Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

L’Espagne dans l’attente des mesures de Madrid pour freiner la pandémie

Article

le

l’espagne-dans-l’attente-des-mesures-de-madrid-pour-freiner-la-pandemie

Débordée par l’explosion de cas de Covid-19, la région de Madrid s’apprête vendredi à annoncer des restrictions drastiques afin de tenter de stopper une reprise de l’épidémie qui préoccupe fortement le gouvernement central.

Prévue initialement à 11H30 (09H30 GMT), l’allocution de la présidente de la région, Isabel Diaz Ayuso, a été décalée à deux reprises et doit maintenant se tenir « dans l’après-midi », a-t-on appris auprès de la région.

Les autorités régionales ont déjà indiqué que ces mesures concerneraient surtout les quartiers à bas revenus du sud de la capitale et les villes des alentours, les plus touchés par l’épidémie.

Mais elles n’ont pas levé les interrogations sur la possibilité de confinements ciblés évoquée mercredi, avant que la région se contente jeudi de parler de « restriction de la mobilité ».

Soumise au printemps à l’un des confinements les plus stricts au monde, l’Espagne a vu depuis juillet l’épidémie repartir à une vitesse galopante jusqu’à devenir le pays ayant le nombre de cas rapporté à sa population le plus élevé de l’UE.

Une parfaite illustration du cri d’alarme lancé jeudi par  l’OMS à propos d’un niveau de transmission « alarmant » en Europe.

Le gouvernement central inquiet

Représentant le tiers des nouveaux cas et des nouveaux décès du pays, Madrid est la région générant le plus d’inquiétudes en raison de la capacité de ses habitants à diffuser le virus dans toute l’Espagne depuis une métropole peuplée de 6,6 millions d’habitants qui est aussi un « hub » sur le plan des transports.

Signe de la préoccupation du gouvernement central, le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez a accepté jeudi de rencontrer Mme Diaz Ayuso, une dirigeante de l’opposition de droite, afin d’établir « une stratégie commune » face au Covid-19. La rencontre doit avoir lieu lundi.

En Espagne, pays très décentralisé, ce sont les régions qui sont seules compétentes en matière de santé.

Jeudi, le numéro deux de la région, Ignacio Aguado, avait reconnu que le gouvernement régional était dépassé et demandé « la ferme implication » de l’Etat central.

Celui-ci avait pris en main la lutte contre la pandémie au printemps en décrétant l’état d’alerte, mais a, depuis le déconfinement, laissé la responsabilité de la gestion de la crise aux régions.

Quoi qu’il en soit, les nouvelles mesures attendues à Madrid interviendront trop tard, estime Salvador Macip, professeur de sciences de la santé à l’Université ouverte de Catalogne.

« Au lieu de se préparer et de tirer les leçons d’autres régions comme l’Aragon et la Catalogne », qui se trouvaient dans une situation inquiétante en juillet, mais « qui ont mieux contrôlé l’épidémie, Madrid et d’autres régions n’ont pas mis en oeuvre de mesures » suffisamment efficaces, déclare-t-il à l’AFP, évoquant notamment le manque de personnes pour tracer les cas contacts.

Système de santé débordé

« Nous sommes dans une situation de perte de contrôle dans laquelle nous ne devrions pas nous trouver », ajoute-t-il, mettant en garde contre de « très graves problèmes (…) dans les semaines qui viennent », avec une hausse probable de la mortalité, actuellement bien plus basse qu’au printemps.

Le système de santé de la région est déjà débordé. Les personnes hospitalisées en raison du Covid-19 occupent à l’heure actuelle 21% des lits des hôpitaux.

La situation est particulièrement tendue dans les établissements proches des zones les plus affectées, comme l’hôpital madrilène du 12 Octobre.

« Le nombre de places en soins intensifs ne suffit déjà plus pour  le nombre de patients Covid », indique à l’AFP Santiago Usoz, infirmier dans le service d’urgences de cet hôpital, précisant qu’il y a 32 lits pour 35 malades.

Il souligne également que certains patients dans un état grave sont des trentenaires.

« Depuis début septembre, la courbe (des hospitalisations) augmente continuellement », poursuit-il,  dénonçant « le manque de préparation » des autorités.

« Au printemps, nous manquions de matériel, désormais, nous manquons de moyens humains », dit-il, à tel point que son hôpital « demande des volontaires souhaitant se former aux soins intensifs ».

L’Espagne, l’un des pays européens les plus durement frappés par la pandémie de Covid-19, a dépassé cette semaine les 30.000 décès et 600.000 cas confirmés, selon les chiffres officiels.

Europe

Élections Européennes 2024 : Le RN en tête dans l’Hérault avec une nette avance

Article

le

Élections Européennes 2024 : Le RN en tête dans l'Hérault avec une nette avance

Le département de l’Hérault confirme la domination du Rassemblement National, tandis que d’autres partis montrent des progressions notables.

Les élections européennes de 2024 ont révélé des dynamiques politiques intéressantes dans le département de l’Hérault. Le Rassemblement National (RN), mené par Jordan Bardella, a dominé les scrutins avec une large avance, consolidant ainsi sa position de force politique majeure dans ce département. Jordan Bardella a recueilli 34,98 % des voix exprimées, soit 162 908 votes. Ce résultat confirme une progression significative et un soutien croissant pour le RN dans cette région, aligné avec les résultats nationaux où le parti a obtenu 31,5 % des voix et 30 sièges.

Les chiffres de participation révèlent une mobilisation notable des électeurs dans l’Hérault, avec 55,54 % des inscrits ayant voté. Sur les 762 469 inscrits, 423 475 ont exercé leur droit de vote, malgré une abstention de 44,46 %. Parmi les votants, les bulletins blancs et nuls ont été peu nombreux, avec respectivement 5 201 et 5 134, représentant à peine plus de 1 % des votants.

En deuxième position, le Parti socialiste, représenté par Raphaël Glucksmann, a obtenu 14,41 % des voix dans l’Hérault, soit 67 117 votes. Ce résultat est en ligne avec la progression nationale du parti, qui a obtenu 13,8 % des voix et 13 sièges. Valérie Hayer, pour Renaissance, a suivi avec 11,65 % des voix dans le département, totalisant 54 250 votes. Ce nombre de voix maintient le parti de la majorité présidentielle dans le paysage politique européen.

Manon Aubry, de La France Insoumise (LFI), a recueilli 10,92 % des voix avec 50 867 votes. Ce résultat marque une augmentation par rapport aux attentes nationales, où LFI a obtenu 9,9 % des voix et 9 sièges. Marion Maréchal, candidate de Reconquête, a dépassé la barre des 5 %, obtenant 6,06 % des voix, ce qui se traduit par 28 236 votes.

Les Républicains (LR), représentés par François-Xavier Bellamy, ont obtenu 5,32 % des voix avec 24 767 votes, tandis que Marie Toussaint, des Écologistes (EELV), a obtenu 5,13 % des voix avec 23 901 votes. Ces résultats montrent des soutiens significatifs mais modestes pour ces partis dans l’Hérault.

L’issue de cette élection dans l’Hérault reflète une consolidation du RN en tant que force politique majeure, une tendance également observée au niveau national. Les résultats montrent également des performances notables pour d’autres listes, notamment le Parti socialiste, tandis que Renaissance marque une perte de vitesse par rapport aux dernières élections. La France Insoumise et Reconquête ont montré des résultats respectables, indiquant une base de soutien persistante.

Lire Plus

Europe

Élections Européennes 2024 : Le RN largement en tête avec 31,5 % des voix

Article

le

Élections Européennes 2024 : Le RN largement en tête, surprise pour la LFI

Les résultats des élections européennes de 2024 confirment le succès du Rassemblement National (RN), avec Jordan Bardella en tête.

Le Rassemblement National (RN) domine les résultats définitifs des élections européennes de 2024, avec 31,5 % des voix et 30 sièges. Jordan Bardella, tête de liste du RN, remporte une victoire éclatante, enregistrant une progression significative par rapport aux élections précédentes.

En deuxième position, Valérie Hayer pour Renaissance obtient 14,6 % des voix et 13 sièges, maintenant ainsi une présence notable dans le paysage politique européen. Le Parti socialiste et Place publique, mené par Raphaël Glucksmann, enregistre une progression, obtenant 13,8 % des voix et 13 sièges.

