Nous rejoindre sur les réseaux

France

Les Restos du Coeur lancent leur 37e campagne, alarmés par « l’aggravation de la précarité »

Article

le

les-restos-du-coeur-lancent-leur-37e-campagne,-alarmes-par-« l’aggravation-de-la-precarite »

Les Restos du Cœur lancent mardi leur 37e campagne annuelle et alertent sur « l’aggravation de la précarité » des plus démunis provoquée par la crise sanitaire, au moment où l’aide alimentaire n’a jamais été aussi cruciale en France.

La pandémie de Covid-19 a marqué les esprits l’an dernier, avec l’allongement des files d’attente devant les centres de distribution alimentaire. Et la pression ne baisse pas: l’association créée par Coluche a aidé 1,2 million de personnes depuis novembre 2020 et distribué 142 millions de repas, contre 136 millions l’année précédente.

« Sur le terrain, on constate vraiment une aggravation de la précarité des plus démunis, notamment chez les personnes que nous connaissions déjà », explique son président, Patrice Douret.

Plus que de fabriquer de « nouveaux pauvres », l’épidémie a surtout enfoncé ceux qui étaient déjà fragilisés, selon l’association. Plus de la moitié (53%) de ses bénéficiaires déclarent avoir subi une perte de revenus liée à la crise sanitaire, tandis que 15% avouent qu’elle les a forcés à pousser la porte des Restos.

« La reproduction de la précarité nous préoccupe plus que jamais », poursuit M. Douret, particulièrement inquiet des difficultés rencontrées par les jeunes et les mères seules avec enfants; 40% des bénéficiaires des Restos sont des mineurs. « On a vraiment peur que la reprise économique suggérée par les indicateurs exclue ces publics les plus précaires. »

A la veille de l’élection présidentielle, le gouvernement vante actuellement les effets de sa politique du « quoi qu’il en coûte » – prise en charge du chômage partiel et aides exceptionnelles versées aux plus modestes.

Outre un recul du chômage, il s’est notamment réjoui début novembre d’une estimation provisoire de l’Insee, qui montre que le taux de pauvreté est resté stable en 2020, contrairement à l’explosion redoutée. Ce qui n’empêche pas que « certaines situations de pauvreté se sont aggravées à la faveur de la crise », selon l’institut statistique.

Aide alimentaire indispensable

Le secteur associatif insiste lui sur ce risque de décrochage des plus pauvres. D’autant que « la situation s’aggrave avec la hausse des prix de l’énergie: pour payer les factures, les arbitrages se font souvent au détriment de l’alimentation », rappelle M. Douret.

La semaine dernière, le Secours Catholique a sonné l’alarme dans un rapport selon lequel « près de 10% de la population » est contrainte de recourir à l’aide alimentaire. Entre 5 et 7 millions de personnes ont bénéficié de cette aide en 2020, contre 5,5 millions en 2017.

La Fédération des banques alimentaires, qui organise elle sa grande collecte nationale sur trois jours du 26 au 28 novembre, s’inquiète également de « la hausse constante du nombre » de ses bénéficiaires, qui a progressé de 6% en 2020 et continue d’augmenter cette année.

Au gré des différents confinements, l’isolement des plus précaires s’est encore accentué. Pour tenter d’enrayer ce phénomène, les Restos du Cœur tentent d’aller chercher tous ceux qui n’osent pas se rendre dans leurs locaux, ou n’en ont pas les moyens.

L’association a ainsi lancé des centres itinérants en milieu rural: elle espère doubler leur nombre et atteindre 60 services mobiles de ce type dans les prochains mois. Ses distributions alimentaires en pleine rue ont également augmenté de 25% depuis deux ans.

Oeufs, lait, viande… Elle tente également d’obtenir de nombreux produits en circuit court pour améliorer la qualité des paniers distribués. Pour cela, elle réclame une amélioration de la gestion du Fonds européen d’aide aux plus démunis, qui finance un repas sur quatre aux Restos.

« On rencontre des problèmes sur les légumes en conserve, notamment les haricots verts, car il n’y a aucun prestataire qui répond aux appels d’offres organisés par l’Etat pour fournir ces produits », regrette M. Douret.

Face au creusement des inégalités, les Français « font preuve d’une générosité exceptionnelle, dont nous allons encore avoir besoin », souffle le dirigeant associatif. L’année 2020 a été marquée par un record de dons aux associations, selon le baromètre de France Générosités.

Cet élan de solidarité démontre que « la lutte contre la précarité est une priorité de Français », selon lui. « Pourtant, on ne la voit pas assez dans les programmes des différents candidats à la présidentielle », déplore-t-il.

France

Violences aux Antilles: le gouvernement lance le débat sur plus d’autonomie en Guadeloupe

Article

le

violences-aux-antilles:-le-gouvernement-lance-le-debat-sur-plus-d’autonomie-en-guadeloupe

Le gouvernement a lancé le débat sensible sur davantage d’autonomie pour la Guadeloupe, département secoué comme la Martinique par une explosion sociale née d’un mouvement contre l’obligation vaccinale pour les soignants, émaillée de violences, pillages et blocages routiers.

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a également annoncé la création de « 1.000 emplois aidés pour les jeunes » en Guadeloupe, département où 34,5% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté national, avec un fort taux de chômage (19%), notamment chez les jeunes (35% en 2020 contre une moyenne nationale de 20%).

Plusieurs policiers ont été de nouveau la cible de tirs à balles réelles et au plomb sans être blessés dans la nuit de vendredi à samedi en Martinique et en Guadeloupe qui restent sous couvre-feu.

La veille, une dizaine de membres des forces de l’ordre avait été blessée, dont un gendarme grièvement après avoir été renversé par un véhicule de cambrioleurs en Martinique. Quatre journalistes, dont un photographe, ont par ailleurs essuyé trois tirs de la part d’hommes circulant en moto dans une rue déserte de Fort-de-France. Des bandes de jeunes circulent en deux roues autour des barrages routiers en Matinique depuis le début de la crise.

Il y a eu quelque « 150 interpellations depuis le début de cette situation en Guadeloupe et en Martinique », a précisé vendredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

« Retrait de l’obligation vaccinale »

Pour sortir de cette crise née du refus de la vaccination anti-Covid obligatoire pour les personnels soignants et les pompiers, le gouvernement avait d’abord annoncé vendredi reporter l’application cette mesure au 31 décembre. De plus, il a proposé la levée de la suspension des personnels non vaccinés et de leur rémunération pour ceux qui acceptent un « accompagnement personnel » en vue notamment d’un reclassement.

Puis, dans une allocution télévisée aux Guadeloupéens, Sébastien Lecornu a affirmé que le gouvernement était « prêt » à évoquer la question de davantage d’autonomie.

Lors des réunions de ces derniers jours, « certains élus ont posé la question en creux de l’autonomie ». « D’après eux, la Guadeloupe pourrait mieux se gérer d’elle-même. Ils souhaitent moins d’égalité avec l’Hexagone, plus de liberté de décision par les décideurs locaux. Le gouvernement est prêt à en parler, il n’y a pas de mauvais débats du moment que ces débats servent à résoudre les vrais problèmes du quotidien des Guadeloupéens », a assuré le ministre.

Une déclaration immédiatement pilonnée par l’opposition de droite et d’extrême droite qui ont dénoncé un recul ou un lâchage, voire une tentative « d’acheter les indépendantistes radicaux » pour la candidate RN à la présidentielle de 2022 Marine Le Pen.

Des syndicats ont déjà rejeté les propositions sur la levée des santions. Cette annonce « ne change rien: nous ne sommes pas satisfaits de cette décision. Nous demandons le retrait de l’obligation vaccinale car notre liberté de choisir est bafouée, et du pass sanitaire qui empêche tout le monde de vivre », a réagi Sormain Sandrou, secrétaire général adjoint de l’UTS-UGTG du CHU de Pointe-à-Pitre, présent sur le piquet de grève devant l’établissement.

« J’ai l’impression qu’on ne s’entend pas, qu’on ne se comprend pas (…) On veut une dérogation pour que cette loi ne soit pas appliquée chez nous ! Et pas que chez les pompiers ! », a pour sa part clamé Jocelyn Zou, représentant du syndicat Force Ouvrière chez les pompiers, à l’antenne de la radio RCI.

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les personnels suspendus ont eux bien l’intention de rester et ont transformé le piquet de grève en petit « village », avec des barnums décorés, un barbecue, un micro-ondes ou encore des glacières.

Et, en attendant une solution, Guadeloupéens et Martiniquais décuplent les systèmes D pour contourner les barrages routiers qui ralentissent l’activité. Ceux qui le peuvent s’arrachent les services de bateaux touristiques répertoriés sur Facebook, moyennant 50 à 100 euros par tête, notamment les pompes funèbres, les touristes devant rallier l’aéroport ou un hôtel, ou encore les pharmacies pour se faire livrer.

Lire Plus

France

Martinique: Dix policiers blessés, des journalistes visés par des tirs

Article

le

dix-policiers-blesses-en-martinique,-des-journalistes-vises-par-des-tirs

Forces de l’ordre et journalistes ont été ciblés par des tirs dans la nuit de jeudi à vendredi en Martinique, les violences faisant dix blessés parmi les policiers, suscitant la vive réaction du gouvernement alors que la crise se poursuit aussi en Guadeloupe.

Une dizaine d’interpellations ont eu lieu, selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

« Dans la nuit, un gradé de la gendarmerie qui intervenait avec ses collègues sur un cambriolage a été violemment heurté par le véhicule des pilleurs. Il est grièvement blessé et est opéré ce jour », a également indiqué le parquet de Fort-de-France.

Parmi les dix policiers blessés, cinq l’ont été par balles et cinq par d’autres projectiles.

Quatre journalistes français, dont un photographe, ont essuyé des tirs de la part d’hommes circulant en moto dans une rue déserte de Fort-de-France, au moment où ils étaient en train de filmer et de prendre des photos à bonne distance d’un barrage en feu.

Enfin les premières enquêtes ouvertes suite aux faits de la nuit ont abouti à la présentation de trois suspects au parquet de Fort-de-France en comparution immédiate.

« Ces actes d’une extrême gravité appellent une condamnation unanime et sans aucune ambiguïté », a réagi dans la matinée le Premier ministre Jean Castex : « La République ne tolérera jamais qu’on attaque les citoyens qui nous protègent et qui nous informent. La Justice poursuivra les auteurs de ces violences inadmissibles ».

En Guadeloupe, la brigade de gendarmerie de Capesterre-Belle-Eau, au sud de la Basse-Terre, a subi une attaque comme celle de Morne-à-l’eau, la nuit précédente, selon la radio RCI Guadeloupe.

En zone police, 17 barrages ont été levés durant la nuit notamment sur la RN4 et au Gosier, mais La Boucan, Montebello et Perrin son toujours bloqués, de même source.

La Guadeloupe et la Martinique, distantes de 120 km l’une de l’autre, connaissent un important mouvement de contestation, né du refus de l’obligation vaccinale pour les soignants et les pompiers, qui a dégénéré en crise sociale, révélant les attentes d’une population où beaucoup vivent sous le seuil de pauvreté, avec un important chômage chez les jeunes.

La Martinique est la région d’outre-mer française la moins touchée par le chômage. Toutefois, en 2020, le taux de chômage s’y établissait à 12,4%, soit 4,4 points de plus qu’en France métropolitaine, du fait d’un marché du travail étroit et d’un manque local de qualification.

Le niveau de vie médian de la population est inférieur de 17% au niveau national, le taux de pauvreté (29,8%) près de deux fois supérieur.

Le mouvement social est accompagné de violences urbaines nocturnes qui ont poussé le préfet de Martinique à instaurer jeudi un couvre-feu de 19H00 à 5H00, tandis que le préfet de Guadeloupe prolongeait celui ayant déjà cours dans l’île.

Sortir de l’impasse

Les autorités ont entamé des discussions avec des syndicats et des élus pour tenter de sortir de l’impasse.

Le gouvernement a ainsi indiqué qu’il envisageait une « solution individuelle » pour les personnels soignants et pompiers de Guadeloupe devant être suspendus car rétifs à la vaccination obligatoire, selon le ministère des Outre-mer.

Il tiendra vendredi à 15h00 une réunion similaire avec le président du conseil régional, le président du conseil départemental et les parlementaires du territoire de Guadeloupe.

Les élus demandent la venue sur place « dans un délai assez court » du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, et l’ouverture d’un débat sur une éventuelle évolution du statut de la Guadeloupe.

Selon le ministère, M. Lecornu se rendra « prochainement sur place », mais un tel déplacement « ne doit pas s’organiser sous la pression et doit s’inscrire dans le cadre d’engagements précis et partagés ».

En Martinique également, les autorités locales et nationales ont ouvert la porte à un dialogue avec les syndicats et les élus.

Les leaders des 17 organisations syndicales, le préfet et le président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Martinique, Serge Letchimy, ont ainsi participé jeudi à une réunion de conciliation à la préfecture.

Mais « les discussions n’ont pas permis d’apporter des éléments probants permettant de rassurer quant aux intentions de l’état sur les revendications principales : obligation vaccinale et pass sanitaire », ont-ils indiqué dans un communiqué vendredi.

Lire Plus

France

France: Les pêcheurs français passent à l’offensive dans la Manche

Article

le

les-pecheurs-francais-passent-a-l’offensive-dans-la-manche

« Coup de pression »: les pêcheurs français ont lancé des opérations de blocage de ports, comme à Saint-Malo, et doivent bloquer des accès au fret du tunnel sous la Manche, côté français, pour exiger le règlement des litiges de pêche post-Brexit avec le Royaume-Uni.

