Nous rejoindre sur les réseaux

France

Présidentielle 2022 : Blanquer brûlé par le soleil d’Ibiza, Montebourg s’éclipse

Article

le

presidentielle:-blanquer-brule-par-le-soleil-d’ibiza,-montebourg-s’eclipse

Il regrette « la « symbolique »: Jean-Michel Blanquer a fait amende honorable, mardi, d’avoir passé ses vacances à Ibiza alors que se décidait le protocole sanitaire dans les écoles, une nouvelle épreuve pour la majorité en vue de la présidentielle à laquelle Arnaud Montebourg va définitivement renoncer.

« Il se trouve que le lieu que j’ai choisi, j’aurais dû en choisir sans doute un autre. La symbolique, je la regrette », a lancé le ministre de l’Education nationale lors des questions au gouvernement à l’Assemblée.

Il a reconnu dans la soirée sur TF1 « peut-être un peu une erreur », ajoutant toutefois refuser de servir de « bouc-émissaire » à ses détracteurs. Il a souligné qu’avoir défendu « l’école ouverte » l’avait exposé à « beaucoup d’adversité.

Depuis lundi soir, l’opposition déplore « une image désastreuse » après les révélations de Mediapart quant aux vacances de M. Blanquer juste avant la rentrée scolaire.

Cinq jours seulement après la mobilisation massive des enseignants, l’affaire tombe mal pour la majorité à l’approche de la présidentielle, d’autant qu’elle a fait de l’éducation l’un des principaux marqueurs de son quinquennat.

Le Premier ministre Jean Castex a pris la défense de son ministre, estimant que l’appareil d’Etat avait « fonctionné ». Mais le soutien est loin d’être unanime au sein de la majorité présidentielle.

Se rendre, en pleine crise sanitaire et au moment d’annoncer un nouveau protocole controversé dans les écoles, sur une île associée à la fête et la jet-set, « ce n’est pas le truc le plus malin du monde, alors qu’il a l’un des plus gros bilans en cinq ans », soupire un membre du gouvernement.

« Le problème c’est Ibiza: dans notre inconscient on l’imagine aux manettes (d’une platine) et en train de danser », critique une cadre de la majorité.

Selon une source au sein de l’exécutif corroborant une information de Politico, le directeur de cabinet du Premier ministre, Nicolas Revel, avait déconseillé à M. Blanquer de se rendre aux Baléares au vu du contexte.

L’épisode pourrait-il sceller le sort de M. Blanquer alors qu’une nouvelle grève se profile à l’horizon?

« Tout dépend de la manif de jeudi, la mobilisation qui va donner le +la+ », a répondu mardi une source au sein de l’exécutif, disant en outre ne pas noter « un soutien appuyé du gouvernement » à M. Blanquer, pourtant proche de Brigitte Macron.

La manifestation n’a en tout cas pas reçu l’autorisation du préfet de Paris qui affirme que la déclaration a été déposée trop tard.

Montebourg renonce

A gauche, LFI a appelé à la démission, à l’unisson du candidat écologiste Yannick Jadot qui dénonce le « mépris » et l' »irresponsabilité » du ministre, quand Anne Hidalgo préfère s’attaquer à Emmanuel Macron, selon elle « responsable de cette situation ».

A droite, on raille « une image désastreuse au moment même où les parents et enseignants se débattent avec un protocole inapplicable », a commenté la députée LR Annie Genevard tandis que Marine Le Pen a brocardé « la désinvolture » du ministre.

La polémique pourrait-elle être éclipsée par le retrait du jour, celui d’Arnaud Montebourg? Le chantre de la « remontada », largué dans les sondages, doit annoncer mardi ou mercredi dans une vidéo qu’il quitte la course à l’Elysée, selon ses proches, sans pour autant se rallier à l’un de ses (ex-)concurrents, après une campagne qui n’aura jamais vraiment décollé.

« Jumeaux »

Le pataquès Blanquer intervient inopportunément à la veille du discours qu’Emmanuel Macron doit prononcer mercredi devant le Parlement européen à Strasbourg.

Voulu à l’Elysée comme l’un des temps forts de la présidence française semestrielle de l’UE, mais aussi de la future campagne du chef de l’Etat en vue de sa réélection, le discours donne aussi l’occasion à ses opposants de se positionner sur ce sujet clivant.

L’écologiste Yannick Jadot, eurodéputé depuis 2019, sera dans l’hémicycle strasbourgeois. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont, eux, présenté dès mardi leur propre vision de l’UE.

La première a fustigé « les jumeaux Macron-Pécresse », des « européistes » auxquels elle oppose son projet « d’une alliance européenne des nations ».

Valérie Pécresse était la première invitée d’une nouvelle émission politique sur BFM-TV, présentée par Jean-Jacques Bourdin, qui est visé par une enquête pour agression sexuelle. La candidate LR a conditionné sa participation à un « propos introductif » concernant cette affaire, ce qui a été accepté par la chaîne, a assuré son entourage.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Les + Lus