Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Nouvelle démonstration de force du mouvement pro-démocratie à Bangkok, malgré l’interdiction

Article

le

nouvelle-demonstration-de-force-du-mouvement-pro-democratie-a-bangkok,-malgre-l’interdiction

Des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie ont bravé dimanche, pour la quatrième journée consécutive, l’interdiction de rassemblement à Bangkok pour réclamer la démission du Premier ministre et une réforme de la monarchie.

« Dissolution du Parlement! », « Honte au dictateur », scandait la foule.

Le plus gros rassemblement, réuni près du Monument de la Démocratie au coeur de la capitale, a chanté l’hymne national, levant trois doigts, un geste de résistance emprunté au film « Hunger Games ».

Les tensions de vendredi, où la police a évacué les protestataires à l’aide de canons à eau, n’ont pas dissuadé la contestation, une majorité de jeunes.

Plusieurs manifestants brandissaient des portraits de leaders de la contrestation arrêtés ces derniers jours, dont celui de l’activiste Anon Numpa détenu à Chiang Mai (nord).

Des casques, des lunettes et des masques de protection ont été distribués contre une éventuelle charge des forces de l’ordre.

« Parler librement du roi »

« Il n’y aura pas de démocratie dans ce pays sans réforme de la monarchie », a relevé un jeune de 24 ans, sous couvert d’anonymat.

« Je veux pouvoir parler librement du roi, c’est un droit légitime », a lancé une étudiante.

Le mouvement exhorte à l’abrogation de la loi de lèse-majesté qui punit de trois à quinze ans de prison toute diffamation ou insulte envers le monarque et sa famille.

Il demande aussi davantage de transparence dans les finances de la richissime monarchie et la non-ingérence du souverain dans les affaires politiques.

Le roi Maha Vajiralongkorn n’a pas directement commenté les événements, mais déclaré que la Thaïlande avait « besoin d’un peuple qui aime son pays ».

Un autre rassemblement, moins important, se tenait au coeur du quartier des affaires de la mégalopole.

« Si les manifestants défient la loi, les forces de l’ordre feront tout ce qui est nécessaire pour la faire appliquer », a averti le porte-parole de la police nationale, Yingyos Thepjumnong.

Les organisateurs ont appelé à d’autres manifestations dans plusieurs provinces du royaume, mais aussi en France, aux Etats-Unis, au Canada ou encore en Norvège.

Le mouvement, qui défile depuis trois mois, réclame une réforme de la Constitution.

« Il faut changer l’amendement sur les sénateurs », entièrement nommés par l’armée, a relevé Phat, un avocat de 24 ans, venu au rassemblement.

Les protestataires demandent aussi la démission du Premier ministre, le général Prayut Chan-O-Cha, porté au pouvoir par un coup d’Etat en 2014 et légitimé par des élections controversées l’année dernière.

Certains dénoncent son « mauvais » bilan économique alors que le pays, verrouillé depuis la pandémie de coronavirus et très tributaire du tourisme, est en pleine récession, avec des millions de personnes sans emploi.

Le militaire a averti qu’il ne démissionnerait pas, brandissant la menace d’un couvre-feu si la situation perdure.

Interdiction des rassemblements de plus de quatre personnes, proscription des publications en ligne jugées « contraires à la sécurité nationale »: les autorités ont déjà promulgué jeudi des mesures d’urgence pour tenter de briser la contestation.

Elles ont motivé leur décision en dénonçant des incidents à l’encontre d’un cortège royal: des dizaines de manifestants avaient levé mercredi trois doigts devant le véhicule de la reine Suthida en signe de défi.

Le décret d’urgence promulgué est « un feu vert (…) pour violer les droits fondamentaux et opérer des arrestations arbitraires en toute impunité », a déploré samedi l’ONG Human Rights Watch, alors que plusieurs dizaines d’activistes ont été arrêtés ces derniers jours.

La Thaïlande est habituée aux violences politiques, avec 12 coups d’Etat depuis l’abolition de la monarchie absolue en 1932. Certains observateurs relèvent qu’une nouvelle prise du pouvoir par les militaires pourrait être envisageable si la situation devait perdurer.

