Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde / USA : Le droit à l’avortement en péril, Biden bat le rappel à gauche

Article

le

le-droit-a-l’avortement-en-peril-aux-etats-unis,-biden-bat-le-rappel-a-gauche

Des révélations explosives sur la Cour suprême des Etats-Unis, qui semble prête à renvoyer le droit à l’avortement 50 ans en arrière, ont poussé mardi le président Joe Biden à battre le rappel d’une gauche en état de choc.

Se disant lui-même « très inquiet », le président a appelé les Américains à « choisir des candidats » favorables au droit à l’avortement lors des élections législatives de l’automne.

Le site Politico a provoqué une déflagration politique lundi soir en révélant, sur la base d’une fuite inédite d’un document interne, qu’une majorité des juges de la Cour suprême étaient prêts à enterrer l’arrêt « Roe v. Wade » de 1973, qui protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse.

La Cour suprême a confirmé l’authenticité du texte — un projet d’arrêt daté de février — tout en soulignant qu’il ne représentait pas une décision « finale », attendue avec fièvre.

Si la Cour devait l’adopter, chacun des 50 Etats américains retrouverait le droit d’interdire l’avortement sur son sol et une moitié d’entre eux, principalement dans le Sud et le Centre conservateur et religieux, devraient emprunter cette voie.

Les gouverneurs républicains du Tennessee et du Dakota du Sud ont signalé lundi qu’ils ne tarderaient pas.

Sans même attendre de connaître la position définitive de la Cour suprême, qui doit se prononcer avant le 30 juin, le gouverneur de l’Oklahoma, Kevin Stitt, a signé mardi une loi qui interdit aux femmes de son Etat d’avorter après six semaines de grossesse.

Copie d’une loi texane en vigueur depuis le 1er septembre, le texte incite les citoyens à poursuivre les médecins ou les cliniques pratiquant des avortements au-delà de ce terme, en échange d’indemnités financières.

La veille, des gouverneurs démocrates de plusieurs Etats dont la Californie, le Nouveau-Mexique et le Michigan, avaient au contraire annoncé vouloir consacrer la légalité du droit à l’avortement même si la Cour annulait « Roe v. Wade ».

Manifestations

Reflétant ces fractures, les défenseurs du droit à l’avortement ont donné de la voix mardi, tandis que les opposants savouraient une victoire annoncée.

« Horrifiée » par la situation, Lynn Hart, 70 ans, qui a avorté illégalement dans son adolescence, s’est rendue devant la Cour suprême à Washington. Fustigeant « une Cour très conservatrice », elle a espéré que ses petites-filles puissent conserver le droit d’avorter légalement et en toute sécurité.

Comme elle, des milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Washington, New York, Boston, Los Angeles ou Seattle, pour crier leur « colère » face à la crainte d’un « retour en arrière ».

« J’espère que toutes les manifestations ne dissuaderont pas les juges », déclarait pour sa part Madelyn Ocasio, une militante anti-avortement rencontrée en Floride, qui a confiée être « euphorique » après des années d’une lutte acharnée.

Une partie de la population américaine, notamment dans les milieux religieux, n’a jamais accepté la décision de 1973 et a livré pendant des années un combat protéiforme pour la faire annuler.

Les militants de base occupaient le terrain près des cliniques, tandis que leurs représentants dans les législatures locales adoptaient des milliers de lois restrictives.

La dernière brique de l’édifice a été posée par le président républicain Donald Trump qui, aidé par les sénateurs de son parti, a fait entrer à la Cour suprême trois juges connus pour leurs positions anti-avortement, portant à six magistrats sur neuf la majorité conservatrice de l’instance.

« Vie privée »

Ces neuf sages ont examiné en décembre une loi du Mississippi qui ramène le délai pour avorter à 15 semaines de grossesse contre deux trimestres selon le cadre fixé par la haute Cour.

Lors de l’audience, plusieurs d’entre eux ont fait comprendre qu’ils comptaient profiter de ce dossier pour détricoter ou tout bonnement annuler l’arrêt « Roe v. Wade ». Selon Politico, cinq se sont ensuite ralliés à cette seconde option.

L’arrêt « Roe v. Wade », qui fondait le droit à avorter sur le droit constitutionnel au respect de la vie privée, était « totalement infondé dès le début », a écrit en leur nom le juge conservateur Samuel Alito.

Le droit à avorter « n’est protégé par aucune disposition de la Constitution », a-t-il ajouté selon l’avant-projet d’arrêt qui a fuité lundi.

Ces arguments ont suscité d’autres sueurs froides chez les progressistes.

« Si l’argumentaire de la décision, tel qu’il a été publié, est confirmé, toute une série d’autres droits seraient en question », a déclaré Joe Biden, en évoquant le droit à la contraception ou le mariage des homosexuels.

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus