Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Bélarus : l’opposante Tikhanovskaïa appelle Macron à être « un médiateur » 

Article

le

belarus:-l’opposante-tikhanovskaia-appelle-macron-a-etre-« un-mediateur » 

La cheffe de file de l’opposition bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa a appelé Emmanuel Macron à être « le médiateur dont nous avons terriblement besoin » pour résoudre la crise au Bélarus, dans un entretien l’AFP lundi à Vilnius, où le président français atterri lundi après-midi.

« Nous avons terriblement besoin d’une médiation pour éviter que davantage de sang soit versé. M. Macron pourrait être ce médiateur, avec les leaders d’autres pays. Il pourrait être capable d’influencer M. Poutine, avec lequel il a de bonnes relations », a dit Mme Tikhanovskaïa, qui espère rencontrer au président français mardi pendant sa visite à Vilnius.

« Nous avons demandé cette rencontre mais nous n’avons pas encore de confirmation. Mais j’espère que nous pourrons le rencontrer, peut-être demain » (mardi), a-t-elle précisé. Cette première rencontre avec un leader international serait pour elle « une confirmation importante », a-t-elle souligné.

« M. Macron et la France est connue pour avoir joué les médiateurs dans beaucoup d’autres cas. Bien sûr nous préférerions résoudre ce problème nous-même mais nous voyons que les atrocités continuent, que le peuple bélarus souffre et que nous autorités n’initient pas de dialogue ».

« M. Macron est l’un des leaders les plus puissants en Europe et dans le monde et il pourrait être au moins l’un des médiateurs », a-t-elle réaffirmé.

Dimanche, à la veille de son départ à Vilnius, le président français a demandé clairement le départ du président du Bélarus Alexandre Loukachenko, dont ni l’UE ni les Etats-Unis ne reconnaissent l’élection, jugée frauduleuse.

« Loukachenko doit partir », a-t-il déclaré dans une interview, en saluant le courage des manifestants bélarusses qui ont de nouveau défilé par milliers dimanche contre le régime.

L’opposante bélarus s’est dite « très satisfaite » de sa déclaration mais attend maintenant de la France et de l’Europe un soutien concret.

« Je voudrais lui demander de ne pas aider financièrement le régime et de refuser toute relation commerciale avec des entreprises qui le soutiennent. Nous voudrions aussi qu’il soutienne des sanctions individuelles contre les responsables des crimes commis après les élections et contre des entreprises et hommes d’affaires qui soutiennent le régime ».

“Il y a en Europe des pays plus courageux et d’autres moins, ce qui ne signifie pas qu’ils ne nous soutiennent pas », a-t-elle commenté, à propos de l’échec des 27 à tomber d’accord sur des sanctions en raison d’un véto chypriote.

“Les manifestations au Bélarus ne vont pas cesser. Les gens n’accepteront plus ce régime sous lequel ils vivent depuis des années. Ils le combattront de plus en plus », a-t-elle jugé.

« Moi, je ne peux pas m’arrêter et abandonner, parce que trop d’innocents sont en prison », a ajouté l’opposante, qui s’est réfugiée en Lituanie le 11 août après avoir revendiqué la victoire à la présidentielle du 9 août.

Elle s’était présentée à l’élection après l’emprisonnement de son mari, candidat de l’opposition.

Cette élégante femme de 38 ans, au long cheveux noirs, reste très discrète sur les circonstances de sa fuite. « Tout ce que je peux dire est que je suis allée à la Commission électorale à 15 heures et qu’à 3 heures du matin je traversais la frontière avec la Lituanie. Mon départ n’était bien sûr pas volontaire », a-t-elle dit sans autre détail.

Europe

Julian Assange libre après un accord avec la justice américaine

Article

le

Julian Assange libre après un accord avec la justice américaine

Le fondateur de WikiLeaks, poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, a conclu un accord de plaider coupable avec la justice américaine, mettant fin à cinq ans de détention provisoire au Royaume-Uni.

« Julian Assange est libre. » Le fondateur de l’organisation WikiLeaks a quitté le Royaume-Uni, où il était détenu depuis 2019, lundi 24 juin. Le lanceur d’alerte a négocié un accord de plaider coupable avec la justice américaine, qui réclamait son extradition. Il était poursuivi pour avoir divulgué, à partir de 2010, plus de 700 000 documents confidentiels concernant les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

L’Australien de 52 ans a embarqué dans un avion privé à l’aéroport de Stansted pour comparaître devant un tribunal fédéral des îles Mariannes, territoire américain du Pacifique. Il est désormais poursuivi pour « complot pour obtenir et divulguer des informations relevant de la défense nationale » et devrait plaider coupable de ce seul chef. Il devrait être condamné à 62 mois de prison, déjà purgés en détention provisoire à Londres, ce qui lui permettrait de regagner libre son Australie natale.

Cet accord met un terme à une saga de près de 14 ans. Julian Assange se battait pour ne pas être livré à la justice américaine, qui le poursuit pour avoir rendu publics des centaines de milliers de documents confidentiels, dont une vidéo montrant des civils, dont deux journalistes de l’agence Reuters, tués par les tirs d’un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007. En vertu de la loi sur l’espionnage, il encourait en théorie jusqu’à 175 ans de prison.

