Nous rejoindre sur les réseaux

France

Marseille : Visite de Macron à Marseille: la ville attend « un go » du président

Article

le

visite-de-macron-a-marseille:-la-ville-attend-« un-go »-du-president

Ecoles, transports, logements, emploi…: le maire de Marseille Benoît Payan attend désormais « un go » du président Macron, de retour vendredi dans la deuxième ville de France pour faire un point sur le financement du plan de renaissance, présenté début septembre.

Le président de la République est attendu en fin d’après-midi pour « une première revue des engagements » pris pour ce plan baptisé « Marseille en grand ».

« Depuis mars, on a travaillé avec les services de l’Etat et les services de la ville. Quand le président est venu début septembre, il nous a demandé de retravailler », a expliqué l’édile sur France 2.

« Lundi, je suis allé voir le Premier ministre, je lui ai remis le plan définitif. Maintenant, on attend la décision du chef de l’Etat sur le montant (de l’aide) et le mode de fonctionnement », a-t-il ajouté.

« Plus l’aide de l’Etat sera importante, mieux ce sera », a souligné M. Payan, en insistant sur l’urgence de l’engagement financier de l’Etat: « On attend maintenant un +go+ car on ne peut plus perdre de temps ».

Un état des lieux doit être dressé dans la soirée par le chef de l’Etat au cours d’un dîner prévu à 20h30 à la préfecture, avec le maire socialiste, la présidente LR de la métropole Aix-Marseille et du département Martine Vassal, des responsables locaux des collectivités et de l’Etat.

Dans l’entourage du président, on s’est d’ores et déjà félicité de « l’avancée des principaux chantiers », en prévoyant que la réunion permettra d’affiner le calendrier de leur mise en oeuvre.

Le montant total de ce plan n’a pas été établi formellement mais la participation de l’Etat est évaluée à 1,5 milliard d’euros, hors rénovation des écoles.

Sur ce point, Benoît Payan a présenté lundi un programme « sans précédent » de remise à niveau des écoles marseillaises chiffré à 1,2 milliard d’euros: « On attend une aide conséquente de l’Etat. (Mais) on n’est pas là pour faire les marchands de tapis. (…) Fabriquons un vrai partenariat ».

« Désenclaver les quartiers populaires » 

La présidente de la métropole, Martine Vassal, a également indiqué jeudi avoir « beaucoup d’espoir et d’optimisme » avant la visite présidentielle. En particulier sur le point sensible de la métropole, qui regroupe 92 communes, et dont le fonctionnement avait été critiqué par Emmanuel Macron.

Elle a assuré qu' »un consensus » s’était dégagé au sein de la métropole pour lancer une réforme de cette collectivité afin de la recentrer sur « ses compétences stratégiques ».

Participera également au dîner Pierre Moscovici, le Premier président de la Cour des comptes, qui a expliqué jeudi à Marseille que le rôle des juridictions financières était de « permettre de valider le bon usage des deniers publics » dans les importants investissements prévus pour la ville.

Sur le plan éducatif, Emmanuel Macron doit également faire le point sur sa proposition d’expérimentation permettant aux directeurs d’une cinquantaine d’écoles « laboratoires » de choisir leurs enseignants.

Dans son entourage, on met en avant un certain intérêt dans le corps enseignant, mais l’intersyndicale FSU-FO-CGT-SUD et CNT a lancé un appel à manifester vendredi à 18h00 sur la Canebière, pour exiger « l’abandon » de cette expérimentation.

Les discussions du dîner porteront aussi sur les autres priorités de « Marseille en grand », au premier rang desquelles les transports, avec l’objectif de désenclaver les quartiers populaires du nord de la ville, les plus déshérités.

L’Etat est disposé à y consacrer un milliard d’euros, somme qui peut paraître « impressionnante » mais « reste un investissement timide quand on connaît le retard accumulé à Marseille », selon les élus écologistes de la ville.

Respectant la tradition des présidents d’assister une fois à leur congrès au cours du mandat, Emmanuel Macron rencontrera samedi les responsables des 250.000 pompiers de France, dont 80% sont volontaires.

Avec le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, il pourra faire valoir l’accord trouvé entre députés et sénateurs sur une proposition de loi pour mieux valoriser les sapeurs-pompiers volontaires, accord qui prévoit des bonifications financières plus avantageuses ou un accès facilité au logement social. Mais les pompiers comptent demander davantage pour les volontaires, notamment en compensation retraite.

France

France : Rappel du modèle de cigarette électronique « Kroma Nova »

Article

le

France : Rappel du modèle de cigarette électronique "Kroma Nova"

La marque Innokin rappelle son modèle de cigarette électronique Kroma Nova pour des problèmes de surchauffe pouvant causer des explosions, brûlures ou incendies.

Une vive inquiétude pour de nombreux vapoteurs. Jeudi 23 mai, le site spécialisé Rappel Conso a annoncé que la marque Innokin rappelle l’un de ses modèles de cigarettes électroniques, la gamme Kroma Nova, en raison de risques de surchauffe pouvant entraîner des explosions, des brûlures ou même des incendies.

« Afin de garantir la sécurité de nos clients et de maintenir les normes élevées de nos produits, nous avons décidé de procéder à un rappel préventif du kit Kroma Nova », a déclaré Innokin sur son site. La marque exhorte les utilisateurs de cette cigarette électronique à cesser immédiatement son utilisation.

Les cigarettes électroniques concernées ont été distribuées dans des tabacs et par des revendeurs à travers toute la France. Les consommateurs sont invités à contacter le point de vente ou le service client pour obtenir un remboursement. Il est également possible de faire la démarche en ligne directement sur le site d’Innokin. « Suite au dépôt du dossier, vous recevrez une étiquette de retour afin de nous faire parvenir votre Kroma Nova », précise la marque.

Ce rappel préventif vise à éviter tout incident potentiel et à assurer la sécurité des consommateurs face à des produits défectueux qui peuvent présenter des dangers graves. Les autorités et la marque appellent à la vigilance et à la réactivité des utilisateurs pour retourner le produit dans les plus brefs délais.

Lire Plus

Europe

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Article

le

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN, Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat animé sur France 2, illustrant les profondes divergences politiques entre leurs camps respectifs.

Jeudi soir, le Premier ministre Gabriel Attal et le président du Rassemblement National (RN), Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat en prime time sur France 2. À deux semaines des élections européennes, ce face-à-face a été marqué par des échanges vifs et des divergences claires sur des sujets clés tels que l’Europe, l’immigration et l’environnement.

Pendant environ 1h20, les deux jeunes leaders politiques, Gabriel Attal, 35 ans, et Jordan Bardella, 28 ans, ont débattu avec passion. Le Premier ministre n’a pas manqué de critiquer les revirements du RN sur des questions fondamentales comme l’Europe et l’euro : « Je ne suis pas comme vous, moi, à changer d’avis sur tout. À ne pas assumer des déclarations passées, » a-t-il lancé à Bardella.

En réponse, Bardella a attaqué le bilan du gouvernement, en déclarant : « Qu’il y ait des questionnements sur le projet que nous portons pour le pays que nous voulons mettre en œuvre, c’est un fait. En revanche, il n’y a pas de doute sur le bilan qui est le vôtre. »

Le débat a révélé des lignes de fracture profondes sur des sujets tels que le marché unique, les droits de douane, les véhicules électriques, l’immigration et la défense. Un des échanges les plus tendus a concerné les liens du RN avec la Russie. Gabriel Attal a accusé le parti de Le Pen de compromettre l’Europe : « Votre parti, celui de Mme Le Pen et de Jean-Marie Le Pen, avait besoin d’argent. La Russie avait besoin d’un parti en Europe pour justement affaiblir l’Europe de l’intérieur, » a-t-il déclaré.

Jordan Bardella a répliqué en dénonçant des attaques « sous la ceinture » de la part du Premier ministre.

Sur le thème de l’immigration, Attal a critiqué la présentation du RN qui, selon lui, stigmatise les étrangers : « Avec la présentation que vous faites du sujet, on a le sentiment en vous écoutant que derrière chaque étranger, chaque immigré, il y a un délinquant et un terroriste en puissance. »

Bardella a rétorqué en affirmant que la criminalité est liée à une mauvaise gestion des flux migratoires.

Les positions opposées sur l’environnement ont également été mises en lumière, avec Bardella critiquant les « ambitions environnementales irréalistes » du gouvernement, notamment l’interdiction des véhicules thermiques en 2035. Attal a défendu cette mesure, soulignant la nécessité de réduire la dépendance au pétrole et de lutter contre la pollution.

Le débat, diffusé également sur les chaînes YouTube Hugodecrypte et « C quoi l’info ? » de France Télévisions, visait à capter une audience plus jeune.

La tenue de ce débat à deux a suscité des critiques de la part des autres partis politiques. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure et le président des Républicains (LR) Eric Ciotti ont exprimé leur mécontentement auprès de l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel, demandant une égalité de traitement pour tous les partis.

Ce débat a illustré l’importance des prochaines élections européennes et les enjeux politiques majeurs qui en découlent, avec un RN en position de favori selon les sondages.

Lire Plus

France

France : Des pastèques rappelées en raison d’un taux de pesticides trop élevé

Article

le

France : Des pastèques rappelées en raison d'un taux de pesticides trop élevé

Des pastèques vendues chez Lidl entre le 11 et le 17 mai 2024 font l’objet d’un rappel massif en raison de niveaux de pesticides dépassant les limites autorisées.

Mardi 21 mai, le site spécialisé Rappel Conso a annoncé un rappel massif de pastèques commercialisées par Lidl sur tout le territoire français. Ce rappel, effectué « par mesure de précaution », concerne un lot de pastèques contenant des niveaux de résidus de pesticides supérieurs à la limite légale.

Le pesticide en question, le flonicamide, est couramment utilisé par les agriculteurs pour lutter contre les pucerons. Cependant, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) souligne que son utilisation est strictement contrôlée en raison de sa toxicité pour les abeilles, les insectes pollinisateurs, et les humains. Le flonicamide peut provoquer des « lésions oculaires graves » et une « sévère irritation des yeux ».

Le lot de pastèques concerné, identifié par le code « L19-03 », a été vendu dans les magasins Lidl entre le 11 et le 17 mai 2024. Les consommateurs sont invités à retourner ces pastèques au point de vente pour un remboursement. La procédure de rappel se terminera le 5 juin. Pour plus d’informations, un numéro d’appel dédié aux consommateurs a été mis en place : 0 800 90 03 43.

La liste des magasins concernés par ce rappel est disponible sur le site Rappel Conso. Les autorités sanitaires recommandent vivement aux consommateurs de vérifier leurs achats et de ne pas consommer les pastèques incriminées pour éviter tout risque pour la santé.

Lire Plus

Les + Lus