Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

XV de France : Ollivon de retour pour guider 17 « bleus » au Japon

Article

le

xv-de-france:-ollivon-de-retour-pour-guider-17-« bleus »-au-japon

Pour la première tournée du XV de France au Japon début juillet, Fabien Galthié a rappelé lundi le « grognard » Charles Ollivon, de retour après plus d’un an d’absence en sélection, et convoqué 17 néophytes parmi son groupe 42 joueurs.

Même si les Bleus ont une série de huit victoires d’affilée à prolonger, le sélectionneur avait prévenu qu’il laisserait de nombreux cadres au repos, dont la plupart des vainqueurs du Grand Chelem ce printemps, notamment les Toulousains Antoine Dupont, Romain Ntamack, Cyril Baille et Anthony Jelonch, et les Rochelais champions d’Europe Gregory Alldritt, Uini Atonio et Jonathan Danty.

Il s’est aussi passé des joueurs des clubs finalistes du Top 14 vendredi prochain, Montpellier et Castres, pour les deux rencontres programmées face aux Nippons, le 2 juillet à Aichi puis le 9 juillet à Tokyo.

Aux côtés des 19 Français sélectionnés au sein des Barbarians britanniques, vainqueurs des Anglais (52-21) dimanche à Twickenham, tous dans le groupe, plusieurs petits nouveaux figurent dans les 42.

On peut citer parmi eux certaines révélations de cette saison: le troisième ligne du Stade rochelais Matthias Haddad (21 ans), le demi de mêlée du Racing 92 Nolann Le Garrec (20 ans), l’ailier de Bayonne Rémy Baget (24 ans, co-meilleur marqueur d’essais de Pro D2)…

Ainsi que quelques surprises: le pilier de Bayonne Matis Perchaud (19 ans), le troisième ligne de Bordeaux-Bègles Bastien Vergnes-Taillefer (25 ans) ou l’ailier d’Oyonnax Enzo Reybier (20 ans).

Huit en série

C’est donc avec un groupe jeune (un peu plus de 23 ans de moyenne d’âge) et inexpérimenté (6 sélections en moyenne) que Fabien Galthié et son staff s’envoleront mercredi pour le Japon, avec l’objectif de continuer sur la lancée des huit succès consécutifs des Bleus: les trois test-matches de l’automne contre l’Argentine, la Géorgie et la Nouvelle-Zélande suivis des cinq rencontres du Tournoi des six nations.

L’an dernier, pour la tournée d’été en Australie, ils étaient 22 à n’avoir jamais enfilé le maillot au Coq, et certains inconnus du grand public en avaient profité pour briller.

L’arrière de Perpignan, alors en Pro D2, Melvyn Jaminet, avait ainsi tellement crevé l’écran « down under » qu’il a ensuite été titularisé lors de chacun des matches du XV de France.

Non-qualifié pour les phases finales du Top 14 avec l’Usap, qu’il quitte pour rejoindre Toulouse à la rentrée, il fait donc logiquement partie du voyage vers Tokyo.

Le Toulonnais Charles Ollivon (23 sélections), absent l’an dernier car blessé au genou deux mois après son dernier match en Bleu contre l’Ecosse le 26 mars 2021, fait également partie des 42 et devrait être désigné capitaine, un titre qu’il avait laissé en Australie à Anthony Jelonch.

Le troisième ligne toulonnais sera épaulé par un autre « ancien », Damian Penaud (32 sélections), dont le club n’a pas non plus réussi à se qualifier en phase finale, ainsi que par le centre du Racing 92 Virimi Vakatawa (30 sélections), qui sort d’une saison en dents de scie et aura l’occasion de se racheter au Japon.

« Incubateur »

L’ouvreur Matthieu Jalibert (15 sélections), éliminé en demi-finale du Top 14 avec Bordeaux-Bègles, va pouvoir acquérir du temps de jeu en Bleu, après avoir raté le Tournoi pour cause de blessure.

Enfin, les « Chelemards » Maxime Lucu, Yoram Moefana et Peato Mauvaka peuvent également faire leurs valises.

Cette tournée constituera une « opportunité pour beaucoup de joueurs de profiter de notre mode +incubateur, laboratoire+ », avait expliqué Galthié mi-mai lors d’une conférence de presse.

Avant d’ajouter: « On l’a vu en Australie l’an dernier, il y a des joueurs qui se sont révélés comme Melvyn Jaminet, Cameron Woki, Anthony Jelonch… Donc, c’est une opportunité pour des joueurs qui n’ont pas eu encore la chance de saisir le train vers la Coupe du monde. »

A un peu plus d’un an du Mondial-2023 (8 septembre – 28 octobre) en France, il est encore temps de monter dans le wagon.

Sports

Top 14 : une première sans pitié pour Montpellier

Article

le

top-14:-une-premiere-sans-pitie-pour-montpellier

Grande première ! Montpellier a inauguré son palmarès en décrochant le premier titre de champion de France de son histoire devant Castres (29-10), vendredi, en finale du Top 14.

Après deux défaites, contre Toulouse (15-10) en 2011 puis devant le CO déjà (29-13) en 2018, le MHR a enfin soulevé le Bouclier de Brennus au terme d’une saison pleine, terminée à la 2e place du classement avant de surclasser Bordeaux-Bègles (19-10) puis Castres donc.

Au Stade de France, les Héraultais ont tout simplement transformé la finale 2022 en cauchemar pour des Castrais impuissants, incapables de réagir devant la furia des hommes de Philippe Saint-André.

Ils ont ainsi inscrit trois essais dans le premier quart d’heure par Arthur Vincent (6e), Florian Verhaeghe (10e) et Anthony Bouthier (12e). Mais les Montpelliérains ont surtout réussi à museler les Tarnais, pourtant leader de la saison régulière et tombeurs de l’ogre toulousain en demie.

Dix ans après le titre surprise des footballeurs d’Olivier Giroud, Souleymane Camara et Younes Belhanda, le MHR d’Arthur Vincent, Yacouba Camara et Mohamed Haouas est sacré à son tour.

Ils imitent aussi les équipes de volley masculines (8 titres dont le dernier en 2022) et masculines (7 titres entre 1970 et 1977), les handballeurs (14 titres, le dernier en 2012) ou les basketteuses du BLMA (2 titres, le dernier en 2016).

« On veut écrire notre histoire », clamaient d’ailleurs les joueurs montpelliérains en coeur avant leur troisième finale de Top 14.

Le panthéon sportif de la cité héraultaise s’est donc remplit d’un premier Brennus au soir d’un match où tout a tourné dans leur sens.

Mais les rugbymen n’ont pas volé leur sacre. Ce succès a été un condensé de leur saison, solide à défaut d’être brillant.

PSA, nouveau Hérault

Car le MHR, au bord du gouffre à l’arrivée de PSA en janvier 2021, s’est révélé une des équipes les plus constantes de la saison, ne délaissant le top 6 que pendant six journées, de la 3e et à la 8e journée.

Ils ont même été dans les deux premiers à partir de la 14e journée et jusqu’à la fin.

Un tour de force qui porte la marque de Saint-André, l’ancien sélectionneur des Bleus tombé en disgrâce après la déroute face aux All Blacks (62-13) lors du Mondial-2015.

Dix-huit mois après son arrivée place de la Comédie, PSA, bien aidé par ses adjoints Olivier Azam (avants) et Jean-Baptiste Elissalde (arrières), a remporté le Challenge européen la saison dernière et le Top 14 cette année, son premier titre national après le championnat d’Angleterre avec Sale en 2006.

Les hommes du milliardaire Mohed Altrad, cinquièmes budget du championnat, se sont aussi appuyés sur leur jeunesse (Arthur Vincent, Louis Foursans, Paolo Garbisi…) et un recrutement malin (Zach Mercer, Geoffrey Doumayrou, Alexandre Bécognée…), encadré par des grognards (Guilhem Guirado, Fulgence Ouedraogo, Benoît Paillaugue…).

Autour d’un jeu simplifié mais pas dénué d’audace, le MHR a relancé la machine. Le voilà champion de France pour la première fois de son histoire. Même la sortie prématurée du talonneur Guilhem Guirado sur commotion (27e), pour son dernier match, n’a pas su faire dérailler le train montpelliérain.

Pour le CO, rien n’est allé: trois essais encaissés dans les douze premières minutes, leur ouvreur Benjamin Urdapilleta (211 points cette saison) sorti avant la demi-heure de jeu, trois turnovers chacun pour Filipo Nakosi et Vilimoni Botitu, seulement soixante plaquages réussis… Bref, une soirée à oublier. Sauf pour les supporters de Montpellier.

Lire Plus

Sports

Top 14 : Castres-Montpellier, une finale pour les spécialistes

Article

le

top-14:-castres-montpellier,-une-finale-pour-les-specialistes

Castres-Montpellier: l’affiche de la finale du Top 14, vendredi (20h45) au Stade de France, moins chatoyante qu’un Toulouse – Bordeaux-Bègles, réunit néanmoins les deux équipes les plus régulières de la saison, au jeu rarement enlevé mais efficace, particulièrement apprécié des spécialistes.

Comme la saison dernière, les deux premiers de la saison régulière, en l’occurrence le Castres Olympique (76 points) et le Montpellier Hérault rugby (74 pts), se retrouvent en finale du championnat, après avoir respectivement dominé en demies les plus attendus, Toulouse (24-18), champion en titre, et Bordeaux-Bègles (19-10).

En début de saison, peu de gens pariaient sur une finale entre la sous-préfecture du Tarn, pourtant déjà cinq fois victorieuse du Bouclier de Brennus, dont la dernière en 2018, et un MHR en quête de son premier titre en championnat, à l’effectif moins « mercenaire » qu’avant et qui revient de loin après une saison 2020-2021 terminée à la 10e place.

Tous deux éliminés précocement en coupes d’Europe (en 8e de finale du Challenge européen pour le CO, en quarts de la Champions Cup pour le MHR) et comptant peu d’internationaux, les deux clubs se sont évités des « doublons » préjudiciables durant le Tournoi des six nations: autant d’atouts qui leur ont permis de conserver une certaine fraîcheur tout au long de la saison et de jouer les cadors sans trop forcer.

Et ce, sans attirer la lumière des projecteurs en l’absence de « stars » dans leurs effectifs.

« Valeurs »

« J’ai vu dans les médias que la finale la plus glamour aurait été Bordeaux-Toulouse. On est désolés pour les gens qui trouvent qu’on n’est pas glamour (rires) », admet le deuxième ligne de Castres Loïc Jacquet.

Mais, ajoute-t-il, en rappelant que le CO n’est que le 10e budget du Top 14, « il y a énormément de gens qui se retrouvent dans les valeurs du club et de ce que l’équipe, avec ses moyens, arrive à transmettre sur le terrain et ça, ça nous fait plaisir ».

Des « valeurs » que les deux clubs partagent, ainsi qu’un jeu axé sur les fondamentaux du rugby: conquête, défense et maîtrise du jeu au pied, avec un duel de générations à suivre entre l’ouvreur argentin du CO Benjamin Urdapilleta, 37 ans, et son homologue italien du MHR Paolo Garbisi, 22 ans.

Cette finale oppose aussi deux managers férus de rugby, aussi discrets qu’adeptes du moindre détail.

D’un côté, le Gersois Pierre-Henry Broncan, arrivé dans le Tarn alors que le CO luttait pour son maintien en Top 14 et qui l’a conduit pour la première fois à la première place de la saison régulière.

« 50/50 »

De l’autre, Philippe Saint-André, appelé à la rescousse par Mohed Altrad alors que le club était menacé de la relégation en janvier 2021. Quelques mois plus tard, un premier trophée en Challenge européen venait couronner le travail de l’ancien patron du XV de France qui a su insuffler une nouvelle dynamique à son effectif, rajeuni, ragaillardi et « francisé » après l’échec de la greffe sud-africaine.

L’affiche de vendredi soir est également un « remake » de la finale de 2018, qui avait vu le CO l’emporter 29-13, mais cela n’a « rien à voir », assure Loïc Jacquet.

« Autant en 2018 on aurait pu dire que Montpellier était grandement favori (…) autant pour cette finale, c’est du 50/50, affirme-t-il. Ce sont deux équipes qui se ressemblent beaucoup dans leur jeu, dans plein de choses ».

Jamais titrés mais deux fois finalistes (2011 et 2018), les Héraultais espèrent prendre leur revanche et soulever leurs premier Bouclier de Brennus vendredi.

Ce serait un beau cadeau pour Fulgence Ouedraogo, figure du MHR et Guilhem Guirado, ancien capitaine du XV de France, deux icônes du rugby français qui prendront leur retraite à l’issue de la rencontre. Mais aussi une belle revanche pour « PSA », dont le bilan comme manager reste terni par la cuisante défaite des Bleus (62-13) face aux Blacks en quarts du Mondial-2015.

Lire Plus

Sports

Foot : à 50 ans, Zidane rêve des Bleus et juge le PSG « pas d’actualité »

Article

le

foot:-a-50-ans,-zidane-reve-des-bleus-et-juge-le-psg-« pas-d’actualite »

Zinédine Zidane, qui fête jeudi ses 50 ans, a « envie de boucler la boucle avec l’équipe de France » en devenant « un jour » sélectionneur, a-t-il réaffirmé dans un entretien accordé à L’Equipe, où il juge l’option PSG « pas d’actualité », sans toutefois « dire jamais » au club parisien.

Dans cette interview-fleuve réalisée début mai et publiée jeudi à l’occasion de son 50e anniversaire, l’icône du football français revient sur son parcours de joueur et d’entraîneur, ses plus belles émotions et ses projets d’avenir, confirmant son souhait d’être sélectionneur des Bleus, « la plus belle chose qui soit ».

« J’en ai envie, bien sûr. Je le serai, je l’espère, un jour. Quand ? Ça ne dépend pas de moi. Mais j’ai envie de boucler la boucle avec l’équipe de France », déclare Zidane dans les colonnes du quotidien sportif.

« C’est le summum. Et donc, comme j’ai vécu ça et qu’aujourd’hui je suis entraîneur, l’équipe de France est bien ancrée dans ma tête », dit l’ancien capitaine des Bleus.

Le champion du monde 1998 et champion d’Europe en 2000 devra a minima attendre l’après-Coupe du monde au Qatar (21 novembre-18 décembre), alors que le contrat de l’actuel sélectionneur Didier Deschamps court jusqu’à fin 2022 et qu’une prolongation reste possible.

« Aujourd’hui, une équipe est en place. Avec ses objectifs. Mais si l’opportunité se présente ensuite, alors je serai là », glisse « Zizou ».

Triple vainqueur de la Ligue des champions sur le banc du Real Madrid (2016, 2017, 2018) et aujourd’hui en quête d’un nouveau défi, « ZZ » assure vouloir « continuer à entraîner ».

Et s’il juge la piste menant au PSG « pas d’actualité », alors que le président parisien Nasser Al-Khelaïfi a lui-même écarté mardi cette hypothèse évoquée dans la presse, le natif de Marseille n’exclut pas de s’asseoir un jour sur le banc du club de la capitale, grand rival de l’OM.

« Il ne faut jamais dire jamais. Surtout lorsque vous êtes entraîneur aujourd’hui. Mais la question est sans objet.  Ce n’est absolument pas d’actualité », a-t-il tranché. « Entraîneur, il n’y a pas cinquante clubs où je peux aller », fait-il valoir.

Dans dix ans, Zidane, déjà impliqué en famille dans son entreprise de complexes sportifs Z5, s’imagine bien dans d’autres fonctions, à la tête « d’une structure ou d’une institution ».

« Pourquoi pas être dans un projet dans lequel je suis moi-même le dirigeant », explique-t-il, sans écarter l’idée de présider un club: « Tout est ouvert. »

Lire Plus

Les + Lus