Nous rejoindre sur les réseaux

France

Procès Ikea: place aux réquisitions, après les millions d’euros demandés par les parties civiles

Article

le

proces-ikea:-place-aux-requisitions,-apres-les-millions-d’euros-demandes-par-les-parties-civiles

Après cinq jours d’un procès fleuve parfois houleux, le parquet requiert mardi dans le dossier Ikea France, accusé d’avoir espionné salariés et clients, un moment très attendu par les quelque 120 parties civiles qui ont réclamé des millions d’euros de dommages et d’intérêts.

Ikea France, poursuivi comme personne morale, encourt jusqu’à 3,75 millions euros d’amende.

Révélée en 2012 par la presse, cette affaire dite d’espionnage avait contraint la filiale française au licenciement de quatre responsables.

Ces pratiques de surveillance sont « en opposition avec les valeurs d’Ikea », a déclaré devant le tribunal Karine Havas, représentante légale d’Ikea France et actuelle directrice financière.

Depuis le 22 mars, deux anciens PDG d’Ikea France, des directeurs de magasins mais aussi des fonctionnaires de police et le patron d’une société d’investigations privée se sont succédé à la barre.

Ils se sont renvoyé la responsabilité des accusations, à savoir collecte et divulgation illicite d’informations personnelles, violation du secret professionnel ou encore recel de ces délits, ce qui expose certains d’entre eux à une peine maximale de dix ans d’emprisonnement.

L’instruction a révélé un système de surveillance, des salariés et même parfois des clients, bien rôdé; des antécédents judiciaires au train de vie en passant par le patrimoine.

Si les prévenus comparaissent pour des faits commis entre 2009 et 2012, ces pratiques illégales remontaient au début des années 2000, selon l’accusation.

 « Contrôles de masse »

L’ancien « Monsieur sécurité » d’Ikea France, Jean-François Paris, a décrit des « contrôles de masse » de salariés, dont des syndicalistes.

A la barre, il a répété avoir suivi une consigne formulée en 2007 par l’ex-PDG Jean-Louis Baillot, des dires formellement contestés par l’intéressé. « Jean-François Paris avait toute autonomie pour travailler, il n’avait pas à me rendre des comptes », a insisté M. Baillot.

Son successeur à la tête d’Ikea France en 2010, Stefan Vanoverbeke, également jugé, s’est dit « choqué » de ces pratiques de surveillance, y voyant des « initiatives isolées » mais pas une « politique d’Ikea ».

Directeur de la gestion des risques d’Ikea France de 2002 à 2012, Jean-François Paris transmettait des listes de personnes « à tester » à Eirpace, dirigée par Jean-Pierre Fourès.

Le patron de cette entreprise spécialisée « en conseil des affaires » est notamment accusé d’avoir, par l’entremise de policiers, eu recours au STIC, le Système de traitement des infractions constatées, ce dont il s’est défendu.

Cet ancien des Renseignements généraux (RG) a ainsi provoqué l’hilarité de la salle lors de son interrogatoire, expliquant avoir usé « d’imagination et ingéniosité » pour se renseigner, via des enquêtes de voisinage et une utilisation idoine de Google.

Un des policiers mis en cause a pour sa part assuré n’avoir consulté le STIC au sujet d’employés d’Ikea « que dans le cadre de procédures », des enquêtes pour « vols pour escroquerie », dont les enquêteurs n’ont cependant jamais trouvé trace.

Lors de leurs plaidoiries lundi, les avocats des parties civiles ont demandé un « jugement exemplaire » de l’enseigne ainsi que des millions d’euros de dommages et intérêts; dont deux millions pour Force Ouvrière (FO).

Le procès se poursuivra avec les plaidoiries de la défense dès mardi après-midi.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Article

le

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Des camions jaunes sillonnent les territoires isolés pour offrir des services postaux, bancaires et numériques aux habitants des régions éloignées.

La Poste lance une initiative ambitieuse pour renforcer sa présence dans les zones rurales françaises en introduisant des bureaux de poste itinérants sous forme de camions jaunes. Cette nouvelle approche vise à revitaliser un concept historique de La Poste datant des années 1960-70, où les célèbres fourgons jaunes de Citroën allaient à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail et de loisirs.

L’expérimentation débutera le vendredi 19 avril à Champosoult (Orne) et se déploiera dans trois départements – l’Orne, la Creuse et la Haute-Marne – le mardi 23 avril, puis dans le Gers et le Jura le samedi 27 avril. Cinq camions jaunes Renault Trucks Masters sillonneront les routes pendant un an, couvrant 40 communes et touchant environ 13 000 habitants.

Avec un budget d’un million d’euros, cette initiative comprend une gamme de services accessibles aux usagers, notamment l’achat de produits postaux, l’affranchissement de lettres et de colis, la souscription à des services téléphoniques et Internet, ainsi que des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale. Il sera également possible de prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire pour les particuliers et les professionnels.

Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste, a expliqué à Ouest-France que bien que les retraits de liquide ne soient pas possibles, sauf dans le camion circulant dans la Creuse, La Poste teste néanmoins cette fonctionnalité dans un souci d’innovation et de service accru aux usagers. Elle a souligné que l’installation de distributeurs de billets dans les camions représente un défi technique et de sécurité, mais La Poste est déterminée à explorer cette possibilité, même si elle implique des coûts supplémentaires liés à la sécurité.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de La Poste de moderniser ses services et de répondre aux besoins des populations rurales en offrant un accès amélioré aux services postaux, bancaires et numériques, tout en préservant le lien social et économique dans les régions éloignées.

Lire Plus

France

« Besoin d’un sursaut d’autorité” : Gabriel Attal s’attaque à la violence chez les jeunes

Article

le

"Besoin d’un sursaut d’autorité” : Gabriel Attal s’attaque à la violence chez les jeunes

Le Premier ministre promet une réponse ferme à l' »addiction à la violence » de la jeunesse, avec des mesures éducatives et judiciaires ambitieuses.

Dans le cadre de ses 100 premiers jours à Matignon, Gabriel Attal a lancé un appel à la mobilisation générale contre la violence chez les jeunes lors d’un déplacement à Viry-Châtillon (Essonne). Sous le thème du « sursaut d’autorité », le Premier ministre a dévoilé une série de mesures éducatives et judiciaires ambitieuses pour juguler l' »addiction à la violence » d’une partie de la jeunesse française.

« La mobilisation générale de la Nation est nécessaire pour renouer avec nos adolescents et pour juguler la violence », a déclaré le Premier ministre depuis la mairie de Viry-Châtillon, une ville marquée récemment par le décès tragique de Shemseddine, 15 ans, victime de violences. Gabriel Attal a souligné l’urgence d’un « sursaut d’autorité » et s’est engagé à prendre des mesures rapides avant l’été pour répondre à cette problématique.

Le Premier ministre a insisté sur la nécessité de responsabiliser les parents et de renforcer la scolarisation des collégiens en proposant des cours tous les jours de la semaine de 8h00 à 18h00. Il a également annoncé que les élèves perturbateurs devraient désormais être sanctionnés dans l’obtention de leurs diplômes scolaires, sauf s’ils réalisent des activités d’intérêt général et respectent les règles établies.

Sur le plan judiciaire, Gabriel Attal a proposé d’ouvrir le débat sur des atténuations à l’excuse de minorité dans les condamnations pénales, ainsi que sur la possibilité de mettre en place une comparution immédiate devant le tribunal pour les jeunes à partir de 16 ans, afin qu’ils répondent immédiatement de leurs actes comme les adultes.

Le Premier ministre a également abordé la question du fait religieux à l’école, affirmant qu’à l’école, la seule règle qui vaut est la laïcité, et qu’il n’y aura pas de guerre des religions. Ces mesures font suite à une demande d’Emmanuel Macron de lancer une concertation contre le « surgissement de l’ultraviolence » des jeunes.

Gabriel Attal a conclu en soulignant son engagement à obtenir des résultats concrets dans les semaines à venir, affirmant que la recherche des résultats était sa priorité absolue.

Enfin, pour marquer ses 100 jours à la tête du gouvernement, le Premier ministre sera interviewé en soirée sur BFMTV, où il reviendra sur les défis rencontrés et les actions entreprises au cours de cette période.

Lire Plus

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

Les + Lus