Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Avec le Covid-19, Marseille au bord de la crise humanitaire

Article

le

avec-le-covid-19,-marseille-au-bord-de-la-crise-humanitaire

Avec ses terrasses en sommeil, le cours Julien, haut-lieu de la vie festive marseillaise, n’est plus que l’ombre de lui-même. Noga y est le seul « restaurant » ouvert: chaque midi, il distribue 900 repas gratuits, deux fois plus qu’avant la crise sanitaire.

Dans l’une des villes les plus pauvres et les plus inégalitaires de France, certains comme le Secours Catholique n’hésitent plus à parler de crise humanitaire.

Depuis le deuxième confinement, mis en place fin octobre, Gérard Gros, président de la Banque alimentaire des Bouches-du-Rhône, constate « un très grand élargissement de la population dans le besoin ». Les chiffres sont colossaux: chaque semaine, l’association distribue près de 85 tonnes de nourriture, à Noga notamment.

Et comme un symbole, l’ONG Action contre la faim s’est implantée à Marseille en avril, pendant le premier confinement. « Action contre la faim, je les voyais à Haïti, pas à Marseille », commente Francis Vernède, de l’Uriopss, un réseau qui accompagne les associations de la solidarité et la santé dans la région.

« Nouveaux publics »

Assis sur un rebord du « cours Ju » avec un café et un repas qu’il vient de récupérer chez Noga, Youssef Madoui s’en sortait avant la pandémie en trouvant des chantiers à la journée au « black ».

« C’est très difficile de trouver un travail déclaré et depuis trois mois, je ne travaille plus du tout », confie aujourd’hui cet Algérien, en France depuis 20 ans.

Artiste de rue, Sten Augustin, lui, s’en tirait avec son spectacle de bulles de savon. Il récoltait 30 à 40 euros par jour au chapeau, l’été davantage. « Maintenant, je n’ai plus rien », raconte cet Allemand de 50 ans qui n’a plus les moyens de prendre son fils avec lui le samedi.

« On a de nouveaux publics, des travailleurs pauvres, saisonniers, intérimaires, ceux qui ont une très faible capacité d’épargne. Avant ils s’en sortaient toujours avec l’économie informelle: garde d’enfant, aider au marché, plonge », analyse Francis Vernède.

La fermeture des restaurants, décidée à Marseille plus tôt que dans le reste de la France, a amplifié le phénomène. Car dans cette ville portuaire et d’immigration, « il y a une très grosse solidarité, chaque commerçant va aider, donner quelque chose », témoigne Pascal Boulgarian, cuisinier au restaurant social Noga.

Avec les restaurants clos, c’est autant de boissons chaudes, de portions de frites et de repas distribués en moins.

« Course de fond »

La crise sanitaire a aussi paralysé des vies comme celles d’Isabelle ou Falrat.

A 62 ans, victime de violences, la sexagénaire, qui préfère taire son nom de famille, a quitté le domicile conjugal et espérait rebondir. Mais « avec le Covid, c’est compliqué de trouver du travail et de faire valoir ses droits », déplore-t-elle à la porte de Noga.

Dans son studio du quartier populaire de Noailles, à quelques encablures du Vieux-Port, Falrat, lui, est seul pour s’occuper de son fils handicapé. Sa femme est restée bloquée en Algérie.

« J’arrive pas, j’arrive plus », souffle-t-il en remuant son café: « S’il n’y avait pas le petit, je trouverais un travail, ouvrier agricole, n’importe quoi ».

Les associations font aussi remonter les difficultés majeures de nombreux retraités, d’étudiants ou même d’ex-détenus, comme D., contraint de dormir sur les marches du parc Longchamp après avoir été libéré brusquement pendant le premier confinement.

« C’est une course de fond », reconnaît Marie-Christine Gillot, directrice de Maavar Marseille, l’association d’hébergement et de réinsertion qui pilote Noga.

Les équipes sociales commencent à être fatiguées, sur les nerfs. Et beaucoup s’interrogent sur la méthode employée.

Une troisième vague ?

« L’assistanat alimentaire est remis en cause, il faut agir autrement. Pas forcément faire toujours plus, mais comprendre la pauvreté d’abord, comment elle se manifeste pour trouver la réponse », plaide Laurent Ciarabelli, du Secours catholique-Caritas.

Le collectif Alerte Paca, qui regroupe une vingtaine d’associations d’aide aux plus démunis dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, réclame un observatoire social pour objectiver la situation.

Les dernières données de l’Insee datent de 2017 et font état d’un taux de pauvreté de 26% à Marseille, grimpant jusqu’à 53% dans le quartier de la Belle de Mai, une des zones les plus défavorisées de France.

« Il faut identifier les besoins, les nouveaux précaires, ceux qui sont sur le fil. C’est comme si tout était redescendu d’un cran », analyse Axelle Cuny, coordinatrice terrain chez Action contre la faim à Marseille.

Tous les observateurs craignent une troisième vague de pauvreté dans les mois à venir.

Dans les quartiers pauvres du nord de la ville, le « McDo » de Saint-Barthélémy, au cœur d’une lutte sociale et judiciaire il y a quelques mois opposant ses salariés à leur patron, a été transformé par des collectifs citoyens en plateforme solidaire. Depuis peu, on y voit venir de quartiers huppés une mère célibataire ou un chef d’entreprise en faillite.

En fin de mois, certains attendent leur colis alimentaire dès l’aube.

Salim Grabsi, du syndicat des quartiers populaires de Marseille, s’inquiète et craint les violences qui pourraient naître de cette crise: « Jamais je n’aurais pensé qu’on en arriverait à cette situation en France. Par moments, on a l’impression d’être dans un pays sous-développé ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Des « mairies solidaires » fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Article

le

Des "mairies solidaires" fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Plusieurs maires ont annoncé la fermeture de leur mairie pour cette journée de grève, afin de permettre aux agents municipaux de participer à la mobilisation, mais aussi de protester eux-mêmes contre cette mesure.

Plusieurs mairies ont annoncé des actions pour le 31 janvier, journée d’appel à la grève générale contre la réforme des retraites, afin de permettre aux agents municipaux de se joindre à la mobilisation mais aussi de protester contre cette mesure.

Après l’appel lancé par Fabien Roussel de fermer les mairies le 31 janvier par « solidarité » envers les mobilisations prévues contre la réforme des retraites, Anne Hidalgo a annoncé fermer les portes de l’Hôtel de ville de Paris. Cette décision présentée comme symbolique revêt « un problème moral », voire « politique », a fait savoir le ministre du Travail Olivier Dussopt.

« J’ai un peu le sentiment que la maire de Paris confond les services municipaux avec une annexe du Parti socialiste », a ainsi dénoncé le ministre, ce vendredi matin. Le membre du gouvernement dénonce le fait que « l’engagement politique » de l’élue prive les Parisiens, parmi lesquels certains sont « favorables à la réforme » ou « n’y sont pas opposés ».

Cette initiative pose également pour Olivier Dussopt « une vraie question politique en termes de neutralité et de respect des convictions ». D’autres mairies ont annoncé interrompre leurs services le temps de la deuxième journée de mobilisation.

Lire Plus

France

Paris 2024 : l’Ukraine menace de boycotter les Jeux olympiques si des athlètes russes participent

Article

le

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a demandé à son homologue français Emmanuel Macron lors d’un entretien téléphonique de ne pas autoriser les athlètes russes à concourir lors des Jeux olympiques de Paris 2024. Patron du comité d’organisation, Tony Estanguet a ensuite rappelé que c’était le CIO qui devrait en décider.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ne font pas que discuter de l’éventuel envoi de chars de combat par la France à l’Ukraine, pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie. Les deux chefs d’Etat ont échangé au téléphone sur les prochains Jeux olympiques, qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. Pour Zelensky, les athlètes russes ne doivent pas être autorisés à participer à la compétition. « J’ai particulièrement insisté sur le fait que les athlètes russes ne doivent pas avoir leur place aux JO de Paris », a confié le président ukrainien après son entretien avec son homologue français.

Après l’envahissement de l’Ukraine depuis la Russie mais aussi la Biélorussie par les troupes de Vladimir Poutine, le 24 février 2022, soit trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d’hiver de Pékin, donc pendant la trêve olympique, le Comité international olympique (CIO) avait sanctionné Russes et Biélorusses, d’abord exclus des Jeux paralympiques de Pékin. Aucun de ces deux pays n’a depuis pu organiser d’événement sportif international officiel, et leurs sportifs concourent désormais sous bannière neutre.

Estanguet : « C’est le CIO qui décide »

Et alors que Volodymyr Zelensky avait réclamé à la mi-décembre que les athlètes russes soient placés dans un « isolement complet » de toutes compétitions internationales, Thomas Bach, le président du CIO, a lui manifesté sa volonté de maintenir des sanctions fermes vis-à-vis de la Russie et de la Biélorussie. « Ces sanctions contre les États et les gouvernements russes et bélarusses doivent rester et resteront fermement en place, déclarait le dirigeant allemand, ancien champion olympique de fleuret, dans son message de Nouvel An. En cette nouvelle année, les athlètes ukrainiens peuvent compter sur l’engagement total du CIO et de l’ensemble du mouvement olympique en faveur de cette solidarité. Nous voulons voir une équipe forte de l’Ukraine aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d’hiver de Milan Cortina 2026. »

Président du comité d’organisation des JO parisiens, Tony Estanguet a rappelé mercredi devant la presse que « c’est bien le CIO qui décide des délégations qui sont autorisées à participer aux Jeux olympiques », a d’abord déclaré le triple champion olympique de canoë. « Le comité d’organisation n’a pas à intervenir dans le choix des délégations qui doivent participer aux Jeux. Nous, on attendra les règles édictées. A date, le comité paralympique a décidé d’exclure les Russes et de refaire un point d’étape fin 2023. Le CIO a également mis un certain nombre de sanctions pour tous les dirigeants du sport russe, sur le drapeau, sur les délégations », a conclu le patron du COJO.

Lire Plus

France

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Article

le

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Son avocat a confirmé cette condamnation à la suite d’une enquête ouverte en 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans. Un comité directeur exceptionnel de la ligue s’est réuni « en urgence ».

Un juge du tribunal judiciaire de Paris a validé ce mercredi 25 janvier la condamnation de Bruno Martini, l’ancien gardien de but de l’équipe de France de handball, à une peine d’un an de prison avec sursis pour des faits de corruption de mineur qu’il a reconnus, a indiqué son avocat, Me Elie Dottelonde.

Lors d’une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, l’actuel président de la Ligue nationale de handball (LNH) a également reconnu des faits d’enregistrement d’images pédopornographiques, selon l’avocat.

Cette sanction comprend aussi 2 500 € d’amende et 5 ans d’interdiction d’exercer une activité impliquant un contact avec des mineurs, d’après le conseil.

« On essaie de le faire passer pour un monstre, mais le procureur, en proposant une CRPC, a montré qu’il estimait que M. Martini ne représentait pas un danger » ni qu’il serait « détraqué », a souligné Me Dottelonde, remarquant qu’aucune obligation de soins n’avait été prononcée.

Bruno Martini était également soupçonné de tentative d’atteinte sexuelle mais ces faits n’ont pas été retenus contre lui, a insisté Me Dottelonde.

Au vu des photos du mineur avec qui il a été en contact sur Snapchat, « il ne pouvait pas savoir que le mineur avait moins de quinze ans », a affirmé l’avocat.

La Ligue (LNH) a indiqué dans un communiqué « qu’une éventuelle condamnation conduirait de droit à une impossibilité d’exercice de la fonction » de président. La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra s’est dite « profondément choquée » en apprenant les faits et a « pleinement confiance » dans la LNH pour prendre les décisions appropriées.

Visé par une enquête depuis juin 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans, Bruno Martini, 52 ans, a été interpellé lundi à Paris et placé en garde à vue, avant d’être déféré en vue d’une CRPC mercredi.

Lire Plus

Les + Lus