Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

TikTok menacé d’interdiction aux Etats-Unis : des députés américains adoptent un projet de loi

Article

le

TikTok menacé d’interdiction aux Etats-Unis : des députés américains adoptent un projet de loi

La Chambre des représentants des États-Unis passe à la vitesse supérieure en exigeant que la plateforme ByteDance se sépare de ses liens chinois sous peine d’une interdiction nationale.

Mercredi, la Chambre des représentants américains a voté massivement en faveur d’un projet de loi visant à contraindre TikTok à rompre ses liens avec Pékin, ou à faire face à une interdiction totale de ses services aux États-Unis. Cette décision marque une escalade significative dans les tensions entre la plateforme de médias sociaux et le gouvernement américain.

Le projet de loi, adopté à une écrasante majorité, vise spécifiquement la société mère de TikTok, ByteDance, basée à Pékin. Il exige que ByteDance vende sa filiale TikTok, à moins que cette dernière ne rompe ses liens avec des entreprises sous contrôle étranger, en particulier ceux de la Chine.

La motivation derrière cette action législative réside dans les craintes croissantes des législateurs américains quant aux risques potentiels pour la sécurité des données et à l’influence de Pékin sur la plateforme de médias sociaux. Bien que rien ne garantisse que cette législation sera effectivement mise en œuvre, elle témoigne des préoccupations persistantes quant aux intentions de ByteDance et à la protection des données des utilisateurs américains.

Le professeur Zhiqun Zhu, spécialiste en sciences politiques et relations internationales à l’Université Bucknell, a souligné que cette pression sur TikTok intervient dans un contexte tendu entre les États-Unis et la Chine, marquant ainsi une période difficile pour les entreprises chinoises aux ambitions mondiales.

Depuis sa création, TikTok a été conçue pour les marchés non chinois. Cependant, ses liens avec Pékin suscitent des inquiétudes croissantes, en particulier dans un climat international où la méfiance envers les entreprises chinoises est en augmentation. Malgré les tentatives de TikTok pour rassurer les législateurs américains en assurant que les données des utilisateurs américains restent aux États-Unis, les doutes persistent quant à la sécurité et à l’intégrité de ces données.

Alors que le projet de loi n’a pour l’instant été adopté qu’à la Chambre des représentants, son avenir au Sénat reste incertain. Cependant, le président Joe Biden a indiqué qu’il signerait le projet de loi s’il était approuvé par le Congrès, soulignant ainsi l’importance de cette question pour l’administration américaine.

En conclusion, cette initiative législative met en lumière le dilemme complexe auquel sont confrontées de nombreuses entreprises chinoises cherchant à s’étendre sur les marchés occidentaux. Alors que les tensions entre les États-Unis et la Chine persistent, TikTok se retrouve au centre d’un débat sur la sécurité des données et l’influence étrangère, laissant son avenir aux États-Unis dans l’incertitude.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

Monde

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

Article

le

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

L’Iran a lancé une attaque de drones contre son pays ce samedi 13 avril au soir, marquant ainsi une escalade dans les tensions régionales.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël, près de deux semaines après un raid contre le consulat iranien à Damas, une action attribuée à Israël. Cette série d’événements suscite des inquiétudes quant à une possible escalade des tensions au Moyen-Orient.

À Téhéran, des médias d’État ont confirmé une attaque de drones en cours contre Israël, considéré comme l’ennemi juré de l’Iran.

En réponse, les alliés de l’Iran, notamment le Hezbollah libanais et les rebelles yéménites houthis, ont également mené des attaques contre Israël. Le Hezbollah a tiré des roquettes sur le Golan occupé par Israël, tandis que les Houthis ont lancé des drones en direction du territoire israélien.

Les États-Unis ont été appelés à rester à l’écart du conflit par l’Iran, mais la défense anti-aérienne américaine aurait abattu des drones iraniens visant Israël, selon un responsable américain.

Des sirènes d’alerte ont retenti dans plusieurs régions d’Israël, notamment à Jérusalem, au Néguev (sud) et dans le nord du pays, signalant une possible attaque imminente.

Une heure après le début de l’opération iranienne, l’agence officielle Irna à Téhéran a rapporté le lancement d’une première vague de missiles balistiques « profondément à l’intérieur des territoires occupés (Israël, NDLR) ».

Cette attaque est considérée comme une réponse à une frappe sur le consulat iranien à Damas le 1er avril, qui a causé la mort de deux hauts gradés des Gardiens de la Révolution. L’Iran a accusé Israël d’être derrière cette attaque, bien que ce dernier n’ait ni confirmé ni nié sa responsabilité.

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a rapidement convoqué une réunion de crise avec son état-major et ses collaborateurs, tandis que les États-Unis ont réaffirmé leur soutien « inébranlable » à Israël.

La Jordanie, le Liban et l’Irak ont fermé leur espace aérien, tandis que l’Égypte a placé ses défenses aériennes en alerte maximale.

Les gouvernements britannique, français et allemand ont condamné l’attaque iranienne, exprimant leurs préoccupations quant à une possible escalade du conflit au Moyen-Orient.

Israël a fermé son espace aérien et suspendu les activités scolaires pour les deux prochains jours en raison de la menace sécuritaire.

L’Iran, ennemi déclaré d’Israël et allié du Hamas, auteur d’attaques contre Israël par le passé, souligne le risque d’une escalade régionale majeure suite à ces récents événements.

Lire Plus

Les + Lus