Nous rejoindre sur les réseaux

France

France : 13-Novembre: dans l’enfer du Bataclan

Article

le

13-novembre:-dans-l’enfer-du-bataclan

Trois « kamikazes » autour du Stade de France, des terrasses parisiennes sous le feu des kalachnikovs et le pire reste à venir. Il est 21h47 lorsqu’un trio de jihadistes s’extrait d’une Polo noire qui s’est garée devant la salle de spectacle du Bataclan. L’un d’eux envoie un SMS: « on est parti, on commence ».

Pour les 1.500 spectateurs venus assister au concert des Eagles of Death Metal, c’est le début de trois heures d’enfer et d’un massacre qui fait 90 morts et des centaines de blessés.

Suzie Bernard, 18 ans alors, avait offert la place à son petit ami, fan du groupe de rock californien. « Hyper contente » de le retrouver, de boire des bières avec lui. « Avant que tout dérape », confie-t-elle, « j’étais vraiment bien ».

Sitôt sortis de leur voiture, Foued Mohamed Aggad, Samy Amimour et Ismaïl Omar Mostefaï ouvrent le feu: leurs premières victimes tombent sur le trottoir. Puis ils s’engouffrent dans la salle pleine à craquer.

Il y a là des groupes d’amis, des couples, des fratries, des amateurs de « métal » venus seuls. « La fosse est blindée de chez blindée », raconte Jean-Claude (prénom d’emprunt), qui s’est installé à gauche du bar. Les Eagles of Death Metal jouent « Kiss the devil », « Embrasse le diable ».

Le sang et la poudre

Jean-Claude entend « un premier claquement ». Comme la plupart des spectateurs, il pense à un pétard. « Puis j’ai vu des gens s’allonger. J’ai regardé, sidéré ». Lui aussi se couche. « Ça a duré a priori 10-12 minutes. Mais 10-12 minutes avec des types qui vous tirent dessus, ça paraît une éternité ».

« Je vois du monde se plier comme un champ de blé face au vent », raconte un autre spectateur, Thomas Smette, 24 ans alors. « Je me retourne, je vois deux personnes armées qui tirent sur tout ce qui bouge (…) Je me retrouve au sol avec tout le monde ».

La musique s’arrête. Le régisseur rallume la lumière. Des hurlements s’élèvent. Certains ont cru à un jeu de scène mais le doute n’est plus possible.

Thomas Smette entend un jihadiste crier « c’est pour nos frères en Syrie ». Il sent « quelque chose de chaud au sol ». « Ma main est rouge de sang. Mais avec l’adrénaline, je ne sais pas si c’est le mien ou pas ».

L’odeur du sang et de la poudre envahit la salle. Il entend un spectateur crier: « ils rechargent, vous avez trois secondes ». « Là, je fais dix mètres en trois pas ». Thomas parvient à se mettre à l’abri sur le toit.

Certains se cachent dans les faux plafonds. Jean-Claude réussit à fuir par une issue de secours. Mais des centaines de personnes restent piégées. Les tirs continuent, dans la salle comme dans le passage Amelot qui longe le Bataclan.

« Un tas d’humains »

Foued Mohamed Aggad et Ismaël Omar Mostefaï montent à l’étage et, du balcon, arrosent la salle. Des spectateurs font les morts au milieu des cadavres.

Suzie Bernard est dans la fosse avec son petit ami. Elle ouvre les yeux par intermittence. « Je vois des trucs vraiment atroces. Les personnes à côté de moi s’étaient fait tirer dans la tête ». Il y a un mouvement de foule. « On a couru vers la scène et on est retombés. On s’est retrouvé dans cet agglomérat, un tas d’humains ».

Juste avant 22h00, un commissaire de la brigade anticriminalité (BAC) et son chauffeur arrivent. Ils entrent et repèrent Samy Amimour sur scène avec une kalachnikov. Sans hésiter, ils tirent et abattent le jihadiste, dont la ceinture explose. Ils ont sans doute sauvé des dizaines de vies.

Mais les deux policiers doivent se replier sous les tirs nourris des deux tueurs à l’étage.

L’horreur, rythmée par les tirs, continue. « Avec mon copain, on ne faisait que se dire qu’on s’aimait. Au point qu’un type nous a dit: +fermez-la, vous faites trop de bruit+. Je ressentais cette urgence de dire que j’aimais », justifie Suzie.

Prise d’otages

Elle se souvient des téléphones qui sonnaient. « On sait que des gens sont morts parce qu’ils n’ont pas mis leur téléphone sur silencieux. C’est horrible de se dire que la vie tient à quelque chose d’aussi trivial (…) Des gens sont partis dans la terreur absolue ».

Le commissaire de la BAC a raconté son intervention devant une commission d’enquête parlementaire en 2016.

Dans la salle, c’est une vision « indescriptible » de « centaines de corps (…) enchevêtrés les uns aux autres ». « Il régnait un silence glacial (…) On sentait bien que même les vivants faisaient semblant d’être morts », a décrit le policier.

« Au bout d’un moment, il n’y a plus eu de mouvements ni de tirs. J’ai décidé d’aller chercher les victimes qui étaient dans la fosse, à quelques mètres de nous ».

Quand ils ont fouillé la salle plus tard, les enquêteurs ont découvert un dictaphone ayant enregistré toute la soirée. La bande-son a permis d’objectiver l’attaque. La première phase a duré 32 minutes, il y a eu 258 coups de feu.

Foued Mohamed Aggad et Ismaïl Omar Mostefaï cessent leur tirs, se retranchent dans un couloir à l’étage avec douze personnes.

Il est 22h20, la prise d’otages commence.

Parmi les captifs, Stéphane Toutlouyan, alors âgé de 49 ans, les entend dire « qu’ils sont de l’organisation Etat islamique, que c’est de la faute de François Hollande ».

« Un spectacle effroyable »

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve suit en direct les opérations, de la cellule de crise de Beauvau, avec le chef de l’Etat et le Premier ministre Manuel Valls.

Il se souvient des questions qui les taraudaient alors: « est-ce que les terroristes ont piégé la salle de spectacle ? Est-ce que, en cas d’intervention des forces de l’ordre, c’est toute la salle qui saute ? (…) Nous ne le savons pas ».

Suzie finit par être évacuée de la fosse. « Je ne fais que regarder les personnes décédées. C’est vraiment un spectacle effroyable (…) D’un coup, c’était devant nos yeux ». Elle sombre dans « une crise incontrôlée de larmes ».

Les forces de l’ordre lui ordonnent de lever les mains. « C’est ce moment très bizarre où on est victime mais où il y a une forme de suspicion car un terroriste peut se cacher parmi nous ».

A l’étage, les policiers sont stoppés dans leur progression. Derrière une porte fermée, « nous avons entendu des cris d’otages », raconte le commissaire Christophe Molmy, alors patron de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI).

La prise d’otages dure deux heures, dans un couloir exigu, long de dix mètres.

Trois otages sont placés derrière la porte. Plusieurs autres devant les fenêtres pour surveiller la rue et les toits. « Si vous voyez quelque chose et que vous ne nous prévenez pas, on vous tire dessus et on vous jette par la fenêtre », lâchent les jihadistes.

« Pour moi, on était morts. Je ne voyais pas comment ça pouvait bien se terminer », raconte Stéphane Toutlouyan.

« Un miracle »

Vers 23h15, la BRI établit enfin le contact pour tenter de négocier. « Devant le refus de libérer des otages et de reddition (…) nous avons procédé à l’assaut », explique le commissaire Molmy.

Il est 00h18. La BRI essuie des tirs et riposte après avoir mis les otages à l’abri derrière ses boucliers.

Foued Mohamed Aggad se fait exploser. Ismaïl Omar Mostefaï est abattu à 00h22.

Stéphane Toutlouyan se souvient d’un bruit assourdissant. « Un +robocop+ me prend et me dit: +il faut sortir+. L’opérateur de la BRI déchire nos chemises. Il dit: +ne regardez pas dans la fosse+. Il y a une montagne de corps et du sang partout. Dans la rue, ils nous fouillent une deuxième fois ».

« L’assaut, c’est un miracle », salue un autre otage, David Fritz Goeppinger, 23 ans à l’époque.

Presque six ans plus tard, Suzie continue de s’interroger: pourquoi en est-elle sortie vivante ?

« Les personnes qui étaient juste à côté de nous, elles sont mortes, elles étaient juste 50 centimètres plus à gauche (…) Le pur hasard, on a vraiment beaucoup de mal à le supporter ».

France

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Article

le

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Un décret paru au Journal officiel stipule que la résidence en France devra désormais dépasser neuf mois pour bénéficier de certaines prestations familiales, dans le cadre d’une lutte accrue contre la fraude sociale.

Le gouvernementa pris des mesures pour durcir les conditions d’accès à certaines aides familiales. Selon un décret paru au Journal officiel ce dimanche 21 avril, à partir de l’année 2025, il sera nécessaire de résider en France pendant plus de neuf mois au cours de l’année civile de versement, contre six mois actuellement, pour pouvoir prétendre à certaines prestations familiales telles que les allocations familiales et la prime à la naissance d’un enfant. Cette règle s’étendra également aux personnes âgées souhaitant bénéficier du minimum vieillesse.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la fraude sociale engagé par le gouvernement. Bien que la fraude aux aides sociales ait été évaluée à 2,8 milliards d’euros selon les données de la Cour des comptes entre 2018 et 2020, elle reste nettement inférieure à la fraude aux cotisations sociales non versées par les employeurs aux Urssaf, estimée à 8 milliards d’euros.

Il est important de noter que certaines aides, telles que la protection universelle maladie, ne sont pas concernées par cette mesure.

Lire Plus

France

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

Article

le

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

La météo capricieuse met en péril les cultures alors que les températures chutent brutalement.

Le retour du froid suscite l’inquiétude parmi les agriculteurs français, qui redoutent les conséquences dévastatrices du gel sur leurs récoltes. Les variations météorologiques de ces dernières semaines ont un impact dramatique sur l’agriculture, avec des températures nocturnes approchant parfois le point de congélation dans certaines régions.

Alors que les semaines précédentes ont été marquées par des conditions estivales et des pluies bienvenues pour la croissance des plantes, le froid soudain menace désormais les bourgeons précoces. Pour les agriculteurs, cette situation est critique : la perte de la récolte est une éventualité redoutée. Un producteur, exprime son angoisse en déclarant : « Le risque, c’est de perdre la récolte entièrement. Nous ne pouvons qu’espérer que les températures ne descendent pas davantage. »

Face à cette menace, certains agriculteurs ont recours à des solutions coûteuses, telles que l’utilisation de bougies entre les rangées de vignes pour maintenir une température minimale la nuit. Cependant, ces méthodes ne garantissent pas une protection totale contre le gel. Les éoliennes, qui permettent de faire descendre de l’air chaud sur les cultures, offrent également une alternative, mais leur efficacité est limitée dans le temps.

Les prévisions de Météo France ne laissent que peu d’espoir aux agriculteurs, avec des températures froides persistantes prévues jusqu’au samedi 27 avril. De plus, de la pluie est annoncée sur la majeure partie du territoire jusqu’au vendredi 3 mai, prolongeant ainsi la période critique pour les cultures.

Dans ce contexte, l’incertitude règne dans les milieux agricoles, alors que les agriculteurs redoublent d’efforts pour protéger leurs récoltes contre les caprices du temps.

Lire Plus

France

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Article

le

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Des camions jaunes sillonnent les territoires isolés pour offrir des services postaux, bancaires et numériques aux habitants des régions éloignées.

La Poste lance une initiative ambitieuse pour renforcer sa présence dans les zones rurales françaises en introduisant des bureaux de poste itinérants sous forme de camions jaunes. Cette nouvelle approche vise à revitaliser un concept historique de La Poste datant des années 1960-70, où les célèbres fourgons jaunes de Citroën allaient à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail et de loisirs.

L’expérimentation débutera le vendredi 19 avril à Champosoult (Orne) et se déploiera dans trois départements – l’Orne, la Creuse et la Haute-Marne – le mardi 23 avril, puis dans le Gers et le Jura le samedi 27 avril. Cinq camions jaunes Renault Trucks Masters sillonneront les routes pendant un an, couvrant 40 communes et touchant environ 13 000 habitants.

Avec un budget d’un million d’euros, cette initiative comprend une gamme de services accessibles aux usagers, notamment l’achat de produits postaux, l’affranchissement de lettres et de colis, la souscription à des services téléphoniques et Internet, ainsi que des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale. Il sera également possible de prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire pour les particuliers et les professionnels.

Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste, a expliqué à Ouest-France que bien que les retraits de liquide ne soient pas possibles, sauf dans le camion circulant dans la Creuse, La Poste teste néanmoins cette fonctionnalité dans un souci d’innovation et de service accru aux usagers. Elle a souligné que l’installation de distributeurs de billets dans les camions représente un défi technique et de sécurité, mais La Poste est déterminée à explorer cette possibilité, même si elle implique des coûts supplémentaires liés à la sécurité.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de La Poste de moderniser ses services et de répondre aux besoins des populations rurales en offrant un accès amélioré aux services postaux, bancaires et numériques, tout en préservant le lien social et économique dans les régions éloignées.

Lire Plus

Les + Lus