C’est la première fois depuis le blocus de l’île de Jersey en mai dernier que les pêcheurs français organisent une « grande journée d’action ».

Des dizaines de bateaux doivent bloquer l’entrée de ferries venant de Grande-Bretagne dans trois ports de la Manche française: Saint-Malo la bretonne, Ouistreham la normande (12H00) puis Calais la gardienne du Nord (14H00).

A Saint-Malo, le blocage a débuté comme l’explique Pascal Leclerc, président du comité des pêches d’Ille-et-Vilaine, à bord du Franck Annie.

« On a pris l’option de bloquer le port de Saint-Malo aussi bien en sortie qu’en entrée. Le but est de retarder normalement un ferry d’une heure à la livraison de tout ce qu’il avait à bord. Un autre bateau arrive de Jersey avec des produits de la pêche, lui va être bloqué aussi », a-t-il dit.

« Quand l’Europe et le gouvernement ne mettent pas des menaces à exécution, au bout d’un moment on est obligé de reprendre la main parce que autrement on a l’impression qu’on n’arrivera à rien. On n’est pas des va-t-en guerre, on veut qu’on respecte nos droits, un deal a été fait, le deal anglais n’est pas respecté », a-t-il dit.

Dans l’après-midi, c’est à bord de leurs camionnettes que les marins-pêcheurs ont prévu de bloquer, de 14 à 16H00, l’accès des camions de marchandises au terminal fret du tunnel sous la Manche.

« Nous ne voulons pas l’aumône, nous voulons seulement récupérer nos licences. Le Royaume-Uni doit respecter l’accord post-Brexit. Trop de pêcheurs sont encore sur le carreau », a déclaré jeudi Gérard Romiti, le président du comité national des pêches lors d’une conférence de presse.

Symbolique à l’entrée des ports – où la houle ne permettra peut-être pas toutes les actions prévues -, l’initiative est plus menaçante aux abords du tunnel, par lequel transitent 25% des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l’Europe.

Londres a bien reçu le message et réagi dès jeudi soir, se disant « déçu » par ces « menaces de protestation » et enjoignant la France à « s’assurer que des actes illégaux ne sont pas commis et que les échanges commerciaux ne sont pas affectés ».

« L’arbre qui cache la forêt »

L’objectif est de bloquer « les exportations (…) vers l’Angleterre, pour atteindre la population britannique et faire prendre conscience de ce qui se passe. Ils ont accès au marché européen et nous toujours pas à leurs eaux », a expliqué Olivier Leprêtre, président du comité des pêches des Hauts-de-France.

C’est une « action coup de poing pour faire voir de quoi on est capable mais s’il faut aller plus loin, on visera d’autres produits », a-t-il ajouté, précisant que le mot d’ordre était « de laisser passer les passagers et de bloquer le fret ».

Pour le président du comité national, « cette question des licences est l’arbre qui cache la forêt: de sa résolution dépendront les relations avec le Royaume-Uni sur le long terme ».

Tout en questionnant la robustesse de l’engagement européen au côté des pêcheurs de l’UE, Gérard Romiti a salué  « l’ultimatum » lancé mercredi par la Commission européenne, qui a demandé à Londres de régler ce contentieux d’ici au 10 décembre.

En vertu de l’accord de Brexit signé fin 2020 entre Londres et Bruxelles, les pêcheurs européens peuvent continuer à travailler dans les eaux britanniques à condition de pouvoir prouver qu’ils y pêchaient auparavant. Mais Français et Britanniques se disputent sur la nature et l’ampleur des justificatifs à fournir.

Au total, depuis le 1er janvier 2021, la France a obtenu « plus de 960 licences » de pêches dans les eaux britanniques et des îles anglo-normandes, mais Paris réclame encore plus de 150 autorisations, selon le ministère français de la Mer.

Dans ce dossier brûlant, le ton est monté à plusieurs reprises. En mai dernier, une flottille française a fait cap sur Jersey pour un blocus de quelques heures, entraînant l’envoi de patrouilleurs britanniques. A l’automne, Paris a menacé Londres de « mesures de rétorsion », avant d’y renoncer provisoirement pour laisser une chance aux négociations engagées à Bruxelles.

Les pêcheurs français se sentent aujourd’hui confortés par le soutien renouvelé dimanche dernier du président Emmanuel Macron et de sa ministre de la Mer Annick Girardin, qui ont assuré qu’ils se battraient jusqu’au bout pour défendre leurs intérêts.

Lire Plus

Les + Lus