Nous rejoindre sur les réseaux

Planète

Météo : Un quart de la France touché par la canicule

Article

le

un-quart-de-la-france-touche-par-la-canicule

Vingt-trois départements en vigilance orange: la vague de chaleur s’installe en France et des records de température pour un mois de juin devraient être battus jeudi ainsi qu’au cours des prochains jours.

Météo-France prévoit de 36°C à 39°C dans l’après-midi en Occitanie, en Nouvelle-Aquitaine et dans la vallée du Rhône, avec des températures nocturnes élevées.

A Toulouse, le thermomètre n’est pas descendu en-dessous des 20°C au cours de la nuit de mercredi à jeudi et est très vite remonté.

Jacqueline Bonnaud, 86 ans, profitait de la relative fraîcheur des premières heures de la journée dans un parc ombragé, avant de rentrer chez elle pour rester au frais.

« Quand il fait trop chaud, on est mieux chez soi, ou dans le métro » climatisé, sourit cette retraitée. « J’ai 86 ans, je suis née ici, mais je pense que c’est la canicule la plus sévère que j’ai connue », estime-t-elle.

Dans le quartier des Minimes, Mohamed Soudani, traiteur sur un marché, transpire déjà derrière ses fourneaux.

« J’ai des bouteilles au frigo pour me rafraîchir, l’eau c’est la vie! Demain, je devais être sur un marché le soir, mais je ne vais pas le faire: on doit commencer à cuisiner à 14h30 et ils annoncent 41°C dans l’après-midi », explique-t-il.

Hausse de la pollution

Avec la chaleur, la qualité de l’air s’est en outre détériorée dans presque toute la région.

Elle est désormais jugée « mauvaise » dans dix départements « en raison de l’ensoleillement et des températures favorisant la formation d’ozone dans l’atmosphère », précise l’organisme de surveillance Atmo Occitanie.

En Ile-de-France, Airparif prévoit aussi pour vendredi un dépassement du seuil d’information pour l’ozone.

Dans les grandes villes comme Toulouse, mais aussi Lyon et Bordeaux, où la densité des constructions accentue la sensation de fournaise, les horaires d’ouverture des parcs et jardins ont été étendus.

Près de vingt ans après la canicule de l’été 2003, qui avait causé la mort de 19.000 personnes, les Ehpad s’adaptent avec arrosage des façades, glaçons dans les boissons, ventilateurs et séquences prolongées dans les salles climatisées.

La situation des personnes âgées isolées, donc plus vulnérables, préoccupe particulièrement. « On est encore plus vigilants que d’habitude avec les anciens », témoigne ainsi Sarah Jalabert, infirmière à domicile dans le Tarn.

« C’est dur pour eux. Souvent, ils sont seuls, amoindris physiquement, en perte d’autonomie. Les visites sont moins fréquentes car les familles partent à la mer, en vacances. Il y a des risques de déshydratation. On les invite à ouvrir les fenêtres et les volets à la fraîche, mais souvent, comme ils se sentent en insécurité, ils ne le font pas », regrette-t-elle.

Toujours dans le Tarn, le préfet a annoncé que les cours seraient suspendus vendredi après-midi dans une dizaine de collèges, qui assureront toutefois l’accueil des élèves.

Risques de feux

« Passez deux à trois heures par jour dans un endroit frais, rafraîchissez-vous, mouillez-vous le corps plusieurs fois par jour », conseillent les autorités.

De leur côté, les pompiers en alerte guettent les départs de feu, favorisés par la chaleur et l’assèchement de la végétation.

Ainsi un incendie a détruit 25 hectares jeudi dans l’Aveyron et un hameau d’une trentaine d’habitants a été évacué.

Les agriculteurs ont été appelés à la vigilance concernant « les feux de végétation à l’occasion des moissons » par la préfecture des Deux-Sèvres, où une centaine d’hectares ont brûlé mercredi.

Le feu a aussi détruit trois hectares d’orge en Dordogne et, dans les Landes, les pompiers ont les yeux rivés sur les forêts de conifères et attendent « un pic » de risque samedi.

Dans le Sud-Est, le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé avoir sollicité le gouvernement afin de « pouvoir réutiliser les eaux usées traitées », notamment pour le nettoyage des rues et des voiries, ainsi que l’alimentation des fontaines décoratives.

La France connaît des canicules de plus en plus fréquentes: la multiplication, l’intensification et l’allongement de ces phénomènes constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique, selon les scientifiques.

Un renforcement de la canicule est attendu vendredi et samedi, avec des températures atteignant ou dépassant les 40°C l’après-midi dans le quart Sud-Ouest.

La chaleur ne devrait commencer à diminuer que dimanche du fait de pluies orageuses qui feront chuter les températures.

Planète

Planète : A Groix, la pénurie d’eau plane sur la saison estivale

Article

le

a-groix,-la-penurie-d’eau-plane-sur-la-saison-estivale

« On demande la plus grande vigilance! »: dès leur arrivée à Port-Tudy, les touristes sont prévenus de la sécheresse exceptionnelle qui secoue l’île de Groix, en Bretagne, à quelques semaines du début de la saison de forte affluence.

A l’office de tourisme donnant sur la jetée, Stéphanie, après avoir conseillé des sentiers de randonnée, explique la situation à un couple venu de Vendée.

« On aurait des réserves a priori pour tenir jusqu’au 15 août mais prudence: on demande de prendre des douches très rapides, on n’arrose pas… », dit-elle aux deux voyageurs, leur expliquant que l’île n’avait plus connu pareille situation depuis 1976 et 2003.

Début juin, la totalité de cette île située à 5 km de la rade de Lorient, qui compte 2.300 habitants sur 15 km2, a été placée par la préfecture du Morbihan en situation de « crise », soit le niveau de gravité le plus élevé en cas de sécheresse.

Sur le pare-brise de sa voiture, Bruno Del Din, qui travaille dans le bâtiment, laisse visible le prospectus « Pénurie d’eau potable à Groix, soyons vigilants », qui a été même distribué dans les bureaux de vote.

« On a des flux très importants sur l’île, le week-end, la journée, ça va augmenter jusqu’à la période estivale, il faut prendre le parti d’informer très tôt les gens », argumente l’insulaire.

Parmi les préconisations listées: « Je prends ma douche en 5 min maximum », « je coupe l’eau pendant la vaisselle et le brossage des dents », « j’utilise le lave-vaisselle et le lave linge seulement à pleine charge ».

Si certaines îles bretonnes disposent d’une canalisation avec le continent (Bréhat, Batz) ou d’une usine de dessalement (Sein), Groix a recours pour son eau potable à quatre puits de forage et un barrage, dont le niveau a franchi le seuil de crise.

« La pénurie d’eau est ressentie depuis janvier. Cette année c’est vraiment très sec », observe Victor Da Silva, conseiller municipal (opposition), en montrant le barrage de Port-Melin qui a été construit dans les années 1960 par des immigrés portugais, dont son beau-père.

« Un pommeau économique consomme 6 L d’eau à la minute tandis qu’un conventionnel c’est 15 L, les gens qui font du locatif doivent penser à cela », dit-il alors que la population de « l’île aux grenats » pourrait atteindre 8.000 personnes pendant l’été.

« cultures sacrifiées »

Au bourg, où un thon figure à la place du coq sur la girouette de l’église en hommage au poisson qui fit la fortune des lieux, le maire Dominique Yvon estime que la « situation n’est pas catastrophique, mais pourrait le devenir ».

« On a prévu toutes les solutions, même limiter la venue sur l’île de personnes, ça peut également arriver mais ce serait une situation extrême », alerte-t-il, évoquant aussi la possibilité de coupures d’eau.

En plus d’interdire l’arrosage des potagers, les douches de plage ou des fontaines, la pression de l’eau a été réduite au robinet. L’installation d’une station de dessalement d’eau de mer est également à l’étude, explique le maire, qui en appelle au civisme.

« On peut vérifier si les consos d’eau augmentent, heure par heure et on a constaté quelquefois des pics la nuit avec des gens qui en profitent…C’est très français ça », soupire-t-il.

Denis Bredin, directeur de l’association des îles du Ponant, pointe une « augmentation de la consommation d’eau alors que la ressource, elle, n’augmente pas » sur des territoires qui « font rêver », où les locations de type Airbnb se sont multipliées.

« On a toujours cette image des îles hyper arrosées, des années on peut avoir des étés pas terribles, mais il y pleut très peu », argumente-t-il, soulignant que la pluviométrie annuelle de Groix (732 mm) était inférieure à celle d’îles croates.

A côté d’un champ, les agriculteurs font aussi part de leur inquiétude. « On fait des sacrifices par rapport à certaines cultures, on privilégie les serres car elles nous sortent le plus de revenus. On a dû faire des choix », confie Guénolé Rousseau, 43 ans.

Lire Plus

Planète

Planète / Météo : La France passe le pic de la canicule en dépassant les 40 °C

Article

le

la-france-passe-le-pic-de-la-canicule-en-depassant-les-40-°c-dans-le-sud-ouest

La France a passé samedi le pic d’un épidode caniculaire intense et d’une précocité inédite avec des températures parfois supérieures à 40 °C et de nombreux records absolus de chaleur, particulièrement dans le sud-ouest et l’ouest, où des orages sont attendus en soirée. 

Ces orages ponctuels sur la façade atlantique sont les « prémices d’une dégradation pluvio-orageuse » prévue dimanche et qui fera « régresser progressivement » la canicule, les plus fortes chaleurs se décalant vers l’est, avec notamment jusqu’à 38 degrés attendus sur le nord-est dimanche selon Météo-France.

Le service météorologique a relevé samedi « des pointes voisines de 42°/43°C »dans le sud-ouest, avec des records de températures « tous mois confondus », comme à Biarritz (42,9°C) au Pays basque, au Cap-Ferret (41,9 °C) sur le Bassin d’Arcachon ou encore à Biscarrosse dans les Landes (41°C, record de 1968 égalé).

La barre symbolique des 40°C a aussi été atteinte ailleurs dans l’Ouest, comme dans les Deux-Sèvres (Niort), en Charente-Maritime (Rochefort), en Ile-et-Villaine (à La Noé-Blanche), dans le Maine-et-Loire (Angers) et l’Indre-et-Loire (Reignac). Le mercure n’a toutefois pas dépassé les 37°C à Paris.

Près de 45 millions de personnes sont toujours concernés par les niveaux rouge ou orange de vigilance canicule: onze départements en rouge, des Pyrénées-Atlantiques à la Vendée, et 59 en orange.

Selon Météo-France, le pays a aussi connu des records absolus de chaleur « minimale ». Avec 23,5°C au plus bas samedi, il n’avait ainsi jamais fait aussi chaud la nuit à Belle-Ile-en-Mer (Morbihan), effaçant un record datant de 45 ans.

Parc pris d’assaut

Même si elle a entraîné depuis jeudi l’annulation d’évènements festifs, sportifs et culturels, comme comme le pèlerinage des anciens combattants prévu à Lourdes à l’occasion de l’anniversaire de l’appel du 18 juin 1940, la chaleur n’a pas empêché des dizaines de milliers de personnes de continuer de festoyer au Hellfest, la grand messe du metal et autres musiques extrêmes à Clisson (Loire-Atlantique).

Par 40°C, les quelques espaces ombragés du site ont été pris d’assaut dans l’après-midi, comme les points d’eau et les structures métalliques arrosant des spectateurs essoufflés mais surexcités et qui n’ont pas renoncé à « pogoter » en plein cagnard, a constaté une journaliste.

A Strasbourg, où la chaleur perdurera dimanche  à la faveur du déplacement vers le nord-est de la chaleur, entre 10 et 15.000 personnes selon la police ont participé à la Marche des visibilités.

« J’ai l’impression qu’il y a un peu moins de monde à cause de la canicule », a jugé toutefois Antonin Rosse, un habitué de 23 ans, vêtu d’une longue robe noire, d’un chemisier clair et d’un large chapeau en feutre typique de la région: « Un mix entre un Alsacien bien rural et Boy George ».

Dans certaines villes, les musées ont accueilli des visiteurs en quête de fraîcheur. Bordeaux, où le mercure est monté à  40,5°C selon Météo-France, un record pour juin, les avait d’ailleurs rendus gratuitement accessibles.

A Paris, où parcs et jardins devaient rester ouverts la nuit, le parc aquatique Aquaboulevard a été pris d’assaut par des centaines de personnes venues se rafraîchir dans ses multiples bassins, selon des vidéos publiées sur les réseaux sociaux. Mais de nombreuses piscines municipales sont restées fermées en raison d’une grève.

Sur les Champs-Elysées, des boutiques de luxe ont distribué des ombrelles aux touristes patientant à l’extérieur pour entrer.

 Pollution de l’air

La chaleur, combinée à la sécheresse qui frappait déjà une partie du pays, a favorisé des départs de feux, notamment de récoltes, comme dans les Deux-Sèvres, en vigilance rouge depuis jeudi, où 21 hectares ont brûlé samedi.

Dans l’Aveyron (vigilance orange), les pompiers ont continué de lutter contre un incendie qui a détruit 140 hectares de végétation à Comprégnac, avec un vent défavorable et sur un terrain escarpé. Une centaine d’hectares supplémentaires pouvaient être menacés.

De nombreuses régions connaissent par ailleurs des niveaux élevés de concentrations d’ozone dans l’air en raison de la canicule, notamment en Ile-de-France, Hauts-de-France, Normandie et Auvergne-Rhône-Alpes, selon Prev’Air. La circulation différenciée a été mise en place en région parisienne.

Les fortes chaleurs favorisent également la prolifération des cyanobactéries dans des plans d’eau, entraînant des interdictions de baignade, d’activités nautiques et de pêche.

Cette vague de chaleur est arrivée du Maghreb par la péninsule ibérique, où l’Espagne fait face à d’importants incendies, dont l’un a déjà ravagé 20.000 hectares de terrain dans le nord-ouest du pays.

Pour les scientifiques, la multiplication, l’intensification et l’allongement des canicules, aggravés par les émissions de gaz à effet de serre, constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Europe

Planète : La France et l’Espagne assommées par de très fortes chaleurs

Article

le

la-france-et-l’espagne-assommees-par-de-tres-fortes-chaleurs

Un épisode précoce de très fortes chaleurs en provenance du Maghreb frappait vendredi le sud de l’Europe, particulièrement la France, où des records sont attendus samedi au dessus de 40 degrés, mais aussi l’Espagne toujours aux prises avec plusieurs incendies. 

« C’est la vague de chaleur la plus précoce jamais enregistrée en France » depuis 1947, selon Matthieu Sorel, climatologue à Météo-France, y voyant un « marqueur du changement climatique ».

Et ce n’est pas fini: Météo-France avertit que « samedi après-midi, la chaleur s’accentuera encore » dans l’ouest du pays et « des records absolus pourraient alors tomber ».

Des records pour un mois de juin ont déjà été battus vendredi dans au moins 11 communes, avec notamment 40,4°C à Carcassonne, dans le sud de la France.

La multiplication des vagues de chaleur en Europe est une conséquence directe du réchauffement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre accroissent la puissance, la durée et le rythme de répétition des vagues de chaleur, selon les scientifiques.

En France, la canicule s’étend à la quasi-totalité du pays et 14 départements du sud-ouest ont été placés en vigilance rouge. Les écoliers et collégiens de ces zones ont pu rester chez eux vendredi.

« Hôpital évidemment saturé »

« Nous sommes dans un épisode de canicule très précoce, un épisode fort qui dure un peu plus que prévu », a déclaré la ministre française de la Santé Brigitte Bourguignon, lors d’un déplacement dans une maison de retraite dans le sud-ouest, ajoutant que « l’hôpital est évidemment saturé, mais répond à la demande ».

La Première ministre Elisabeth Borne a insisté sur les consignes de prudence et de prévention pour les personnes vulnérables.

Les pouvoirs publics sont particulièrement vigilants depuis une vingtaine d’années, tirant les leçons de la canicule historique de 2003 qui avait fait plus de 15.000 morts en France, surtout parmi les personnes âgées.

En 2015, quatre épisodes caniculaires avaient provoqué durant l’été un total estimé de 1.700 morts, selon une étude de l’agence sanitaire Santé Publique France publiée en avril 2019.

Et les habitants modifient leurs habitudes pour s’adapter, comme Daniel Toffaloni, 64 ans, agriculteur près d’Elne, dans le département des Pyrénées-Orientales, frontalier de l’Espagne.

« J’attaque au lever du jour jusqu’à 11h30, et après je peux travailler le soir, avant la tombée de la nuit », souligne-t-il. Dans ses serres où il cultive des tomates, la température peut atteindre 55°C l’après-midi.

Effet secondaire classique des épisodes de chaleur, la concentration d’ozone dans l’air est en nette augmentation sur une grande partie de la France, selon le bulletin officiel Prev’Air publié vendredi.

Evacuations en Espagne

En Espagne, les pompiers continuaient de lutter contre plusieurs incendies vendredi à travers le pays, frappé par une vague de chaleur exceptionnelle depuis près d’une semaine, avec des températures dépassant parfois les quarante degrés.

Plus de 3.000 personnes ont ainsi été évacuées du parc d’attractions du Puy du Fou Espagne, dans le centre du pays, en raison d’un violent incendie à proximité du site.

Au total, « 2.500 visiteurs et 700 employés » ainsi que « 200 oiseaux et 55 chevaux » ont été évacués mais personne n’a été blessé ni même « mis en danger », selon la direction du parc.

L’incendie le plus dévastateur, attisé par des « vents changeant » de direction et « la chaleur », a brûlé près de 9.000 hectares dans la Sierra de la Culebra (nord-ouest), selon les autorités régionales de Castille-et-Léon.

Plus de 200 habitants de cette zone montagneuse proche de la frontière avec le Portugal ont dû être évacués face à l’avancée des flammes, ont-elles ajouté.

Dans le nord-est du pays, des centaines de pompiers luttaient toujours contre plusieurs autres incendies en Catalogne lors du « jour le plus compliqué de cet épisode sur le plan de la météo », selon eux.

Un feu s’étant déclaré près de Baldomar, dans la province de Lérida, a détruit environ 1.000 hectares de forêt, selon les autorités. Dans la région voisine de l’Aragon, au moins 1.200 hectares ont été brûlés par un feu dans la municipalité de Nonaspe, a indiqué la préfecture.

Dans le nord de l’Italie, la Lombardie se prépare à déclarer l’état d’urgence face à une sécheresse record menaçant les récoltes et l’eau est déjà rationnée dans plusieurs villes de la Plaine du Po. Cette région, qui abrite d’importantes cultures, affronte sa pire sécheresse depuis 70 ans.

Glaciers suisses

En Suisse, la vague de chaleur atteindra son paroxysme le week-end, avec des températures allant jusqu’à 36 degrés à Sion (sud-ouest), au pied des Alpes, samedi selon MétéoSuisse – un niveau toutefois inférieur au record de température du mois de juin, qui remonte à 1947, lorsque le mercure affichait 36.9 degrés à Bâle.

Les glaciers suisses connaîtront également des températures inhabituelles, mais pas sans précédent.

L’Organisation des Nations unies (ONU) a appelé vendredi à « agir maintenant » contre la sécheresse et la désertification afin d’éviter des « désastres humains ».

« Il est temps d’agir: chaque action compte », a déclaré le secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), Ibrahim Thiaw, lors d’une conférence à Madrid à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la sécheresse.

Lire Plus

Les + Lus