Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde : Le premier syndicat d’Amazon aux Etats-Unis échoue dans un deuxième entrepôt

Article

le

le-premier-syndicat-d’amazon-aux-etats-unis-echoue-dans-un-deuxieme-entrepot

Le syndicat Amazon Labor Union (ALU), fort d’une première victoire retentissante début avril, n’a pas réussi à renouveler immédiatement son exploit: les employés d’un centre de tri d’Amazon à New York ont voté massivement contre l’arrivée de l’organisation sur leur site.

Selon un décompte retransmis en ligne, 618 employés de l’entrepôt appelé LDJ5 ont voté « non » à la question de savoir s’ils voulaient être représentés par ALU, contre 380 ayant voté « oui ». Le taux de participation s’est élevé à 61%.

L’organisation a reconnu sa défaite mais a prévenu qu’elle allait continuer sa campagne.

« C’est un marathon, pas un sprint. On sait tous qu’il va y avoir des victoires et des défaites », a réagi peu après le dépouillement Christian Smalls, le président d’ALU.

Devant le bureau new-yorkais de l’agence chargée de superviser le scrutin, le NLRB, la déception s’affichait sur les visages de la dizaine de membres du syndicat présents, a constaté une journaliste de l’AFP.

Une jeune femme était en pleurs, plusieurs dénonçaient des manœuvres d’intimidation effectuées par Amazon à l’approche du vote.

« Je suis assez contrarié », a souligné Michael Aguilar, salarié à LDJ5. « Beaucoup de travailleurs disaient ouvertement qu’ils étaient contre le syndicat (…) mais il y avait aussi beaucoup d’indécis », a-t-il expliqué. Ils ont visiblement « été convaincus par la propagande d’Amazon » qui a « employé tous les coups bas pour qu’on ne gagne pas sur un autre site ».

ALU avait créé la surprise début avril en devenant le premier syndicat de l’entreprise aux Etats-Unis, au sein de l’entrepôt JFK8 dans le quartier de Staten Island à New York.

Deuxième employeur aux Etats-Unis après le géant de la distribution Walmart, Amazon avait jusqu’alors réussi à repousser les velléités des salariés souhaitant se regrouper dans le pays depuis sa création en 1994.

« Retourner au combat »

Dans la foulée de son premier succès, ALU a suscité l’engouement, ses membres assurant avoir été contactés par des représentants d’entrepôts un peu partout dans le pays.

L’organisation espérait engranger une nouvelle victoire au centre de tri LDJ5, situé en face de JFK8.

Le président américain Joe Biden lui-même avait livré début avril un plaidoyer énergique en faveur des syndicats, déclarant lors de son intervention: « D’ailleurs, Amazon, on arrive… »

Mais la pression de la part de l’entreprise fondée par Jeff Bezos a été « plus forte que la première fois », l’entreprise commettant « des actes illégaux » pour contrer la campagne syndicale, a assuré Eric Milner, l’avocat représentant ALU, en évoquant notamment des mesures disciplinaires contre des syndicalistes.

Pour Christian Smalls, la différence a surtout tenu au fait que les syndicalistes menant la campagne à JFK8 y travaillaient depuis plusieurs années, tandis que ceux qui animaient la lutte à LDJ5 « n’y étaient que depuis quelques mois ».

Pour la suite, l’équipe « va faire une coupure, réévaluer la situation, reprendre des forces (…) et retourner au combat », a-t-il assuré.

ALU, mais aussi l’ensemble du mouvement syndical, doit maintenant trouver « comment faire vivre l’élan » généré par la première victoire, a déclaré Patricia Campos-Medina, co-directrice de l’Institut du travail à l’université Cornell.

Divers gros syndicats ont déjà exprimé leur volonté d’apporter un soutien logistique et juridique à ALU, et toutes ces organisations doivent se coordonner pour mener campagne dans plusieurs entrepôts à la fois, a-t-elle souligné.

Car au final, c’est seulement s’ils parviennent à engranger plusieurs victoires qu’Amazon « acceptera de négocier », a-t-elle ajouté.

Le groupe de son côté a fait part lundi de sa satisfaction, et indiqué « être impatient de continuer à travailler directement (avec les salariés) ».

L’entreprise a déposé un recours contre le résultat du vote à JFK8, estimant notamment que des membres de l’ALU avaient « intimidé » les salariés et accusant l’antenne new-yorkaise du NLRB d’être biaisée.

Un responsable d’une autre antenne du NLRB où le dossier a été délocalisé, à Phoenix, a accepté de tenir une audience sur les objections de groupe le 23 mai.

Motivés par l’attitude de leur entreprise pendant la pandémie, notamment sur les protections sanitaires, et plus récemment par l’inflation, plusieurs groupes de salariés dans différentes entreprises tentent actuellement de s’organiser.

Chez Starbucks notamment, dans la foulée d’une première victoire symbolique en décembre, des employés de plus de 250 cafés ont déposé un dossier pour l’organisation d’un vote et plus d’une quarantaine ont jusqu’à présent voté pour la création d’un syndicat au sein de leur établissement.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus