Nous rejoindre sur les réseaux

France

Retraites: Macron reporte la présentation de la réforme au 10 janvier

Article

le

Emmanuel Macron demande aux fournisseurs d'énergie de «renégocier» les «contrats excessifs» de toutes les TPE

Prenant de court le monde politique et syndical, Emmanuel Macron a annoncé lundi le report au 10 janvier de la présentation de la réforme des retraites, affirmant vouloir laisser aux partenaires sociaux et aux nouveaux dirigeants LR et EELV le temps « d’échanger » avec l’exécutif sur ce texte très contesté.

« Cela permet d’avoir quelques semaines de plus pour que celles et ceux qui (…) viennent de prendre des responsabilités puissent, sur quelques éléments-clés de la réforme, échanger avec le gouvernement », a déclaré le chef de l’Etat en ouvrant la deuxième session plénière du Conseil national de la refondation (CNR) à l’ELysée.

Emmanuel Macron s’est justifié en évoquant les élections dans la fonction publique qui « ont empêché certaines discussions avec les organisations syndicales » et les congrès politiques du week-end dernier, à l’issue desquels Eric Ciotti a été élu à la tête des Républicains et Marine Tondelier désignée secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts.

« Le gouvernement ne sait pas encore très bien où il va. Leur texte n’est pas prêt », a réagi Eric Ciotti. « Pour l’instant je ressens cela comme un alibi aux hésitations, plus qu’un souci de négociation », a ajouté le député des Alpes-Maritimes.

L’exécutif avait initialement prévu de présenter ce jeudi, à quelques jours de Noël, les grandes lignes de ce texte, pierre angulaire du second quinquennat d’Emmanuel Macron.

Nombre d’opposants avaient annoncé se préparer à le bloquer par tous les moyens, de la rue au Parlement, la France insoumise appelant notamment à une mobilisation le 21 janvier, dans la lignée de sa « marche contre la vie chère ».

« Première victoire! « 

« Première victoire! Le projet de retraite à 65 ans n’est pas encore présenté que Macron bat déjà en retraite », a réagi sur Twitter Mathilde Panot, à la tête des  députés LFI, confirmant l’action du 21 janvier.

Le gouvernement a rapidement précisé le calendrier des prochaines semaines.

Elisabeth Borne va débuter « une série de rencontres avec les présidents de groupes parlementaires » mardi et mercredi, a-t-on indiqué du côté de Matignon. Elle recevra à nouveau « les organisations professionnelles et les organisations syndicales la semaine du 2 janvier », a-t-on ajouté.

Le texte devrait ensuite être adopté par le Conseil des ministres le 18 ou 25 janvier.

Pour préparer les esprits, l’exécutif multiplie les entretiens à la presse, les réunions de travail à Matignon et les dîners au sommet à l’Elysée.

Mais les annonces de la Première ministre semblent courues d’avance, balisées par la promesse présidentielle de repousser l’âge légal de 62 à 64 voire 65 ans. Cette dernière hypothèse tient la corde.

Les organisations syndicales ont acté le report, s’interrogeant sur les motivations de l’exécutif.

« Je pense que l’exécutif est très inquiet – et il a raison – de ce que va être la mobilisation en janvier », a relevé François Hommeril, président de la CFE-CGC. Il « s’est mis lui-même dans l’impasse (…) Prolonger cette concertation de deux semaines ou d’un mois ne change rien ».

Du côté de la CFTC, on se voulait un peu plus optimiste. « C’est une bonne chose. L’agenda allait trop vite, on n’avait pas le temps d’être écoutés, on travaillait dans l’urgence », a réagi Pascale Coton, vice-présidente de l’organisation. « On espère que ce n’est pas juste pour que les Français passent de bonnes vacances et de bonnes fêtes ».

« Si le gouvernement prend du temps pour nous écouter, peut-être qu’on arrivera à le convaincre. Mais si c’est simplement pour gagner du temps… », a déclaré de son côté Dominique Corona, secrétaire général adjoint de l’Unsa.

Malgré ce report, le gouvernement veut toujours aller vite: un projet de loi en janvier, un vote au printemps, une entrée en vigueur à l’été. Une urgence justifiée par l’exécutif par le retour durable de déficits massifs, qui dépasseraient 12 milliards en 2027.

France

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Article

le

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Un décret paru au Journal officiel stipule que la résidence en France devra désormais dépasser neuf mois pour bénéficier de certaines prestations familiales, dans le cadre d’une lutte accrue contre la fraude sociale.

