Nous rejoindre sur les réseaux

Hérault

Thau : Le bassin se mobilise pour la sauvegarde des abeilles

Article

le

En France, il existe 1000 espèces d’abeilles différentes, dont 600 dans l’Hérault. Une belle variété qui ne cache pas pour autant leur lente extinction. 30% des colonies d’abeilles disparaissent chaque année dans l’hexagone. Pourtant, ces petits insectes jouent un rôle crucial dans la biodiversité. Par la pollinisation, elles permettent notamment la croissance des fleurs et la culture de produits végétaux.

Concrètement, et comme le rapporte la Food and Agriculture Organisation : « la valeur des services écologiques et économiques fournie par les abeilles correspond à 577 milliards de dollars ». Les abeilles ne permettent pas seulement aux Hommes de manger. Avec la pollinisation, elles participent à la croissance d’arbres et de plantes qui servent de nourriture à bien d’autres espèces. Leur rôle dans l’écosystème global est donc d’une importance majeure.

Pourtant, l’on constate une diminution progressive de leur nombre. Pesticides, maladies, parasites, agriculture intensive, et, bien sûr, frelons asiatiques sont autant de raisons qui expliquent cette perte. Il y a pourtant des actions concrètes qui sont menées dans l’Hérault et le bassin de Thau.

Des initiatives bien réelles

Des plans d’action conduits par des individus ou des collectifs. À Mèze, nous vous avions rapporté que, grâce à l’installation de piège, Agir pour Mèze avait pu capturer 248 reines de frelons asiatiques.

Le département de l’Hérault n’est pas en reste non plus et multiplie les actions : plantation d’arbres mellifères (qui nourrissent les abeilles), réduction de la fréquence du fauchage, identification (avec le concours du CNRS) des espèces d’abeilles sauvages… Le département dit aussi soutenir la filière apicole en subventionnant « les apiculteurs, en les aidant à financer les traitements et en menant une réflexion avec les acteurs professionnels du secteur pour lutter contre le frelon asiatique. ».

Des résultats contrastés

« Planter des fleurs ça ne sauvera pas tout. D’ici une dizaine d’années, l’écotype local de l’abeille noire aura disparue », nous rapporte Jérémy Edo, apiculteur à Montbazin. Lui qui vient d’une famille d’apiculteur a vu le traitement réservé aux abeilles évoluer d’année en année. S’il constate avec plaisir qu’il y a de réelles tentatives pour protéger ces insectes, il reste tout de même sceptique. « On en parle beaucoup aujourd’hui, et pour de bonnes raisons à la base, mais ça peut devenir dangereux », nous dit-il.

Dangereux, surtout parce que, selon lui : « Quand on parle de sauvegarde des abeilles il faut surtout penser à sauvegarder ceux qui le font vivre ». Or, des agriculteurs spécialisés en apiculture, il n’y en a pas beaucoup en France. Pour Jérémy Edo, ce sont surtout des apiculteurs sans expériences ni formation qui commettent souvent des erreurs. « Le Département de l’Hérault parle d’activité semi-professionnelle avec 30 ruches, ça relève presque d’une blague. Certes, on veut préserver la biodiversité en mettant des ruches, le problème c’est que ce sont des gens qui ne sont pas formés qui font ça », poursuit-il. L’apiculteur craint que ces actions soient contre-productives, en introduisant par exemple des espèces d’abeilles qui ne seraient pas adaptées à cet environnement.

« Des vendeurs de miel on en trouve, des éleveurs d’abeilles on en cherche », poursuit-il. La formation et le partage d’information semblent donc être la clé qui permettra la sauvegarde des abeilles, si importantes pour notre écosystème.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Hérault

Le député Sylvain Carrière défend la baisse de la TVA dans tous les transports en commun

Article

le

Le député Sylvain Carrière défend la baisse de la TVA dans tous les transports en commun !
©SylvainCarrière

Sylvain Carrière, se mobilise en faveur de l’abaissement de la TVA sur les tickets de transport en commun. L’objectif est de réduire la TVA de 10% actuellement à un taux réduit de 5,5%, aligné sur les produits de première nécessité comme l’alimentation et l’énergie.

Le député de la 8e circonscription de l’Hérault, Sylvain Carrière, s’engage ardemment en faveur de l’abaissement de la TVA dans tous les transports en commun, dans le cadre de la proposition de loi émanant du groupe Les Républicains. Cette initiative, discutée en commission des finances, vise à réduire la TVA sur les tickets de TER de 10% à 5,5%. Elle sera soumise au débat lors de la niche parlementaire des Républicains qui se tiendra en séance le 7 décembre prochain.

Le 29 novembre dernier, en sa qualité de chef de file pour le groupe LFI-Nupes, Sylvain Carrière a vigoureusement plaidé en faveur de cette mesure historique. Actuellement fixée à 10% pour les transports en commun, la TVA serait ainsi ramenée au taux réduit de 5,5%, alignée sur les produits de première nécessité tels que l’alimentation et l’énergie.

Cette proposition transcende les enjeux sociaux pour embrasser également une dimension écologique cruciale. Avec la voiture individuelle responsable de 16% des émissions de gaz à effet de serre en France et 74% des Français l’utilisant quotidiennement, l’abaissement de la TVA dans les transports en commun apparaît comme une démarche essentielle pour réduire notre empreinte environnementale.

Sylvain Carrière ne souhaite pas s’arrêter à la seule baisse de la TVA sur les tickets de TER. Son ambition est de l’étendre à l’ensemble des transports en commun terrestres, y compris les autobus, dont le maillage est plus fin que le train en milieu périurbain et rural, ainsi que pour tous les transports ferrés, du tramway au TGV.

Ce geste en faveur des transports collectifs représente non seulement un soutien indispensable pour les 13,3 millions de personnes en situation de précarité de mobilité, mais il constitue également un appel à la transition vers des modes de déplacement plus respectueux de l’environnement.

Le rendez-vous est pris pour le jeudi 7 décembre lors de la niche parlementaire des Républicains, où ce texte sera débattu dans l’hémicycle. Sylvain Carrière se tient prêt à défendre avec conviction cette proposition visant à favoriser la mobilité durable et à contribuer à la bifurcation écologique indispensable pour l’avenir de notre planète.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Hérault

Météo : l’alerte orange pluie-inondation étendue, quatre départements concernés

Article

le

Météo : l'Hérault et le Gard placés en vigilance orange "pluie-inondation"

Les départements de l’Hérault, du Gard, de l’Ardèche et de la Drôme ont été placés en vigilance orange pluie-inondation pour la journée de mercredi par Météo-France.

Un épisode pluvieux s’abat sur le sud de la France ce mercredi 18 octobre. Météo-France a placé les départements de l’Hérault, du Gard, de la Drôme et de l’Ardèche en vigilance orange pluie-inondation. « L’épisode devrait se poursuivre la nuit suivante en se décalant légèrement vers l’est cévenol (département de l’Ardèche notamment) », détaille l’agence sur son site.

Des pluies diluviennes pourraient donc frapper ces départements avec un « cumul total sur l’épisode qui pourrait avoisiner les 150 à 200 mm sur les Cévennes et leur piémont, avec des pointes possibles à 250 mm (voire un peu plus très localement) ». En revanche, les plaines du Gard et de l’Hérault ne devraient pas être aussi durement touchées.

Cet épisode méditerranéen, qui a démarré dans la soirée de mardi, devrait s’intensifier ce mercredi. Météo-France souligne néanmoins qu’une « ‘incertitude porte sur la localisation précise des plus fortes pluies ». Ainsi, les départements limitrophes, actuellement en vigilance jaune, pourraient également basculer en alerte orange dans les heures qui viennent.

Lire Plus

Hérault

Hérault – Baisse du Prix de l’Énergie en 2024 : Une bonne nouvelle pour les collectivités locales

Article

le

Hérault - Baisse du Prix de l'Énergie en 2024 : Une bonne nouvelle pour les collectivités locales
©HéraultEnergies

Le Groupement d’Achat d’Énergies annonce des réductions significatives des coûts énergétiques, incitant les communes à poursuivre leurs efforts en matière de sobriété.

Audrey Imbert, Présidente d’Hérault Energies, a présenté la première réunion « d’achats groupés des énergies » en présence de maires, d’élus, et de décideurs publics, qui s’est tenue le mardi 12 septembre dans les locaux du syndicat. Cette réunion a été l’occasion d’annoncer une bonne nouvelle pour les collectivités locales : la baisse des prix de l’énergie prévue pour 2024, avec des perspectives favorables pour 2025.

La présidente a révélé que le prix de l’électricité devrait être divisé par deux en 2024, tandis que le prix du gaz devrait enregistrer une baisse de plus de 40%. Si l’on prend en compte les différentes taxes et une consommation constante, les budgets alloués aux dépenses énergétiques des collectivités devraient connaître une diminution d’environ 30% pour l’électricité et 40% pour le gaz. Audrey Imbert a souligné que le facteur déterminant dans les factures d’énergie reste la consommation et a encouragé les communes à continuer leurs efforts en matière de sobriété énergétique.

« La chasse au gaspillage énergétique sur le territoire est importante. Un guide des éco-gestes édité par Hérault Energies est mis à disposition des communes pour les soutenir. Bien que le prix de l’électricité devrait être divisé par deux entre 2023 et 2024, il reste toujours supérieur de 50% par rapport à 2021. Seule une réduction de la consommation peut nous permettre de nous rapprocher des niveaux budgétaires d’avant la crise », a expliqué Audrey Imbert.

Au cours des réunions programmées dans le département, les fonctionnalités de l’outil DEEPKI (solution numérique à la disposition des communes membres du groupement) sont expliquées pour en faciliter l’usage. En effet, DEEPKI permet de surveiller la consommation électrique et de gaz des bâtiments ainsi que de l’éclairage public, ce qui permet d’ajuster les consommations pour une meilleure optimisation des factures.

Cette annonce devrait apporter un soulagement bienvenu aux collectivités locales, confrontées à des défis budgétaires croissants, tout en encourageant la transition vers une utilisation plus responsable de l’énergie. La réduction prévue des coûts énergétiques offre également une opportunité précieuse de renforcer la durabilité environnementale dans la région.

Lire Plus

Les + Lus