Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Laurent Wauquiez va poursuivre Gaël Perdriau en justice après la publication de l’enquête de Mediapart

Article

le

laurent-wauquiez-va-poursuivre-gael-perdriau-en-justice-apres-la-publication-de-l’enquete-de-mediapart

Le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, va porter plainte contre Gaël Perdriau, après la publication mercredi d’une enquête de Mediapart selon laquelle le maire de Saint-Etienne (ex-LR) a propagé une rumeur de pédocriminalité le concernant.

Déjà englué dans une affaire de chantage présumé à la vidéo intime, l’édile stéphanois avait initialement obtenu le 18 novembre par une décision de justice inédite l’interdiction de publication de cette enquête du média en ligne.

L’effet boomerang est venu mercredi d’une nouvelle décision du tribunal judiciaire de Paris autorisant finalement Mediapart à publier son article faisant état de rumeurs de pédocriminalité lancées par M. Perdriau à l’encontre de M. Wauquiez.

Le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes a peu après cette mise en ligne annoncé son intention de porter plainte pour diffamation contre Gaël Perdriau.

« J’appelle les élus de la majorité de Saint-Étienne à se désolidariser de Gaël Perdriau en demandant sa démission. Il salit l’honneur de St-Étienne, la grandeur du mandat de maire et la politique en général », a tweeté pour sa part Bruno Retailleau, chef de file des Républicains au Sénat et candidat à la présidence du parti.

A l’audience, vendredi dernier, le directeur du média d’investigation, Edwy Plenel, était venu demander au tribunal de révoquer l’ordonnance lui interdisant de publier l’enquête, pour « mettre fin au plus vite à une attaque sans précédent contre la liberté de la presse ».

Cette décision, prise sans que Mediapart n’ait pu se défendre, avait été rendue à la demande du maire de Saint-Etienne, qui avait invoqué une atteinte à la vie privée.

L’affaire avait été mise en délibéré, à la déception du média, soutenu à l’audience par Reporters sans frontières, la Fédération internationale des journalistes, des syndicats de la profession, la Ligue des droits de l’homme et les associations de la presse judiciaire et des avocats praticiens du droit de la presse.

« Intérêt public »

Or, l’enquête de Mediapart présente un « intérêt public majeur », avait fait valoir Edwy Plenel, relatant comment un maire utilise « le poison de la calomnie » comme « arme politique pour discréditer » un opposant, Laurent Wauquiez.

Surtout, « il n’appartient pas au tribunal de contrôler préalablement une information qui n’a pas été publiée », avait insisté l’avocat de Mediapart, Emmanuel Tordjman.

« C’est la gravité de votre décision », avait-il lancé à la magistrate Violette Baty, lui demandant la rétractation de l’ordonnance rendue par ses soins.

Cette dernière est revenue sur sa première décision, considérant qu’il y avait eu « rétention d’éléments d’informations » sur « l’état exact » des discussions entre Mediapart et M. Perdriau et sans possibilité de contradictoire de la part du média qui n’avait pas été informé de la procédure.

Au travers de cette affaire, la liberté de la presse est en jeu, estimait dans un texte de soutien à Mediapart une trentaine de sociétés de journalistes, dénonçant plus largement la multiplication des « procédures bâillons » en France et des récentes poursuites engagées par le groupe Altice (SFR, BFMTV) contre le site d’information Reflets.info, vues comme « un détournement » du droit de la presse.

Sanctionner les attaques

Hasard du calendrier, l’audience d’appel sur cette dernière affaire était prévue mercredi après-midi à Versailles. La décision sera finalement rendue le 19 janvier.

Attaqué devant le tribunal de commerce pour avoir publié des articles fondés sur des documents volés par des pirates informatiques, le site Reflets s’est vu interdire d’en faire paraître de nouveaux.

Cette « censure préalable » pose « problème pour tous les journalistes d’investigation, la plupart des documents qu’ils utilisent n’ayant pas été publiés ou communiqués par leur propriétaires initiaux puisque cela leur pose un souci d’image », explique Antoine Champagne, le rédacteur en chef de Reflets.

Altice n’a pas souhaité faire de commentaire.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Article

le

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique a ouvert, mardi 9 avril, la concertation avec les collectivités, les hôpitaux et les syndicats pour réformer la fonction.

C’est une petite phrase qui suscite l’ire des syndicats. Stanislas Guerini a lancé, ce mardi 9 avril à Paris, la concertation autour de la réforme de la fonction publique, qui doit être présentée en conseil des ministres, cet automne. Ce projet de loi vise notamment à accentuer la rémunération des fonctionnaires au mérite et faciliter les mutations dans les trois branches de la fonction (État, collectivité, hôpitaux).

« Je veux qu’on lève le tabou du licenciement dans la fonction publique », a confié le ministre de la Transformation et de la Fonction publique, pointant du doigt une « culture de l’évitement sur ces sujets-là ».

« C’est un dévoiement du statut de la fonction publique que de considérer que, au nom de la garantie de l’emploi, on ne puisse pas se séparer d’un agent qui ne ferait pas son boulot. La justice, c’est de récompenser les agents qui sont engagés et de sanctionner ceux qui ne font pas suffisamment leur travail », a-t-il ajouté.

Selon les chiffres du ministère, rapportés par Le Parisien, treize licenciements pour insuffisance professionnelle ont eu lieu en 2023 dans la fonction publique, pour 2,5 millions d’agents.

Dans un document présenté ce mardi aux syndicats et aux employeurs, le gouvernement a détaillé une série de mesures qu’il envisage de glisser dans son projet de loi : maintien systématique de la rémunération en cas de mutation, octroi facilité d’un « emploi pérenne » aux apprentis, élargissement de la palette de sanctions face à une « insuffisance professionnelle »…

« Le statut de la fonction publique, ce n’est pas le statu quo, ce n’est pas l’égalitarisme. Il faut le faire évoluer, le moderniser. On a des agents pleinement dans le XXI siècle, mais un système qui est parfois resté bloqué dans les années 1980 », appuie le ministre.

Les huit syndicats ont dénoncé, lundi 8 avril, dans un communiqué commun une réforme « dogmatique » et qui ne répondrait « à aucune des préoccupations des agents publics ». L’Unsa-FP juge notamment que les priorités pour les agents sont « celles de leur pouvoir d’achat et de leurs conditions de travail ». « Plutôt qu’un projet de loi, c’est un engagement budgétaire qui est nécessaire », soutient-il.

La concertation doit se poursuivre jusqu’à l’été, avant une présentation du projet de loi à la rentrée. Deux autres réunions plénières avec les syndicats doivent se tenir le 14 mai et le 20 juin prochains.

Lire Plus

Les + Lus