Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

L’introduction en Bourse de Deliveroo tombe à plat

Article

le

l’introduction-en-bourse-de-deliveroo-tombe-a-plat

Accueil glacial : pour ses premiers pas à la Bourse de Londres, la plateforme de livraison alimentaire Deliveroo a affronté des vents contraires qui s’ajoutent aux interrogations sur sa rentabilité ou la protection sociale de ses livreurs.

Dès les premières cotations, l’action a flanché, dégringolant même brièvement de plus de 30% dans la première heure de cotation, une forte volatilité entraînant une courte suspension du titre.

Vers 11H10 GMT, il reculait de 24% à 2,96 livres, bien moins que le prix de l’introduction fixé à 3,90 livres, alors que la société avait déjà dû revoir ses ambitions à la baisse pour cette opération qui a valorisé l’entreprise à 7,6 milliards de livres, contre jusqu’à 8,8 milliards espérés initialement.

La baisse du cours est une mauvaise nouvelle pour les 70.000 investisseurs particuliers, selon une estimation de la presse britannique, qui ont souscrit.

Les échanges sont pour l’heure réservés aux investisseurs professionnels avant d’être ouverts au grand public à partir du 7 avril.

« Flopperoo », « Deliveroo arrive froid », les analystes s’en donnaient à coeur joie pour décrire une entrée en Bourse qui suscite peu d’appétit.

Pour Sophie Lund-Yates, analyste chez Hargreaves Lansdown, la chute du cours « n’est pas une immense surprise compte tenu du contexte entourant la société ».

« La principale crainte porte sur la réglementation des droits des travailleurs », explique-t-elle.

Alors que le statut des livreurs est contesté devant les tribunaux dans plusieurs pays et forcé d’évoluer dans d’autres, les investisseurs pourraient s’inquiéter des risques que représenteraient un changement allant vers davantage de protection sociale, synonyme d’une rentabilité moindre pour le groupe.

« Réfléchir à deux fois

Ces livreurs, reconnaissables chez Deliveroo par leurs sacs à dos turquoise, sont des travailleurs indépendants, symboles de la « gig economy », ou l’économie des petits boulots, et jouent un rôle crucial dans le modèle d’activité des plateformes numériques.

« Si la société pense pouvoir juste profiter de sa cotation sans améliorer les conditions de travail, elle devrait y réfléchir à deux fois. Deliveroo va être scruté en tant qu’entreprise cotée », souligne Frances O’Grady, secrétaire générale de la confédération syndicale TUC.

« Je n’achèterai pas d’actions Deliveroo », a déclaré de son côté le leader de l’opposition travailliste Keir Starmer, évoquant la précarité et les faibles salaires.

Le syndicat des travailleurs indépendants britanniques, l’IWGB, prévoit lui un mouvement de grève le 7 avril afin de demander de meilleures conditions de travail.

La viabilité du modèle économique préoccupe des investisseurs très influents de la City comme les gérants d’actifs Aberdeen Standard et Aviva Investors.

D’autant que Deliveroo n’est pas encore rentable, malgré une année de pandémie et de confinements favorable au e-commerce.

Certains investisseurs ont pu aussi être découragés par le choix du fondateur et patron Will Shu d’opter pour un système à deux types d’actions pour une période de trois ans afin de garder le contrôle tout en cédant une partie du capital.

Il s’est agi toutefois de l’opération la plus importante depuis 2011 sur la place londonienne, qui cherche à rester attractive face à la concurrence accrue de l’Europe avec le Brexit.

« Résultat décevant »

La société a mis en Bourse 21,3% de son capital, lui permettant de récupérer 1,5 milliard de livres. Deliveroo, dont le géant Amazon détenait 16% du capital avant l’opération, veut utiliser l’argent pour financer sa croissance.

« Je suis très fier que Deliveroo entre en Bourse à Londres, chez nous », s’est félicité Will Shu, promettant des investissements et de donner davantage de travail aux livreurs.

L’introduction en Bourse doit permettre à Deliveroo de mieux rivaliser avec ses concurrents, comme Uber Eats (soutenu par sa maison mère Uber) et Just Eat Takeaway, considéré comme le numéro un du marché.

Il restera en outre à voir quelles seront les performances de Deliveroo une fois les restrictions sanitaires levées.

« Ceux qui misent sur une hausse du titre diront que la pandémie a fait entrer dans le quotidien les commandes alimentaires en ligne », souligne Russ Mould, analyste chez AJ Bell.

