Nous rejoindre sur les réseaux

Société

« J’ai besoin de tout »: les étudiants toujours plus nombreux aux distributions alimentaires

Article

le

« j’ai-besoin-de-tout »:-les-etudiants-toujours-plus-nombreux-aux-distributions-alimentaires

La file d’attente s’étend sur plusieurs dizaines de mètres: à Strasbourg, les distributions de denrées alimentaires aux étudiants rencontrent une demande croissante, symptôme visible d’une précarité matérielle et morale qui « explose » avec le confinement.

Sous les paniers de basket du gymnase Louvois, a proximité immédiate du campus universitaire, les bénévoles du Secours populaire ont installé de grandes tables pliantes. Les premières proposent des conserves, du riz ou du lait; puis viennent les produits d’hygiènes, le papier toilette et le dentifrice, avant les produits frais, légumes, oeufs, et même des steaks hachés.

Dans les allées tracées avec du ruban de chantier, les bénéficiaires, venus avec des sacs et cabas vides, attendent patiemment de pouvoir accéder à la distribution. Seules obligations, présenter leur carte d’étudiant et s’acquitter d’une « participation solidaire » de deux euros.

En master 2 à la faculté de Physique et Ingénierie, Lisa, 22 ans, préfère ne pas donner son nom de famille. Elle qui avait toujours travaillé dans la restauration ou l’hôtellerie pour financer ses études vient pour la deuxième fois en deux semaines récupérer quelques provisions.

Majorité de non-boursiers

« J’ai perdu mon emploi, et c’est vraiment ce qui a joué. Heureusement qu’il y a ces aides, sinon je ne mangerais pas tous les jours à ma faim. J’ai un peu d’aide de mes parents, mais eux aussi ont un budget serré, je ne peux pas leur demander d’argent en plus », explique la jeune femme, toute de noir vêtue.

« Là je vais manger les produits frais en premier, et garder ceux qui se conservent bien pour plus tard: aux vacances de Noël, il risque de ne plus y avoir de distribution », s’inquiète-t-elle.

Comme Lisa, « la grande majorité des étudiants qui viennent ici ne sont pas boursiers », souligne Camille Vega, secrétaire général du Secours populaire dans le Bas-Rhin. « On s’attendait à ce qu’il y ait du monde, mais on est toujours surpris de voir qu’on est face à des jeunes qui galèrent pour se nourrir, se loger, se vêtir: c’est vraiment les besoins basiques ».

Les Crous, regrette-t-il, continuent d’exiger les loyers des étudiants accueillis dans les résidences universitaires.

Au Secours populaire, le nombre de personnes accompagnées localement a bondi de 40% dans le contexte de l’épidémie. Les deux distributions organisées les semaines précédentes, grâce à d' »importantes » subventions publiques, ont permis d’aider 238 étudiants. « Mais on est dans la gestion de l’urgence. Pour le reste, nous n’avons pas de visibilité », pointe Camille Vega.

« Allocation étudiante universelle »

A l’autre bout de la salle, Boubacar Coulibali finit de remplir son colis : en plus des denrées alimentaires, il a reçu une écharpe et une paire de gants. « Je suis très sensible au froid », confie cet étudiant malien, arrivé en octobre pour suivre une licence d’administration économique et sociale.

« Une aide comme ça, ça soulage énormément mon budget », souligne le jeune homme de 20 ans confronté à quelques problèmes d’argent après avoir rencontré des difficultés pour se loger à un prix abordable. Il a bien démarché des entreprises pour trouver un job, mais n’a « pas eu de retour ».

Davantage encore que l’aspect matériel, c’est l’isolement social qui lui pèse le plus, avec la fin des cours en présentiel et le confinement. « Ca m’a énormément affecté. Je suis arrivé, je ne connaissais personne, et je n’ai pas eu l’occasion de faire connaissance avec les gens ».

« Il y a une vraie détresse psychique », s’alarme Caroline Zorn, vice-présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, en charge de la vie étudiante. « On a essayé de renforcer les effectifs du Centre d’accueil médico-psychologique universitaire pour avoir une psychologue supplémentaire, mais ce n’est pas du luxe ».

Pour éviter de voir les distributions alimentaires se multiplier, elle milite en faveur de l’instauration d’une « allocation étudiante universelle ».

« Il y a 20 ans, 10% des étudiants travaillaient pour financer leurs études. Avant l’épidémie, on était à 50%, et ils se retrouvent sans revenus. On ne peut plus se contenter de leur distribuer des paquets de pâtes », observe-t-elle.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Nouvelle émission d’Hanouna: l’Arcom appelle Europe 1 à respecter le pluralisme

Article

le

Nouvelle émission d'Hanouna: l'Arcom appelle Europe 1 à respecter le pluralisme

L’Arcom a rappelé mercredi à Europe 1 ses obligations en matière de pluralisme et d’honnêteté vis-à-vis de l’actualité électorale, deux jours après le lancement d’une émission confiée à l’animateur controversé Cyril Hanouna.

L’animateur vedette de C8, Cyril Hanouna, a débuté lundi une nouvelle émission quotidienne sur Europe 1, intitulée « On marche sur la tête ». Cette émission, diffusée de 16h00 à 18h00, arrive en pleine période électorale, suscitant des réactions immédiates de l’Arcom, l’autorité de régulation de l’audiovisuel.

Dans un courrier révélé par une journaliste du Monde, l’Arcom a rappelé à la station ses obligations de traiter l’actualité électorale avec mesure et honnêteté. La radio est également tenue de garantir une pluralité de points de vue dans ses émissions de débats, conformément à une décision du Conseil d’Etat de février. L’autorité a demandé à Europe 1 de fournir rapidement des informations sur les mesures qu’elle compte mettre en œuvre pour respecter ces obligations.

Cette mise en garde survient après que plusieurs observateurs ont critiqué le manque de pluralisme dans la nouvelle émission de Cyril Hanouna, perçue comme favorable à l’extrême droite. Pour le premier numéro, les invités comprenaient des personnalités telles que le maire de Béziers Robert Ménard, l’ancien Premier ministre Manuel Valls, l’eurodéputé RN Matthieu Vallet et le président de Reconquête! Eric Zemmour.

L’Arcom a également été saisie concernant un incident lors de l’émission « Touche pas à mon poste » la semaine dernière, où Cyril Hanouna a tenté de jouer les entremetteurs politiques entre le président du RN, Jordan Bardella, et l’eurodéputée de Reconquête!, Sarah Knafo. Hanouna avait également déclaré, dans une précédente émission, qu’il quitterait la France en cas de victoire des insoumis, ce qu’il a ensuite qualifié de boutade.

Cyril Hanouna, âgé de 49 ans, est connu pour ses dérapages fréquents, ayant valu à C8 de nombreuses sanctions de l’Arcom, totalisant 7,5 millions d’euros. L’Arcom prévoit de renforcer son dispositif de contrôle du pluralisme avant la fin de l’été, mais les principes de la décision du Conseil d’Etat sont déjà en vigueur.

Cette situation met en lumière les défis permanents de l’audiovisuel français en matière de respect des obligations de pluralisme et d’équité, particulièrement en période électorale.

Lire Plus

Société

3677 : Un nouveau numéro de téléphone unique pour dénoncer la maltraitance animale

Article

le

3677 : un nouveau numéro de téléphone unique pour dénoncer la maltraitance animale

Ce service gratuit vise à améliorer la réactivité et la prise en charge des violences envers les animaux domestiques en France.

À partir du lundi 24 juin, un numéro de téléphone national unique, le 3677, est mis en place pour signaler les cas de maltraitance animale en France. Cette initiative, lancée par le Conseil national de la protection animale, vise à faciliter la dénonciation et la prise en charge des violences subies par les animaux.

Le lancement de ce service intervient dans un contexte préoccupant d’augmentation des maltraitances envers les animaux domestiques, avec une hausse de 30 % des cas enregistrés entre 2017 et 2022. Les chiens et les chats sont les principales victimes, représentant respectivement 46 % et 24 % des cas. Les auteurs de ces actes sont majoritairement des hommes âgés de 30 à 44 ans.

Le 3677 permettra de mieux répertorier et quantifier les cas de maltraitance, qu’il s’agisse de violences physiques, sexuelles ou de torture. En appelant ce numéro, les témoins seront orientés vers les interlocuteurs appropriés, qu’il s’agisse des forces de l’ordre, de vétérinaires ou d’autres services publics compétents. Chaque appel fera l’objet d’une fiche détaillée pour garantir un suivi optimal des signalements.

Accessible gratuitement depuis un poste fixe ou mobile, le 3677 sera opérationnel 7 jours sur 7, de 9 heures à 19 heures en semaine et de 10 heures à 17 heures le week-end. Ce numéro s’ajoute aux dispositifs existants, tels que le 17 pour les forces de l’ordre et les associations de protection animale comme la SPA.

Le Conseil national de la protection animale souligne que ce nouveau service ne remplace pas le travail essentiel des associations de terrain, mais vient en complément pour améliorer la prise en charge des animaux victimes de maltraitance. « Les associations de protection animale de terrain font ce travail remarquablement. Sans elles, le 3677 n’existerait pas ou n’aurait pas d’utilité », affirme le Conseil.

En mettant en place ce service, le Conseil national de la protection animale espère réduire les pertes de signalement et offrir une réponse rapide et adaptée aux cas de maltraitance animale, contribuant ainsi à une meilleure protection des animaux en France.

Lire Plus

France

Soldes d’été 2024 : les dates dévoilées

Article

le

Soldes d'été 2024 : les dates dévoilées

Après une période marquée par l’inflation, les dates des soldes d’été 2024 sont enfin dévoilées, offrant une occasion bienvenue de réaliser des économies.

Les amateurs de shopping peuvent dès à présent marquer leurs calendriers, car les dates des soldes d’été 2024 ont été annoncées pour toutes les régions de France. Cette période très attendue débutera le mercredi 26 juin à 8 heures du matin et se poursuivra pendant quatre semaines, offrant aux consommateurs de nombreuses occasions de dénicher des réductions significatives sur une large gamme de produits.

Toutefois, les résidents de Corse devront patienter un peu plus longtemps. Les soldes dans les départements de Haute-Corse et Corse-du-Sud commenceront le mercredi 10 juillet, une semaine après le lancement dans la France métropolitaine.

Les territoires d’Outre-mer suivront des calendriers variés, reflétant les spécificités régionales. À Saint-Pierre-et-Miquelon, les soldes se dérouleront du 17 juillet au 13 août. En Guadeloupe et en Martinique, les consommateurs pourront profiter des soldes du 28 septembre au 25 octobre et du 3 octobre au 30 octobre respectivement. Guyane et Mayotte, en revanche, suivront les mêmes dates que la métropole.

Les îles de Saint-Barthélemy et Saint-Martin débuteront leurs soldes le 12 octobre, qui se termineront le 8 novembre.

Un cas particulier est celui de la Réunion, où ce sont les soldes d’hiver qui captiveront les chasseurs de bonnes affaires du 7 septembre au 4 octobre, un changement dû aux saisons inversées dans l’hémisphère sud. La Nouvelle-Calédonie verra ses soldes d’hiver du 24 août au 22 septembre, et en Polynésie, ils débuteront le 25 septembre pour finir le 13 octobre.

Cette période des soldes est cruciale pour les commerçants qui comptent sur ces semaines pour augmenter leurs volumes de ventes grâce à des offres attractives, aussi bien dans les boutiques physiques qu’en ligne.

Lire Plus

Les + Lus