Nous rejoindre sur les réseaux

France

Grève: métro très perturbé à Paris mais pas de cohue

Article

le

greve:-metro-tres-perturbe-a-paris-mais-pas-de-cohue

Peu de métros circulaient jeudi matin à Paris en raison d’une grève à l’appel de l’ensemble des syndicats de la RATP pour des hausses de salaire et une amélioration des conditions de travail, tandis que d’autres secteurs, invités à cesser le travail par la seule CGT, devraient connaître une mobilisation plus modeste.

Sur la ligne 6, opérationnelle seulement entre Nation et Place d’Italie, les rames circulant étaient peu remplies, beaucoup de salariés ayant visiblement opté pour le télétravail ou une journée de congé avant un week-end de trois jours en raison du 11 Novembre.

« Franchement ça a été », a lancé une femme en pressant le pas sur le quai en direction de la sortie. « C’est mieux que d’habitude! », se réjouissait une autre.

Seules les lignes entièrement automatisées 1 et 14 devaient rouler normalement, mais avec un « risque de saturation », selon la RATP. Cinq lignes sont entièrement fermées (2, 8, 10, 11 et 12), les autres ne roulant qu’aux heures de pointe, avec un service fortement dégradé.

La situation n’est pas meilleure sur le RER A où un train sur trois circule en moyenne. Sur le RER B, la fréquence est de un train sur deux.

A la SNCF en revanche, le mouvement soutenu par la seule CGT-Cheminots s’annonce bien moins suivi, avec un trafic normal sur les TGV et légèrement perturbé sur les Intercités.

Sur les lignes TER, neuf trains sur dix circulent en moyenne et, en Ile-de-France, quelques perturbations sont à prévoir sur certaines lignes du Transilien.

Les retraites en toile de fond

L’ensemble des syndicats (CGT, FO, Unsa, Solidaires) de la RATP ont appelé de longue date à la mobilisation pour demander des hausses de salaire et une amélioration des conditions de travail.

La RATP, comme les autres entreprises du secteur des transports, souffre d’un sous-effectif chronique à cause de difficultés de recrutement et subit une explosion de l’absentéisme, notamment sur son réseau de bus.

Les ressources humaines seront « le premier sujet sur la table » après sa prise de fonction à la tête de la RATP, a d’ailleurs insisté Jean Castex lors de son audition mardi devant le Sénat. L’ancien Premier ministre a promis l’ouverture de négociations sur les salaires « dès décembre 2022 ».

Les agents RATP ont bénéficié d’une hausse moyenne de 5,2% des rémunérations cette année, selon la direction.

Autre motif de mobilisation: la future réforme des retraites avec un report possible de l’âge légal de départ et la fin des régimes spéciaux, avance une source proche de la direction.

Il s’agit de « montrer que si on veut mobiliser, on sait mobiliser », a affirmé mercredi Frédéric Souillot, secrétaire général de FO, dressant un parallèle avec la journée du 13 septembre 2019 qui avait précédé la grande mobilisation contre la réforme des retraites de l’hiver 2019-2020.

Frédéric Souillot doit se rendre au côté des grévistes de la RATP dans la matinée. FO, deuxième syndicat de la régie, est majoritaire chez les conducteurs de métro.

Philippe Martinez à Nîmes

Il ne participera en revanche pas à la manifestation prévue en début d’après-midi à Paris,  qui s’inscrit dans le cadre d’une journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle à l’appel de la seule CGT décidée récemment.

FO, qui s’était associée à la journée de mobilisation du 18 octobre, au plus fort du mouvement dans les raffineries, pour protester contre les réquisitions, a choisi cette fois-ci de ne pas s’associer à la CGT, de même que FSU et Solidaires.

La précédente journée à l’appel de la seule CGT, le 27 octobre, en pleines vacances scolaires, avait peu mobilisé: la police avait recensé 14.000 manifestants en province et 1.360 à Paris. La CGT n’avait pas donné de chiffre.

Mercredi, Frédéric Souillot a fustigé la multiplication des journées de manifestation « saute-mouton », estimant que cette stratégie « non seulement c’est contre-productif, deuxièmement ça fait peu bouger les choses, troisièmement ça use les troupes ».

Les autorités parient sur 40 à 50.000 manifestants au niveau national, et « moins de 5.000 à Paris ».

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, ne sera pas à Paris, ayant fait le choix de défiler à Nîmes où il est en déplacement dans le cadre des élections professionnelles dans la fonction publique.

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Les + Lus