Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Suède: ouverture du procès d’un Iranien accusé d’exécutions de masse en Iran en 1988

Article

le

suede:-ouverture-du-proces-d’un-iranien-accuse-d’executions-de-masse-en-iran-en-1988

Un procès qui restera dans les annales: un ancien responsable iranien, accusé d’être impliqué dans des exécutions de masse d’opposants ordonnées par l’ayatollah Khomeini pendant l’été 1988, doit être jugé à partir de mardi en Suède, une première dans ce dossier très sensible.

Hamid Noury, 60 ans, a été arrêté en novembre 2019 à l’aéroport international de Stockholm-Arlanda à l’occasion d’une visite en Suède. Il se trouve depuis en détention provisoire.

Selon le parquet suédois, M. Noury a, entre le 30 juillet et le 16 août 1988, « intentionnellement ôté la vie à un très grand nombre de prisonniers sympathisants ou appartenant aux Moudjahidine du peuple » visés par un ordre d’exécution de l’ayatollah Khomeini, fondateur de la République islamique d’Iran, après les attaques commises par le mouvement contre le régime à la fin de la guerre entre l’Iran et l’Irak (1980-88).

Son procès doit s’ouvrir à 09H15 (07h15 GMT) devant le tribunal de Stockholm. Trois journées d’audience sont prévues cette semaine pour ce procès fleuve hors normes qui doit durer jusqu’en avril 2022 et durant lequel des dizaines de témoins seront appelés à la barre.

L’accusé, qui occupait à l’époque des fonctions d’assistant auprès de l’adjoint au procureur à la prison iranienne de Gohardasht à Karaj, comparaît notamment pour « crimes de guerre » et « meurtres », en vertu de la compétence universelle de la justice suédoise pour ces chefs.

Selon Anna Wester, du tribunal de Stockholm, ce procès d’envergure internationale constitue une première dans l’histoire des deux pays.

L’affaire est très sensible en Iran, des militants accusant des responsables aujourd’hui au gouvernement d’y avoir joué un rôle: comme Ebrahim Raïssi, nouveau président de la République islamique accusé par Amnesty International d’avoir été membre d’une « Commission de la mort », à l’origine des exécutions.

Interrogé en 2018 et en 2020 sur ces exécutions, M. Raïssi a nié y avoir été impliqué mais a rendu « hommage » à l' »ordre » donné selon lui par l’ayatollah Khomeini de procéder à cette épuration.

Trentaine de plaintes

Des ONG de défense des droits humains font campagne depuis des années pour que justice soit rendue sur ce qu’elles considèrent être l’exécution extrajudiciaire de milliers d’Iraniens, en majorité jeunes, à travers l’Iran, au moment où s’achevait la guerre irano-irakienne.

Durant la même période, Hamid Noury est également soupçonné d’avoir participé à l’exécution d’autres prisonniers sur la base de leur idéologie ou de leur croyance, considérés comme opposés à « l’Etat théocratique iranien », selon le parquet.

Aujourd’hui visé par une trentaine de plaintes de parties civiles –des victimes, des témoins ou des proches des victimes–, l’accusé « nie toute accusation d’implication dans les exécutions présumées de 1988 », selon son avocat Thomas Söderqvist.

Iraj Mesdaghi, ancien prisonnier de Gohardasht à l’origine de l’arrivée d’Hamid Noury en Suède, a expliqué à l’AFP l’avoir appâté en lui promettant un voyage en « croisière de luxe » dans le nord de l’Europe.

« J’ai reçu une lettre de la part de l’ex-mari de sa fille. Il me disait qu’il pouvait m’aider à l’arrêter, en regagnant sa confiance », explique à l’AFP ce témoin clef dans cette affaire très sensible, après avoir constitué un dossier de « plusieurs milliers pages » à Londres puis à Stockholm.

Hamid Noury a cru qu’il allait rencontrer sa petite-fille, qui se trouvait en Suède, et faire un séjour de luxe dans plusieurs pays d’Europe mais à son arrivée sur le sol suédois, il a été arrêté.

« C’est la première fois qu’un bourreau doit répondre de ses actes devant la justice d’un autre Etat », se félicite aujourd’hui Iraj Mesdaghi.

Début mai, plus de 150 personnalités, dont des lauréats du prix Nobel, d’ex-chefs d’Etat ou de gouvernement et d’anciens responsables de l’ONU, avaient réclamé une enquête internationale sur ces exécutions de 1988.

Europe

Emmanuel Macron appelle à un « sursaut » pour assurer la « défaite » de la Russie lors d’une conférence sur l’Ukraine à Paris

Article

le

Emmanuel Macron appelle à un "sursaut" pour assurer la "défaite" de la Russie lors d'une conférence sur l'Ukraine à Paris

Le président français annonce de nouvelles mesures pour renforcer le soutien à l’Ukraine et refuse d’exclure la possibilité d’un envoi de troupes occidentales à l’avenir.

Lors d’une conférence d’urgence à Paris réunissant vingt-sept pays alliés de l’Ukraine, Emmanuel Macron a lancé un appel à un « sursaut » pour garantir la « défaite » de la Russie, annonçant de nouvelles mesures pour fournir davantage d’armes à Kiev.

Le président français a souligné l’urgence d’agir face à la situation critique en Ukraine, où l’absence d’armes occidentales compromet la capacité de défense du pays. Il a rappelé le rôle crucial de l’Union européenne dans le soutien à l’Ukraine et a évoqué la nécessité d’intensifier l’effort en faveur de l’armée ukrainienne.

Emmanuel Macron a également abordé la possibilité d’un envoi de troupes occidentales sur le sol ukrainien, affirmant que la défaite de la Russie était indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe. Cette déclaration a suscité des réactions mitigées, certains la considérant comme une mesure nécessaire pour contrer l’agression russe, tandis que d’autres l’ont qualifiée de « folie » et ont exprimé des inquiétudes quant aux conséquences d’un tel engagement militaire.

La conférence de Paris a été l’occasion pour les pays alliés de discuter de nouvelles initiatives pour soutenir l’Ukraine, notamment en renforçant les approvisionnements en armes et en coordonnant les efforts de défense. Emmanuel Macron a souligné l’importance de maintenir la pression sur la Russie et de faire front commun pour contrer ses agressions.

Alors que les tensions persistent en Ukraine et que les Ukrainiens font face à de nouveaux revers dans l’Est du pays, la conférence de Paris a revêtu une importance cruciale pour réaffirmer l’engagement des pays alliés envers l’Ukraine et pour contredire toute impression de désintégration de l’unité internationale face à l’agression russe.

Lire Plus

Europe

La Hongrie ratifie l’adhésion de la Suède à l’Otan, après des mois de blocage

Article

le

La Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède à l'Otan, après des mois de blocage

Le Parlement hongrois approuve massivement l’accession de la Suède à l’Alliance atlantique, mettant fin à une période de tensions et de tergiversations.

Après des mois de blocage et de tergiversations, la Hongrie a finalement donné son feu vert à l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Le Parlement hongrois a approuvé cette décision de manière écrasante, avec 188 voix sur 199 sièges, marquant ainsi la fin d’un long processus pour la Suède désireuse de rejoindre l’Alliance atlantique depuis l’invasion russe de l’Ukraine.

Cette approbation met un terme à une période chaotique marquée par des négociations ardues avec la Turquie, suivies des atermoiements du dirigeant nationaliste hongrois Viktor Orban, qui était le dernier réfractaire à l’adhésion de la Suède.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a salué cette décision comme un « jour historique », soulignant la volonté de la Suède d’assumer ses responsabilités en matière de sécurité euro-atlantique. Cette approbation intervient près de deux ans après le début du processus d’adhésion de la Suède à l’OTAN.

Viktor Orban, lors de l’ouverture de la session parlementaire, a également exprimé sa satisfaction, saluant la visite récente de son homologue suédois comme une étape importante pour renforcer les relations entre les deux pays, malgré leurs divergences d’opinion.

Lire Plus

Europe

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Article

le

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Le projet-phare du gouvernement Scholz pourrait faire de l’Allemagne l’un des pays les plus libéraux d’Europe en matière de cannabis.

L’Allemagne est sur le point d’adopter une loi historique qui légaliserait le cannabis à des fins récréatives, marquant ainsi un tournant significatif dans la politique allemande sur les drogues. Ce projet, l’un des piliers de l’administration d’Olaf Scholz, placerait l’Allemagne parmi les pays les plus progressistes d’Europe en matière de législation sur le cannabis, rejoignant ainsi Malte et le Luxembourg, qui ont déjà franchi ce cap respectivement en 2021 et 2023.

Les députés de la coalition au pouvoir ont salué cette réforme comme une avancée majeure vers une politique moderne sur les drogues, soulignant également son potentiel pour lutter plus efficacement contre le marché noir. La loi, annoncée pour entrer en vigueur le 1er avril 2024, doit toutefois être adoptée par le Parlement allemand, une étape qui reste incertaine.

Des résistances se sont manifestées lors des débats au Bundestag, notamment parmi les députés Verts et les libéraux du FDP, pourtant alliés au gouvernement. Le projet de loi prévoit la création d’associations à but non lucratif, baptisées « clubs de cannabis », autorisées à cultiver et à fournir du cannabis à leurs membres, sous le strict contrôle du gouvernement.

Ces clubs, limités à 500 membres adultes et interdits de proximité avec des établissements sensibles tels que les crèches ou les écoles, seront régis par des règles strictes interdisant la consommation sur place. Les adultes pourront posséder individuellement jusqu’à 25 grammes de cannabis et cultiver trois plants de cannabis femelle, tandis que la consommation dans des lieux publics sera permise dans la plupart des cas, à l’exception des zones sensibles.

La loi prévoit également une mesure rétroactive, permettant la suppression des amendes pour possession de cannabis inférieure à 25 grammes des casiers judiciaires des contrevenants. Cependant, la mise en œuvre de cette législation pourrait poser des défis pour les autorités, notamment en ce qui concerne le respect des zones interdites de consommation, selon les experts allemands.

Lire Plus

Les + Lus