Le gouvernement australien a également commenté ce dénouement en estimant que l’affaire Assange avait « traîné en longueur depuis trop longtemps » et que son maintien en détention ne présentait plus aucun intérêt. « Beaucoup se sont servis de la situation de mon fils pour promouvoir leur propre cause », a réagi Christine Assange, la mère de Julian Assange, dans un communiqué. « Je suis reconnaissante que le calvaire de mon fils touche enfin à sa fin. Cela montre l’importance et le pouvoir de la diplomatie discrète. »

Julian Assange avait été arrêté par la police britannique en avril 2019 après sept ans passés dans l’ambassade d’Equateur à Londres afin d’éviter son extradition vers la Suède dans une enquête pour viol, classée sans suite la même année. Sa complice, la militaire américaine Chelsea Manning, à l’origine de cette fuite massive, avait été condamnée en août 2013 à 35 ans de prison par une cour martiale, mais avait été libérée au bout de sept ans après la commutation de sa peine par le président Barack Obama.

Lire Plus

Europe

Grèce : un feu d’artifice tiré depuis un yacht provoque un feu de forêt

Article

le

Grèce : un feu d'artifice tiré depuis un yacht provoque un feu de forêt

Un feu d’artifice lancé depuis un yacht a déclenché un important incendie de forêt sur l’île grecque d’Hydra, vendredi soir. Plusieurs personnes ont été interpellées.

L’incident s’est produit vendredi soir sur l’île d’Hydra, lorsque 17 touristes étrangers à bord d’un yacht loué ont tiré un feu d’artifice, provoquant un incendie dans l’unique forêt de pins de l’île. Malgré leurs tentatives d’éteindre le feu, ils ont dû appeler les pompiers avant de quitter la zone.

Treize membres grecs de l’équipage du yacht ont été arrêtés et devront être traduits en justice. Ils risquent de lourdes amendes, voire des peines de prison. Pour déterminer les circonstances exactes de l’incident, les garde-côtes grecs ont demandé des informations sur les navires présents dans la zone au moment de l’incendie. Cela les a conduits au yacht « Persefoni I », qui a été confisqué à la demande du procureur.

Selon le ministre grec du Changement climatique et de la protection civile, Vassilis Kikilias, 300 hectares de forêt ont été détruits par le feu. Six avions et deux équipes de gardes forestiers ont été mobilisés pour éteindre l’incendie, ce qui a détourné des ressources cruciales des opérations d’extinction dans d’autres régions du pays.

Lire Plus

Économie

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l’UE pour déficit excessif

Article

le

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l'UE pour déficit excessif

La Commission européenne proposera aux États membres d’ouvrir des procédures disciplinaires contre sept pays, dont la France, la Belgique et l’Italie, qui ont un déficit excessif.

La Commission européenne se prépare à recommander l’ouverture de procédures disciplinaires contre sept États membres de l’Union européenne, y compris la France, pour avoir dépassé le seuil de déficit public autorisé. Cette mesure, qui concerne également la Belgique, l’Italie, la Hongrie, Malte, la Pologne, et la Slovaquie, devrait être formellement proposée aux autres membres de l’UE le 16 juillet, selon des sources européennes.

Ces pays ont enregistré en 2023 un déficit supérieur à 3 % du produit intérieur brut (PIB), limite imposée par le Pacte de stabilité et de croissance de l’UE. La règle européenne stipule que tout État membre dépassant ce seuil doit réduire son déficit d’au moins 0,5 point de pourcentage par an. En cas de non-conformité, les pays risquent théoriquement des sanctions financières correspondant à 0,1 % de leur PIB annuel. Pour la France, cela pourrait se traduire par une amende de 2,5 milliards d’euros, bien que de telles sanctions n’aient jamais été appliquées jusqu’à présent.

À Bercy, l’annonce de la Commission est accueillie avec sérénité. Le ministère de l’Économie affirme que cette démarche était anticipée et qu’elle ne devrait pas être interprétée comme un indicateur négatif de la santé économique de la France. « C’est une procédure tout à fait normale et prévisible. On s’y attendait et surtout cela ne veut pas dire que la situation économique française est mauvaise, au contraire, » a déclaré un porte-parole du ministère.

Le ministère souligne également que les perspectives économiques de la France sont vues de manière positive par la Commission européenne, qui devrait confirmer cette vision dans ses prochaines communications. Cependant, Bercy admet que « tout peut changer à partir du 7 juillet », en référence aux résultats des élections et leur impact potentiel sur la politique économique française.

Cette décision intervient dans un contexte où plusieurs pays européens luttent contre des déficits croissants exacerbés par les récentes crises économiques et sanitaires. La pandémie de COVID-19 et les tensions géopolitiques, notamment la guerre en Ukraine, ont mis à rude épreuve les finances publiques de nombreux États membres.

La Commission européenne, qui a temporairement assoupli les règles budgétaires pendant la pandémie, signale par cette initiative un retour à une discipline fiscale plus stricte dans l’espoir de stabiliser l’économie européenne et de préserver la confiance dans l’euro.

Les discussions au sein du Conseil européen sur les recommandations de la Commission seront cruciales pour déterminer la suite des événements, y compris la possibilité de négociations pour des plans de réduction de déficit sur mesure ou, le cas échéant, l’application de sanctions financières.

Lire Plus

Les + Lus