Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Eric Ciotti devient le nouveau président des Républicains

Article

le

Eric Ciotti soupçonné de fraude à la Sécurité sociale

Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, tenant d’une « droite ferme », a été élu dimanche président des Républicains, devenant le nouveau patron d’un parti en crise profonde après la débâcle de la présidentielle.

Avec 53,7% des voix, il a battu au deuxième tour le président des sénateurs LR Bruno Retailleau (46,3%) dans ce scrutin interne marqué par une participation élevée, de presque 70%.

Sitôt élu, le nouveau patron du parti gaulliste a promis de « rassembler » autour d’une droite « ferme », c’est-à-dire « du travail, de l’autorité, de l’identité, qui nous permette de vivre comme nous avons toujours vécu ».

« Je suis de droite » et « je ne m’en excuserai jamais », a-t-il assuré sur TF1, estimant que « la question est d’abord celle de la survie de la France » alors que « notre pays est frappé de déclin » voire « d’une sorte de décadence ».

Sur le plan économique il a aussi promis une ligne de « liberté, qui fasse diminuer les impôts, les charges et les normes qui paralysent notre pays ».

« Je ne conclurai jamais la moindre alliance avec un pouvoir qui a autant abîmé notre Nation », a-t-il affirmé ensuite au siège du parti.

Dans la majorité présidentielle, le secrétaire général de Renaissance Stéphane Séjourné a justement estimé que cette élection marquait « un coup d’arrêt à un éventuel accord d’appareil ».

Eric Ciotti « va finalement dissoudre la droite dans l’extrême droite », a-t-il affirmé au Parisien, en lançant « un appel à la droite républicaine » à se rapprocher des macronistes.

« En élisant Eric Ciotti à sa tête, Les Republicains confirment leur dérive vers l’extrême droite » a aussi tweeté le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle.

Dimanche soir, le maire de Metz François Grosdidier a annoncé qu’il quittait LR « pour ne pas (s)e rabougrir, non pour aller ailleurs, mais pour rester (lui)-même », a-t-il indiqué sur Twitter.

Plus tôt, la patronne de la fédération LR de Haute-Garonne Laurence Arribagé avait confirmé qu’elle quittait LR pour Horizons, le parti d’Edouard Philippe, comme l’avait annoncé La Dépêche.

« Ma mission sera de faire revenir les 90% d’électeurs qui sont partis », a assuré pour sa part Eric Ciotti, qui a tendu la main à Bruno Retailleau et Aurélien Pradié, éliminé au premier tour.

Tous deux « ont naturellement vocation à occuper des places dans notre équipe de direction », a-t-il assuré.

« Combat »

Symbole de cette unité, les deux adversaires du second tour ont posé pour une photo commune et Bruno Retailleau s’est dit « prêt » au rassemblement. « Ce plus de 46%, moi qui n’étais pas favori, c’est inespéré, un score qui comptera, soyez-en sûrs », a-t-il assuré.

A la tête de LR, Eric Ciotti, qui succède à Christian Jacob démissionnaire en juin, devra aussi faire travailler ensemble députés et sénateurs qui ne sont pas toujours sur la même ligne, rassurer les alliés centristes… pour redresser un parti de droite tombé à 4,8% à la présidentielle.

Son grand argument de campagne a été Laurent Wauquiez, qu’Eric Ciotti promet de faire désigner rapidement comme candidat à la présidentielle s’il est élu.

« Cette victoire est la juste reconnaissance de ton courage, de ta pugnacité et de ta fidélité à nos valeurs. Président de LR, tu pourras compter sur moi pour que nous menions tous ensemble le combat pour redresser la France », l’a félicité sur Twitter le président de la région Auvergne Rhône-Alpes.

Mais certains élus LR notaient qu’avec un tel engagement de désignation, le score du vainqueur pouvait aussi se lire comme « un revers pour Laurent Wauquiez ».

Cette victoire a pour Eric Ciotti un goût de revanche sur la primaire LR de 2021 lorsque, arrivé en tête au premier tour de la primaire, il avait dû s’incliner au deuxième face à Valérie Pécresse, payant un « tout sauf Ciotti » chez les électeurs inquiets de sa ligne droitière.

En fin de campagne, le nouveau patron de LR, questeur de l’Assemblée, a aussi abordé des thèmes sociétaux tels que violences conjugales, handicap et égalité hommes-femmes, un clin d’oeil à Aurélien Pradié qui détenait, avec 22%, une des clés de l’élection.

Plusieurs de ses lieutenants s’étaient rangés dans l’entre-deux-tours derrière Eric Ciotti, de même que Christian Jacob, le président des députés LR Olivier Marleix ou le maire de Troyes François Baroin.

France

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Article

le

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique a ouvert, mardi 9 avril, la concertation avec les collectivités, les hôpitaux et les syndicats pour réformer la fonction.

C’est une petite phrase qui suscite l’ire des syndicats. Stanislas Guerini a lancé, ce mardi 9 avril à Paris, la concertation autour de la réforme de la fonction publique, qui doit être présentée en conseil des ministres, cet automne. Ce projet de loi vise notamment à accentuer la rémunération des fonctionnaires au mérite et faciliter les mutations dans les trois branches de la fonction (État, collectivité, hôpitaux).

« Je veux qu’on lève le tabou du licenciement dans la fonction publique », a confié le ministre de la Transformation et de la Fonction publique, pointant du doigt une « culture de l’évitement sur ces sujets-là ».

« C’est un dévoiement du statut de la fonction publique que de considérer que, au nom de la garantie de l’emploi, on ne puisse pas se séparer d’un agent qui ne ferait pas son boulot. La justice, c’est de récompenser les agents qui sont engagés et de sanctionner ceux qui ne font pas suffisamment leur travail », a-t-il ajouté.

Selon les chiffres du ministère, rapportés par Le Parisien, treize licenciements pour insuffisance professionnelle ont eu lieu en 2023 dans la fonction publique, pour 2,5 millions d’agents.

Dans un document présenté ce mardi aux syndicats et aux employeurs, le gouvernement a détaillé une série de mesures qu’il envisage de glisser dans son projet de loi : maintien systématique de la rémunération en cas de mutation, octroi facilité d’un « emploi pérenne » aux apprentis, élargissement de la palette de sanctions face à une « insuffisance professionnelle »…

« Le statut de la fonction publique, ce n’est pas le statu quo, ce n’est pas l’égalitarisme. Il faut le faire évoluer, le moderniser. On a des agents pleinement dans le XXI siècle, mais un système qui est parfois resté bloqué dans les années 1980 », appuie le ministre.

Les huit syndicats ont dénoncé, lundi 8 avril, dans un communiqué commun une réforme « dogmatique » et qui ne répondrait « à aucune des préoccupations des agents publics ». L’Unsa-FP juge notamment que les priorités pour les agents sont « celles de leur pouvoir d’achat et de leurs conditions de travail ». « Plutôt qu’un projet de loi, c’est un engagement budgétaire qui est nécessaire », soutient-il.

La concertation doit se poursuivre jusqu’à l’été, avant une présentation du projet de loi à la rentrée. Deux autres réunions plénières avec les syndicats doivent se tenir le 14 mai et le 20 juin prochains.

Lire Plus

Faits Divers

Yonne : 70 kg de cannabis découverts chez la maire socialiste d’Avallon

Article

le

Yonne : 70 kg de cannabis découverts chez la maire socialiste d’Avallon

Dimanche 7 avril, la police a retrouvé une grosse quantité de cannabis au domicile de la maire socialiste Jamilah Habsaoui. L’opération s’est déroulée dans le cadre de l’opération « Place nette XXL ».

