Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

JO-2024: pour plus de médailles, le sport français mise sur des entraîneurs mieux payés ou étrangers

Article

le

jo-2024:-pour-plus-de-medailles,-le-sport-francais-mise-sur-des-entraineurs-mieux-payes-ou-etrangers

Le bilan décevant des JO de Tokyo pas encore digéré, le compte à rebours a démarré pour Paris 2024: le retour en France de certains entraineurs tricolores et le recrutement de pointures internationales a commencé, avec en toile de fond la question de leur rémunération.

Pour gagner plus de médailles que les 33 de Tokyo, et passer à l’objectif de 80 médailles plus ou moins affiché, il va falloir faire fort, de l’avis de tous les observateurs.

Entrer dans le Top 5 mondial comme l’a dit Emmanuel Macron en recevant les médaillés de Tokyo à l’Elysée début septembre ? « C’est moi qui ai lancé l’idée », expliquait après la cérémonie Claude Onesta, ancien fabriquant de médailles olympiques du hand français, et actuel boss du haut niveau à l’Agence nationale du sport (ANS).

Celle-ci présente mardi ses orientations pour 2024, mais la marche est haute.

Parmi les pistes: s’entourer des meilleurs coachs. En réalité, le débauchage d’entraîneurs étrangers et le retour de certains entraîneurs français a déjà commencé.

Ainsi avant l’été, la fédération française de natation a recruté Jacco Verhaeren, l’ancien entraîneur néerlandais de l’équipe d’Australie.

« Un premier investissement de 200.000 euros, participant à la masse salariale de Jacco Verhaeren, aux coûts de fonctionnement ainsi qu’à la valorisation des entraîneurs des structures d’excellence, a été convenu entre l’ANS et le président de la fédération », avait alors fait savoir Claude Onesta cité par le site de la fédération.

Légende brésilienne

Le volley, qui a brillé en or à Tokyo avec Laurent Tillie à sa tête, a quant à lui engagé la légende brésilienne Bernardinho. La fédération française de gym vient de se payer les services d’un entraîneur ukrainien, Vitaly Marinich, qui a longtemps oeuvré aux USA.

Dernière arrivée en date annoncée en fanfare par l’aviron français: l’Allemand Jürgen Grobler, longtemps entraîneur à succès de l’aviron britannique.

Parallèlement à ces pointures internationales, des entraîneurs français reprennent du service en France, comme Hugues Obry, parti entraîner les épéistes chinois.

« Faire revenir les entraîneurs de l’étranger, cela peut être une bonne solution, que cela soit la solution à tous nos problèmes, je n’en suis pas convaincu », observe Ludovic Royé, président de l’Association des directeurs techniques nationaux (DTN).

Certains sont partis pour l’argent ou pour des parcours différents.

En 2016, Siegfried Mazet, l’entraîneur du biathlète Martin Fourcade, a rejoint la Norvège et n’avait pas caché aussi ses motivations financières. Car là où le salaire net moyen oscille entre 2.000 et 2.500 euros en France, en début et milieu de carrière, il est multiplié par quatre ou cinq à l’étranger.

Si la rallonge touchée dans le cadre des contrats de préparation olympique est un petit plus, elle ne permet toutefois pas de s’aligner.

« La question de la valorisation à l’instant T et sur le moyen/long terme de la carrière est l’une des faiblesses du système français », résume M. Royé, pointant un problème « d’attractivité » de tous les postes à responsabilité, « symptôme inquiétant ».

« Meilleure reconnaissance »

« Souvent, quand les gens partent c’est parce qu’en interne ils n’ont pas réussi à trouver le déroulement de carrière qu’ils voulaient. Une fois partis, ils ne peuvent plus revenir, car la valorisation française est insuffisante », décrypte-t-il.

D’où la nécessité d’une « meilleure reconnaissance de l’encadrement », y compris financière, prônée par Claude Onesta.

Entraîneur de la fédération française de gym, basé au pôle d’Antibes, Rodolphe Bouché a déjà été approché plusieurs fois pour s’expatrier. Pour aller en Inde, on lui a proposé quatre fois son salaire. Mais, il n’a pas l’âme d’un « mercenaire » et trouve que son statut de CTS (conseiller technique et sportif) lui garantit une stabilité.

Quand on part à l’étranger, « c’est un système beaucoup plus précaire, du jour au lendemain cela peut s’arrêter et vous rentrez chez vous », explique-t-il. D’autres, comme Cécile et Laurent Landi, les entraîneurs français de la gymnaste américaine Simone Biles, et d’autres championnes olympiques américaines, ont tenté un autre parcours aux Etats-Unis.

Petit signe encourageant: « Avant Tokyo, quand j’ai vu qu’il y aurait aussi des primes pour les entraîneurs (quand les sportifs remportent une médaille, ndlr), je me suis dit +ça y est, ça bouge+ », a noté Rodolphe Bouché.

Sports

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Article

le

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Malgré sa défaite à Barcelone, Nadal reste concentré sur son objectif ultime : briller une dernière fois à Roland-Garros.

À quelques semaines de Roland-Garros, Rafael Nadal se prépare pour ce qui pourrait être son dernier tournoi majeur. Malgré sa défaite face à Alex De Minaur à Barcelone, Nadal estime avoir fait un pas en avant dans sa préparation pour le tournoi parisien.

Pour Nadal, Barcelone n’était pas l’endroit pour tout donner. Il réserve son énergie et sa détermination pour Roland-Garros, où il a établi un héritage légendaire. Il décrit son passage à Barcelone comme des « adieux », soulignant l’importance émotionnelle de ce tournoi où il a triomphé à douze reprises.

De retour sur le court après plus de trois mois d’absence, Nadal se concentre sur ses sensations et sa forme physique en vue de Roland-Garros. Il admet qu’il lui est difficile d’être compétitif sur de longs matchs pour l’instant, mais reste optimiste quant à sa progression.

Nadal reconnaît qu’il a encore du chemin à parcourir pour retrouver son meilleur niveau, mais il se sent plus fort après chaque séance d’entraînement. Son objectif est de se sentir plus à l’aise et mieux préparé pour affronter les défis à venir, notamment à Madrid la semaine prochaine.

À bientôt 38 ans, Nadal se prépare à affronter ce qui pourrait être sa dernière campagne à Roland-Garros. Malgré les défis physiques, il reste déterminé à briller sur la terre battue parisienne et à laisser une dernière empreinte indélébile dans l’histoire du tennis.

Lire Plus

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Les + Lus