Nous rejoindre sur les réseaux

France

Plus que 25 départements en vigilance orange neige-verglas, des perturbations

Article

le

plus-que-25-departements-en-vigilance-orange-neige-verglas,-des-perturbations

Vingt-cinq départements étaient désormais en vigilance orange à la neige et au verglas mercredi contre 33 plus tôt, alors que cet épisode climatique a provoqué la suspension de nombreux transports scolaires dans la moitié nord et des perturbations dans le transport aérien à Paris. 

Le nombre de départements en vigilance orange doit également passer de 25 mercredi à 19 jeudi selon le dernier bulletin de Météo-France et se concentrer sur l’Ile-de-France et l’est du pays, avec plus aucun département breton ou normand concerné. 

« Les précipitations sous forme de neige ou de pluie verglaçante se poursuivent entre le bassin parisien et le nord-est du pays, elles sont plus fortes vers la Lorraine et l’Alsace alors qu’elles sont plus dispersées autour de Paris », indiquent les prévisionnistes.

Plusieurs perturbations ont touché les réseaux de transport, notamment la ligne ferroviaire Paris-Orléans. 

« La circulation sur l’axe Orléans Paris Austerlitz dans les deux sens est interrompue en totalité sur toute la journée. Aucun train ne va pouvoir circuler sur cet axe avant minimum demain », indique le réseau de train du Centre-Val de Loire sur Twitter.

Dans la même région, les perturbations ont été nombreuses sur la route avec aucun car scolaire ne circulant en Eure-et-Loir, dans le Loiret, dans le nord du Cher, le nord de l’Indre-et-Loire ou encore le nord du Loir-et-Cher, d’après le réseau régional Rémi.

Des arrêtés suspendant des transports scolaires avaient été aussi pris dans trois des quatre départements bretons (Morbihan, Côtes-d’Armor, Ille-et-Vilaine) et en Normandie, en Alsace et en Lorraine, ainsi que dans plusieurs départements d’Ile-de-France (Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne). 

Aucun accident grave n’avait été signalé par les autorités contactées par l’AFP en début de matinée en Bretagne, en Normandie, où des villes ont été recouvertes de neige comme Caen, ou en région parisienne.

« Le risque de phénomènes glissants est élevé sur l’ensemble des départements en (vigilance) orange, avec une incertitude sur la nature exacte des précipitations », prévient Météo-France.

trafic aérien perturbé

Anticipant ces difficultés, la préfecture d’Ile-de-France avait demandé mardi soir aux quelque 12 millions d’habitants de la région de limiter leurs déplacements et de privilégier le télétravail.

La route nationale 118 reliant Les Ulis (Essonne) au sud-ouest de Paris, aux pentes marquées et aux nombreux virages, a aussi été entièrement interdite à la circulation dès 22h00 mardi par le préfet. En février 2018, près de 2.000 personnes y avaient été bloquées par la neige toute la nuit.

Le trafic aérien était perturbé mercredi au départ et l’arrivée des aéroports parisiens d’Orly et de Roissy-Charles De Gaulle.

La compagnie aérienne Air France a indiqué qu’elle annulait mercredi 25% de ses vols court et moyen-courriers au départ et à l’arrivée des aéroports parisiens, pour répondre aux demandes de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC).

Celle-ci, afin d’aider Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle à surmonter les difficultés opérationnelles suscitées par les chutes de neige, avait réclamé à l’ensemble des compagnies de réduire respectivement de 25 et 20% leurs programmes de vols sur ces plate-formes.

Air France prévoyait en revanche d’assurer « la totalité de de ses vols long-courriers » tout en n’excluant pas « des retards et des annulations de dernière minute ». 

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) sur son compte Twitter a indiqué que la situation a été moins difficile que redoutée.

« L’épisode neige et verglas est bien présent. La situation météorologique constatée est finalement plus favorable que prévu. La réduction des programmes de vols demandée pour ce jour a toutefois permis de limiter les retards dans les aéroports parisiens ». 

A Paris, la municipalité a indiqué à l’AFP que ses services, « pour anticiper et gérer au mieux cet épisode neigeux », avaient dès mardi après-midi « déclenché des opérations de salage sur l’ensemble de Paris pour traiter un réseau de 600 km de voies prioritaires: voies empruntées par les bus, pistes cyclables, voies en pente, voies majeures, voies rapides (périphérique et ses bretelles, quai de Bercy) ».

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

#MeToo des armées: la France lance une mission d’inspection sur les violences sexuelles

Article

le

#MeToo des armées: la France lance une mission d'inspection sur les violences sexuelles

Le ministère français des Armées a lancé une mission d’inspection sur les violences sexuelles dans ses rangs après une série de témoignages d’abus alimentant un #MeToo de l’institution militaire.

Le ministère français des Armées a initié une mission d’inspection pour enquêter sur les violences sexuelles au sein de ses rangs, suite à une série de témoignages faisant état d’abus, alimentant un #MeToo au sein de l’institution militaire.

La mission vise à améliorer « l’ensemble des mesures de prévention, de protection des victimes et de sanction des agresseurs », ont annoncé le ministre Sébastien Lecornu et la secrétaire d’État aux Anciens Combattants Patricia Miralles dans une tribune commune parue dans le quotidien Le Monde.

Par ailleurs, les ministres ont précisé qu’à partir de maintenant, « chaque fois qu’il existe une suspicion de viol ou d’agression sexuelle présentant un caractère suffisant de vraisemblance, la personne mise en cause sera systématiquement suspendue de ses fonctions ».

La mission rendra ses conclusions fin mai. Une instruction ferme en ce sens a été envoyée par le ministère à tous les commandements le 26 mars.

Les violences sexuelles « sont des actes contre la cohésion militaire, contre la fraternité d’armes, c’est d’autant plus insupportable dans les armées », a déclaré le contrôleur général des Armées, chef de la cellule « Themis ».

La députée Laetitia Saint-Paul, par ailleurs capitaine dans l’armée de Terre, a reçu une vingtaine de témoignages de victimes présumées en une semaine sur sa boîte mail parlementaire après la publication du témoignage de Manon Dubois, victime d’agressions sexuelles lorsqu’elle travaillait dans la Marine.

La mission d’inspection aura également pour objectif de « rendre plus efficace encore » le fonctionnement de la cellule « Thémis ».

En 2023, 167 signalements pour violences sexuelles ou sexistes ont été adressés à la hiérarchie militaire et 59 à Thémis, soit un total de 226 cas ayant fait l’objet d’une enquête administrative au sein des armées, selon le ministère.

Sur ces 226 cas, « la moitié » a fait l’objet de sanctions disciplinaires et 150 ont fait ou font l’objet de poursuites en justice. Un tiers relèvent du harcèlement, un tiers d’agressions, 12% de viols et le reste d’outrages sexistes, selon la même source.

Lire Plus

France

Corruption à Marseille : les bureaux de l’Office antistupéfiants perquisitionnés par l’IGPN

Article

le

Corruption à Marseille : les bureaux de l'Office antistupéfiants perquisitionnés par l'IGPN

Les enquêteurs de la police des polices ont perquisitionné les locaux de l’Ofast début avril, à Marseille, après une dénonciation pour des soupçons de corruption.

C’est une affaire qui risque d’impacter sérieusement le bon déroulement des opérations « place nette », destinées à faire le ménage dans le milieu du trafic de stupéfiants, et lancées mi-mars à Marseille par Gérald Darmanin. Des enquêteurs de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) ont perquisitionné les locaux de l’Office antistupéfiants (Ofast) de la cité phocéenne, début avril, selon une information du Parisien, mercredi 10 avril. La police des polices a reçu un signalement, après la dénonciation d’une source anonyme, pour des soupçons de corruption.

La perquisition a eu lieu jeudi 4 avril après que le parquet de Marseille a ouvert une enquête. Des soupçons de corruption sont à l’origine du signalement anonyme, mais les investigations portent sur plusieurs infractions, rapporte aussi Le Parisien. Du matériel de l’Ofast de Marseille et de ses policiers a été saisi, notamment des téléphones et des ordinateurs, mais l’IGPN n’a, pour le moment, placé personne en garde à vue.

La ville de Marseille est touchée depuis plusieurs mois, si ce n’est des années, par de violents règlements de compte sur fond de trafic de drogues et guerre de territoires. Les « narchomicides », assassinats en lien direct avec le narcobanditisme, se multiplient. L’Ofast de Marseille a d’ailleurs vu une de ses enquêtes échouer lundi 8 avril. Un homme a été tué par balle dans la nuit en plein cœur de la cité phocéenne : il était au cœur d’une enquête sur un réseau de stupéfiants et devait être interpellé lundi matin.

Lire Plus

Les + Lus