Et, selon lui, « ceux qui misent sur une baisse estiment que le secteur est très concurrentiel que Deliveroo ne gagne pas d’argent et que les commandes à emporter vont se réduire après la pandémie ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Économie

Le déficit public a dérapé l’an dernier, à 5,5 % du PIB, bien au-delà des prévisions du gouvernement

Article

le

Le déficit public a dérapé l'an dernier, à 5,5 % du PIB, bien au-delà des prévisions du gouvernement

Selon les chiffres de l’Insee publiés mardi, le déficit public de la France a atteint 5,5% du PIB en 2023, à 154 milliards d’euros. C’est bien plus que les 4,8% de déficit réalisés en 2022 et que les 4,9% initialement prévus par le gouvernement.

Le déficit public en France a grimpé à 5,5 % du PIB en 2023, révèlent les données publiées ce mardi matin par l’Insee. Cette augmentation spectaculaire contraste vivement avec les prévisions gouvernementales qui tablaient encore sur un déficit de -4,9 % il y a quelques semaines à peine. De plus, la dette publique s’est également avérée plus élevée que prévu, atteignant 110,6 % du PIB.

Cette annonce a été accueillie avec inquiétude par le gouvernement, qui redoutait depuis plusieurs semaines cette officialisation. Les raisons de ce dérapage sont attribuées au ralentissement de l’activité économique, un facteur auquel le gouvernement ne s’attendait pas.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a souligné que cet écart résultait notamment de « recettes fiscales moins élevées que prévu », avec une perte estimée à 21 milliards d’euros. Il a également pointé du doigt la baisse plus rapide que prévu de l’inflation, entraînant des rentrées moindres, notamment sur la TVA. Par ailleurs, la crise du marché immobilier a également eu un impact négatif sur les recettes fiscales.

Cette révélation survient à un moment délicat pour le gouvernement, alors que les principales agences de notation doivent bientôt évaluer la soutenabilité de la dette française. Une éventuelle dégradation de la note aurait des conséquences néfastes pour la majorité gouvernementale, surtout à l’approche des élections européennes.

Face à ces chiffres alarmants, le gouvernement se trouve confronté à un défi majeur pour redresser les comptes publics. Les ministres Bruno Le Maire et Thomas Cazenave, responsables des Finances publiques, avaient prévu de ramener le déficit à 4,4 % du PIB d’ici la fin de l’année 2024, mais cet objectif semble désormais difficilement réalisable.

Emmanuel Macron a déjà évoqué une révision des objectifs budgétaires, soulignant la nécessité d’un ajustement budgétaire progressif. Bruno Le Maire a appelé à une « prise de conscience collective », suggérant que des économies devraient être réalisées non seulement par l’État mais aussi par les dépenses sociales et les collectivités locales. Cependant, il a exclu toute augmentation d’impôts, envisageant seulement un durcissement de la taxation des producteurs d’électricité.

Cette annonce a sérieusement écorné la crédibilité budgétaire du gouvernement, attaquée par l’opposition qui dénonce son incapacité à maîtriser les finances publiques. Marine Le Pen a déjà critiqué sévèrement ces chiffres, affirmant que le pays n’avait jamais connu une situation budgétaire aussi précaire.

Lire Plus

Économie

Inflation : Les prix des produits alimentaires baissent, mais ceux de l’énergie continuent d’augmenter

Article

le

Inflation : Les prix des produits alimentaires baissent, mais ceux de l'énergie continuent d'augmenter

L’Insee publie son dernier rapport sur l’inflation, mettant en lumière une hausse des prix de l’énergie et une légère baisse de l’inflation en février 2024.

Le dernier rapport de l’Insee sur l’inflation en France met en évidence une augmentation des prix de l’énergie, contribuant à maintenir l’inflation à un niveau élevé. Cependant, cette dernière montre également des signes de ralentissement, atteignant 3% sur un an pour le mois de février 2024, légèrement en baisse par rapport au chiffre de 3,1% enregistré en janvier de la même année.

La hausse des prix de l’énergie continue d’exercer une pression à la hausse sur l’inflation, reflétant les défis persistants auxquels sont confrontés les consommateurs français. Cette tendance contraste avec la baisse des prix de l’alimentaire, indiquant une certaine stabilité dans ce secteur.

Malgré cette légère baisse, l’inflation reste un sujet de préoccupation pour les autorités économiques et les ménages, en particulier dans un contexte de volatilité des prix et d’incertitude économique.

Ce rapport souligne l’importance de surveiller de près l’évolution des prix de l’énergie et d’autres facteurs influençant l’inflation, afin de mieux comprendre les tendances économiques et d’anticiper les défis à venir pour l’économie française.

Lire Plus

Les + Lus