Manon Aubry pour La France Insoumise (LFI) obtient 9,9 % des voix et 9 sièges, tandis que François-Xavier Bellamy pour Les Républicains (LR) enregistre 7,2 % et 6 sièges.

Marion Maréchal pour Reconquête franchit la barre des 5 %, obtenant 5,5 % des voix et 5 sièges. Marie Toussaint pour Les Écologistes obtient également 5,5 % des voix et 5 sièges.

Les résultats pour le Parti communiste français, représenté par L. Deffontaines, et Alliance rurale, représentée par J. Lassalle, sont de 2,4 % chacun, sans obtenir de sièges.

Ces résultats soulignent la consolidation du RN en tant que force politique majeure, tout en mettant en évidence les performances de certaines listes qui ont réalisé des progressions notables par rapport aux élections précédentes.

Lire Plus

Europe

Européennes : LFI dénonce des « irrégularités » locales en plein scrutin

Article

le

Européennes : LFI dénonce des "irrégularités" locales en plein scrutin

Plusieurs députés de La France Insoumise ont dénoncé dimanche, en plein scrutin des élections européennes, des « irrégularités » locales, notamment à Toulouse, le parti de gauche radicale appelant ses électeurs à lui signaler « tous les dysfonctionnements ».

Les cadres de LFI ont pointé dès le matin plusieurs situations litigieuses sur le réseau social X. À l’image du coordinateur national du mouvement, Manuel Bompard, qui a fait savoir que les bulletins de sa candidate Manon Aubry « n’étaient pas disposés sur les tables de vote » à Domont (Val-d’Oise). « Il a fallu une intervention de notre part pour les mettre en place », a ajouté le député des Bouches-du-Rhône, lançant un appel à ses sympathisants : « Soyez vigilants et alertez-nous de tous les dysfonctionnements ! ».

Consigne appliquée par ses collègues de Haute-Garonne, Hadrien Clouet et François Piquemal. Le premier a dénoncé de « premières irrégularités » à Toulouse dès l’ouverture des bureaux de vote, tandis que le second a déploré dans la matinée une « pagaille électorale » dans la ville rose.

Retour dans le Val-d’Oise à la mi-journée, où le député Aurélien Taché, soutien de LFI, a indiqué avoir été radié des listes électorales, se disant « un petit peu surpris » de ne pas avoir été prévenu et annonçant « engager une action judiciaire pour être réintégré ». La mairie de Cergy a répondu qu’en effet Aurélien Taché avait été radié le 6 mai 2022 mais que cela faisait suite à « un rattachement dans une autre commune ».

Un député de la République s’inspire des méthodes de Trump pour jeter le discrédit sur la démocratie en France, a réagi le maire socialiste de Montpellier, Michaël Delafosse, jugeant ce positionnement « déshonorant, affligeant, outrancier ».

En début d’après-midi, la députée insoumise de l’Essonne Farida Amrani a elle aussi alerté sur le cas de « plus de 50 personnes, radiées abusivement par le maire d’Évry-Courcouronnes » et qui se trouvaient au tribunal d’instance, « certaines depuis 10H00, pour être réintégrées ».

Ce type de contestation en temps réel de l’organisation d’un scrutin national, extrêmement rare en France, fait suite au mot d’ordre diffusé depuis plusieurs jours par Jean-Luc Mélenchon, qui a souhaité que LFI « déclenche une commission d’enquête sur le déroulement des élections en France ». Samedi encore, le leader insoumis a évoqué « des dizaines de remontées » au sujet de « professions de foi non distribuées », quand d’autres figuraient « en double ou en triple dans une même enveloppe », et a exhorté ses troupes à continuer les signalements pour la « future commission d’enquête ».

« Gardez les yeux ouverts. Accomplissez votre devoir civique dans la vigilance. Signalez tous dysfonctionnements ou irrégularités », a ainsi relayé dimanche sur X la cheffe des députés insoumis Mathilde Panot.

Ces dénonciations de possibles irrégularités par Jean-Luc Mélenchon avaient été décrites comme « un dérapage incompréhensible » par son ancien allié socialiste Olivier Faure en début de semaine, qui avait jugé « dramatique » de laisser croire à une « manipulation » dirigée contre les Insoumis.

Lire Plus

Les + Lus