Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Le feu menace une centrale thermique en Turquie et fait rage en Grèce

Article

le

le-feu-menace-une-centrale-thermique-en-turquie-et-fait-rage-en-grece

Des centaines de villageois ont été évacués jeudi des abords d’une centrale thermique menacée par le feu en Turquie, pendant que la bataille se poursuivait en Grèce pour contrôler deux incendies majeurs qui font rage près d’Olympie et sur l’île d’Eubée, attisés par une canicule exceptionnelle.

Les deux pays rivaux se sont retrouvés unis cette semaine dans leur combat commun contre des incendies sans précédent, que les experts relient sans équivoque au réchauffement de la planète, tant les températures ont été caniculaires, oscillant entre 40 et 45 degrés Celsius.

Huit personnes sont mortes et des dizaines ont été hospitalisées dans le sud de la Turquie. Aucune victime n’est à déplorer à ce stade en Grèce.

Les pompiers grecs continuaient de lutter jeudi contre un incendie préoccupant près du village de l’Ancienne Olympie pour protéger le site archéologique où se sont déroulés les premiers jeux olympiques de l’antiquité, à l’ouest de la péninsule du Péloponnèse.

Le village de l’Ancienne Olympie, habituellement bondé de touristes à cette époque de l’année, ainsi que sept autres localités proches avaient été évacués la veille.

« Nous faisons un effort titanesque sur plusieurs fronts », a déclaré mercredi soir le ministre adjoint grec de la Protection civile, Nikos Hardalias.

Un deuxième sinistre violent et incontrôlé continuait de faire rage depuis mardi sur l’immense île d’Eubée, à quelque 200 km à l’est d’Athènes, où plusieurs villages et un monastère étaient encerclés par les flammes, après avoir été vidés de leurs occupants.

Mais c’est une centrale thermique, remplie de milliers de tonnes de charbon, sur la côte égéenne turque qui suscitait la plus grande inquiétude jeudi, menacée par un incendie attisé par le vent.

« Où voulez-vous qu’on aille? »

Au son des alarmes d’évacuation, des centaines de villageois, empilant les maigres affaires qu’ils avaient pu sauver, ont été évacués à bord de hors-bords des garde-côtes turcs mobilisés dans le port d’Oren, ont constaté des journalistes de l’AFP. D’autres ont été évacués par la route.

L’autorité régionale a assuré que « tous les produits chimiques explosifs » avaient été retirés du site stratégique.

« Mais il y a un risque que le feu se répande aux milliers de tonnes de charbon qui se trouvent à l’intérieur », s’est inquiété auprès des journalistes un responsable régional, Osman Gurun.

Quelques villageois ont cependant refusé de quitter la région. « Où voulez-vous qu’on aille à notre âge? », a demandé un habitant de 79 ans, Hulusi Kinic, sur le port d’Oren.

« On vit ici. C’est chez nous. En dernier ressort, on aurait pu se jeter à l’eau (en cas d’explosion) mais Dieu merci, cela ne s’est pas passé », a-t-il ajouté.

« On vous supplie et on vous avertit depuis des jours. L’incendie a encerclé la centrale », avait tweeté dans la journée le maire de Milas, demandant « qu’un avion bombardier d’eau soit envoyé ici de manière urgente ». Dans la nuit, des images mises en ligne par le maire, Muhammet Tokat, montraient un feu violent aux portes de la centrale.

Mais une inspection initiale a montré que le feu de la nuit n’avait pas causé « de dégâts sérieux aux unités principales de la centrale », selon le bureau du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Dérégulation climatique

Plus de 110 feux ont ravagé des forêts de Grèce ces dernières 24 heures et 180 en Turquie depuis fin juillet.

Selon l’Observatoire de la Terre de l’UE Copernicus, ce mois de juillet est le second plus chaud en Europe.

« Nous sommes dans une phase de dérégulation climatique absolue », a déploré cette semaine le vice-ministre grec de la Protection civile, Nikos Hardalias. A ce stade, « on ne parle plus de changement climatique, mais de menace climatique ».

