Nous rejoindre sur les réseaux

France

Patrimoine – « Touche pas à mon château »: le combat d’un village, victime d’une imposture

Article

le

« touche-pas-a-mon-chateau »:-le-combat-d’un-village,-victime-d’une-imposture

« Touche pas à mon château »: un village de carte postale de la Bourgogne viticole se mobilise pour sauver sa forteresse néo-gothique du XIIe siècle, redoutant la fermeture définitive au public suite à une rocambolesque affaire de blanchiment d’argent en Ukraine.

« Non au démantèlement du château »; « La Rochepot mobilisé contre la vente »; « Touche pas à mon château »… Sur de vieux draps ou des cartons défraîchis, les slogans accueillent les visiteurs qui franchissent le pont-levis de la magnifique structure aux tuiles vernissées de La Rochepot (Côte-d’Or).

Fermé depuis trois ans à la suite de l’arrestation pour blanchiment de son propriétaire présumé, le château perché sur un piton rocheux a rouvert brièvement afin de présenter son mobilier qui sera mis dimanche aux enchères à Beaune: des armures jusqu’aux chaudrons en cuivre, en passant par le service Baccarat.

Pour le village, cette dispersion condamne un site qui a accueilli jusqu’à plus de 20.000 visiteurs par an, une manne pour les quelque 300 habitants.

« Tous mes clients sont là pour visiter le château », résume Véronique Fouquerand, viticultrice et propriétaire de chambres d’hôtes dans le village. « C’est une catastrophe ».

« La Rochepot vidé de ses entrailles ne sera plus La Rochepot », déplore Romuald Pouleau, ancien gardien du château et initiateur d’une pétition qui a recueilli près de 3.000 signatures. Selon lui, le village est le « dommage collatéral » d’une affaire qui le dépasse.

En 2015, les habitants poussent un ouf de soulagement quand « leur » château trouve enfin preneur après être resté en vente trois ans. Sa propriétaire, l’héritière de l’ex-président Sadi Carnot, avait posé comme condition à la vente le « respect total » des lieux.

Or, c’est justement ce que disent vouloir les investisseurs qui rachètent le château 3 millions d’euros. « Tout le monde y a cru », se souvient Romuald Pouleau. « Ils avaient un projet magnifique. Et ils disaient que l’argent n’était pas un problème », raconte-t-il.

Défunt ressuscité

Mais les propriétaires restent nimbés de mystère: le château est géré par une Ukrainienne domiciliée en Lituanie et un Moldave qui agit pour une société au Luxembourg. Au village, apparaît parfois un Ukrainien qui parle de « son » château mais préfère qu’on l’appelle « Monsieur » plutôt que de donner son nom.

En décembre 2017, le quotidien local Le Bien Public révèle qu’en fait, les artisans engagés pour le « magnifique projet » n’ont jamais été payés.

Alertée, Europol découvre que ce « Monsieur » est un « fugitif de haut vol » qui s’était fait passer pour mort en 2014 pour « échapper à la justice » de son pays. Le défunt ressuscité, Dmitri Malinovsky, a fraudé « plus de 12 millions d’euros », selon le parquet de Kiev.

Le 5 octobre 2018, les gendarmes l’arrêtent en « son » château. Depuis, il est en prison à Nancy, où on saura « dans les prochains mois » si un procès a lieu, vraisemblablement « au premier semestre 2022 », a indiqué Vincent Legaut, vice-procureur à Nancy. L’Ukrainien ne souhaite pas faire de commentaire, selon son avocat, Benoît Diry.

En attendant, le château reste fermé et ses meubles vendus. « C’est une grande perte », estime la maire Véronique Richer.

« Cette mutilation irrémédiable scelle peut-être la réorientation vers un futur usage résidentiel », avertit Siegfried Boulard-Gervaise, spécialisé dans la réhabilitation de châteaux et qui avait déjà fait part de son intérêt pour La Rochepot.

La maire a demandé, en vain, le report de la vente, une démarche soutenue par Alain Suguenot, président LR de la Communauté d’agglomération, et le député local LREM Didier Paris: « la vente me paraît, sinon porter un coup fatal, du moins retirer une partie de l’attrait du château », juge-t-il.

Mais « l’affaire est entre les mains de la justice », rappelle François Sauvadet, président UDI du département.

Les habitants du village ont reçu le soutien surprise d’Olga Kiselova, ex-compagne de Dmitri Malinovsky également mise en examen. La vente des meubles est « une grande erreur (qui va) détruire le potentiel de ce lieu », estime-t-elle.

Mme Kiselova est la vraie propriétaire des lieux, selon ses avocats, Sinem Paksut et Stéphane Bonifassi. Dmitri Malinovsky n’était que « chargé de la gestion du bien ». « Et cette mauvaise gestion a donné lieu à la liquidation judiciaire qui vaut aujourd’hui la cession du mobilier », soutient Me Paksut.

 

France

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Article

le

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Un décret paru au Journal officiel stipule que la résidence en France devra désormais dépasser neuf mois pour bénéficier de certaines prestations familiales, dans le cadre d’une lutte accrue contre la fraude sociale.

Le gouvernementa pris des mesures pour durcir les conditions d’accès à certaines aides familiales. Selon un décret paru au Journal officiel ce dimanche 21 avril, à partir de l’année 2025, il sera nécessaire de résider en France pendant plus de neuf mois au cours de l’année civile de versement, contre six mois actuellement, pour pouvoir prétendre à certaines prestations familiales telles que les allocations familiales et la prime à la naissance d’un enfant. Cette règle s’étendra également aux personnes âgées souhaitant bénéficier du minimum vieillesse.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la fraude sociale engagé par le gouvernement. Bien que la fraude aux aides sociales ait été évaluée à 2,8 milliards d’euros selon les données de la Cour des comptes entre 2018 et 2020, elle reste nettement inférieure à la fraude aux cotisations sociales non versées par les employeurs aux Urssaf, estimée à 8 milliards d’euros.

Il est important de noter que certaines aides, telles que la protection universelle maladie, ne sont pas concernées par cette mesure.

Lire Plus

France

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

Article

le

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

La météo capricieuse met en péril les cultures alors que les températures chutent brutalement.

Le retour du froid suscite l’inquiétude parmi les agriculteurs français, qui redoutent les conséquences dévastatrices du gel sur leurs récoltes. Les variations météorologiques de ces dernières semaines ont un impact dramatique sur l’agriculture, avec des températures nocturnes approchant parfois le point de congélation dans certaines régions.

Alors que les semaines précédentes ont été marquées par des conditions estivales et des pluies bienvenues pour la croissance des plantes, le froid soudain menace désormais les bourgeons précoces. Pour les agriculteurs, cette situation est critique : la perte de la récolte est une éventualité redoutée. Un producteur, exprime son angoisse en déclarant : « Le risque, c’est de perdre la récolte entièrement. Nous ne pouvons qu’espérer que les températures ne descendent pas davantage. »

Face à cette menace, certains agriculteurs ont recours à des solutions coûteuses, telles que l’utilisation de bougies entre les rangées de vignes pour maintenir une température minimale la nuit. Cependant, ces méthodes ne garantissent pas une protection totale contre le gel. Les éoliennes, qui permettent de faire descendre de l’air chaud sur les cultures, offrent également une alternative, mais leur efficacité est limitée dans le temps.

Les prévisions de Météo France ne laissent que peu d’espoir aux agriculteurs, avec des températures froides persistantes prévues jusqu’au samedi 27 avril. De plus, de la pluie est annoncée sur la majeure partie du territoire jusqu’au vendredi 3 mai, prolongeant ainsi la période critique pour les cultures.

Dans ce contexte, l’incertitude règne dans les milieux agricoles, alors que les agriculteurs redoublent d’efforts pour protéger leurs récoltes contre les caprices du temps.

Lire Plus

France

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Article

le

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Des camions jaunes sillonnent les territoires isolés pour offrir des services postaux, bancaires et numériques aux habitants des régions éloignées.

La Poste lance une initiative ambitieuse pour renforcer sa présence dans les zones rurales françaises en introduisant des bureaux de poste itinérants sous forme de camions jaunes. Cette nouvelle approche vise à revitaliser un concept historique de La Poste datant des années 1960-70, où les célèbres fourgons jaunes de Citroën allaient à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail et de loisirs.

L’expérimentation débutera le vendredi 19 avril à Champosoult (Orne) et se déploiera dans trois départements – l’Orne, la Creuse et la Haute-Marne – le mardi 23 avril, puis dans le Gers et le Jura le samedi 27 avril. Cinq camions jaunes Renault Trucks Masters sillonneront les routes pendant un an, couvrant 40 communes et touchant environ 13 000 habitants.

Avec un budget d’un million d’euros, cette initiative comprend une gamme de services accessibles aux usagers, notamment l’achat de produits postaux, l’affranchissement de lettres et de colis, la souscription à des services téléphoniques et Internet, ainsi que des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale. Il sera également possible de prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire pour les particuliers et les professionnels.

Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste, a expliqué à Ouest-France que bien que les retraits de liquide ne soient pas possibles, sauf dans le camion circulant dans la Creuse, La Poste teste néanmoins cette fonctionnalité dans un souci d’innovation et de service accru aux usagers. Elle a souligné que l’installation de distributeurs de billets dans les camions représente un défi technique et de sécurité, mais La Poste est déterminée à explorer cette possibilité, même si elle implique des coûts supplémentaires liés à la sécurité.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de La Poste de moderniser ses services et de répondre aux besoins des populations rurales en offrant un accès amélioré aux services postaux, bancaires et numériques, tout en préservant le lien social et économique dans les régions éloignées.

Lire Plus

Les + Lus