Nous rejoindre sur les réseaux

France

« Mon corps, mon choix »: mobilisation en France pour défendre le droit à l’IVG

Article

le

« mon-corps,-mon-choix »:-mobilisation-en-france-pour-defendre-le-droit-a-l’ivg

Des rassemblements de plusieurs centaines de manifestants ont eu lieu en France samedi pour défendre le droit à l’avortement et apporter un soutien aux Américaines, après la décision de la Cour suprême d’annuler ce que beaucoup considéraient comme un acquis.

En tête du cortège parisien, Suzy Rojtman, membre du collectif « Avortement en Europe – Les femmes décident », évoque une « onde de choc ». Elle craint qu’au vu « de l’importance des Etats-Unis dans le monde », le droit à l’avortement régresse « partout » et que « des pays s’inspirent des Etats-Unis pour renier ce droit fondamental ».

Au milieu de centaines de manifestants, une jeune fille de 16 ans, Thaïs, brandit une pancarte « 130 centres IVG ont fermé en 15 ans » (en France, ndlr). Elle s’inquiète d’un « effet boule de neige ».

La Cour suprême des Etats-Unis a mis fin le 24 juin à la garantie juridique fédérale de l’IVG dans tous les pays. Il appartient maintenant aux 50 Etats de se prononcer sur l’avortement. La moitié d’entre eux selon l’institut Guttmacher (surtout dans le sud et le centre républicains, conservateurs et religieux) l’ont déjà interdit ou envisagent de le faire.

Cintres peints en rouge à bout de bras, les manifestants –dont des hommes et beaucoup de très jeunes femmes– ont défilé en chantant « De New York jusqu’à Paris, avortement libre et gratuit » ou encore « L’IVG, on s’est battu pour la gagner, on se battra pour la garder ».

« L’IVG sauve des vies », « Keep your laws off my body » (Ote tes lois de mon corps), « Laissez les femmes tranquilles pour une fois », pouvait-on lire sur les pancartes des participants. Beaucoup étaient écrites en anglais.

Et également « On veut l’IVG dans la Constitution », en référence aux propositions de loi pour inscrire ce droit dans la Constitution française.

Organisées à l’appel du collectif « Avortement en Europe – Les femmes décident », rejoints par de nombreuses associations féministes, des syndicats et des partis politiques, plusieurs manifestations étaient prévues à travers la France.

Un droit fragile

A Bordeaux, le rassemblement comptait là aussi quelques centaines de personnes (400 selon la police, un millier selon les organisatrices).

« Ce n’est pas que le droit à l’avortement mais le droit à disposer librement de nos corps. C’est un droit fondamental, qui ne concerne pas que la France mais les femmes du monde entier », déclare Johanna Tilché-Jean, « artiste et mère de famille ».

Pour Nicole Blet, infirmière à la retraite et membre du Planning familial en Gironde, « la loi (en France: NDLR) sur l’IVG a toujours été fragile », tout comme « son application ».

A Strasbourg, plus de 300 personnes selon la préfecture ont pris la direction du consulat américain. Et à Toulouse, quelques dizaines de personnes, surtout des femmes, se sont rassemblées sous le slogan de « Nous sommes fières, femmes, radicales et en colère ! ».

« En France, on n’est pas en dehors du monde. Il faut faire attention », explique Sandra Cassagnaud, 49 ans. Les Françaises « ont de plus en plus de mal » à être prises en charge en vue d’une IVG.

« Nous sommes particulièrement mobilisés sur la question des moyens alloués aux centres IVG, entre la clause de conscience spécifique que peut faire jouer le personnel médical et la surcharge des professions hospitalières », relève à Lyon Léa Védie, l’une des porte-parole du Planning familial du Rhône.

Dans le cortège (500 personnes selon la préfecture, 800 selon les organisateurs), des manifestants ont déposé sur le sol peint en rouge des cintres, symboles des IVG clandestins.

A Marseille, des manifestantes ont rejoint la Marche des Fiertés qui a rassemblé 12.000 personnes selon la préfecture. Un habitué de la Pride, Philippe Murcia, 48 ans, s’est dit « très inquiet de voir la société clivée, comme aux Etats-Unis, qui s’attaque maintenant aux droits des femmes, à des droits qu’on pensait acquis ».

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

#MeToo des armées: la France lance une mission d’inspection sur les violences sexuelles

Article

le

#MeToo des armées: la France lance une mission d'inspection sur les violences sexuelles

Le ministère français des Armées a lancé une mission d’inspection sur les violences sexuelles dans ses rangs après une série de témoignages d’abus alimentant un #MeToo de l’institution militaire.

Le ministère français des Armées a initié une mission d’inspection pour enquêter sur les violences sexuelles au sein de ses rangs, suite à une série de témoignages faisant état d’abus, alimentant un #MeToo au sein de l’institution militaire.

La mission vise à améliorer « l’ensemble des mesures de prévention, de protection des victimes et de sanction des agresseurs », ont annoncé le ministre Sébastien Lecornu et la secrétaire d’État aux Anciens Combattants Patricia Miralles dans une tribune commune parue dans le quotidien Le Monde.

Par ailleurs, les ministres ont précisé qu’à partir de maintenant, « chaque fois qu’il existe une suspicion de viol ou d’agression sexuelle présentant un caractère suffisant de vraisemblance, la personne mise en cause sera systématiquement suspendue de ses fonctions ».

La mission rendra ses conclusions fin mai. Une instruction ferme en ce sens a été envoyée par le ministère à tous les commandements le 26 mars.

Les violences sexuelles « sont des actes contre la cohésion militaire, contre la fraternité d’armes, c’est d’autant plus insupportable dans les armées », a déclaré le contrôleur général des Armées, chef de la cellule « Themis ».

La députée Laetitia Saint-Paul, par ailleurs capitaine dans l’armée de Terre, a reçu une vingtaine de témoignages de victimes présumées en une semaine sur sa boîte mail parlementaire après la publication du témoignage de Manon Dubois, victime d’agressions sexuelles lorsqu’elle travaillait dans la Marine.

La mission d’inspection aura également pour objectif de « rendre plus efficace encore » le fonctionnement de la cellule « Thémis ».

En 2023, 167 signalements pour violences sexuelles ou sexistes ont été adressés à la hiérarchie militaire et 59 à Thémis, soit un total de 226 cas ayant fait l’objet d’une enquête administrative au sein des armées, selon le ministère.

Sur ces 226 cas, « la moitié » a fait l’objet de sanctions disciplinaires et 150 ont fait ou font l’objet de poursuites en justice. Un tiers relèvent du harcèlement, un tiers d’agressions, 12% de viols et le reste d’outrages sexistes, selon la même source.

Lire Plus

Les + Lus