Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Les incendies font rage en Turquie et en Grèce, transformée en « poudrière »

Article

le

les-incendies-font-rage-en-turquie-et-en-grece,-transformee-en-« poudriere »

Plusieurs régions de Grèce continuaient de flamber vendredi, après une semaine de canicule qui a transformé ce pays en « poudrière », tandis que la Turquie était confrontée à une situation tout aussi critique.

D’épaisses volutes de fumée s’échappaient toujours vendredi soir d’un important foyer qui s’était déclaré mardi au nord d’Athènes et a repris avec virulence jeudi au pied du mont Parnès.

« Nous étouffons de nouveau car il y a une violente reprise du feu », a déclaré vendredi soir Spyros Vrettos, le maire d’Acharnes, une commune située à 30 km de la capitale grecque. « Nous sommes très inquiets », a-t-il dit sur Skai TV, au moment où le feu s’étendait vers le nord-est.

Le village d’Afidnes a été toute la nuit la proie des flammes, laissant un spectacle de désolation, voitures calcinées, maisons détruites, arbres noircis, ont constaté des journalistes.

Non loin, à Krioneri, maisons, entreprises et usines ont brûlé. « Le feu est incontrôlable. Je n’ai pas envie de partir, toute ma vie est ici », raconte Vassiliki Papapanagiotis.

Une partie de l’autoroute reliant le nord au sud de la Grèce y a été coupée par précaution tandis que 2.000 migrants ont été évacués du camp proche de Ritsona. Vendredi soir, le centre de rétention d’Amygdaleza a également été vidé de se occupants.

Au moins 450 pompiers grecs s’efforçaient de venir à bout du feu, aidés de moyens aériens et terrestres, et de collègues français, suédois, roumains, suisses, israéliens et chypriotes.

 « Situation critique »

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a qualifié la situation d' »extrêmement critique » face aux dizaines d’incendies qui ravagent la Grèce depuis le 27 juillet sous l’effet de températures caniculaires.

« Nous sommes confrontés à des conditions sans précédent, plusieurs jours de canicule ont transformé tout le pays en poudrière », a-t-il ajouté jeudi soir dans une allocution télévisée.

Un rapport préliminaire de l’ONU auquel a eu accès qualifie le pourtour méditerranéen de « point chaud du changement climatique » qui connaîtra d’importantes vagues de chaleur et de sécheresse ainsi que des incendies alimentés par une hausse des températures.

Avec un mercure oscillant entre 40 et 45 degrés, la Grèce et la Turquie connaissent une canicule exceptionnelle, la « pire » pour les Grecs en trois décennies, selon M. Mitsotakis.

Dans ces deux pays voisins, les forêts flambent depuis dix jours, le feu dévastant habitations et entreprises et forçant à l’évacuation de centaines d’habitants des régions touchées et de touristes.

Du côté turc de la mer Egée, 208 feux ont été dénombrés depuis fin juillet, dont 12 étaient toujours actifs vendredi, 196 ayant été maîtrisés, selon la présidence turque.

Du côté grec, le vice-ministre de la Protection civile, Nikos Hardalias a estimé vendredi soir que 64 des 154 feux dénombrés dans la journée continuaient de faire rage.

Huit personnes sont mortes et des dizaines ont été hospitalisées dans le sud de la Turquie.

En Grèce, un habitant du nord d’Athènes a été tué par la chute d’un poteau électrique et un industriel est mort d’un arrêt cardiaque dans son usine de Krioneri tandis que tout brûlait autour. 18 personnes ont été blessées, dont deux pompiers volontaires dans un état critique.

« Un moment très triste »

« C’est un moment très triste », a confié Konstantinos Konstantinidis, un habitant de Kourkouloi, l’un des 20 villages évacués de l’île grecque d’Eubée, à 200 km à l’est de la capitale grecque.

Dans le sud du Péloponnèse, plus de 5.000 habitants de la ville de Gytheio et de touristes ont aussi été priés de quitter leur logement et de se diriger vers une cité voisine, selon la chaîne de télévision publique ERT. « Le feu approche de la ville, la situation est encore très difficile », a dit à l’ANA Theodoros Veroutis, le préfet adjoint de la région.

En Turquie, sur le port d’Oren, Hulusi Kinic a refusé jeudi de suivre les centaines de villageois évacués par la mer des abords de la centrale thermique de Milas, dans le sud-ouest.

« Où voulez-vous qu’on aille à notre âge ? », demande ce retraité de 79 ans.

Le feu qui s’était dangereusement approché de cette centrale, dont l’enceinte abrite des milliers de tonnes de charbon, a été éteint, a annoncé la municipalité de Mugla.

La lutte se poursuivait vendredi dans cinq provinces de Turquie, dont les régions touristiques d’Antalya et de Mugla, où d’autres évacuations ont eu lieu, selon la chaîne de télévision NTV.

A Athènes, des SMS d’alerte prévenaient les voyageurs et les Grecs du « danger extrême d’incendies dans les prochains jours ».

Les autorités interdisent « l’accès aux forêts » et conseillent d' »éviter tout déplacement » en raison de la pollution atmosphérique dans la capitale.

L’observatoire d’Athènes a prévenu que la qualité de l’air y était « mauvaise ». Le visage couvert pour se protéger des particules nocives, quelques touristes ont bravé l’atmosphère étouffante pour grimper à l’Acropole, avant sa fermeture à midi pour cause de canicule.

 

Europe

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Article

le

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers ont arrêté de travailler pour la première fois le même jour.

C’est la plus importante journée de grève de son histoire. Le système de santé public britannique a décidé de débrayer, lundi 6 février, pour réclamer des augmentations de salaires. Comme l’avaient fait la semaine dernière enseignants, cheminots et gardes-frontières lors d’une journée de mobilisation sociale sans équivalent depuis une décennie au Royaume-Uni, le personnel du NHS, le service de santé public et gratuit, a rejoint les piquets de grève tôt lundi matin.

« Sous-effectif. Sous-évalué. Sous-payé », dénonçait par exemple une pancarte brandie par deux infirmières de l’hôpital Saint-Thomas, à Londres.

Opérations repoussées, urgences totalement débordées, attentes de plusieurs heures pour les ambulances.. Le NHS, qui faisait il y a quelques années encore la fierté des Britanniques, traverse une profonde crise, affaibli par les politiques d’austérité en œuvre depuis plus de 10 ans et les conséquences de la pandémie. Depuis sa création en 1948, il n’avait jamais été confronté à une grève d’une telle ampleur, avec des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers arrêtant de travailler pour la première fois le même jour.

Ils réclament une augmentation de salaire alors que le Royaume-Uni, où l’inflation dépasse les 10%, fait face à une grave crise du coût de la vie. Mais ils se heurtent à un gouvernement conservateur qui refuse toute négociation face à ce mouvement soutenu par l’opinion

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Les + Lus