Nous rejoindre sur les réseaux

France

Pass sanitaire: après les manifestations, Macron à l’offensive

Article

le

pass-sanitaire:-apres-les-manifestations,-macron-a-l’offensive

Les manifestations du week-end contre le pass sanitaire ont poussé l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, à passer à l’offensive, entre condamnations des violences et pédagogie sur les vaccins, face à la flambée de l’épidémie de Covid dans presque tout le pays.

« Certains d’entre vous entendent de fausses rumeurs, parfois n’importe quoi, il faut bien le dire… Alors j’ai décidé de répondre directement à vos questions. » Teint hâlé et T-shirt noir, le président de la République s’est fendu lundi d’une vidéo artisanale depuis sa résidence estivale du fort de Brégançon (Var) diffusée sur les réseaux sociaux – seul un drapeau français en arrière plan rappelant la solennité de sa fonction.

Car samedi, ils étaient plus de 200.000 manifestants partout en France, selon le ministère de l’Intérieur, à protester contre le pass sanitaire, rassemblements donnant souvent lieu à des outrances, parfois à des violences.

Depuis, l’exécutif est à la recherche de sa ligne de crête, entre marginalisation des opposants les plus radicaux et pédagogie envers les indécis.

« Il ne faut pas donner une importance excessive à une minorité violente », a estimé lundi sur RFI le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, tout en reconnaissant qu’il existe « des angoisses sur le vaccin lui-même, sur la façon dont va se passer la rentrée scolaire, se dérouler la mise en place du pass sanitaire ». « Ça, nous devons l’expliquer », a-t-il sommé.

Au-delà, c’est la capacité du mouvement protestataire à s’étendre qui est redoutée, alors que les cortèges ne cessent de grossir au fil des week-end, en s’en prenant avec toujours plus de véhémence à Emmanuel Macron, laissant craindre des manifestations du type « gilets jaunes ».

Ultime inquiétude: la décision – toujours incertaine – du Conseil constitutionnel à propos de la loi étendant le pass sanitaire notamment aux bars, restaurants ou trains, attendue jeudi.

90% de vaccinés ?

Dans l’entourage du Premier ministre, on affirme « comprendre qu’il puisse y avoir des inquiétudes », mais on veut croire que « l’épreuve en réel du pass sanitaire convaincra la plupart des indécis et des dubitatifs », en renvoyant à la méfiance qui s’était exprimée lors de la mise en place des attestations de déplacement.

Le ministre délégué aux PME, Alain Griset, a enfoncé le clou lundi matin sur FranceInfo: « La condition pour (que les restaurateurs) travaillent, c’est qu’il y ait ce pass, sinon nous allons être contraints de les refermer ». « Nous sommes dans le même bateau, restaurateurs et gouvernement, il faut que chacun comprenne que le pass sanitaire, c’est d’abord pour eux la liberté de travailler », a-t-il encore fait valoir.

Alors que la situation sanitaire a été jugée « dramatique » par Jean Castex en Martinique, Guadeloupe et à La Réunion, à nouveau confinés, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a pour sa part assuré lundi dans Libération que le pass sanitaire y sera mis en place « lorsqu’on mettra fin aux mesures de freinage », tout en ouvrant la voie à une adaptation « soit sur le calendrier, soit sur les lieux concernés ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, des heurts entre manifestants et forces de l’ordre avaient éclaté à Fort-de-France (Martinique), lors desquels un centre de vaccination a été incendié par la foule, alors que l’île antillaise connaît à la fois l’un des plus forts taux d’incidence du pays (plus de 1.000 cas pour 100.000 habitants) et l’un des plus faibles taux de vaccination de sa population (environ 15%).

Ultra contagieux, le variant Delta du virus continue sa course sur l’ensemble du territoire national, comme dans d’autres pays. Pfizer et Moderna vont augmenter le tarif des vaccins vendus à l’Union européenne pour les adapter aux variants, a indiqué Clément Beaune, confirmant une information du Financial Times, sans préciser le montant de la hausse.

Les hôpitaux en France comptaient dimanche 7.581 patients Covid contre 6.843 une semaine auparavant, alors que les services de réanimation accueillaient 1.137 malades gravement atteints contre 886 dimanche dernier.

Toutefois, la progression de l’épidémie semble ralentir, laissant entrapercevoir un « plateau » au cours du mois d’août.

Autre signe d’espoir, la bonne tenue de la campagne de vaccination: alors que 42,6 millions de personnes avaient reçu dimanche au moins une dose, le président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a estimé lundi « possible » d’atteindre l’immunité collective, avec 90% de la  population vaccinée, au « début de l’automne ».

France

France : Rappel du modèle de cigarette électronique « Kroma Nova »

Article

le

France : Rappel du modèle de cigarette électronique "Kroma Nova"

La marque Innokin rappelle son modèle de cigarette électronique Kroma Nova pour des problèmes de surchauffe pouvant causer des explosions, brûlures ou incendies.

Une vive inquiétude pour de nombreux vapoteurs. Jeudi 23 mai, le site spécialisé Rappel Conso a annoncé que la marque Innokin rappelle l’un de ses modèles de cigarettes électroniques, la gamme Kroma Nova, en raison de risques de surchauffe pouvant entraîner des explosions, des brûlures ou même des incendies.

« Afin de garantir la sécurité de nos clients et de maintenir les normes élevées de nos produits, nous avons décidé de procéder à un rappel préventif du kit Kroma Nova », a déclaré Innokin sur son site. La marque exhorte les utilisateurs de cette cigarette électronique à cesser immédiatement son utilisation.

Les cigarettes électroniques concernées ont été distribuées dans des tabacs et par des revendeurs à travers toute la France. Les consommateurs sont invités à contacter le point de vente ou le service client pour obtenir un remboursement. Il est également possible de faire la démarche en ligne directement sur le site d’Innokin. « Suite au dépôt du dossier, vous recevrez une étiquette de retour afin de nous faire parvenir votre Kroma Nova », précise la marque.

Ce rappel préventif vise à éviter tout incident potentiel et à assurer la sécurité des consommateurs face à des produits défectueux qui peuvent présenter des dangers graves. Les autorités et la marque appellent à la vigilance et à la réactivité des utilisateurs pour retourner le produit dans les plus brefs délais.

Lire Plus

Europe

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Article

le

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN, Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat animé sur France 2, illustrant les profondes divergences politiques entre leurs camps respectifs.

Jeudi soir, le Premier ministre Gabriel Attal et le président du Rassemblement National (RN), Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat en prime time sur France 2. À deux semaines des élections européennes, ce face-à-face a été marqué par des échanges vifs et des divergences claires sur des sujets clés tels que l’Europe, l’immigration et l’environnement.

Pendant environ 1h20, les deux jeunes leaders politiques, Gabriel Attal, 35 ans, et Jordan Bardella, 28 ans, ont débattu avec passion. Le Premier ministre n’a pas manqué de critiquer les revirements du RN sur des questions fondamentales comme l’Europe et l’euro : « Je ne suis pas comme vous, moi, à changer d’avis sur tout. À ne pas assumer des déclarations passées, » a-t-il lancé à Bardella.

En réponse, Bardella a attaqué le bilan du gouvernement, en déclarant : « Qu’il y ait des questionnements sur le projet que nous portons pour le pays que nous voulons mettre en œuvre, c’est un fait. En revanche, il n’y a pas de doute sur le bilan qui est le vôtre. »

Le débat a révélé des lignes de fracture profondes sur des sujets tels que le marché unique, les droits de douane, les véhicules électriques, l’immigration et la défense. Un des échanges les plus tendus a concerné les liens du RN avec la Russie. Gabriel Attal a accusé le parti de Le Pen de compromettre l’Europe : « Votre parti, celui de Mme Le Pen et de Jean-Marie Le Pen, avait besoin d’argent. La Russie avait besoin d’un parti en Europe pour justement affaiblir l’Europe de l’intérieur, » a-t-il déclaré.

Jordan Bardella a répliqué en dénonçant des attaques « sous la ceinture » de la part du Premier ministre.

Sur le thème de l’immigration, Attal a critiqué la présentation du RN qui, selon lui, stigmatise les étrangers : « Avec la présentation que vous faites du sujet, on a le sentiment en vous écoutant que derrière chaque étranger, chaque immigré, il y a un délinquant et un terroriste en puissance. »

Bardella a rétorqué en affirmant que la criminalité est liée à une mauvaise gestion des flux migratoires.

Les positions opposées sur l’environnement ont également été mises en lumière, avec Bardella critiquant les « ambitions environnementales irréalistes » du gouvernement, notamment l’interdiction des véhicules thermiques en 2035. Attal a défendu cette mesure, soulignant la nécessité de réduire la dépendance au pétrole et de lutter contre la pollution.

Le débat, diffusé également sur les chaînes YouTube Hugodecrypte et « C quoi l’info ? » de France Télévisions, visait à capter une audience plus jeune.

La tenue de ce débat à deux a suscité des critiques de la part des autres partis politiques. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure et le président des Républicains (LR) Eric Ciotti ont exprimé leur mécontentement auprès de l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel, demandant une égalité de traitement pour tous les partis.

Ce débat a illustré l’importance des prochaines élections européennes et les enjeux politiques majeurs qui en découlent, avec un RN en position de favori selon les sondages.

Lire Plus

France

France : Des pastèques rappelées en raison d’un taux de pesticides trop élevé

Article

le

France : Des pastèques rappelées en raison d'un taux de pesticides trop élevé

Des pastèques vendues chez Lidl entre le 11 et le 17 mai 2024 font l’objet d’un rappel massif en raison de niveaux de pesticides dépassant les limites autorisées.

Mardi 21 mai, le site spécialisé Rappel Conso a annoncé un rappel massif de pastèques commercialisées par Lidl sur tout le territoire français. Ce rappel, effectué « par mesure de précaution », concerne un lot de pastèques contenant des niveaux de résidus de pesticides supérieurs à la limite légale.

Le pesticide en question, le flonicamide, est couramment utilisé par les agriculteurs pour lutter contre les pucerons. Cependant, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) souligne que son utilisation est strictement contrôlée en raison de sa toxicité pour les abeilles, les insectes pollinisateurs, et les humains. Le flonicamide peut provoquer des « lésions oculaires graves » et une « sévère irritation des yeux ».

Le lot de pastèques concerné, identifié par le code « L19-03 », a été vendu dans les magasins Lidl entre le 11 et le 17 mai 2024. Les consommateurs sont invités à retourner ces pastèques au point de vente pour un remboursement. La procédure de rappel se terminera le 5 juin. Pour plus d’informations, un numéro d’appel dédié aux consommateurs a été mis en place : 0 800 90 03 43.

La liste des magasins concernés par ce rappel est disponible sur le site Rappel Conso. Les autorités sanitaires recommandent vivement aux consommateurs de vérifier leurs achats et de ne pas consommer les pastèques incriminées pour éviter tout risque pour la santé.

Lire Plus

Les + Lus