Le gouvernementa pris des mesures pour durcir les conditions d’accès à certaines aides familiales. Selon un décret paru au Journal officiel ce dimanche 21 avril, à partir de l’année 2025, il sera nécessaire de résider en France pendant plus de neuf mois au cours de l’année civile de versement, contre six mois actuellement, pour pouvoir prétendre à certaines prestations familiales telles que les allocations familiales et la prime à la naissance d’un enfant. Cette règle s’étendra également aux personnes âgées souhaitant bénéficier du minimum vieillesse.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la fraude sociale engagé par le gouvernement. Bien que la fraude aux aides sociales ait été évaluée à 2,8 milliards d’euros selon les données de la Cour des comptes entre 2018 et 2020, elle reste nettement inférieure à la fraude aux cotisations sociales non versées par les employeurs aux Urssaf, estimée à 8 milliards d’euros.

Il est important de noter que certaines aides, telles que la protection universelle maladie, ne sont pas concernées par cette mesure.

Lire Plus

France

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

Article

le

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

La météo capricieuse met en péril les cultures alors que les températures chutent brutalement.

Le retour du froid suscite l’inquiétude parmi les agriculteurs français, qui redoutent les conséquences dévastatrices du gel sur leurs récoltes. Les variations météorologiques de ces dernières semaines ont un impact dramatique sur l’agriculture, avec des températures nocturnes approchant parfois le point de congélation dans certaines régions.

Alors que les semaines précédentes ont été marquées par des conditions estivales et des pluies bienvenues pour la croissance des plantes, le froid soudain menace désormais les bourgeons précoces. Pour les agriculteurs, cette situation est critique : la perte de la récolte est une éventualité redoutée. Un producteur, exprime son angoisse en déclarant : « Le risque, c’est de perdre la récolte entièrement. Nous ne pouvons qu’espérer que les températures ne descendent pas davantage. »

Face à cette menace, certains agriculteurs ont recours à des solutions coûteuses, telles que l’utilisation de bougies entre les rangées de vignes pour maintenir une température minimale la nuit. Cependant, ces méthodes ne garantissent pas une protection totale contre le gel. Les éoliennes, qui permettent de faire descendre de l’air chaud sur les cultures, offrent également une alternative, mais leur efficacité est limitée dans le temps.

Les prévisions de Météo France ne laissent que peu d’espoir aux agriculteurs, avec des températures froides persistantes prévues jusqu’au samedi 27 avril. De plus, de la pluie est annoncée sur la majeure partie du territoire jusqu’au vendredi 3 mai, prolongeant ainsi la période critique pour les cultures.

Dans ce contexte, l’incertitude règne dans les milieux agricoles, alors que les agriculteurs redoublent d’efforts pour protéger leurs récoltes contre les caprices du temps.

Lire Plus

France

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Article

le

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Des camions jaunes sillonnent les territoires isolés pour offrir des services postaux, bancaires et numériques aux habitants des régions éloignées.

La Poste lance une initiative ambitieuse pour renforcer sa présence dans les zones rurales françaises en introduisant des bureaux de poste itinérants sous forme de camions jaunes. Cette nouvelle approche vise à revitaliser un concept historique de La Poste datant des années 1960-70, où les célèbres fourgons jaunes de Citroën allaient à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail et de loisirs.

L’expérimentation débutera le vendredi 19 avril à Champosoult (Orne) et se déploiera dans trois départements – l’Orne, la Creuse et la Haute-Marne – le mardi 23 avril, puis dans le Gers et le Jura le samedi 27 avril. Cinq camions jaunes Renault Trucks Masters sillonneront les routes pendant un an, couvrant 40 communes et touchant environ 13 000 habitants.

Avec un budget d’un million d’euros, cette initiative comprend une gamme de services accessibles aux usagers, notamment l’achat de produits postaux, l’affranchissement de lettres et de colis, la souscription à des services téléphoniques et Internet, ainsi que des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale. Il sera également possible de prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire pour les particuliers et les professionnels.

Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste, a expliqué à Ouest-France que bien que les retraits de liquide ne soient pas possibles, sauf dans le camion circulant dans la Creuse, La Poste teste néanmoins cette fonctionnalité dans un souci d’innovation et de service accru aux usagers. Elle a souligné que l’installation de distributeurs de billets dans les camions représente un défi technique et de sécurité, mais La Poste est déterminée à explorer cette possibilité, même si elle implique des coûts supplémentaires liés à la sécurité.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de La Poste de moderniser ses services et de répondre aux besoins des populations rurales en offrant un accès amélioré aux services postaux, bancaires et numériques, tout en préservant le lien social et économique dans les régions éloignées.

Lire Plus

Les + Lus