Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

« Leur voix est capitale », des célébrités thaïlandaises brisent le silence

Article

le

« leur-voix-est-capitale »,-des-celebrites-thailandaises-brisent-le-silence

Une superstar de la K-pop, des reines de beauté et des personnalités de la télévision font partie des célébrités de plus en plus nombreuses à faire entendre leur voix pour soutenir le mouvement pro-démocratie thaïlandais.

Dans ce royaume, les vedettes font rarement état de leurs opinions politiques, leurs gains financiers dépendant des milliardaires qui sont un des piliers de establishment du pays.

Mais ces derniers jours, des personnalités ont osé briser le silence notamment après la dispersion vendredi par la police, à l’aide de canons à eau, d’une manifestation pacifique à Bangkok.

L’Américain-Thaïlandais Nichkhun, idole thaïlandaise du K-Pop, plus connu sous le nom de « prince thaï », a déclaré à ses 6,9 millions d’abonnés sur Twitter qu’il ne pouvait pas « rester inactif » après avoir vu ce qui s’est produit vendredi.

« L’usage de la violence est quelque chose que je ne peux pas regarder sans rien faire », a affirmé Nichkhun, membre du célèbre boys-band 2PM, dans un message retweeté par des dizaines de milliers de personnes en quelques heures.

« La violence n’a jamais rien aidé. J’espère que tout le monde restera en sécurité… et prenez soin de vous ».

Vendredi, la police a pour la première fois fait usage de la force contre les contestataires qui demandent la démission du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha et une réforme de la monarchie.

« Abus de pouvoir »

Ces événements ont eu lieu après une semaine de tensions dans la capitale thaïlandaise.

Des dizaines de milliers de manifestants sont à nouveau descendus samedi dans les rues en dépit d’une interdiction de rassemblements et de l’arrestation d’un grand nombre de figures du mouvement.

Nichkhun n’est pas la seule vedette à s’être exprimée.

Amanda Obdam, la nouvelle Miss Univers Thaïlande, a posté sur Instagram des photos d’un manifestant faisant seul face à la police anti-émeute armée de boucliers.

« Une image vaut mille mots », a écrit la mannequin thaïlandaise et canadienne, ajoutant « votre travail est de protéger les gens, pas de leur faire du mal ».

Jusqu’à présent, de nombreuses stars étaient demeurées silencieuses sur ces questions dans un pays où la carrière et les revenus des célébrités sont étroitement liés aux contrats commerciaux.

Ne pas prendre le risque de se mettre d’éventuels employeurs à dos peut expliquer leur silence, notamment dans un royaume où chaque secteur est surveillé par des empires commerciaux pesant des milliards de dollars et qui soutiennent la famille royale.

Pour Min, un étudiant en commerce arrivé samedi à la manifestation avec un casque et un masque à gaz, les célébrités ont l’obligation morale de s’exprimer.

« Elles font partie de l’élite aux côtés du gouvernement », a expliqué à l’AFP le jeune homme de 18 ans. « Leur voix est capitale ».

Une ancienne reine de beauté qui est également une personnalité de la télévision, Maria Poonlertlarp, a déclaré dans une vidéo sur Facebook que la manière dont sont traités les manifestants était « complètement injuste ».

« Réduits au silence »

La vague d’indignation des Thaïlandais sur les réseaux sociaux n’a pas cessé d’augmenter depuis la disparition inexpliquée en juin du militant thaïlandais pro-démocratie Wanchalearm Satsaksit, au Cambodge voisin.

« Les gens ont été réduits au silence pour avoir parlé de la politique de deux poids deux mesures et de l’abus de pouvoir », a-t-elle déclaré en larmes, passant du thaï à l’anglais.

« Depuis des décennies, nous avons subi beaucoup d’injustices en Thaïlande, en luttant contre notre gouvernement pour la démocratie », a-t-elle ajouté.

Sur cette vidéo, elle apparaît aux côtés de son compagnon, Wannasingh Prasertkul, un présentateur de télévision. Les parents de ce dernier avaient fait partie du mouvement étudiant de 1976 au cours duquel des dizaines d’étudiants ont été tués à Bangkok.

Même certaines célébrités pourtant proches du pouvoir ont pris la parole.

Ainsi, Milin « Namneung » Dokthian, membre de BNK48, un des plus célèbres groupes de K-Pop d’Asie, qui avait rencontré avec les membres de son groupe le Premier ministre en 2018, suscitant la colère de la dissidence, n’a laissé aucun doute sur ses sentiments.

« Nous n’aurions pas à dire +soyez prudents+ si nous avions une véritable démocratie », a-t-elle écrit sur Facebook, dans un message partagé par les autres membres du groupe.

Lors de la manifestation de samedi, Aim, 25 ans, a raillé ceux qui refusent de s’exprimer.

« Peut-être sont-ils déconnectés et ont-ils grandi dans une situation (privilégiée) », a-t-elle affirmé à l’AFP, mais « nous les laisseront tomber car ce sont des ignorants et des silencieux ».

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus