Nous rejoindre sur les réseaux

France

Planète: L’astronaute Thomas Pesquet de retour sur Terre

Article

le

l’astronaute-thomas-pesquet-de-retour-sur-terre

Ainsi s’achève la deuxième mission dans l’espace de sa carrière: le Français Thomas Pesquet est rentré sur Terre dans la nuit de lundi à mardi, après un séjour de six mois en orbite dans la Station spatiale internationale qui s’est conclu par un amerrissage réussi au large des côtes de Floride.

La capsule Dragon de SpaceX, qui transportait également trois autres astronautes, a été freinée dans sa vertigineuse descente par l’atmosphère terrestre puis par d’immenses parachutes. Elle a amerri dans le Golfe du Mexique à 03H33 GMT mardi, soit à l’aube en France.

Roussie par les températures extrêmes expérimentées durant sa chute, elle a été hissée à l’aide d’une grue sur un navire qui avait été posté en mer à proximité. L’écoutille de Dragon a été ouverte, et les premières images de Thomas Pesquet l’ont montré, encore assis à bord dans sa combinaison spatiale, brandir un pouce en l’air.

Les astronautes en ont ensuite été extraits un par un, Thomas Pesquet en dernier. Comme les autres, il a d’abord été placé sur un brancard par mesure de précaution.

Le Français de 43 ans a passé 199 jours en apesanteur.

« Une fierté d’avoir représenté la France une nouvelle fois dans l’espace! », avait tweeté quelques heures avant le départ celui qui, par ses abondantes publications sur les réseaux sociaux, a offert à des millions de personnes un goût de la vie en orbite. « La prochaine fois, la Lune? », avait-il lancé.

Thomas Pesquet est rentré avec les autres membres de la mission Crew-2 — le Japonais Akihiko  Hoshide et les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur. Ils étaient arrivés à bord de la station spatiale (ISS) le 24 avril.

Le vaisseau de la société d’Elon Musk transportait également 240 kg de matériel et d’expériences scientifiques.

Le voyage vers la Terre s’est fait en plusieurs étapes. Le désamarrage de la capsule a d’abord eu lieu à 19H05 GMT.

Puis Dragon a fait le tour de la Station spatiale durant environ une heure et demie afin d’en photographier en détail l’extérieur. Sur la retransmission vidéo en direct de la Nasa, on pouvait alors apercevoir Thomas Pesquet ayant retiré sa combinaison, en train de prendre ces photos à travers un hublot.

La descente vers la Terre à proprement parler a ensuite commencé, le voyage ayant duré environ huit heures et demie au total.

Un peu de vacances

L’amerrissage était une première pour l’astronaute français. Lors de sa précédente mission en 2016-2017, il avait atterri dans les steppes kazakhes avec un Soyouz russe.

Une fois les astronautes sortis de la capsule, un hélicoptère devait les ramener sur la terre ferme.

Thomas Pesquet doit subir de rapides tests médicaux aux Etats-Unis avant de s’envoler pour Cologne, en Allemagne, où se trouve le Centre européen des astronautes.

Durant trois semaines, il sera alors soumis à une batterie de tests scientifiques, destinés à observer l’effet d’un séjour long en orbite sur le corps humain. Cela ne l’empêchera pas de voir ses proches.

Puis l’astronaute prendra enfin un peu de vacances. Les premières « depuis de nombreux mois », avait-il dit vendredi lors d’une conférence de presse. « J’ai même l’impression que ça fait des années », avait-il ajouté, qualifiant la mission écoulée de « très, très intense ».

Durant son séjour en orbite, Thomas Pesquet a effectué pas moins de quatre sorties extra-véhiculaire (« EVA ») en dehors de la station, notamment pour installer de nouveaux panneaux solaires. Cela l’amène à six sorties au total, après les deux réalisées lors de sa première mission. Il a également mené de nombreuses expériences scientifiques.

« Bienvenue sur Terre! Au plaisir de partager un dîner et d’apprendre de cette aventure! », a tweeté l’ancienne star de la NBA Boris Diaw, peu après l’amerrissage.

Crew-2 est la deuxième mission régulière assurée par SpaceX pour le compte de la Nasa. L’entreprise d’Elon Musk a permis à l’agence spatiale de reprendre les vols depuis le sol américain, après l’arrêt des navettes spatiales en 2011.

L’équipage de Crew-2, qui a fait plus de 3.000 fois le tour du globe, rentre sur Terre avant l’arrivée à bord de l’ISS de leurs remplaçants, quatre astronautes de Crew-3, dont le décollage à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX a été plusieurs fois retardé, notamment à cause de la météo.

Il aura finalement lieu mercredi à 21H03 heure locale (02H03 GMT jeudi) depuis le centre spatial Kennedy en Floride.

Dans l’intervalle, la Station spatiale ne sera pas inhabitée: deux Russes et un Américain restent en effet à bord.

France

Audition musclée à la commission d’enquête sur les fréquences TNT : CNews et Canal+ sur la sellette

Article

le

Audition musclée à la commission d'enquête sur les fréquences TNT : CNews et Canal+ sur la sellette

Les figures de CNews et de Canal+ confrontées aux critiques lors d’une audition houleuse.

Lors de leur passage devant la commission d’enquête sur les fréquences TNT, les représentants de CNews et de sa maison-mère, Canal+, ont été confrontés à une série de questions pointues et à des critiques acerbes. Organisée par les députés de la France Insoumise, cette commission vise à examiner de près les pratiques médiatiques, mettant ainsi en lumière les tensions existantes entre les chaînes et certains secteurs de la classe politique.

Propriété du groupe Vivendi, dirigé par le milliardaire conservateur Vincent Bolloré, Canal+ est sous le feu des projecteurs, en particulier en raison de son contrôle sur CNews, une chaîne qui a récemment fait l’objet de controverses.

Les échanges ont été particulièrement tendus avec les représentants de CNews, notamment ses personnalités vedettes comme Pascal Praud, Laurence Ferrari et Sonia Mabrouk. La récente polémique autour de la présentation de l’avortement comme la « première cause de mortalité dans le monde » a suscité un tollé, contraignant la chaîne à présenter des excuses publiques. Cependant, les responsables ont souligné qu’une enquête interne était en cours pour clarifier les circonstances de cet incident.

Les débats ont également porté sur la nature de CNews en tant que chaîne d’information ou d’opinion. Alors que certains députés ont critiqué la tendance de la chaîne à privilégier les points de vue plutôt que les faits, les responsables se sont défendus en mettant en avant la décision récente du Conseil d’État, qui a demandé un renforcement du contrôle régulateur des médias, en particulier sur CNews.

La question de l’interventionnisme supposé de Vincent Bolloré dans la programmation des chaînes a également été abordée. Les dirigeants ont nié toute pression directe de sa part, mais ont reconnu des échanges fréquents sur les audiences et les performances des émissions.

En outre, l’audition a mis en lumière les enjeux liés au renouvellement des fréquences TNT en 2025, avec Canal+ exprimant son intention de candidater pour l’ensemble de ses chaînes. Malgré les critiques et les défis, les représentants de Canal+ ont affirmé leur engagement à respecter les obligations réglementaires et à contribuer au pluralisme des médias.

Lire Plus

France

IVG dans la Constitution: la réforme franchit l’obstacle du Sénat, le Congrès réuni lundi

Article

le

IVG dans la Constitution: la réforme franchit l'obstacle du Sénat, le Congrès réuni lundi

Après un vote massif, la France se prépare à un moment historique pour les droits des femmes.

L’Assemblée nationale a été suivie par le Sénat dans une avancée significative pour les droits des femmes en France : l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est désormais inscrite dans la Constitution. Mercredi, le Sénat a voté en faveur de cette révision constitutionnelle, ouvrant la voie à une adoption définitive lors d’un Congrès extraordinaire à Versailles dès lundi prochain.

Malgré quelques réticences exprimées par des membres de la droite et du centre, majoritaires au Sénat, l’amendement proposé par le gouvernement, garantissant la « liberté » à l’IVG, a été largement approuvé sans modification. Avec un vote de 267 voix pour et seulement 50 voix contre, l’historique Palais du Luxembourg a vibré pendant plus de trois heures de débats passionnés.

Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, a exprimé sa satisfaction en déclarant que la France deviendra « le premier pays au monde » à protéger l’avortement dans sa Constitution. Cet événement a été accueilli avec une explosion de joie dans les rangs de la gauche et des défenseurs des droits des femmes, présents pour témoigner de ce moment historique.

La sénatrice écologiste Mélanie Vogel, émue aux larmes, a qualifié cette victoire de « féministe immense », saluant un message fort adressé au monde entier. De nombreux sénateurs de gauche ont exprimé leur émotion et leur fierté de participer à cet événement qui marquera l’Histoire.

Le Premier ministre Gabriel Attal a souligné l’importance de cette décision, affirmant que lorsque les droits des femmes sont menacés dans le monde, la France se dresse en tant que leader du progrès.

Cette avancée survient à un moment crucial alors que le droit à l’avortement est remis en question dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis et en Europe. La mobilisation de l’exécutif français pour cette réforme témoigne de son engagement en faveur de l’égalité des sexes et des droits reproductifs.

Le Congrès, convoqué à Versailles, sera le théâtre de l’adoption définitive de cette réforme historique, à quelques jours seulement de la Journée internationale des droits des femmes. Cette date revêt une symbolique particulière, soulignant l’engagement de la France pour les droits des femmes.

Malgré les résistances au sein du Sénat, l’IVG inscrite dans la Constitution deviendra une réalité, renforçant la position de la France en tant que pionnière dans la protection des droits reproductifs des femmes.

Lire Plus

France

JO Paris 2024 : des clés USB contenant des plans de sécurisation volés dans un train à Paris

Article

le

JO Paris 2024 : des clés USB contenant des plans de sécurisation volés dans un train à Paris

Les données ont été dérobées dans la sacoche d’un ingénieur de la mairie de Paris, qui a déposé plainte lundi soir au commissariat de la gare du Nord.

Dans un incident préoccupant pour la sécurité des Jeux Olympiques de Paris 2024, une sacoche contenant un ordinateur et deux clés USB renfermant des plans de sécurisation a été dérobée dans un train à Paris. L’ingénieur de la mairie de Paris, propriétaire de la sacoche, a déposé plainte lundi soir au commissariat de la gare du Nord.

Selon les informations fournies à la police, la sacoche appartenant à cet ingénieur municipal a été volée alors qu’il se rendait à Creil, dans l’Oise. Ayant placé ses effets dans le compartiment à bagages au-dessus de son siège, il a constaté le vol après un changement de train motivé par un retard.

L’ingénieur a souligné que l’ordinateur professionnel ainsi que les deux clés USB dérobés contenaient des données sensibles, à savoir les plans de sécurisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 par la police municipale. Une situation qui suscite une grande inquiétude alors que la compétition internationale approche à grands pas.

Face à cet incident, une enquête a été diligentée et confiée à la police régionale des transports. Les autorités françaises se mobilisent pour retrouver les données volées et assurer la sécurité des événements à venir. Cet événement met également en lumière l’importance cruciale de renforcer les mesures de sécurité autour des données sensibles liées à des événements d’une telle envergure.

Lire Plus

Les + Lus