Monde

Drogue : Le cannabis va être classé comme moins dangereux aux États-Unis

Article

le

Drogue : Le cannabis va être classé comme moins dangereux aux États-Unis

Sous l’impulsion de Joe Biden, le cannabis va passer de la catégorie 1 à la catégorie 3, marquant un tournant dans la décriminalisation de la marijuana et le développement de l’industrie.

Le gouvernement de Joe Biden a officiellement lancé jeudi une procédure pour reclasser le cannabis comme substance moins dangereuse. Cette décision marque un changement significatif dans la politique américaine de lutte contre la drogue et pourrait faciliter la décriminalisation de la marijuana et le développement de l’industrie du cannabis.

Le ministère de la Justice propose de retirer le cannabis de la catégorie 1 des substances, où il est actuellement classé aux côtés de l’héroïne, du LSD et de l’ecstasy. La catégorie 1 est réservée aux substances considérées comme très addictives et sans utilisation médicale légale. Désormais, le cannabis serait classé en catégorie 3, aux côtés de substances présentant un risque de dépendance modéré à faible, comme certains médicaments à base de codéine. La proposition sera soumise à la décision de l’Agence antidrogue américaine (DEA).

Cette décision n’est pas une surprise, car des informations avaient déjà fuité fin avril. Actuellement, l’usage récréatif et médical du cannabis est légal dans 24 États américains, et plusieurs autres États autorisent son usage uniquement à des fins médicales. Cependant, en restant classé parmi les substances les plus addictives, le cannabis expose toujours les possesseurs et vendeurs à des poursuites fédérales.

En 1970, sous la présidence de Richard Nixon, le Congrès américain avait classé le cannabis parmi les substances les plus addictives, entraînant une augmentation des arrestations qui ont culminé à près de 800 000 en 2005. Les minorités, notamment les Afro-Américains, ont été disproportionnellement touchées par ces arrestations.

La décision de reclassification a été saluée comme « monumentale » par l’organisation de défense des droits des Afro-Américains NAACP. « Beaucoup trop d’Américains noirs ont été victimes d’un système conçu pour causer leur perte. Nous soutenons la décriminalisation du cannabis », a déclaré l’organisation.

Cette reclassification ne signifie pas une légalisation, mais elle pourrait réduire le nombre d’interpellations au niveau fédéral. « Personne ne devrait être en prison uniquement pour utilisation ou possession de marijuana, point final », a déclaré Joe Biden dans une vidéo publiée jeudi.

Le changement de catégorie pourrait également améliorer le modèle économique des sociétés cultivant et commercialisant du cannabis, leur permettant de déduire leurs dépenses de fonctionnement de leur base fiscale. Cette décision a été vue comme une grande victoire pour le mouvement de réforme du cannabis aux États-Unis.

À Wall Street, les actions des grands acteurs de l’industrie du cannabis ont bénéficié de cette annonce, avec des hausses pour des entreprises comme Curaleaf et Verano Holdings. L’industrie du cannabis, bien que présente en bourse, doit encore faire face à des obstacles, notamment le refus de la plupart des banques de les accepter comme clients en raison du statut légal ambigu du cannabis.

La reclassification initiée par le gouvernement pourrait débloquer la recherche sur l’efficacité médicale du cannabis et alléger la charge fiscale pour les opérateurs légaux. « La ligne d’arrivée est en vue, mais la course n’est pas encore gagnée », a commenté Morgan Paxhia, de Poseidon Investment Management, soulignant l’intérêt croissant des investisseurs pour cette industrie en pleine évolution.

Lire Plus

Monde

Slovaquie : Le Premier ministre Robert Fico blessé par balle, entre la vie et la mort

Article

le

Slovaquie : Le Premier ministre Robert Fico blessé par balle, entre la vie et la mort

Le dirigeant populiste et soutien de la Russie, Robert Fico, a été visé par des tirs à Handlova. Hospitalisé en urgence, il se trouve dans un état critique. Un suspect a été arrêté.

Le premier ministre slovaque, Robert Fico, a été grièvement blessé par balles ce mercredi. Transporté d’urgence à l’hôpital, son état est jugé critique. Selon la page Facebook officielle du premier ministre, « les prochaines heures seront décisives ».

Les faits se sont déroulés à Handlova, à environ 150 kilomètres au nord-est de Bratislava. D’après le vice-président du Parlement, Lubos Blaha, cité par l’agence de presse TASR, Robert Fico a été touché à l’estomac par quatre tirs. Un suspect a été arrêté, selon la chaîne de télévision slovaque TA3, et la session parlementaire a été ajournée jusqu’à nouvel ordre.

La page Facebook de Robert Fico précise qu’il a été transporté par hélicoptère à Banska Bystrica pour une intervention urgente. Les tirs ont eu lieu devant la Maison de la culture locale. Un reporter du quotidien Dennik N a vu le premier ministre emmené en voiture par ses gardes du corps, tandis que le tireur présumé était appréhendé par la police.

La présidente slovaque, Zuzana Caputova, a condamné cette attaque « brutale » et souhaité un prompt rétablissement à Robert Fico. « Une attaque physique contre le premier ministre est une attaque contre la démocratie », a-t-elle déclaré, appelant la population à ne pas tirer de conclusions hâtives. La police a bouclé les lieux et prévoit de fournir plus d’informations dès que possible.

Les réactions internationales n’ont pas tardé. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a dénoncé une « attaque ignoble » et exprimé sa solidarité avec Robert Fico et sa famille. Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, s’est dit « profondément choqué » par l’attentat contre son « ami », tandis que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a fermement condamné cet acte de violence.

Georgia Meloni, cheffe du gouvernement italien, a exprimé sa « ferme condamnation de toute forme de violence » et son soutien aux principes démocratiques. Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, a également exprimé sa consternation et souhaité un prompt rétablissement à Robert Fico.

Robert Fico, qui a récemment refusé de continuer à aider militairement l’Ukraine face à l’invasion russe, se trouve désormais au cœur d’une crise politique et sécuritaire en Slovaquie.

Lire Plus

Monde

Tunisie : des chroniqueurs emprisonnés pour critiques du gouvernement

Article

le

Tunisie : des chroniqueurs emprisonnés pour critiques du gouvernement
Sonia Dahmani, avocate interpellée en direct à la télévision française.

Borhen Bssais et Mourad Zeghidi placés en détention, rejoignant Sonia Dahmani, avocate interpellée en direct à la télévision française.

Le paysage médiatique tunisien est en ébullition alors que deux chroniqueurs, Borhen Bssais et Mourad Zeghidi, ont été placés en détention dimanche pour avoir critiqué la situation politique du pays. Leur arrestation survient à la suite de l’interpellation musclée en direct à la télévision française de l’avocate et commentatrice Sonia Dahmani pour des motifs similaires.

Les deux hommes, Borhen Bssais, présentateur à la télévision et à la radio, et Mourad Zeghidi, commentateur politique, ont été interpellés samedi soir et sont depuis sous mandat de dépôt. Ils sont accusés de diffusion de « fausses informations (…) dans le but de diffamer autrui ou porter atteinte à sa réputation », selon le porte-parole du tribunal de Tunis, Mohamed Zitouna.

Cette série d’arrestations intervient dans un contexte de répression croissante de la liberté d’expression en Tunisie. Sonia Dahmani, arrêtée en direct à la télévision française France 24, est connue pour ses critiques envers le président Kais Saied. Son arrestation, filmée en direct, a suscité une vague d’indignation et conduit à une grève des avocats.

La loi sur la répression des « fausses nouvelles », promulguée en septembre 2022 par le président Saied, est critiquée pour son interprétation extensive. Plus de 60 personnes, dont des journalistes et des avocats, ont été poursuivies en vertu de ce texte au cours de l’année écoulée.

Dimanche matin, environ 300 personnes se sont rassemblées à Tunis pour demander la libération des détenus politiques, dénonçant un « état policier » et le recul des droits et libertés en Tunisie. Ahmed Néjib Chebbi, cofondateur du Front de salut national, a dénoncé « un système liberticide » orchestré par le président Saied.

Outre les critiques du gouvernement, plusieurs organisations d’aide aux migrants ont également été soumises à des contrôles la semaine précédente. La présidente de l’association antiraciste Mnemty, Saadia Mosbah, est actuellement en garde à vue pour des soupçons de blanchiment d’argent, après avoir défendu les droits des migrants subsahariens en Tunisie.

Cette série de mesures répressives soulève des inquiétudes quant à la liberté d’expression et aux droits fondamentaux en Tunisie, alimentant les craintes d’un recul démocratique dans le pays.

Lire Plus

Les + Lus