Une découverte surprenante a été faite au domicile de Jamilah Habsaoui, la maire socialiste d’Avallon, dimanche 7 avril. Les forces de l’ordre ont saisi une quantité impressionnante de cannabis, totalisant au moins 70 kg. Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’opération « Place nette XXL », une initiative visant à combattre le trafic de stupéfiants, qui a récemment été déployée à travers la France.

Le cannabis aurait été dissimulé dans une dépendance du domicile de la maire, où vivaient également son père et son frère. Ce dernier, déjà connu des services de police pour trafic de stupéfiants il y a dix ans, aurait été identifié comme responsable de la présence de la drogue, sans que la maire ne soit au courant de la situation.

L’intervention a mobilisé deux fourgons de gendarmerie et une équipe cynophile pour sécuriser les lieux et procéder à la saisie.

Depuis le lancement de l’opération « Place nette XXL », la préfecture du Rhône a annoncé un bilan significatif, avec 286 individus interpellés et la prise en compte de 70 étrangers en situation irrégulière. Dans le département, les saisies ont également été importantes, avec 1,7 million d’euros d’avoirs criminels, plusieurs armes de toutes catégories et neuf véhicules saisis.

Malgré ces actions, des tensions persistent, notamment à Marseille, où des véhicules de police ont été attaqués au cocktail Molotov. Cependant, ces opérations ont permis la saisie de grandes quantités de drogue, dont 454 kg de cannabis, 2,7 kg de cocaïne, ainsi que des armes et plus de 1,6 million d’euros.

Lire Plus

France

Le député Aymeric Caron veut diffuser les images de Gaza à l’Assemblée

Article

le

Le député Aymeric Caron veut diffuser les images de Gaza à l’Assemblée

Le député Aymeric Caron réalise en ce moment un film compilant des vidéos tournées à Gaza depuis le début de la riposte israélienne. Il souhaite diffuser ces images à l’Assemblée nationale.

Le député Aymeric Caron, connu pour son engagement en faveur des droits humains, est en train de réaliser un film sur la situation à Gaza. Ayant pour objectif de sensibiliser ses collègues parlementaires, il envisage de diffuser ce film à l’Assemblée nationale dans un proche avenir.

Depuis le début de la riposte israélienne à Gaza, Aymeric Caron a été particulièrement actif pour mettre en lumière les événements tragiques se déroulant dans cette région. En collaboration avec une équipe de bénévoles arabophones, il a entrepris de compiler des vidéos documentant les atrocités perpétrées à Gaza.

Déjà, 25 minutes d’images ont été assemblées, principalement obtenues à partir des réseaux sociaux. Ancien journaliste, Aymeric Caron a également partagé régulièrement des photos et des vidéos prises à Gaza sur ses réseaux sociaux, dans le but de donner une visibilité à ces réalités souvent méconnues.

« Beaucoup de gens ne sont pas conscients de ce qui se passe à Gaza. Il n’y a pas suffisamment de reportages sur le terrain. Il est crucial que les parlementaires puissent voir les images des atrocités commises par l’armée israélienne, des enfants blessés et des familles en deuil », a déclaré Aymeric Caron.

Le député REV prévoit de finaliser le montage pour atteindre une durée de quarante minutes, en veillant à ce que chaque image soit datée et sourcée de manière rigoureuse. Cette initiative fait suite à une précédente séance où certains députés avaient visionné des images non commentées de l’attaque du Hamas en Israël.

Aymeric Caron a partagé son projet avec Richard Ramos, député MoDem et président du groupe d’étude France-Palestine, dont il est membre. Bien que Richard Ramos semble adopter une attitude prudente, Aymeric Caron reste déterminé à mener à bien cette initiative, même en l’absence de soutien du groupe.

La présidente de l’Assemblée nationale a fait savoir qu’elle est ouverte à l’idée d’une diffusion du film de Aymeric Caron, reconnaissant ainsi l’importance de sensibiliser les parlementaires à ce conflit internationale.

Lire Plus

Les + Lus