Nous rejoindre sur les réseaux

France

Marseille rend hommage au « boss » Bernard Tapie, avant d’accueillir ses obsèques

Article

le

marseille-rend-hommage-au-« boss »-bernard-tapie,-avant-d’accueillir-ses-obseques

« Adieu Boss »: à l’image du titre de La Provence et de ses 28 pages dédiées au décès de Bernard Tapie, Marseille rendait hommage lundi à l’ex-homme d’affaires, qui a choisi de se faire inhumer dans la cité phocéenne, sa « ville de coeur ».

« Une légende, un phénix, un self-made man, un ouvreur de voie, un battant, un mythe », mais aussi « un funambule de la justice »: dans ses colonnes, la Provence aborde toutes les facettes de son désormais ex-propriétaire depuis 2014, finalement vaincu dimanche par un cancer, à 78 ans.

A la Une, un Bernard Tapie fringant, tout sourire, loin de l’homme ravagé par ce « crabe » auquel il avait promis de « péter la gueule ».

Le « boss », le « phénomène », le « battant », le « mystère »: comme le quotidien régional, les journaux français rivalisaient lundi de superlatifs, à l’exception de Libération qui se demande « pourquoi une telle indulgence » des Français pour ce « bonimenteur ».

A Marseille, c’est l’ancien président de l’OM, celui qui a donné au foot français sa première et toujours unique Ligue des champions, qui est dans les souvenirs. Loin des affaires judiciaires et notamment de l’affaire de l’arbitrage du Crédit Lyonnais, pour laquelle la cour d’appel a annoncé lundi le report de sa décision, initialement attendue mercredi. Si les poursuites pénales sont automatiquement abandonnées à l’encontre de Bernard Tapie, cinq autres personnes sont prévenues dans ce dossier.

« Repose en paix Boss », lance une banderole accrochée par les MTP, un club de supporters de l’OM, sur le pont du cours Lieutaud, au coeur de la ville. Plus loin, cours Michelet, d’autres supporters ont déjà rebaptisé le stade des olympiens en « B. Tapie Vélodrome ».

Dans les entrailles du stade, le club a ouvert une salle depuis 09h00 lundi, pour permettre aux supporters et Marseillais de venir adresser un dernier message à celui qui a aussi été député et conseiller général des Bouches-du-Rhône. Le sommet de sa courte vie politique aura été son poste de ministre de la Ville, pendant… moins de deux mois.

Dans le salon officiel, porte 1, deux livres d’or sont à disposition. Juste à côté, dans une vitrine, cette coupe des clubs champions remportée par l’OM en 1993. Sur ses +grandes oreilles+, deux rubans noirs en signe de deuil. Sur un chevalet, un portrait de l’ancien président de l’OM assis dans un fauteuil, en costume-cravate, brandissant un ballon de foot.

« Un père pour nous »

« Repose en paix boss. (…) C’est avec grande peine et respect que j’ai l’honneur d’ouvrir ce livre d’or », a écrit le premier visiteur, Lionel Tonini, fondateur des Yankees, l’un des principaux club de supporters de l’OM.

En début de matinée, des Marseillais de tous âges se succèdent, certains très émus. « Merci pour l’étoile (NDLR: européenne), merci pour l’Histoire », témoigne Romain Coquette, 25 ans. « Pour le peuple marseillais, c’est une grosse perte », assure Nathalie: « C’est une transmission marseillaise », explique-t-elle en regardant son fils de 7 ans dessiner de petits coeurs sur le livre d’or, « Bernard, c’était comme un père pour nous ».

« Moi, je ne suis pas fan de foot, je suis fan de l’homme », explique Moïse, 56 ans, commerçant, qui retient l’engagement de Bernard Tapie pour les quartiers: « On aurait besoin de lui aujourd’hui pour lutter contre les extrémistes ».

