Nous rejoindre sur les réseaux

Balaruc-le-Vieux

Hérault / Météo : L’Hérault et l’Aude en vigilance orange pluie-inondation ce weekend

Article

le

pluie-inondation:-vigilance-orange-pour-quatre-departements-du-sud-est

Après plusieurs mois de sécheresse, des cumuls de précipitations importants vont s’abattre sur l’Hérault, le Gard et l’Aude dès ce vendredi après-midi et jusqu’à dimanche, voire lundi. Beaucoup de pluie, entre 200mm en plaine et jusqu’à 500mm sur les reliefs des Cévennes avec de la neige.

Météo France place l’Hérault et l’Aude en vigilance orange pluies-inondations, à partir samedi 6h et au moins jusqu’à dimanche à la même heure, en raison de fortes pluies attendues tout le week-end. Le bulletin de suivi évoque un « un épisode méditerranéen, atypique pour la saison », qui se met en place « progressivement et perdurera jusqu’en journée de lundi ».

Dans le département de l’Hérault, il pleuvra toute la journée de samedi. Cela conduira à des cumuls importants en 24 heures, de l’ordre de 100 à 150 mm sur le relief de l’arrière-pays, avec des pointes autour de 200 mm, peut-être un peu plus autour de l’Espinouse. Sur les régions de plaine, des cumuls de 40 à 60 mm sont prévus avec des pointes possibles autour de 100 à 120 mm dans l’ouest du département.

Il n’est pas attendu d’amélioration significative avant la journée de lundi. Ainsi, sur une période de trois jours, des cumuls de l’ordre de 300 à 400 mm sont prévus sur le Haut-Languedoc et le sud des Cévennes.

Prudence également sur le littoral. La mer sera assez agitée et le houle importante.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Balaruc-le-Vieux

Routes : Le Département de l’Hérault condamné à repasser toutes les routes à 80 km/h

Article

le

La Ligue contre la violence routière a obtenu gain de cause. Le tribunal administratif de Montpellier a rendu sa décision ce mardi : toutes les routes départementales de l’Hérault qui étaient repassées à 90 km/h en septembre 2020 vont devoir revenir à 80 km/h.

Lors de l’audience en mars, la Ligue contre la violence routière avait fait valoir que depuis l’augmentation de la vitesse, les accidents étaient plus nombreux sur ces routes. « Ce sont de belles routes, assez larges, il n’y a pas d’obstacle, mais qui sont extrêmement fréquentées et c’est ça qui provoque un grand nombre d’accidents. Aussi, plus une route est belle, plus on a tendance à rouler vite », avait plaidé devant le tribunal Nicolas Gou, le président de l’association.

En 2021, 75 personnes sont mortes sur les routes de l’Hérault, près de la moitié sur les routes départementales, contre 70 décès en 2019. Cette augmentation est signe pour la Ligue contre la violence routière, que la limitation à 80 km/h permet de sauver des vies.

Ce mardi, le tribunal administratif de l’Hérault a estimé que ces arrêtés « ne précisaient pas les raisons permettant ce relèvement, au regard notamment de l’accidentalité de ces sections de route », et les a donc annulés. Le département de l’Hérault se voit donc contraint de déposer ses panneaux 90 km/h. Cette décision, qui doit être appliquée dès le 1er juin prochain, est « une très bonne nouvelle et une belle victoire pour la sécurité de nos concitoyens », se félicite Nicolas Gou, le président de la Ligue contre la violence routière. Ces changements sont pourtant à nuancer, selon Me Prescillia Pechon, l’avocate du Conseil départemental. Cette dernière estime que le département n’aura qu’à revoir ses arrêtés et expliquer ces relèvements de vitesse pour maintenir la limitation à 90 km/h.

En clair, une fois que les 25 nouveaux arrêtés seront « validés par le préfet puis publiés », les routes en question pourront rester à 90 km/h.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Thau / Point Covid-19 : 6 patients en réanimation cette semaine, aucun n’est vacciné

Article

le

Thau / Point Covid-19 : 6 patients en réanimation cette semaine, aucun n’est vacciné

Incidence, décès, réanimation, comme chaque dimanche, on fait le point sur la 5ème vague de la Covid-19 aux Hôpitaux du Bassin de Thau.

Selon le dernier bilan publié ce vendredi 14 janvier 2022 par les hôpitaux du bassin de Thau, 50 patients pour Covid sont hospitalisés dont 21 en médecine, 6 en réanimation et 23 en SSR et EHPAD

Depuis le début de la 5ème vague, 194 patients ont été pris en charge correspondant à 233 séjours dont : 32 en réanimation, 143 en médecine, 58 en SSR. Parmi ces 194 patients, 116 sont rentrés à domicile, 10 ont été transférés, 18 sont décédés (9,3%) et 50 sont hospitalisés actuellement aux Hôpitaux du bassin de Thau.

Sur l’ensemble des patients qui se trouve en réanimation cette semaine (6), aucun n’est vacciné.

À retenir cette quinzaine :

  • Un nombre d’hospitalisation qui continue de progresser avec 35 nouveaux patients en une semaine
  • 6 nouvelles entrées en réanimation
  • 5 décès

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Sète – LGV : Mobilisation contre la ligne Montpellier-Perpignan ce dimanche

Article

le

L’ambition d’édifier une LGV (Ligne à Grande Vitesse) reliant Montpellier à Perpignan existe depuis près de 50 ans. Il s’agit de construire 150 km de rails entre les deux villes. Le projet, divisé en deux phases, devrait voir le jour d’ici 2040. Néanmoins, la phase 1, qui concerne le ralliement de Montpellier à Béziers, apporteraient bien des désagréments au territoire du Bassin de Thau. C’est pourquoi l’Observatoire du Pays de Thau appelle au rassemblement ce dimanche, à 11h.

Les revendications de l’Observatoire du Pays de Thau sont avant tout écologiques et culturelles. Brigitte Cohen, présidente de l’association et habitante de Balaruc-le-Vieux, explique : « Nous ne sommes pas contre la LGV mais nous sommes contre le tracé tel qu’il est. En effet, il a été voté en comité de pilotage en 2012. Évidemment, les priorités de 2012 et les priorités actuelles diffèrent. On ne parlait pas de gaz à effet de serre ou de submersibilité de la ligne actuelle. On n’est pas du tout dans le même contexte. Alors pourquoi prendre un projet de 2012 pour le calquer sur 2021 ? ».

C’est pourquoi l’association appelle au rassemblement ce dimanche 9 janvier, à 11h, sur le parvis de la gare de Sète. Depuis deux mois, l’Observatoire du Pays de Thau multiplie ses actions pour endiguer ce projet. Il a organisé des réunions publiques à Poussan, Gigean, et Pinet. « La salle était comble à chaque fois », se réjouit Mme Cohen. À ces occasions, les membres de l’association ont présenté les problèmes qu’occasionnerait le tracé de la nouvelle ligne sur le territoire de Thau. Et ils sont nombreux.

Une menace écologique conséquente

Une fois que la nouvelle ligne sera mise en service, les TGV ne desserviront plus Sète. Deux nouvelles gares verront le jour : à Narbonne et à Béziers. Elles seront distantes de 11 minutes en train. La gare suivante sera celle de Montpellier Sud-de-France. « Certes, les passagers gagneront 18 minutes entre Béziers et Montpellier, mais les sétois perdront 1H30 de train pour se rendre jusqu’à Montpellier. S’ils ont une voiture, ils perdront moins de temps mais auront des frais supplémentaires de parking et d’essence. S’ils ont un rendez-vous à Paris, ils ne pourront plus effectuer l’aller-retour dans la journée comme c’est possible actuellement. Une ligne ferroviaire est normalement construite pour désenclaver un territoire. Avec ce tracé-là, on obtiendra l’effet inverse », déplore Brigitte Cohen.

La SCNF promet que 2 TGV sur 12 seront maintenus en gare de Sète, propos remis en cause par Mme Cohen. L’absence de TGV en gare de Sète risque par ailleurs d’affecter la fréquentation des Thermes des Balaruc-les-Bains. Ils accueillent 53 000 curistes à l’année mais si leur accessibilité est réduite, une partie d’entre eux ne viendront plus.

En plus d’enclaver le territoire, cette ligne présente des risques écologiques majeurs. Un viaduc d’1,4km sur 28m de haut est prévu en bordure du bassin versant de l’étang de Thau. « Ce viaduc représente l’équivalent d’un immeuble de 11 étages, décrypte la présidente de l’association. La ligne sera mixte et accueillera marchandises et voyageurs. Ce qui veut dire que si un déraillement se produit sur le viaduc – comme c’est arrivé en Belgique en 2014 avec un train contenant des produits chimiques – ce sera la fin de l’étang de Thau. A-t-on le droit de prendre ce risque pour les générations futures ? L’étang de Thau est un joyau de notre territoire mais c’est un milieu extrêmement fragile. »

Le tracé de la ligne passe également à travers les vignobles du Picpoul et réduit l’exploitation de 150 hectares, ce qui diminue la production de 10%. Le Picpoul de Pinet est pourtant l’une des grandes AOC du Languedoc avec Les Terrasses du Larzac et le Pic Saint Loup. En outre, la voie ferrée passera dans la Gardiole, nuisant à son écosystème. Or, la Garidole est classée « site pittoresque » et reconnue comme Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique. « Le tracé de cette ligne est inadmissible », conclut la Présidente de l’association.

Un appel à tous les habitants du bassin de Thau

« On a déposé une pétition en ligne, qui a recueilli près de 1 000 signatures. La priorité pour les citoyens qui souhaitent défendre le territoire est d’aller lire et commenter l’enquête publique, disponible à Gigean ou en version numérique jusqu’au 27 janvier 17H30. Il est également possible de prendre rendez-vous avec le commissaire-enquêteur », informe Brigitte Cohen. L’association prévoit également une réunion publique à Sète avant le 27 janvier 2022.

De plus, l’enquête publique est parue tandis que les études concernant le projet ne sont pas terminées. « Jean Castex voulait impérativement l’enquête publique et l’arrêté avant la fin 2021, alors elles ont été expédiées. Au niveau du captage de l’eau à Issanka, elles sont en cours de réalisation entre SNCF réseau, SAM et le SMBT. On n’a même pas le résultat des études alors que la source d’Issanka approvisionne l’agglomération de Sète en eau potable, s’indigne Brigitte Cohen. Le territoire du Bassin de Thau sera sacrifié au profit de la phase 2, qui relie Béziers à Perpignan. Pour cette phase-là, qui concerne Jean Castex – ancien maire de Prades – et Carole Delga, les acteurs concernés disposeront du temps qu’ils veulent pour réfléchir au tracé et l’adapter en fonction des besoins. »

« Cette ligne comporte tous les inconvénients et pas le moindre avantage. Pourtant, ce sont bien les habitants du bassin de Thau qui vont payer. Les travaux ont été votés en conseil d’agglomération par l’ensemble des élus communautaires, par allégeance à M. Castex ou Mme Delga. Seulement trois d’entre eux se sont opposés au projet : Florence Sanchez, la maire et le conseiller communautaire de Poussan et Josian Ribes, le maire de Montbazin. C’est dans l’intérêt de tous que nous devons nous mobiliser pour modifier ce tracé », martèle la présidente de l’association.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus