Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

[Urgent] Une fermeture des bars sur Sète et le Bassin de Thau est envisagée dès lundi par le préfet de l’Hérault

Article

le

Une fermeture des bars sur Sète et le Bassin de Thau

D’après nos informations la décision serait prise. Les bars sur Sète et le Bassin de Thau devront rester fermés dès ce lundi 19 Octobre 2020.

Plusieurs patrons de bars sont déjà au courant des nouvelles restrictions que va prendre le Préfet. Certains bien informés n’ont même pas renouvelé le stock de la semaine prochaine.

En coulisses le président de Sète – Agglopôle François Commeinhes est très actif auprès du Préfet de l’Hérault pour essayer d’obtenir un sursis. Même si l’échéance est repoussée d’une semaine ou deux, la fermeture des bars semble inévitable dans les prochaines semaines devant l’augmentation des cas de Covid-19 sur le bassin de Thau.

L’afflux des Montpelliérains vers le Bassin de Thau pose problème ?

Alors que Montpellier a basculé en zone d’alerte maximale mardi, l’afflux vers le Bassin de Thau des habitants de Montpellier et son agglomération pose en réalité un problème. Le Préfet de l’Hérault semble redouter que le Bassin de Thau soit pour beaucoup de Montpelliérains une alternative pour venir se détendre dans un secteur sans restriction sanitaire.

Le préfecture de l’Hérault cherche avant tout à ralentir la propagation du virus dans le département mais surtout aujourd’hui à limiter son déplacement vers le secteur du Bassin de Thau pour qu’il ne passe pas à son tour en zone d’alerte maximale.

Un mal pour un bien ?

À lire aussi >> [Sète] Un pistolet 6.35, de la drogue, un gilet pare-balles et 14.000€ saisis à l’île de Thau

Comment suivre le journal Le Singulier >> ICI

5 Commentaires

5 Comments

  1. Delille eric

    14 octobre 2020 at 11 h 06 min

    Laissez nous travailler dans le respect des règles sanitaires, fermer les bars, c’est condamner tout un secteur à la faillite, alors que les clusters ne proviennent pas de ces établissements, nous sommes prêts, par contre, à respecter un couvre-feu, qui éviterait les rassemblements nocturnes et les réunions festives. Merci à notre Maire François Commeinhes de défendre notre outil de travail.

  2. Gigi

    15 octobre 2020 at 6 h 26 min

    Dramatique pour cette profession

  3. Xavier Pezet

    15 octobre 2020 at 13 h 14 min

    Merde mon bistro préférer à sete j ai pas mal de souvenir pas toujours sofs .

  4. Pingback: [URGENT] Le préfet de l’Hérault prend de nouvelles mesures applicables dés aujourd’hui 21h00 - Le Singulier

  5. Sylvie

    20 octobre 2020 at 22 h 15 min

    Il suffisait d’arreter, également ,l’arrivage de nouveaux vacanciers , ce weekend, comme il aurait dû être au mois de Juillet ! Nous étions en zone verte fin juin ….. Mais tout ça n’est qu’une affaire de pognon !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus