Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

« Plante-démie », ou l’inquiétante ruée sur les plantes vertes aux Philippines

Article

le

« plante-demie »,-ou-l’inquietante-ruee-sur-les-plantes-vertes-aux-philippines

La folie du jardinage s’est emparée des Philippines du fait des restrictions contre le coronavirus, une « plante-démie » qui se traduit par une ruée sur les pépinières, une flambée des prix et, plus grave, des vols dans les jardins publics et les parcs nationaux.

Les réseaux sociaux débordent de photos de fleurs et de couverts végétaux sur les balcons, les Philippins se reportant de plus en plus sur les plantes vertes pour déjouer l’ennui et dissiper leur stress.

« C’est incroyable à quel point les gens s’intéressent aux plantes en ce moment », s’extasie le paysagiste Alvin Chingcuangco, qui dit avoir vu des variétés de monsteras se vendre à 55.000 pesos (960 euros), contre 800 pesos avant la pandémie.

Arlene Gumera-Paz, qui tient une jardinerie à Manille, explique que son chiffre d’affaires quotidien a triplé depuis qu’elle a rouvert après le confinement.

La demande est demeurée forte alors même que les prix des variétés les plus recherchées, comme l’alocasia, la plante-araignée ou la fleur de lune, ont doublé voire quadruplé.

« Les gens ne sont pas faciles à comprendre. Quand les plantes ne coûtaient rien, personne ne s’y intéressait », explique Mme Gumera-Paz, 40 ans, qui achète ses plantes en gros dans des pépinières dans les provinces voisines.

Provenance douteuse

Mais alors que la demande explose, les autorités s’inquiètent de la provenance de certaines plantes que l’on trouve sur les marchés.

Les gardes qui traquent l’exploitation forestière illégale dans la péninsule de Zamboanga ont reçu la consigne de rechercher désormais les personnes volant des plantes, les autorités ayant réalisé que certaines des espèces vues sur les réseaux sociaux ne se trouvaient que dans les espaces protégés du sud-ouest de la grande île méridionale de Mindanao.

« Avant la pandémie, nous n’avions jamais vraiment été confrontés à un grand nombre de vols d’espèces végétales », explique Maria Christina Rodriguez, fonctionnaire au département de l’Energie et des ressources naturelles de la région de Zamboanga. « Elles sont devenues prisées pendant le confinement. »

Il est illégal de prendre les espèces menacées dans les forêts philippines. Prélever des plantes endémiques est possible, mais cela implique d’avoir un permis.

Les vols visent les espèces les plus populaires sur les réseaux sociaux, comme les fougères épiphytes, les plantes carnivores de la famille des Népenthacées, selon Mme Rodriguez.

Arrêter les voleurs est particulièrement compliqué. Difficile en effet, une fois qu’une plante a été déterrée et vendue, « de prouver qu’elle vient de forêts ou de zones protégées », poursuit-elle.

Une série de vols dans les jardins publics de Baguio, une ville du nord, a même amené les autorités à renforcer la sécurité et à lancer sur Facebook un appel pour que l’on laisse les plantes vertes en paix.

Cinq personnes ont été interpellées pour avoir arraché illégalement des plants, selon Rhenan Diwas, des services municipaux de Baguio.

« Pour se sentir bien »

« Peut-être que c’est une conséquence de l’ennui, ou qu’ils veulent en tirer des revenus », dit-il.

Il semble que pour nombre de Philippins, jardiner soit devenu un moyen de soulager le stress lié au risque sanitaire et aux conséquences financières de la pandémie.

« La meilleure façon de se sentir bien est de faire pousser de petites choses », abonde Norma Karasig Villanueva, ancienne présidente de la Société d’horticulture des Philippines.

Ivy Bautista, passionnée de longue date par le jardinage, explique que ses plantes l’aident à « lutter contre l’ennui », mais aussi à mettre du beurre dans les épinards en revendant des boutures.

Mais elle n’a pas de mots assez durs pour condamner les prix « fous » pratiqués dans les jardineries, convaincue qu’ils ne peuvent qu’inciter à voler des espèces protégées.

« Il est ridicule qu’une plante que j’ai achetée 400 pesos puisse se vendre désormais pour 5.000 pesos », dénonce Mme Bautista, 30 ans.

Dans un éditorial intitulé « Plante-démie », le quotidien philippin Daily Inquirer s’insurgeait aussi en octobre contre l’inflation des prix, exhortant les passionnés de jardinage à trouver des « sources légitimes » d’approvisionnement.

« C’est vraiment très important parce que retirer certaines espèces est source de déséquilibre dans les écosystèmes », explique aussi Mme Rodriguez.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Les eurodéputés examinent une loi sur les violences faites aux femmes, une première

Article

le

Les eurodéputés examinent une loi sur les violences faites aux femmes, une première

Le Parlement européen se prononce sur une législation historique, mais des désaccords persistent quant à l’inclusion du viol dans la définition des violences de genre.

Le Parlement européen est sur le point de prendre une décision capitale en votant sur une loi visant à lutter contre les violences faites aux femmes au sein de l’Union européenne. Cette législation, première du genre, vise à criminaliser plusieurs formes de violences basées sur le genre, notamment les mutilations génitales féminines, le mariage forcé et le cyberharcèlement.

Le texte propose également d’améliorer l’accès à la justice et aux services de santé pour les victimes de ces violences, dans le but de garantir une protection adéquate à toutes les femmes de l’UE. Cependant, une question clé continue de diviser les États membres : la définition juridique du viol.

Le débat autour de cette question a été intense, certains pays soutenant fermement l’inclusion du viol dans la législation européenne, tandis que d’autres estiment que cette question relève de la compétence nationale. En conséquence, le texte soumis au vote ne comprend pas de définition commune du viol, ce qui a suscité des critiques et des inquiétudes quant à son efficacité.

Malgré ces désaccords persistants, les eurodéputés sont appelés à se prononcer sur cette législation cruciale, qui pourrait marquer un tournant dans la lutte contre les violences faites aux femmes en Europe. L’issue du vote aura des répercussions importantes sur la protection des droits des femmes et sur la capacité de l’UE à harmoniser les législations nationales en matière de violence de genre.

Lire Plus

Monde

Israël lance à son tour une attaque contre l’Iran, provoquant des tensions régionales

Article

le

Israël lance à son tour une attaque contre l'Iran, provoquant des tensions régionales

Les explosions en Iran suscitent des inquiétudes mondiales et des appels à la retenue.

Israël a lancé une attaque contre l’Iran, déclenchant des explosions dans plusieurs régions du pays, selon des médias aux États-Unis citant des responsables américains. L’agence officielle iranienne Irna a rapporté qu’aucun dégât majeur n’avait été signalé après les événements survenus à l’aube.

Selon le New York Times, l’attaque aurait été menée par de petits drones, potentiellement lancés depuis le territoire iranien. Cette action vise à démontrer à l’Iran que Israël est capable de frapper à l’intérieur du pays, selon le Washington Post.

Les tensions entre les deux pays se sont intensifiées après les tirs de drones et de missiles contre Israël le week-end précédent. En réponse à ces attaques, Israël aurait lancé cette offensive contre l’Iran. Bien que les explosions aient été signalées, elles n’auraient pas visé les installations nucléaires, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) basée à Vienne.

Les médias américains rapportent que Israël aurait informé Washington de son attaque sur l’Iran. Cependant, le Pentagone n’a pas encore fait de commentaire à ce sujet. L’attaque survient alors que l’Iran a activé son système de défense aérienne au-dessus de plusieurs villes, selon les médias d’État iraniens. Ces événements coïncident également avec le 85e anniversaire du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

La communauté internationale appelle à la retenue et à la désescalade. Plusieurs pays, dont l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Italie, ont exprimé leur préoccupation et ont appelé à un apaisement des tensions. Les États-Unis, qui n’ont pas été impliqués dans l’opération offensive, ont également exhorté à la retenue. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que les États-Unis surveillaient la situation de près.

En réponse à ces événements, l’Australie a appelé ses ressortissants à quitter Israël et les territoires palestiniens par crainte d’une régionalisation du conflit entre Israël et le Hamas.

Face à ces développements, la position de la France est axée sur la désescalade et la retenue au Moyen-Orient. Le ministre français délégué à l’Europe, Jean-Noël Barrot, a souligné l’importance de la prudence et a noté que le président Emmanuel Macron s’exprimera en temps voulu sur la situation.

Les appels à la désescalade se multiplient alors que la région reste sous haute tension, avec des préoccupations croissantes quant à une escalade potentielle des hostilités entre Israël et l’Iran.

Lire Plus

Europe

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Article

le

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Au moins 11 personnes tuées dans une triple frappe russe, l’Ukraine réclame un renforcement de ses défenses aériennes.

Une triple frappe russe a frappé la grande ville de Tcherniguiv dans le nord de l’Ukraine, faisant au moins 11 morts et 22 blessés, selon le ministre de l’Intérieur Igor Klimenko. Le président Volodymyr Zelensky a réagi en pointant du doigt le manque d’aide de l’Occident dans la défense du pays.

Le président Zelensky a déclaré que l’Ukraine manquait de défenses aériennes suffisantes pour empêcher de telles attaques. Il a déploré le fait que la Russie bombarde quotidiennement les villes ukrainiennes, utilisant des missiles et des drones explosifs, notamment pour cibler les infrastructures énergétiques du pays.

Face à une aide occidentale qui semble diminuer, l’Ukraine peine à intercepter ces attaques. Zelensky a exhorté ses partenaires internationaux à fournir davantage d’armements et de systèmes de défense aérienne pour renforcer la capacité de l’Ukraine à se protéger.

L’attaque sur Tcherniguiv survient dans un contexte où l’Ukraine tente de faire face à l’agression russe depuis plusieurs années. Fondée il y a plus de 1 000 ans, Tcherniguiv est une ville historique qui a été lourdement bombardée par l’armée russe depuis le début de l’offensive.

Dans un autre incident, des médias russes ont rapporté une attaque ukrainienne sur la base militaire de Djankoï en Crimée, avec des vidéos montrant des explosions impressionnantes au milieu de la nuit. Selon des sources, des missiles tactiques ATACMS fournis par les États-Unis à l’Ukraine pourraient avoir été utilisés lors de cette attaque.

Les pertes dans les rangs russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, il y a deux ans, sont estimées à environ 50 000 soldats, selon des médias russes et britanniques. Les autorités russes ne divulguent pas officiellement leurs pertes, tandis que Zelensky a reconnu en février la mort de 31 000 militaires ukrainiens.

Lire Plus

Les + Lus