Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Frappe sur une zone résidentielle de la deuxième ville d’Azerbaïdjan

Article

le

frappe-sur-une-zone-residentielle-de-la-deuxieme-ville-d’azerbaidjan

Un missile a touché samedi une zone résidentielle et fait des victimes dans la deuxième ville d’Azerbaïdjan, Gandja, marquant une escalade dans le conflit au Nagorny Karabakh quelques heures après des bombardements sur Stepanakert, la capitale de la région séparatiste.

La frappe a été suivie par une deuxième dans une autre partie de la ville de Gandja, ainsi que par un tir sur la ville stratégique voisine de Mingecevir.

Pour sa part, Stepanakert a été bombardée de nombreuses fois depuis la reprise des hostilités entre forces séparatistes soutenues par Erevan et soldats azerbaïdjanais, le 27 septembre. Les bombardements l’ont quasiment vidée de ses habitants.

Aucun bilan officiel n’était disponible.

Cette poussée de violence mine les efforts internationaux visant à calmer les hostilités qui opposent les Arméniens chrétiens aux Azéris musulmans et qui impliquent des puissances régionales comme la Russie et la Turquie.

A Gandja, des journalistes de l’AFP ont vu des maisons détruites par le missile qui a frappé vers 03H00 locales (23H00 GMT vendredi).

Des habitants en larmes fuyaient les lieux, certains en pyjamas et pantoufles.

« On dormait. Les enfants regardaient la télé », raconte Rubaba Zhafarova, 65 ans, devant sa maison détruite.

« Toutes les maisons autour ont été détruites. Beaucoup de personnes sont sous les décombres. Certains sont morts, d’autres sont blessés », se lamente-t-elle.

Des dizaines de secouristes cherchaient dans la nuit des survivants, les mains nues, dans les décombres.

Après quelques heures de recherches, une équipe a déposé dans une ambulance des housses mortuaires noires, dont une avec une tête et un bras.

Ultérieurement, des journalistes de l’AFP ont vu trois personnes portées sur des civières mais il n’était pas clair si elles étaient mortes ou vivantes.

« Ma femme était là-bas, ma femme était là-bas », criait un homme conduit vers une ambulance par un infirmier.

Selon des résidents, plus de 20 personnes habitaient la zone atteinte.

« Attaque » sur Mingecevir

Un habitant a dit avoir vu un enfant, deux femmes et quatre hommes retirés des décombres.

« Une femme a perdu ses jambes. Quelqu’un d’autre a perdu un bras », a dit Elmir Shirinzaday, 26 ans.

Hikmat Hajiyev, un conseiller du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, a dit dans un tweet que « selon les premières informations, plus de 20 maisons ont été détruites ».

Un responsable azéri a dit qu’un deuxième missile a simultanément frappé une zone industrielle de Gandja, mais n’a pas donné davantage de précisions.

Ville de plus de 300.000 habitants, Gandja avait déjà été frappée dimanche par un missile qui avait fait dix morts.

Des journalistes de l’AFP dans la ville voisine de Mingecevir, à une heure de route au nord de Gandja, ont indiqué avoir entendu une puissante explosion qui a secoué l’immeuble dans lequel ils se trouvaient, à peu près à la même heure.

Mingecevir est protégé par un système antimissiles car il abrite une digue stratégique. Il n’était pas clair si des missiles avaient été détruits en vol ou s’ils avaient touché la ville.

Le ministère azéri de la Défense s’est borné à dire que Mingecevir a fait l’objet d’une « attaque » sans fournir davantage de détails.

Depuis la conclusion d’une trêve « humanitaire » signée le 10 octobre à Moscou, censée permettre d’échanger les corps des soldats morts et des prisonniers, la situation était restée calme à Stepanakert jusqu’à jeudi et de nouveaux bombardements.

Ailleurs sur le front, les combats ont continué, l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’accusant mutuellement de violer le cessez-le-feu et de viser des zones civiles.

Les soldats azerbaïdjanais ont avancé au Nord et au Sud de la ligne de front, prenant position au Karabakh et dans deux districts qui étaient sous contrôle arménien depuis la fin d’une précédente guerre en 1994.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Le Premier ministre espagnol annonce des élections législatives anticipées le 23 juillet

Article

le

le-premier-ministre-espagnol-annonce-des-elections-legislatives-anticipees-le-23-juillet

Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez a annoncé lundi la convocation surprise d’élections législatives anticipées le 23 juillet en Espagne, au lendemain d’une déroute sans appel de la gauche face aux conservateurs lors d’un double scrutin municipal et régional.

Lors d’une allocution télévisée, Pedro Sanchez a annoncé avoir communiqué au roi Felipe VI, le chef de l’Etat, sa « décision de (…) dissoudre le Parlement et de procéder à la convocation d’élections générales » qui se tiendront « le dimanche 23 juillet ».

Ces élections se tiendront donc durant le semestre de présidence espagnole du Conseil européen, qui commencera le 1er juillet. Les législatives devaient initialement se tenir à la fin de l’année à une date qui n’avait pas encore été fixée. « J’ai pris cette décision à la vue des résultats des élections d’hier », a dit Pedro Sanchez, la mine grave, depuis le palais de la Moncloa, siège du gouvernement espagnol.

« Comme président du gouvernement et comme secrétaire du Parti socialiste, j’assume les résultats (de dimanche) et je pense qu’il est nécessaire de donner une réponse et de soumettre notre mandat démocratique à la volonté populaire », a-t-il ajouté.

Pedro Sanchez préside le gouvernement espagnol depuis juin 2018. Il avait alors chassé du pouvoir le conservateur Mariano Rajoy grâce au dépôt d’une motion de censure suite à la condamnation du PP par la justice dans un méga-procès pour corruption. Il gouverne depuis janvier 2020 en coalition avec la gauche radicale de Podemos. Son parti a subi une très lourde défaite lors des élections municipales et régionales de dimanche en Espagne, qui augure mal de son maintien au pouvoir.

Le PP obtient le plus grand nombre de voix aux municipales

Le chef du gouvernement sortant de la Cantabrie (nord de l’Espagne), Miguel Ángel Revilla, chef d’un petit parti régionaliste allié aux socialistes, a parlé d’une « marée de droite », à la fois du Parti populaire (PP), principal parti de l’opposition de droite d’Alberto Núñez Feijóo et de Vox, le parti d’extrême-droite Vox, déjà troisième force politique au Parlement. Le chef du gouvernement socialiste de l’Aragón, Javier Lambán, est allé jusqu’à évoquer un « tsunami » qui a emporté « la muraille » érigée par les socialistes. Tous deux ont été battus.

Le PP, qui avait fait de ces élections locales et régionales un référendum national sur la politique de Pedro Sánchez, a pratiquement atteint tous ses objectifs.

Il a d’abord recueilli le plus grand nombre de voix aux municipales, plus de 7 millions (31,5%), soit quelque deux millions de plus qu’il y a quatre ans, contre moins de 6,3 millions (28,1%) pour le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de M. Sánchez.

Surtout, selon la Télévision publique TVE et le quotidien El País, le PP a conquis au moins six des dix régions jusqu’alors dirigées (directement ou au sein d’une coalition) par le PSOE : la Communauté valencienne (est), quatrième du pays par la population, l’Aragon (centre), l’Extrémadure (ouest), les Baléares (est), la Cantabrie et la Rioja (nord).

Lire Plus

Europe

Espagne : très lourde défaite du parti socialiste lors des élections municipales et régionales

Article

le

espagne-:-tres-lourde-defaite-du-parti-socialiste-lors-des-elections-municipales-et-regionales

A l’approche des élections législatives, le parti de gauche du Premier ministre Pedro Sánchez a connu une débâcle lors des élections locales de dimanche.

A six mois des élections législatives, le parti socialiste du Premier ministre Pedro Sánchez a subi une très lourde défaite lors des élections municipales et régionales, dimanche 28 mai, en Espagne, qui augure mal de son maintien au pouvoir à la fin de l’année.

Le chef du Parti populaire (PP), principal parti de l’opposition de droite, Alberto Núñez Feijóo, a immédiatement annoncé « un nouveau cycle politique ». Le PP a fait dimanche « un pas de géant » sur la route devant conduire Alberto Núñez Feijóo au poste de Premier ministre à la fin de l’année, a renchéri le président du gouvernement d’Andalousie, Juan Manuel Moreno Bonilla, un dirigeant du parti.

Le PP a d’abord recueilli le plus grand nombre de voix aux municipales, plus de 7 millions (31,5%), soit quelque deux millions de plus qu’il y a quatre ans, contre moins de 6,3 millions (28,1%) pour le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Surtout, selon la Télévision publique TVE et le quotidien El País, le PP a conquis au moins six des dix régions jusqu’alors dirigées (directement ou au sein d’une coalition) par le PSOE : la Communauté valencienne (est), quatrième du pays par la population, l’Aragon (centre), l’Extrémadure (ouest), les Baléares (est), la Cantabrie et la Rioja (nord).

Mais outre le PP, l’autre grand vainqueur est le parti d’extrême-droite Vox, déjà troisième force politique au Parlement, qui, avec plus de 1,5 million de voix aux municipales (7,19%), a doublé son score en quatre ans et effectué une poussée spectaculaire dans de nombreux parlements régionaux. Les sondages annonçaient tous une victoire de la droite à ce double scrutin municipal et régional, mais personne ne s’attendait à ce que le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez subisse de telles pertes.

Les élections de dimanche portaient sur la totalité des 8 131 municipalités, soit 35,5 millions d’électeurs, ainsi que les assemblées de 12 des 17 régions autonomes que compte le pays. Quelque 18,3 millions d’électeurs étaient concernés par ce deuxième vote. Ce double scrutin était considéré comme une répétition générale avant les élections législatives, dont la date exacte n’est pas encore connue.

Lire Plus

Monde

Un passager ouvre la porte d’un avion en plein atterrissage car « il étouffait »

Article

le

coree-du-sud-:-un-passager-ouvre-une-issue-de-secours-d’un-avion-en-plein-atterrissage-car-« il-etouffait »

L’ouverture inopinée de cette porte a provoqué des difficultés respiratoires chez certains passagers, qui ont été transportés à l’hôpital.

Un passager d’un avion d’Asiana Airlines a ouvert une issue de secours en plein atterrissage, a annoncé la compagnie sud-coréenne. Cette dernière a précisé que l’appareil s’est posé sans encombre mais que des passagers ont été hospitalisés.

L’incident s’est produit au moment où l’Airbus A321-200, à bord duquel se trouvaient près de 200 passagers, approchait de la piste de l’aéroport international de Daegu. L’appareil était à environ 200 m du sol quand un passager assis près de l’issue de secours « a ouvert la porte manuellement en actionnant le levier ». Interpellé par la police de Daegu pour interrogatoire, l’homme a expliqué qui ‘il était « dans un état de stress après avoir perdu récemment son emploi » et sentait qu’il « étouffait à l’intérieur de la cabine ».

Sur une courte vidéo de l’incident diffusée par l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, on peut voir le vent s’engouffrer dans la porte ouverte en plein vol, les appuis-tête en tissu et les cheveux des passagers partant dans tous les sens, tandis que certains poussent des cris. Une autre vidéo partagée sur les réseaux sociaux montre des passagers assis dans la rangée de l’issue de secours, à côté de la porte ouverte, secoués par des vents violents.

L’ouverture inopinée de cette porte a provoqué des difficultés respiratoires chez certains passagers, qui ont été transportés à l’hôpital après l’atterrissage, a précisé Asiana Airlines, ajoutant qu’aucun blessé grave ou dégât important n’est à déplorer. Yonhap a fait état de neuf personnes hospitalisées.

« C’était le chaos. Des gens près de la porte semblaient s’évanouir un par un et le personnel de bord sollicitait les médecins à bord en passant des annonces, pendant que d’autres couraient dans l’allée en panique », a raconté un passager de 44 ans, toujours à l’agence Yonhap. « Je croyais que l’avion allait exploser. Je pensais que j’allais mourir comme ça ».

Lire Plus

Les + Lus

Something went wrong: cURL error 28: Connection timed out after 5001 milliseconds