Nous rejoindre sur les réseaux

France

France: Vingt ans après, Toulouse commémore l’explosion meurtrière d’AZF

Article

le

vingt-ans-apres,-toulouse-commemore-l’explosion-meurtriere-d’azf

Un « parcours mémoriel » officiel inauguré mais des positions irréconciliables entre associations de victimes: 20 ans plus tard, Toulouse commémore mardi l’explosion meurtrière de l’usine AZF qui a traumatisé la Ville rose avec, une fois de plus, des hommages en ordre dispersé.

Elus territoriaux, représentants de l’Etat et certaines associations de victimes, dont les anciens salariés d’AZF, se réuniront vers 10H00 sur le site de l’ex-usine chimique entièrement détruite lors de la plus grande catastrophe industrielle française depuis 1945.

Comme tous les ans le 21 septembre, les sirènes retentiront à 10H17, heure de l’explosion, puis les noms des 31 personnes décédées seront égrenés avant le dépôt de gerbes et une minute de silence.

Le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc dévoilera ensuite un parcours mémoriel, autour d’un mémorial déjà existant qui est l’oeuvre de l’artiste Gilles Conan.

Il sera composé de neuf panneaux retraçant l’histoire de l’usine, son passé industriel, la catastrophe elle-même, puis l’après-catastrophe avec les procès et le renouveau du site, explique la mairie.

Une volonté affichée de raviver ce lieu de mémoire peu connu des Toulousains et dont l’accès depuis la route était jusqu’alors mal signalé.

Un peu plus tôt, vers 09H30, une autre commémoration se tiendra à deux kilomètres de là, au rond-point dit du 21-septembre, à laquelle participent notamment l’association des Sinistrés du 21 septembre et l’association « Plus jamais ça ».

Celles-ci boycottent la cérémonie officielle, n’étant pas satisfaites du résultat final du parcours mémoriel.

Elles refusent aussi catégoriquement de figurer aux côtés des représentants de Total qu’elles ont toujours tenu pour responsable, et des anciens salariés de l’usine.

« Ne pas oublier »

Car 20 ans plus tard et malgré la condamnation définitive de l’ex-directeur du site et de l’entreprise, l’association Mémoire et Solidarité d’anciens salariés d’AZF rejette la thèse retenue par la justice selon laquelle le mélange malencontreux de produits chimiques, dû à des « négligences » ou des « manquements aux obligations de prudence », a provoqué la déflagration.

Le 21 septembre 2001, plus de 300 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans un hangar du complexe chimique d’AZF, à cinq km du centre-ville, explosent.

Une onde sismique de 3,4 sur l’échelle de Richter sera enregistrée, relayée par une onde sonore qui porte le bruit de la détonation jusqu’à 80 km de la ville, elle-même accompagnée d’un effet de souffle destructeur et meurtrier.

Dans chaque quartier de Toulouse, on croit à une explosion près de chez soi, dix jours après les attaques du 11 septembre aux Etats-Unis.

En plus des 31 morts, la catastrophe fait des milliers de blessés. Et des dizaines de milliers de dossiers d’indemnisation seront ouverts, pour dommages corporels ou matériels.

La bataille judiciaire, qui a duré 18 ans, entraîne la condamnation en 2017 de l’ex-directeur du site Serge Biechlin à 15 mois d’emprisonnement avec sursis et 45.000 euros d’amende.

La cour inflige à la société propriétaire de l’usine et filiale de Total, Grande Paroisse, 225.000 euros d’amende.

Les deux sont reconnus coupables de « fautes caractérisées » commises par « maladresse », « négligence » ou encore « manquement aux obligations de prudence ». Leurs pourvois en cassation sont rejetés le 17 décembre 2019.

Aujourd’hui, l’usine chimique a disparu, faisant place à un centre de recherche sur le cancer et à une centrale photovoltaïque, mais l’épicentre de l’explosion, l’ancien « cratère », reste un terrain vague non dépollué.

Et à l’occasion du 20e anniversaire de l’explosion, plusieurs ouvrages – historique, biographique ou photographique – et documentaires ont vu le jour, avec souvent comme objectif déclaré: éviter que ce douloureux chapitre de l’histoire de la Ville rose ne tombe progressivement dans l’oubli.

France

Salon de l’agriculture : l’arrivée d’Emmanuel Macron perturbée par des manifestants

Article

le

Salon de l’agriculture : l'arrivée d’Emmanuel Macron perturbée par des manifestants

Huées et heurts lors de la visite présidentielle, nécessitant une intervention du service d’ordre.

Le Salon de l’agriculture à la porte de Versailles, habituellement un événement marqué par la convivialité, a été le théâtre de fortes tensions ce samedi matin avec l’arrivée d’Emmanuel Macron. Des huées, des sifflets et même des heurts ont éclaté lorsque le président est apparu pour rencontrer des représentants des syndicats agricoles.

Dès l’arrivée d’Emmanuel Macron vers 8 heures, des manifestants, munis de sifflets et certains forçant l’entrée, ont perturbé l’ordre habituel du salon. Malgré la présence d’un important dispositif de sécurité, des tensions ont éclaté, marquées par des affrontements entre les manifestants et le service d’ordre.

Le président, après une rencontre avec les syndicats agricoles, a tenté d’apaiser la situation, appelant au calme et à la compréhension. Cependant, certains manifestants, mécontents de ne pas pouvoir discuter directement avec lui, ont continué à exprimer leur mécontentement en scandant des slogans hostiles.

Des projectiles, tels que des œufs, de la terre et du foin, ont été lancés en direction des forces de l’ordre, entraînant des réactions musclées pour contenir la situation. Les gendarmes mobiles et les policiers ont dû faire face à des tentatives répétées de pousser le cordon de sécurité, provoquant des échauffourées sporadiques.

Malgré ces perturbations, Emmanuel Macron a maintenu sa présence et a réaffirmé son engagement en faveur de l’agriculture française. Il a promis une réunion avec l’ensemble des organisations syndicales et des filières agricoles dans les semaines à venir pour aborder les mesures d’urgence nécessaires.

Cette journée, qui aurait dû être dédiée à la célébration de l’agriculture française, a été assombrie par ces incidents, soulignant les tensions persistantes dans le secteur agricole et les préoccupations des agriculteurs face aux défis actuels.

Lire Plus

France

Gard : l’imam Mahjoub Mahjoubi expulsé de France vers la Tunisie

Article

le

Gard : l'imam Mahjoub Mahjoubi expulsé de France vers la Tunisie

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin l’a annoncé sur X. L’imam avait qualifié le «drapeau tricolore» de «satanique» dans un prêche diffusé sur les réseaux sociaux.

Mahjoub Mahjoubi, imam accusé d' »appels à la haine », a été expulsé jeudi soir vers la Tunisie, selon des sources proches du dossier. Son expulsion fait suite à des prêches où il aurait véhiculé une conception littérale, rétrograde, intolérante et violente de l’islam.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a confirmé l’expulsion de l’imam radical, soulignant que celle-ci a été réalisée moins de 12 heures après son interpellation à son domicile à Bagnols-sur-Cèze (Gard). Gérald Darmanin a également précisé que des instructions avaient été données pour prendre un arrêté ministériel d’expulsion contre cet individu aux propos inacceptables.

Dans l’arrêté ministériel d’expulsion, il est reproché à Mahjoub Mahjoubi d’avoir tenu des propos encourageant des comportements contraires aux valeurs de la République, tels que la discrimination à l’égard des femmes, le repli identitaire, les tensions avec la communauté juive et la radicalisation jihadiste, lors de ses prêches des 2, 9 et 16 février.

L’avocat de l’imam a déclaré qu’il contesterait cette procédure en engageant une procédure de référé expulsion devant le tribunal administratif de Paris, disposant de deux jours pour le faire.

Cette expulsion express est la première depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’immigration voulue par le ministre de l’Intérieur.

Lire Plus

France

Manouchian et ses frères d’armes étrangers entrent au Panthéon

Article

le

Manouchian et ses frères d'armes étrangers entrent au Panthéon

La France rend hommage aux héros oubliés de la résistance étrangère en accueillant Missak Manouchian et 23 de ses compagnons d’armes au Panthéon, 80 ans après leur exécution par les nazis. Cet acte solennel, présidé par Emmanuel Macron, témoigne de la reconnaissance tardive mais profonde envers ces combattants de l’ombre qui ont sacrifié leur vie pour la liberté et la justice.

Dans une déclaration publiée dans le quotidien L’Humanité, le président Macron souligne l’engagement sans faille de ces hommes venus de divers horizons pour défendre la France. « Juifs, Hongrois, Polonais, Arméniens, communistes, ils ont donné leur vie pour notre pays », déclare-t-il.

Cette cérémonie historique marque également la reconnaissance de toute la résistance communiste et étrangère, un geste salué comme un honneur et une réparation par Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français.

Pour le chef de l’État, cette panthéonisation est la quatrième sous son mandat, après celles de Maurice Genevoix, Simone Veil et Joséphine Baker, avec l’annonce récente de celle de Robert Badinter.

Cependant, cette décision a suscité la colère du Rassemblement National (RN) et de ses partisans, qualifiant les propos de Macron d' »indignes » et d' »utilisation politique de l’histoire nationale ».

La cérémonie, prévue pour durer une heure et demie, sera empreinte de moments émouvants et symboliques. Le chanteur Patrick Bruel lira la dernière lettre de Missak Manouchian à sa bien-aimée, tandis que le groupe de rock Feu ! Chatterton interprétera « L’Affiche rouge » de Léo Ferré, immortalisant le sacrifice des résistants.

Missak Manouchian, rescapé des massacres arméniens, a rejoint la résistance communiste en 1943, où il a joué un rôle crucial dans les rangs des Francs-tireurs partisans – Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), avant d’être exécuté avec ses compagnons en 1944.

Cette cérémonie, à laquelle 2000 personnes ont été conviées, dont des représentants du Parti Communiste et du gouvernement arménien, ainsi que 600 élèves, témoigne de l’importance de se souvenir et de rendre hommage aux sacrifices de ces héros de la liberté, dont le courage et la détermination resteront gravés dans l’histoire de la France.

Lire Plus

Les + Lus