Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Mondial-2023 de rugby: les Bleus face aux All Blacks, une affiche de rêve pour commencer

Article

le

mondial-2023-de-rugby:-les-bleus-face-aux-all-blacks,-une-affiche-de-reve-pour-commencer

Faux départ interdit et affiche de rêve pour commencer: le XV de France sera sous pression d’emblée, puisque les Bleus débuteront la Coupe du monde 2023 par un choc déjà très attendu face aux All Blacks néo-zélandais, le 8 septembre au Stade de France, selon le calendrier de la compétition dévoilé vendredi.

Placés dans la poule A, les Bleus affronteront également un qualifié de la zone Amérique le 14 septembre à Lille, puis celui de la zone Afrique le 21 septembre à Marseille. Avant de terminer à Lyon, le 6 octobre, face à l’Italie.

Mais c’est bien les retrouvailles avec les triples champions du monde (1987, 2011, 2015) qui vont lancer le Mondial français (8 septembre-28 octobre).

Il s’agira de la huitième confrontation entre Français et Néo-Zélandais en Coupe du monde. En 2011, les deux nations s’étaient déjà affrontées lors de la phase de poules, pour une victoire des All Blacks (37-17), avant de se retrouver en finale pour le sacre des Kiwis (8-7).

Au total, les Bleus n’ont battu l’équipe à la fougère qu’à deux reprises, 43-31 en demi-finale de l’édition 1999 et 20-18 en quarts du Mondial-2007, à chaque fois au terme de matches restés dans les mémoires.

« France – Nouvelle-Zélande, j’en rêvais depuis que j’ai commencé à travailler sur la Coupe du monde. Le plus beau match possible, on l’aura le premier jour. Ca va nous permettre de lancer la compétition, de donner un repère d’attractivité », a admis Claude Atcher, directeur général du comité d’organisation, dans un entretien à l’AFP.

Des retrouvailles en finale ?

« C’est une immense occasion de jouer face à la France en ouverture du tournoi. Les matches entre nos deux équipes font partie des plus célèbres de notre histoire, donc ce sera formidable de les rencontrer encore une fois », a réagi le capitaine des All Blacks Sam Cane, cité dans un communiqué de la fédération néo-zélandaise.

Les deux adversaires du premier match ne pourront pas se retrouver avant la finale, programmée le 28 octobre, au Stade de France.

C’est d’ailleurs le scénario idéal, selon Claude Atcher.

« J’adorerais voir une finale entre la France et la Nouvelle-Zélande, voire contre l’Angleterre. C’est nos meilleurs ennemis. A deux minutes de la fin, on met un drop ou une pénalité, qui nous permet d’être champions du monde. D’un point… », se met-il à rêver.

Mais pour ça, il faudra sortir de la poule et remporter son quart de finale, au Stade de France, le 14 ou 15 octobre. Avant les demi-finales le week-end du 20 et 21 octobre et le match pour le titre la semaine suivante.

« Un calendrier équilibré »

De leur côté, les tenants du titre sud-africains lanceront leur campagne devant l’Ecosse, le 10 septembre, au stade Vélodrome de Marseille. Les coéquipiers de Cheslin Kolbe et Siya Kolisi croiseront également le fer avec l’Irlande, le 23 septembre au Stade de France tandis que le duel entre les deux voisins celtes aura lieu dans l’enceinte dionysienne le 7 octobre.

Dans la poule D, l’Angleterre retrouvera le 9 septembre l’Argentine, que le XV de la Rose avait croqué sans sourciller (39-10) lors de la phase de poules en 2019, et le Japon, dernier hôte du Mondial.

Enfin, les Fidjiens auront fort à faire dans le groupe C, avec le pays de Galles, qu’ils défient le 10 septembre à Bordeaux, et l’Australie, le 17 septembre à Saint-Etienne.

« C’est un travail de longue haleine pour le construire. Les problématiques, en matière d’organisation, de transport, de temps de repos…, sont complexes. C’est une alchimie complexe mais je pense qu’on a construit un calendrier équilibré, avec de très belles affiches dans chacune des villes », a également expliqué Atcher.

Au total, ce sont quarante-huit matches qui seront disputés dans neuf villes-hôtes (Saint-Denis, Marseille, Nice, Lille, Toulouse, Lyon, Bordeaux, Saint-Etienne, Nantes). « Chaque ville accueille a minima une des équipes qualifiées pour les quarts de finale au Japon », a souligné le patron du Mondial-2023.

La billetterie sera ouverte mi-mars. Place au rugby.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus