Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Laïcité à l’école : Interdiction du port de l’abaya à l’école dès le 4 septembre

Article

le

Abaya : Le Conseil d'État maintient son interdiction à l'école, pour la deuxième fois

Le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, annonce que l’abaya ne sera plus autorisée à être portée à l’école à partir de la rentrée du 4 septembre, suscitant des réactions contrastées.

Le port de l’abaya à l’école en France sera désormais interdit à partir de la rentrée du 4 septembre, a annoncé dimanche le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal. Cette décision, l’une des mesures phares prises au nom de la laïcité, vise à mettre fin aux controverses entourant cette longue robe traditionnelle portée par certaines élèves musulmanes.

« J’ai décidé qu’on ne pourrait plus porter d’abaya à l’école », a déclaré fermement Gabriel Attal lors d’une interview sur TF1 dimanche soir. Le ministre, qui avait dès son entrée en fonction cet été exprimé son intention d’être ferme sur les questions de laïcité, considère le port de l’abaya comme un geste religieux visant à tester les limites de la République dans le contexte de l’école.

« Vous rentrez dans une salle de classe, vous ne devez pas être capable d’identifier la religion des élèves en les regardant », a-t-il expliqué. La question de cette tenue vestimentaire traditionnelle est sensible et a fait l’objet de débats au sein de la société française. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) soutient que l’abaya n’est pas un signe religieux musulman, tandis que d’autres considèrent qu’elle peut être interprétée comme telle.

Selon la loi du 15 mars 2004 en France, le port de signes ou tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse est interdit dans les écoles publiques. Cependant, l’appréciation du caractère religieux de certaines tenues, dont l’abaya, peut être difficile.

Le ministre Attal a exprimé son intention de rencontrer les responsables d’établissements scolaires dès la semaine prochaine pour discuter de la mise en œuvre de cette interdiction et leur fournir des directives claires.

Les atteintes à la laïcité ont connu une augmentation significative, en particulier depuis l’assassinat du professeur Samuel Paty en 2020. Selon une note des services de l’État, ces atteintes ont augmenté de 120% entre les années scolaires 2021/2022 et 2022/2023. Les signes et tenues religieux représentent la majorité de ces atteintes, avec une augmentation de plus de 150% au cours de la dernière année scolaire.

La décision du ministre a été accueillie avec des réactions contrastées. Certains applaudissent la clarification des règles laïques, tandis que d’autres, notamment à gauche, critiquent l’interdiction jugée anticonstitutionnelle et accusent le gouvernement de prendre une position politique.

La décision de Gabriel Attal d’interdire l’abaya à l’école s’inscrit dans un contexte plus large de débats autour de la laïcité et des symboles religieux dans l’éducation en France.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

France

Covid-19 : « La vaccination, c’est le progrès », insiste le ministre de la Santé

Article

le

Covid-19 : "La vaccination, c'est le progrès", insiste le ministre de la Santé

Le ministre de la Santé encourage la vaccination précoce face à la résurgence épidémique.

Le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, a pris la parole ce mardi pour promouvoir la campagne de vaccination contre le Covid-19, qui a été avancée de deux semaines en raison de la reprise épidémique. Insistant sur la sécurité et l’efficacité du vaccin, il a rappelé que la France disposait désormais de « trois ans de recul » et qu’il n’y avait pas d’effets secondaires graves connus liés à la vaccination.

Initialement prévue pour débuter le 17 octobre, la campagne de vaccination destinée aux populations à risque a été anticipée face à la « reprise épidémique réelle » qui inquiète les autorités sanitaires. Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, a tenu à souligner l’importance de la vaccination dans la lutte contre le Covid-19, affirmant que le vaccin actuel était spécifiquement adapté à la souche prédominante.

« Je veux montrer que la vaccination, c’est le progrès », a déclaré le ministre, tout en appelant à une responsabilité collective envers les personnes vulnérables. Il a affirmé qu’il n’avait pas d’objectif chiffré en termes de taux de vaccination pour cette nouvelle campagne, mais qu’il cherchait à convaincre les plus sceptiques en présentant des preuves tangibles de la sécurité et de l’efficacité du vaccin.

Aurélien Rousseau a souligné que la France avait désormais le recul nécessaire pour évaluer les effets à long terme du vaccin, avec « trois ans de recul » depuis le début de la pandémie. Il a également rassuré le public en affirmant qu’il n’y avait pas d’effets secondaires graves connus liés à la vaccination, ajoutant que le vaccin actuel était plus efficace que celui de l’année précédente.

Le ministre de la Santé a exprimé l’espoir de voir une « dynamique » similaire à celle des campagnes de vaccination menées contre d’autres maladies telles que le papillomavirus, la bronchiolite, et la grippe. Il a conclu en encourageant activement la population à se faire vacciner pour contribuer à mettre fin à la pandémie et à protéger les personnes les plus vulnérables.

Lire Plus

Faits Divers

Disparition de Lina : une «opération coordonnée d’envergure» est en cours

Article

le

Disparition de Lina : une «opération coordonnée d’envergure» est en cours

Les enquêteurs intensifient leurs efforts suite à la mystérieuse disparition de l’adolescente de 15 ans.

La disparition inquiétante de Lina, 15 ans, mobilise fortement les forces de l’ordre. Dans le cadre de l’enquête en cours, une « opération coordonnée d’envergure » a été lancée, comme l’a révélé la procureure de Saverne, Aline Clérot, dans un communiqué ce vendredi 29 septembre.

L’opération, focalisée sur « plusieurs points de la zone potentielle de disparition de Lina » dans le Bas-Rhin, vise à vérifier des « informations utiles à l’enquête ». Elle est conjointement menée par la section de recherches de Strasbourg et le groupement de gendarmerie du Bas-Rhin. Soucieuse de l’intégrité de l’enquête, la procureure « en appelle à la retenue et à la civilité de chacun ».

Sur les lieux, un véhicule stationné dans le village de Bellefosse, proche du lieu supposé de la disparition de l’adolescente, a été minutieusement examiné. Curieusement, « cette zone n’avait pas fait l’objet d’un ratissage jusqu’à présent ». Des prélèvements d’ADN ont été effectués sur la voiture, mais les riverains interrogés n’ont pu fournir d’informations pertinentes sur les occupants de la maison devant laquelle elle était garée.

Rappelons que Lina a disparu samedi dernier en se dirigeant vers la gare de Saint-Blaise-la-Roche, un trajet qu’elle effectuait régulièrement. Entre 11h15 et 11h30, deux témoignages confirment l’avoir aperçue sur le chemin menant à la gare. Elle devait y prendre un train en direction de Strasbourg pour rejoindre son petit ami. Son téléphone, encore introuvable, a été localisé pour la dernière fois à 11h22.

Lors d’une conférence de presse mardi, la procureure avait affirmé qu' »aucune piste » n’était exclue. Malgré plusieurs recherches approfondies et le sondage de points d’eau, aucune trace probante n’a été trouvée.

Lina, entrée cette année en CAP aide à la personne près de Saint-Blaise-la-Roche, vit dans une famille recomposée suite à la séparation de ses parents. Elle est la fille unique d’une mère infirmière. La communauté locale, tout comme la famille de l’adolescente, attend anxieusement des nouvelles.

Lire Plus

France

Justice : Éric Zemmour condamné à 4 000 euros d’amende pour injure homophobe

Article

le

Justice : Éric Zemmour condamné à 4 000 euros d'amende pour injure homophobe

Le polémiste et homme politique reconnu coupable pour ses propos controversés sur CNews.

Éric Zemmour, le célèbre polémiste et actuel président du parti Reconquête !, a été condamné aujourd’hui à une amende de 4 000 euros pour avoir proféré des injures homophobes lors d’une apparition sur CNews en octobre 2019. Cette décision judiciaire survient alors que Zemmour envisageait une nouvelle candidature à la présidentielle française.

La condamnation fait suite à une plainte déposée par l’association Stop homophobie, suite aux commentaires controversés tenus par Zemmour lors de son passage dans l’émission « Face à l’info » animée par Christine Kelly, qui avait pour thème la « Procréation médicalement assistée : un progrès ? ». L’émission était diffusée au moment où l’Assemblée nationale débattait d’un projet de loi visant à élargir l’accès à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

Au cours de cet épisode, Éric Zemmour avait vivement critiqué ces avancées législatives en affirmant : « On a des caprices d’une petite minorité qui tient la main sur l’État et qui l’asservit à son profit et qui va d’abord désagréger la société, parce qu’on va avoir des enfants sans père et je viens de vous dire que c’est une catastrophe et, deuxièmement, qui va faire payer ses caprices par tous les autres Français. »

Cette déclaration avait suscité l’indignation au sein de la communauté LGBTQ+ ainsi que parmi de nombreux défenseurs des droits humains. L’association Stop homophobie avait donc engagé des poursuites judiciaires contre Éric Zemmour et le directeur de publication de CNews, Serge Nedjar.

Le tribunal a rendu son verdict aujourd’hui, condamnant Éric Zemmour à une amende de 4 000 euros pour injure homophobe, tandis que le directeur de publication Serge Nedjar a écopé d’une amende similaire, dont 2 000 euros avec sursis. L’avocat d’Éric Zemmour, Me Olivier Pardo, a immédiatement annoncé qu’ils feraient appel de cette décision.

L’affaire met en lumière les débats houleux et souvent polarisés qui entourent les questions relatives aux droits LGBTQ+ en France, et souligne l’importance du respect des principes de non-discrimination et de tolérance dans la société française contemporaine.

Lire Plus

Les + Lus