale méditerranéenne, cache derrière ses ruelles pittoresques et ses projets immobiliers modernes, une réalité moins reluisante : des ménages en difficulté, contraints de vivre dans des logements insalubres. Ces habitations délabrées se trouvent souvent dans des quartiers défavorisés, mais se cachent aussi parfois au cœur du centre-ville, dissimulées entre des ruelles étroites et des immeubles flambant neufs qui grignotent chaque jour un peu plus du charme ancien de la ville.

Un exemple frappant est la résidence « La Manutention », l’un des plus anciens bâtiments HLM de Sète, laissé à l’abandon par Sète Thau Habitat. Ce bâtiment contraste fortement avec les résidences modernes qui l’entourent. Lors de notre visite sur place, l’état de délabrement de cette résidence est choquant : Toit qui se fissure et tombent sur des passants, fissures béantes sur les façades, balcons en décomposition, installations électriques non conformes et câbles pendants représentent un danger quotidien pour les résidents.

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 11

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 3

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 11

Dans certains appartements, les balustrades des balcons ne tiennent plus et les infiltrations d’eau sont courantes.

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 3

Une locataire, vivant dans la crainte, nous a confié : « C’est normal en 2024 d’avoir une arrivée de gaz sous une chaudière. Je vis dans une bombe à retardement, je tremble à chaque fois que je dois cuisiner ».

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 5

Les résidents, souvent honteux de recevoir des invités dans de telles conditions, ont signalé à plusieurs reprises ces dangers à la municipalté et à Sète Thau Habitat. Cependant, les courriers et pétitions sont restés sans réponse. « On se sent totalement abandonnés par les services de l’État », déclare une résidente désabusée. « Notre bailleur n’est pas un particulier, c’est un office HLM, alors pourquoi l’État n’intervient-il pas pour sécuriser les lieux ? »

Face à ces urgences, les locataires réclament des mesures immédiates pour éviter les risques d’incendies électriques et la réalisation de petits travaux en attendant une rénovation complète, à l’image de ce qui a été fait au Mas Grenier. « Ce n’est pas à nous de faire les travaux alors que nous payons des charges énormes », s’indigne un résident. « La mairie et l’office se renvoient la balle, c’est insupportable ! Nous demandons qu’ils réagissent avant que quelque chose de grave ne se produise. »

Tandis que la ville de Sète multiplie les campagnes pour attirer les touristes, les résidents des quartiers défavorisés continuent de souffrir en silence. Cette situation illustre tragiquement le contraste entre l’image idyllique de la ville et la réalité vécue par certains de ses habitants, oubliés des autorités locales.

Sète, derrière son allure charmante, doit faire face à une problématique de logements insalubres qui affecte de nombreux ménages en difficulté. Les autorités locales et les bailleurs sociaux sont appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie de ces résidents dont ils ont la charge et préserver le caractère authentique et humain de la ville.

Lire Plus

Sète

Sète : Coopération Franco-Allemande renforcée dans l’énergie et la construction

Article

le

Sète : Coopération franco-allemande renforcée dans l'énergie et la construction

Les Journées économiques franco-allemandes à Montpellier et Sète ont mis en lumière l’importance de la collaboration entre la France et l’Allemagne pour atteindre les objectifs climatiques et économiques.

Les 2 et 3 mai 2024, Montpellier et Sète ont accueilli les Journées économiques franco-allemandes, où des annonces significatives ont été faites concernant la coopération énergétique et les réformes dans le secteur de la construction entre la France et l’Allemagne.

Face au défi de la transition vers une économie neutre en carbone d’ici 2050, la collaboration entre les deux pays est jugée essentielle. La France continue de favoriser l’énergie nucléaire, tandis que l’Allemagne accélère son passage aux énergies renouvelables, après sa sortie du nucléaire et son engagement à abandonner le charbon d’ici 2038. Cette divergence de stratégies offre des opportunités de partage de connaissances et d’innovation. L’un des projets phares discutés est l’exportation de l’hydrogène décarboné produit en France vers l’Allemagne, illustrant les avantages des synergies transfrontalières.

Le secteur de la construction, un pilier des économies locales, traverse une crise avec un recul des nouvelles constructions et une hausse des coûts. Les discussions ont porté sur la nécessité de simplifier les procédures de planification, de promouvoir la construction en série et d’augmenter les incitations fiscales pour relancer ce secteur crucial. Lors du forum économique du 3 mai, organisé chez Mercedes Sodira à Sète, 65 chefs d’entreprise allemands ont participé activement aux discussions.

Organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de l’Hérault, le Réseau d’Affaires Franco-Allemand du Languedoc (RAFAL) et l’Association Allemagne Occitanie L’Europe au Cœur, présidée par Richard Jarry, cette rencontre visait à renforcer la coopération entre les régions et les entreprises des deux pays. L’objectif est de créer un réseau solide pour soutenir la transition énergétique et revitaliser le secteur de la construction.

Ces dialogues sont cruciaux pour développer des solutions économiques durables qui répondent aux objectifs climatiques et renforcent les relations commerciales entre la France et l’Allemagne. La clôture de cet échange franco-allemand a été marquée par un buffet dînatoire à bord de la Goélette « Santa Maria Manuela ».

  • À propos des organisateurs

La Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de l’Hérault et la Chambre de Commerce et d’Industrie (IHK) de Leipzig jouent un rôle clé dans le renforcement des liens économiques entre la France et l’Allemagne, aidés par des réseaux d’affaires et des associations bilatérales engagés dans l’innovation et la collaboration économique transfrontalière.

Lire Plus

Mèze

Mèze : François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault, en visite officielle

Article

le

François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault depuis l'automne 2023, accompagné de Guillaume Raymond, sous-préfet du bassin de Thau, a effectué une visite officielle à Mèze le 15 mai. Il a été accueilli par Thierry Baëza, maire de Mèze, et Jean-Christophe Dalbigot, premier adjoint, à l’hôtel de Ville. Lors de cette rencontre, divers sujets importants pour la commune ont été abordés. Les discussions ont porté sur l’urbanisme, avec des points sur le Plan Local d'Urbanisme (PLU) et le Schéma de Cohérence Territoriale (Scot), la Loi Littoral, et la cabanisation. La gestion de l’aire d’accueil des gens du voyage et les récurrents problèmes de circulation sur la RD613 ont également été discutés. Thierry Baëza a exprimé le souhait de voir avancer le projet de création d’une sortie d’autoroute. Les échanges ont également couvert le soutien aux exploitations agricoles, conchylicoles et viticoles, les autorisations pour les activités de dégustation dans les mas conchylicoles, ainsi que des projets tels que la création d’un sentier sous-marin et le développement de la vidéoprotection. La reprise de la régie de l’eau par la commune et la gestion des risques d’érosion dans le cadre de la GEMAPI étaient également à l’ordre du jour. Après la réunion, le préfet et le maire ont effectué une visite de la ville, passant par des sites emblématiques tels que le château de Girard, l’église Saint-Hilaire, la Chapelle des Pénitents et les remparts dont la rénovation vient de débuter. Ils se sont également rendus au port des Nacelles, récemment réaménagé, à l’école Hélianthe qui sera bientôt en travaux, aux bureaux de France services et à la cave coopérative, destinée à devenir un lieu dédié à la culture et au spectacle vivant. Thierry Baëza s’est déclaré « particulièrement satisfait de cette première rencontre avec le préfet Lauch, soulignant une matinée extrêmement riche en échanges, augurant un partenariat très constructif entre la Ville de Mèze et les services de l’État. »
©VilledeMèze

Le préfet de l’Hérault a effectué sa première visite officielle à Mèze, discutant des enjeux locaux avec les élus et visitant plusieurs sites emblématiques de la commune.

François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault depuis l’automne 2023, accompagné de Guillaume Raymond, sous-préfet du bassin de Thau, a effectué une visite officielle à Mèze le 15 mai. Il a été accueilli par Thierry Baëza, maire de Mèze, et Jean-Christophe Dalbigot, premier adjoint, à l’hôtel de Ville.

Lors de cette rencontre, divers sujets importants pour la commune ont été abordés. Les discussions ont porté sur l’urbanisme, avec des points sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU) et le Schéma de Cohérence Territoriale (Scot), la Loi Littoral, et la cabanisation. La gestion de l’aire d’accueil des gens du voyage et les récurrents problèmes de circulation sur la RD613 ont également été discutés. Thierry Baëza a exprimé le souhait de voir avancer le projet de création d’une sortie d’autoroute.

Les échanges ont également couvert le soutien aux exploitations agricoles, conchylicoles et viticoles, les autorisations pour les activités de dégustation dans les mas conchylicoles, ainsi que des projets tels que la création d’un sentier sous-marin et le développement de la vidéoprotection. La reprise de la régie de l’eau par la commune et la gestion des risques d’érosion dans le cadre de la GEMAPI étaient également à l’ordre du jour.

Après la réunion, le Préfet et le maire ont effectué une visite de la ville, passant par des sites emblématiques tels que le château de Girard, l’église Saint-Hilaire, la Chapelle des Pénitents et les remparts dont la rénovation vient de débuter. Ils se sont également rendus au port des Nacelles, récemment réaménagé, à l’école Hélianthe qui sera bientôt en travaux, aux bureaux de France services et à la cave coopérative, destinée à devenir un lieu dédié à la culture et au spectacle vivant.

Thierry Baëza s’est déclaré « particulièrement satisfait de cette première rencontre avec le préfet Lauch, soulignant une matinée extrêmement riche en échanges, augurant un partenariat très constructif entre la Ville de Mèze et les services de l’État. »

Lire Plus

Les + Lus