Le ministre turc de l’Agriculture, Bekir Pakdemirli, a déclaré que les températures dans la ville égéenne de Marmaris avaient atteint un record historique de 45,5 degrés cette semaine. « Nous menons une guerre », a-t-il dit.

Des deux côtés de la mer Egée, les autorités faisaient face à la pression des locaux jugeant insuffisants les moyens de lutte contre ces incendies.

« Nous prions les autorités de renforcer les forces aériennes et terrestres pour ne pas risquer des vies humaines », a déclaré Giorgos Tsapourniotis, maire de Limni, sur l’île d’Eubée.

Le maire de l’ancienne Olympie, Giorgos Georgopoulos, a réclamé lui aussi « plus de soutien aérien », sur Open TV.

L’opposition turque a reproché au président Erdogan d’avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d’eau et d’avoir mis du temps à accepter l’aide internationale.

M. Erdogan a pour sa part accusé l’opposition de tenter de tirer un bénéfice politique de la situation. « Les feux de forêt sont une menace internationale tout comme la pandémie de Covid-19 », s’est-il défendu.

Europe

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Article

le

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN, Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat animé sur France 2, illustrant les profondes divergences politiques entre leurs camps respectifs.

Jeudi soir, le Premier ministre Gabriel Attal et le président du Rassemblement National (RN), Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat en prime time sur France 2. À deux semaines des élections européennes, ce face-à-face a été marqué par des échanges vifs et des divergences claires sur des sujets clés tels que l’Europe, l’immigration et l’environnement.

Pendant environ 1h20, les deux jeunes leaders politiques, Gabriel Attal, 35 ans, et Jordan Bardella, 28 ans, ont débattu avec passion. Le Premier ministre n’a pas manqué de critiquer les revirements du RN sur des questions fondamentales comme l’Europe et l’euro : « Je ne suis pas comme vous, moi, à changer d’avis sur tout. À ne pas assumer des déclarations passées, » a-t-il lancé à Bardella.

En réponse, Bardella a attaqué le bilan du gouvernement, en déclarant : « Qu’il y ait des questionnements sur le projet que nous portons pour le pays que nous voulons mettre en œuvre, c’est un fait. En revanche, il n’y a pas de doute sur le bilan qui est le vôtre. »

Le débat a révélé des lignes de fracture profondes sur des sujets tels que le marché unique, les droits de douane, les véhicules électriques, l’immigration et la défense. Un des échanges les plus tendus a concerné les liens du RN avec la Russie. Gabriel Attal a accusé le parti de Le Pen de compromettre l’Europe : « Votre parti, celui de Mme Le Pen et de Jean-Marie Le Pen, avait besoin d’argent. La Russie avait besoin d’un parti en Europe pour justement affaiblir l’Europe de l’intérieur, » a-t-il déclaré.

Jordan Bardella a répliqué en dénonçant des attaques « sous la ceinture » de la part du Premier ministre.

Sur le thème de l’immigration, Attal a critiqué la présentation du RN qui, selon lui, stigmatise les étrangers : « Avec la présentation que vous faites du sujet, on a le sentiment en vous écoutant que derrière chaque étranger, chaque immigré, il y a un délinquant et un terroriste en puissance. »

Bardella a rétorqué en affirmant que la criminalité est liée à une mauvaise gestion des flux migratoires.

Les positions opposées sur l’environnement ont également été mises en lumière, avec Bardella critiquant les « ambitions environnementales irréalistes » du gouvernement, notamment l’interdiction des véhicules thermiques en 2035. Attal a défendu cette mesure, soulignant la nécessité de réduire la dépendance au pétrole et de lutter contre la pollution.

Le débat, diffusé également sur les chaînes YouTube Hugodecrypte et « C quoi l’info ? » de France Télévisions, visait à capter une audience plus jeune.

La tenue de ce débat à deux a suscité des critiques de la part des autres partis politiques. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure et le président des Républicains (LR) Eric Ciotti ont exprimé leur mécontentement auprès de l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel, demandant une égalité de traitement pour tous les partis.

Ce débat a illustré l’importance des prochaines élections européennes et les enjeux politiques majeurs qui en découlent, avec un RN en position de favori selon les sondages.

Lire Plus

Europe

Eurovision : Israël qualifié pour la finale, malgré la contestation

Article

le

Eurovision : Israël qualifié pour la finale, malgré la contestation

Le vote des spectateurs a permis à la chanteuse représentant Israël d’obtenir sa place pour la finale de l’Eurovision, rapporte Ouest-France vendredi 10 mai. Et ce, malgré de nombreuses protestations à cause de la guerre à Gaza.

Malgré les manifestations et les appels au boycott en raison de la situation à Gaza, Israël a réussi à se qualifier pour la phase finale de l’Eurovision. La chanteuse Eden Golan a remporté le soutien du public, interprétant son titre « Hurricane » sans encombre devant une foule de 9 000 spectateurs à Malmö, en Suède.

L’événement, marqué par la présence de quelque 12 000 manifestants, dont la militante écologiste Greta Thunberg, a souligné les tensions politiques entourant le concours cette année. Alors que la demi-finale a été suivie de près par une nouvelle manifestation contre la guerre à Gaza, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a salué la participation d’Eden Golan, la félicitant pour avoir « affronté avec succès une horrible vague d’antisémitisme ».

L’Union européenne de radiotélévision (UER), organisatrice de l’événement, a renforcé la sécurité à Malmö, compte tenu des menaces reçues par la chanteuse sur les réseaux sociaux. Malgré ces préoccupations sécuritaires, Eden Golan a assuré lors d’une conférence de presse que l’UER prenait toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de tous les participants et spectateurs.

L’Eurovision, souvent vanté comme un événement de tolérance et d’unité européennes, a cependant été ébranlé par des gestes politiques. L’année précédente, l’UER avait interdit au président ukrainien Volodymyr Zelensky de s’exprimer lors du concours. De plus, lors de la première demi-finale de cette édition, le chanteur suédois Eric Saade a porté un keffieh palestinien, un geste regretté par l’UER et la télévision publique suédoise SVT.

Malgré ces controverses, l’Eurovision reste l’un des événements les plus regardés en Europe, symbolisant la diversité culturelle et la tolérance, même si la politique parvient parfois à s’immiscer dans cet univers festif.

Lire Plus

Europe

Eurovision 2024 : Entre musique et politique, une édition sous haute tension

Article

le

Eurovision 2024 : Entre musique et politique, une édition sous haute tension

Les festivités musicales sont éclipsées par les tensions géopolitiques, avec la participation controversée d’Israël et des manifestations propalestiniennes.

La 68e édition de l’Eurovision promet d’être une fusion de musique, de glamour et de politique. Alors que les demi-finales se tiennent les 7 et 9 mai, la compétition est déjà en proie à des tensions géopolitiques, avec des manifestations et des appels à l’exclusion d’Israël, en pleine offensive à Gaza.

Organisée cette année à Malmö, en Suède, la compétition voit la participation de 37 pays, mais elle est également le théâtre de rassemblements propalestiniens. La sécurité a été renforcée dans la ville pour accueillir les quelque 100 000 visiteurs attendus.

L’une des chansons favorites cette année, défendue par Jerry Heil et Alyona alyona pour l’Ukraine, prend une dimension politique en abordant le thème de l’union face à l’invasion russe dans leur pays.

Toutefois, c’est la performance d’Eden Golan, représentante d’Israël, qui attire particulièrement l’attention. Malgré les appels à son exclusion, elle maintient sa prestation avec « Hurricane », bien que la chanson ait été modifiée pour répondre aux exigences des organisateurs. Elle-même défend l’unité à travers la musique, un thème repris par le slogan de l’événement, « United by Music » – « Unis par la musique », soulignant la diversité de Malmö.

Ainsi, entre les notes de musique et les slogans politiques, l’Eurovision 2024 s’annonce comme une célébration complexe, mêlant les valeurs universelles de la musique à des enjeux géopolitiques brûlants.

Lire Plus

Les + Lus