La dépouille de Bernard Tapie devrait être exposée dans ce même stade Vélodrome jeudi, a confirmé dimanche soir son épouse Dominique. « La famille souhaitait que Bernard Tapie entre une dernière fois au stade Vélodrome », avait expliqué Benoît Payan, le maire socialiste de Marseille, dès dimanche, en annonçant le premier cette chapelle ardente.

La veille, mercredi, une première messe sera célébrée à Paris, en souvenir de l’ex-homme d’affaires, à 11h00, en l’église Saint-Germain-des-Prés, a précisé lundi matin son petit-fils, Rodolphe Tapie. Puis, vendredi, ce seront les obsèques officielles, célébrées par l’archevêque de Marseille, en la cathédrale Sainte Marie-Majeure, la Major.

« C’est Marseille qui est émue », a reconnu Mgr Jean-Marc Aveline lundi matin: « On ne va pas le canoniser, mais il y avait une humanité qui force le respect. Il y a eu une histoire d’amour entre cet homme et cette ville. Pour l’homme comme pour la ville, derrière le bagout il y a aussi la pudeur ».

L’inhumation, enfin, aura lieu au cimetière de Mazargues, dans les quartiers sud de Marseille, comme l’a révélé le président Macron dimanche soir dans une lettre aux Marseillais, via La Provence, en saluant un homme qui, « par son bagout et son travail, (avait) conquis la France et l’Europe, mais pourtant restera à jamais comme l’homme de Marseille ».

France

Des « mairies solidaires » fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Article

le

Des "mairies solidaires" fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Plusieurs maires ont annoncé la fermeture de leur mairie pour cette journée de grève, afin de permettre aux agents municipaux de participer à la mobilisation, mais aussi de protester eux-mêmes contre cette mesure.

Plusieurs mairies ont annoncé des actions pour le 31 janvier, journée d’appel à la grève générale contre la réforme des retraites, afin de permettre aux agents municipaux de se joindre à la mobilisation mais aussi de protester contre cette mesure.

Après l’appel lancé par Fabien Roussel de fermer les mairies le 31 janvier par « solidarité » envers les mobilisations prévues contre la réforme des retraites, Anne Hidalgo a annoncé fermer les portes de l’Hôtel de ville de Paris. Cette décision présentée comme symbolique revêt « un problème moral », voire « politique », a fait savoir le ministre du Travail Olivier Dussopt.

« J’ai un peu le sentiment que la maire de Paris confond les services municipaux avec une annexe du Parti socialiste », a ainsi dénoncé le ministre, ce vendredi matin. Le membre du gouvernement dénonce le fait que « l’engagement politique » de l’élue prive les Parisiens, parmi lesquels certains sont « favorables à la réforme » ou « n’y sont pas opposés ».

Cette initiative pose également pour Olivier Dussopt « une vraie question politique en termes de neutralité et de respect des convictions ». D’autres mairies ont annoncé interrompre leurs services le temps de la deuxième journée de mobilisation.

Lire Plus

France

Paris 2024 : l’Ukraine menace de boycotter les Jeux olympiques si des athlètes russes participent

Article

le

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a demandé à son homologue français Emmanuel Macron lors d’un entretien téléphonique de ne pas autoriser les athlètes russes à concourir lors des Jeux olympiques de Paris 2024. Patron du comité d’organisation, Tony Estanguet a ensuite rappelé que c’était le CIO qui devrait en décider.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ne font pas que discuter de l’éventuel envoi de chars de combat par la France à l’Ukraine, pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie. Les deux chefs d’Etat ont échangé au téléphone sur les prochains Jeux olympiques, qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. Pour Zelensky, les athlètes russes ne doivent pas être autorisés à participer à la compétition. « J’ai particulièrement insisté sur le fait que les athlètes russes ne doivent pas avoir leur place aux JO de Paris », a confié le président ukrainien après son entretien avec son homologue français.

Après l’envahissement de l’Ukraine depuis la Russie mais aussi la Biélorussie par les troupes de Vladimir Poutine, le 24 février 2022, soit trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d’hiver de Pékin, donc pendant la trêve olympique, le Comité international olympique (CIO) avait sanctionné Russes et Biélorusses, d’abord exclus des Jeux paralympiques de Pékin. Aucun de ces deux pays n’a depuis pu organiser d’événement sportif international officiel, et leurs sportifs concourent désormais sous bannière neutre.

Estanguet : « C’est le CIO qui décide »

Et alors que Volodymyr Zelensky avait réclamé à la mi-décembre que les athlètes russes soient placés dans un « isolement complet » de toutes compétitions internationales, Thomas Bach, le président du CIO, a lui manifesté sa volonté de maintenir des sanctions fermes vis-à-vis de la Russie et de la Biélorussie. « Ces sanctions contre les États et les gouvernements russes et bélarusses doivent rester et resteront fermement en place, déclarait le dirigeant allemand, ancien champion olympique de fleuret, dans son message de Nouvel An. En cette nouvelle année, les athlètes ukrainiens peuvent compter sur l’engagement total du CIO et de l’ensemble du mouvement olympique en faveur de cette solidarité. Nous voulons voir une équipe forte de l’Ukraine aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d’hiver de Milan Cortina 2026. »

Président du comité d’organisation des JO parisiens, Tony Estanguet a rappelé mercredi devant la presse que « c’est bien le CIO qui décide des délégations qui sont autorisées à participer aux Jeux olympiques », a d’abord déclaré le triple champion olympique de canoë. « Le comité d’organisation n’a pas à intervenir dans le choix des délégations qui doivent participer aux Jeux. Nous, on attendra les règles édictées. A date, le comité paralympique a décidé d’exclure les Russes et de refaire un point d’étape fin 2023. Le CIO a également mis un certain nombre de sanctions pour tous les dirigeants du sport russe, sur le drapeau, sur les délégations », a conclu le patron du COJO.

Lire Plus

France

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Article

le

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Son avocat a confirmé cette condamnation à la suite d’une enquête ouverte en 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans. Un comité directeur exceptionnel de la ligue s’est réuni « en urgence ».

Un juge du tribunal judiciaire de Paris a validé ce mercredi 25 janvier la condamnation de Bruno Martini, l’ancien gardien de but de l’équipe de France de handball, à une peine d’un an de prison avec sursis pour des faits de corruption de mineur qu’il a reconnus, a indiqué son avocat, Me Elie Dottelonde.

Lors d’une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, l’actuel président de la Ligue nationale de handball (LNH) a également reconnu des faits d’enregistrement d’images pédopornographiques, selon l’avocat.

Cette sanction comprend aussi 2 500 € d’amende et 5 ans d’interdiction d’exercer une activité impliquant un contact avec des mineurs, d’après le conseil.

« On essaie de le faire passer pour un monstre, mais le procureur, en proposant une CRPC, a montré qu’il estimait que M. Martini ne représentait pas un danger » ni qu’il serait « détraqué », a souligné Me Dottelonde, remarquant qu’aucune obligation de soins n’avait été prononcée.

Bruno Martini était également soupçonné de tentative d’atteinte sexuelle mais ces faits n’ont pas été retenus contre lui, a insisté Me Dottelonde.

Au vu des photos du mineur avec qui il a été en contact sur Snapchat, « il ne pouvait pas savoir que le mineur avait moins de quinze ans », a affirmé l’avocat.

La Ligue (LNH) a indiqué dans un communiqué « qu’une éventuelle condamnation conduirait de droit à une impossibilité d’exercice de la fonction » de président. La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra s’est dite « profondément choquée » en apprenant les faits et a « pleinement confiance » dans la LNH pour prendre les décisions appropriées.

Visé par une enquête depuis juin 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans, Bruno Martini, 52 ans, a été interpellé lundi à Paris et placé en garde à vue, avant d’être déféré en vue d’une CRPC mercredi.

Lire Plus

Les + Lus