Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Politique : Dernier Conseil des ministres en attendant un nouveau gouvernement

Article

le

dernier-conseil-des-ministres-en-attendant-un-nouveau-gouvernement

L’heure des adieux: le Conseil des ministres se réunit jeudi midi, a priori pour la dernière fois de l’ère Macron 1, en attendant la formation d’un nouveau gouvernement pour le deuxième quinquennat, aux contours bien incertains.

L’exercice formel hebdomadaire prend cette fois un tour plus convivial, puisqu’à l’ultime adoption de projets de loi techniques s’ajoute « un buffet déjeunatoire » pour les 40 membres du gouvernement autour d’Emmanuel Macron.

« Ce sera gai et joyeux », a assuré jeudi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur LCI. Tout en convenant du risque de coup de blues pour les ex, car « en quittant une fonction ministérielle, il y a toujours un moment de passage à vide ».

Quatre jours après la réélection d’Emmanuel Macron, ministres et secrétaires d’Etat attendent toujours d’être fixés sur leur sort, le chef de l’Etat maintenant le suspense à la fois sur son calendrier et son casting. De sources concordantes au sein de l’exécutif, la réponse ne devrait pas intervenir avant la semaine prochaine.

Ces heures de transition tournent donc au « supplice chinois pour tout le monde », dixit un ministre. Qui prévient: « Emmanuel Macron va prendre son temps. Mais n’est-ce pas un peu vain d’en parler ? ».

Marmoréen sur ses intentions, le chef de l’Etat s’amuse à disséminer des petits cailloux sur le profil du successeur de Jean Castex à Matignon, après avoir déjà dit que le Premier ministre serait directement chargé de la « planification écologique ». « Mais je n’ai pas le sentiment qu’il ait arrêté son choix », susurre le même ministre.

Mercredi, lors d’une visite surprise sur un marché de Cergy (Val-d’Oise), le président a assuré que le prochain chef du gouvernement devrait être « attaché à la question sociale, à la question environnementale, à la question productive ».

« Je crois au dépassement, la couleur politique ne dit pas tout », a-t-il aussi souligné, comme pour mieux brouiller les pistes après une nette inflexion à gauche durant sa campagne d’entre-deux tours.

M. Macron doit jongler avec plusieurs données dans l’équation.

Bien sûr, il y a la tonalité qu’il souhaite insuffler en vue des législatives (12-19 juin) après avoir choisi deux Premiers ministres venant de la droite, l’un plus techno (Edouard Philippe) et l’autre se revendiquant « des territoires » (Jean Castex). Surtout, traîne ce « souhait », émis en 2017 mais jamais satisfait, de nommer un jour une femme à ce poste.

Enfin, il faudra parvenir à contenir une majorité sans doute plus remuante et composite que lors de la précédente législature, à mesure que s’aiguiseront les appétits pour 2027.

Quels « survivants » ?

La nature de l’écosystème politique et médiatique ayant horreur du vide, le jeu des spéculations tourne donc à plein ces derniers jours, chacun se muant en DRH plus ou moins bien intentionné.

La nom de l’actuelle ministre du Travail Elisabeth Borne revient donc régulièrement, au même titre que celui du ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, voire de l’eurodéputé Pascal Canfin, président de commission environnement, qui a cependant lui-même balayé l’idée sur franceinfo.

Quelques élus locaux sont également poussés dans la presse, comme la présidente LR de la région Pays de Loire Christelle Morançais ou l’ancienne ministre LR Catherine Vautrin.

M. Macron devra aussi veiller au subtil équilibrage de son gouvernement, entre sortants et entrants, politiques et société civile, femmes et hommes, sans compter les différentes sensibilités de la majorité.

Plusieurs sources au sein de l’exécutif prédisent un fort renouvellement: « je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup de survivants », avance ainsi un ministre.

Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Olivier Véran, Olivier Dussopt, Gabriel Attal, Sébastien Lecornu ou encore Amélie de Montchalin semblent partis pour rempiler. Mais quid de Jean-Michel Blanquer, Florence Parly, Eric Dupond-Moretti ou encore Marlène Schiappa ?

En attendant, l’atmosphère de la fin d’une période a saisi les cabinets où s’enchaînent les pots de départ. Les services de Matignon ont distribué en fin de semaine dernière les consignes administratives (archivage des documents, congés non pris etc) et les cartons ont été livrés dans la plupart des ministères.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Article

le

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique a ouvert, mardi 9 avril, la concertation avec les collectivités, les hôpitaux et les syndicats pour réformer la fonction.

C’est une petite phrase qui suscite l’ire des syndicats. Stanislas Guerini a lancé, ce mardi 9 avril à Paris, la concertation autour de la réforme de la fonction publique, qui doit être présentée en conseil des ministres, cet automne. Ce projet de loi vise notamment à accentuer la rémunération des fonctionnaires au mérite et faciliter les mutations dans les trois branches de la fonction (État, collectivité, hôpitaux).

« Je veux qu’on lève le tabou du licenciement dans la fonction publique », a confié le ministre de la Transformation et de la Fonction publique, pointant du doigt une « culture de l’évitement sur ces sujets-là ».

« C’est un dévoiement du statut de la fonction publique que de considérer que, au nom de la garantie de l’emploi, on ne puisse pas se séparer d’un agent qui ne ferait pas son boulot. La justice, c’est de récompenser les agents qui sont engagés et de sanctionner ceux qui ne font pas suffisamment leur travail », a-t-il ajouté.

Selon les chiffres du ministère, rapportés par Le Parisien, treize licenciements pour insuffisance professionnelle ont eu lieu en 2023 dans la fonction publique, pour 2,5 millions d’agents.

Dans un document présenté ce mardi aux syndicats et aux employeurs, le gouvernement a détaillé une série de mesures qu’il envisage de glisser dans son projet de loi : maintien systématique de la rémunération en cas de mutation, octroi facilité d’un « emploi pérenne » aux apprentis, élargissement de la palette de sanctions face à une « insuffisance professionnelle »…

« Le statut de la fonction publique, ce n’est pas le statu quo, ce n’est pas l’égalitarisme. Il faut le faire évoluer, le moderniser. On a des agents pleinement dans le XXI siècle, mais un système qui est parfois resté bloqué dans les années 1980 », appuie le ministre.

Les huit syndicats ont dénoncé, lundi 8 avril, dans un communiqué commun une réforme « dogmatique » et qui ne répondrait « à aucune des préoccupations des agents publics ». L’Unsa-FP juge notamment que les priorités pour les agents sont « celles de leur pouvoir d’achat et de leurs conditions de travail ». « Plutôt qu’un projet de loi, c’est un engagement budgétaire qui est nécessaire », soutient-il.

La concertation doit se poursuivre jusqu’à l’été, avant une présentation du projet de loi à la rentrée. Deux autres réunions plénières avec les syndicats doivent se tenir le 14 mai et le 20 juin prochains.

Lire Plus

Les + Lus