Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

La moitié des Européens complètement vaccinés, le Covid de retour à Wuhan

Article

le

la-moitie-des-europeens-completement-vaccines,-le-covid-de-retour-a-wuhan

La moitié de la population de l’UE est désormais complètement vaccinée contre le Covid-19, alors que les autorités chinoises ont décidé de dépister tous les habitants de la ville où la maladie était apparue, Wuhan, touchée par quelques nouveaux cas de coronavirus.

Au moment où le variant Delta, hautement contagieux, pousse un nombre croissant de pays à imposer de nouvelles restrictions, 223,8 millions de citoyens de l’Union européenne ont reçu deux doses de vaccin, une seule dose après avoir guéri ou un vaccin à dose unique, à partir de sources officielles mardi à 11H00 GMT.

Sur l’ensemble de la planète, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4.234.618 morts et contaminé près de 200 millions de personnes. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le bilan pourrait être deux à trois fois plus élevé.

La résurgence du virus, qui frappe des pays qui pensaient avoir surmonté le pire, est favorisée par des taux de vaccination en baisse et de nouvelles mutations plus dangereuses.

Variant Delta en Chine

La Chine, où l’épidémie était apparue fin 2019 dans la métropole de Wuhan (centre), pensait l’avoir pratiquement éradiquée, ne relevant plus aucune contamination locale depuis des mois.

Les habitants avaient renoué avec une vie normale et l’économie avait rebondi.

Le regain épidémique touche désormais des dizaines de villes chinoises. La souche Delta se répand à travers le pays après avoir contaminé des employés nettoyant des avions à l’aéroport de Nankin (est).

A Wuhan, première ville du monde à avoir été placée en quarantaine dès le 23 janvier 2020, et pour 76 jours, l’ensemble des 11 millions d’habitants vont être dépistés.

A travers la Chine, le régime communiste a ressorti un arsenal de mesures radicales similaires à celles de début 2020, avec le confinement de certaines villes, une limitation des déplacements et un dépistage généralisé.

En Australie, des militaires ont été déployés dans les rues de Sydney (sud-est), la plus grande ville du pays, entrée dans sa sixième semaine d’un confinement prévu jusqu’à la fin du mois. Les autorités s’efforcent de freiner la propagation du variant Delta. Plus de 3.600 cas ont été enregistrés dans l’agglomération depuis mi-juin.

Seulement environ 15% de la population australienne, qui compte 25 millions d’habitants, a reçu deux doses de vaccin et la stratégie des autorités consiste à confiner afin de limiter la propagation du virus.

Celui-ci continue de toucher des pays où les programmes de vaccination ont été relativement efficaces.

Aux États-Unis, frappés par une nouvelle vague liée au variant Delta, les hospitalisations atteignent des niveaux comparables à ceux de la vague de l’été dernier.

Lundi, le pays a atteint, avec un mois de retard, l’objectif fixé par le président Joe Biden de 70% d’adultes ayant reçu au moins une dose de vaccin le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine.

Impossible d’éradiquer le virus

Mais le ralentissement de la campagne de vaccination, en particulier dans les régions traditionnellement conservatrices du Sud et du Midwest, ainsi que parmi les populations les plus jeunes, paupérisées, et les minorités ethniques a empêché le pays d’atteindre cet objectif.

« Ces cas se concentrent dans des communautés dont les taux de vaccination sont plus faibles », a expliqué Jeff Zients, le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison Blanche. « Un cas sur trois au niveau national a été détecté en Floride et au Texas la semaine passée ».

Les Etats-Unis ont cependant observé un rebond du taux de vaccination ces dernières semaines, notamment dans ces régions les plus touchées par la vague récente de Covid-19.

Face au variant Delta, certains pays ont commencé à proposer une dose de rappel de vaccin. Selon des laboratoires, une dose supplémentaire assure une protection immunitaire renforcée, notamment au regard de la propagation du variant Delta.

L’Allemagne a annoncé lundi qu’elle allait proposer dès le 1er septembre l’administration d’une dose de rappel aux populations âgées et vulnérables, ainsi qu’aux personnes n’ayant pas reçu de vaccin à ARN messager.

Cette décision est « dans l’intérêt des soins de santé préventifs », a souligné le ministère de la Santé.

La Suède a elle aussi indiqué prévoir de proposer une dose de rappel de vaccin anti-Covid à « une grande partie de la population » en 2022, même si elle pourrait commencer par des populations vulnérables dès l’automne.

« Notre évaluation est qu’il n’est pas possible d’éradiquer le virus et que le travail de vaccination devrait donc être à long terme et centré sur la réduction des maladies graves et de la mortalité », a souligné l’épidémiologiste en chef suédois Anders Tegnell.

 

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus