Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Sète : Le festival des Voix Vives, faire entendre les poètes et leur âme

Article

le

©VilledeSète

Pour la 24eme édition des Voix Vives, neuf jour artistiques, culturelles et poétiques prendront place dans toute la ville, avec plus de 680 manifestations en tout lieu, du 23 au 31 juillet 2021. 

Le festival des Voix Vives, de Méditerranée en Méditerranée offre la possibilité à tous de pencher un oeil sur la poésie et l’écriture gratuitement. Selon la directrice Maïthé Vallès-Bled, ce festival a surtout pour objectif d’ « installer la parole poétique au coeur de la vie ».

En effet, l’un des principaux buts de ce festival est bien de promouvoir la poésie, qui de nos jours est plus où moins oubliée. Chaque année en juillet, des spectacles musicaux, littéraires, de comédie ou encore de chants prennent place dans la ville. En bref, de la poésie sous toutes les formes, et en tout lieu. c’est au total plus de 70 poètes, et 70 manifestations chaque jour, de 10 heures à minuit. 

L’évènement prendra place un peu partout, allant d’adresses, à des places publiques, en pleine rue, dans des parkings, des cours de lycée ou encore des jardins. On retrouvera également des manifestations artistiques au port, à la plage, ou dans des bateaux. Dans toute la ville donc, de nombreuses rencontres, qu’elles soient hasardeuses où voulues. 

Ajoutant a cela que le festival ne s’arrête pas à des contes de poésie, mais prendront places des spectacles, des concerts tous les soirs et d’accès gratuit, ainsi que des animations de rue et des guinguettes.

Le mélange des cultures 

Si ce festival tend notamment à ouvrir les portes de la poésie à tout type de public, il invite aussi à la rencontre, qui vacille entre tous les âges, tous les styles, milieux et origines. De nombreux invités viendront partager leur âme d’artiste à Sète, et certains d’entre eux prévoient un long voyage pour l’évènement. 

Parmi les listes d’invités, on compte par exemple Hala Mohammad, poète et cinéastes de films documentaires franco-syriens. Il y a également Wafae Ababou, marocaine et arrivée en France en 2003, après avoir appris la langue des signes française à seulement 7 ans. Sourde de naissance, elle est actuellement étudiante à Montpellier, et participe au Festival Sourd Métrage. 

D’autre part, sera au rendez-vous la poète israélienne primée et publiée à l’international Gili Haimovich. Elle a remporté le prix d’excellence par le Ministère Israelien, ou encore le statut de meilleure poète a des concours italiens, et des prix de l’Acum Association of Author. Un autre auteur primé, le Roumain Valeriu Stancu, qui est Officier de l’Ordre du Mérite Culturel de Roumanie, et Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République Française.

Le journaliste, écrivain et essayiste Raed Wahesh sera également de la partie, après avoir quitté une Syrie en flamme, les camps de réfugiés et être arrivé en Allemagne. Une autre journaliste qui sera de la partie : Zahra Sami Mroueh. La libanaise qui parle arabe, français, italien, espagnol et anglais a eu un rôle à jouer pendant les manifestations populaires libanaises de la Révolution d’octobre 2019. 

Finalement, des intervenants venant de toute la planète viendront partager leur savoir, leur expérience et leurs écrits, parmi des français et Occitanais. Le festival des Vives Voix, s’il devait être décrit en quelques mots inspirerai connaissance, poésie, rencontre, partage, et mots. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. jean claude reilles

    24 juillet 2021 at 21 h 09 min

    difficile a comprendre la politique de cette mairie,toutes les festivities st pierre,st louis sont supprimé sauf les voix vives qui nous coûtes une fortune a nous setois,j’aimerais savoir combien de setois (es) participe ? entre restaurant et hotel pas en formule 1 bien sur reviens très très chers au con tribuables que nous sommes cette hiver a nos poches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

Article

le

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

À la veille du Festival de Cannes, 7 000 acteurs signent une tribune pour dénoncer le non-respect de la loi sur la rémunération proportionnelle de leurs œuvres.

Alors que le Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes pour sa 77e édition, une tribune signée par 7 000 acteurs français fait grand bruit. Cette déclaration exprime le mécontentement des artistes face à la rémunération jugée insuffisante de leurs œuvres par les plateformes de streaming.

Parmi les signataires de cette tribune, des personnalités telles que Julie Gayet, Samuel Le Bihan, Benoît Magimel et Thierry Lhermitte réclament une application stricte de la loi du 12 mai 2021. Cette loi prévoit une rémunération supplémentaire proportionnelle au succès des œuvres diffusées sur les plateformes en ligne.

Trois ans après l’adoption de cette loi, les acteurs constatent qu’elle n’est toujours pas mise en application. Dans leur tribune, ils évoquent la possibilité d’un mouvement de grève similaire à celui ayant eu lieu à Hollywood, ayant entraîné des pertes considérables pour l’industrie cinématographique américaine.

Anne Bouvier, présidente de l’Adami, soutient cette initiative et appelle à un soutien gouvernemental pour faire respecter les droits des artistes. Elle souligne également une montée de la colère parmi les acteurs français, notamment ceux œuvrant dans les séries télévisées quotidiennes.

L’acteur et réalisateur Sam Karmann, dans une déclaration au Parisien, espère que la raison et la loi prévaudront, mais n’exclut aucune forme de mobilisation pour faire entendre les revendications des acteurs.

Lire Plus

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Les + Lus