Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Le Mexique se languit du « Penacho » de Vienne, unique et fragile coiffe aztèque

Article

le

le-mexique-se-languit-du-« penacho »-de-vienne,-unique-et-fragile-coiffe-azteque

C’est une des stars du Weltmuseum de Vienne, une flamboyante coiffe aztèque aux plumes irisées bleu-vert surmontée de plus d’un millier de pierres d’or. Mais seulement voilà, le président mexicain voudrait bien la ramener au pays.

Andres Manuel Lopez Obrador a réveillé cette semaine une vieille querelle, missionnant sa femme en Autriche pour convaincre les autorités de le laisser exposer le « Penacho » en 2021, pour célébrer les 200 ans d’indépendance du Mexique.

Beatriz Gutierrez a donc rendu visite lundi au président Alexander Van der Bellen et « lui a remis une requête de son mari » portant sur cette fameuse coiffe à plumes, a raconté jeudi à l’AFP le directeur du musée ethnographique viennois, Christian Schicklgruber.

En tournée en Europe, la Première dame avait aussi rencontré la semaine dernière le président italien Sergio Mattarella, réclamant le prêt de deux manuscrits de l’ère aztèque.

‘Trop fragile’

Officiellement, le ministère autrichien de la Culture s’est saisi du dossier mais l’issue ne fait guère de doute, de l’aveu même du chef d’Etat mexicain.

« C’est une mission quasi impossible, (les Autrichiens) se sont totalement appropriés » l’objet, a-t-il tweeté, visiblement remonté. Le lendemain, devant la presse, il enfonçait le clou: cette coiffe « fait partie de nous, du Mexique », lâchait-il, blâmant Vienne qui a « mis la main dessus ».

Pour le Weltmuseum, le problème est ailleurs: l’objet est « vraiment trop fragile » pour être déplacé, souligne le commissaire Gerard van Bussel. La preuve, « il n’a même pas pu être descendu d’un étage pour venir rejoindre notre exposition en cours sur les Aztèques ».

Au final, un prêt « l’exposerait à des dégradations irréparables », confirme le directeur M. Schicklgruber.

D’ailleurs les deux parties en avaient convenu, au terme d’une étude menée entre 2010 et 2012 par des experts autrichiens et mexicains.

Et c’est avec d’immenses précautions que la précieuse coiffe de 2 mètres de large pour seulement 850 grammes est aujourd’hui conservée, dans un comptoir de présentation conçu pour résister aux vibrations des pas des visiteurs.

« Imaginez-vous qu’elle a plus de 500 ans! », rappelle M. van Bussel. « De toutes les coiffes de l’époque pré-coloniale, elle est la seule à avoir survécu ».

‘Symbole’

On ne sait pas précisément comment le « Penacho » s’est retrouvé en Europe mais on en trouve la première trace écrite dans une collection de la dynastie des Habsbourg à la fin du 16e siècle, environ 75 ans après la conquête de la capitale aztèque par les colons espagnols.

Selon la légende, cette couronne aurait été portée par l’empereur aztèque Moctezuma mais « rien ne permet d’affirmer qu’il l’a eu en sa possession », selon le commissaire.

A Mexico aussi, les experts n’imaginent pas un quelconque transfert de l’objet. C’est déjà « un miracle » qu’il ait pu être préservé, souligne Ivan Escamilla, chercheur de l’Université nationale.

Alors pourquoi donc raviver une question semble-t-il déjà tranchée? « M. Lopez Obrador joue avec les symboles », analyse l’historien et politologue Jose Antonio Crespo, et « cette coiffe est l’un d’entre eux », en ce qu’elle incarne la grandeur des civilisations précolombiennes.

« C’est une manière de dire: +moi, je suis du côté du peuple. Je suis celui qui essaie de récupérer ce que les Européens nous ont pris+ ».

Cette requête s’inscrit dans un débat plus large sur les restitutions de biens culturels « pillés » lors des périodes coloniales, les détracteurs de ce mouvement avançant au contraire le caractère universaliste des collections des musées occidentaux.

Si le « Penacho » ne rejoindra sans doute jamais ses terres d’origine, les ressortissants mexicains de passage à Vienne peuvent en revanche l’admirer dans son écrin sans débourser un sou, privilège consenti par le Weltmuseum depuis 2012.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus