Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Économie: A sept mois de la présidentielle, Bercy défend la « sincérité totale » de son budget pour 2022

Article

le

a-sept-mois-de-la-presidentielle,-bercy-defend-la-« sincerite-totale »-de-son-budget-pour-2022

Des dépenses en hausse mais justifiées par la nécessité d’investir pour l’avenir: le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est évertué mercredi à convaincre de la « sincérité totale » des choix budgétaires du gouvernement pour 2022, sous le feu des critiques de l’opposition à sept mois de l’élection présidentielle.

« Il y a bien une sincérité totale de la part du gouvernement sur ses choix budgétaires », a martelé Bruno Le Maire, en présentant à la presse le projet de loi de finances pour 2022.

Une réponse directe aux attaques de l’opposition qui dénonce une accumulation de nouvelles dépenses dans ce dernier budget du quinquennat d’Emmanuel Macron et aux reproches du Haut conseil des finances publiques (HCFP), instance indépendante chargée d’en évaluer la crédibilité.

Ce dernier a notamment regretté que le texte présenté par le gouvernement soit incomplet, se disant incapable de donner un avis « pleinement éclairé » sur la prévision de déficit du gouvernement (4,8% du PIB en 2022). C’est la première fois depuis 2016, et le dernier budget du quinquennat de François Hollande, que le HCFP est aussi sévère avec un projet de loi de finances.

Manquent en effet à l’appel des dépenses importantes comme le plan d’investissement, de l’ordre de 30 milliards d’euros sur plusieurs années, et le revenu d’engagement pour les jeunes, évalué par le ministère du Travail à 2 milliards d’euros par an.

L’exécutif prévoit de les dévoiler prochainement et de les intégrer au texte lors du débat parlementaire à venir. Non sans les avoir soumis au HCFP en amont, a confirmé Bruno Le Maire mercredi.

« Fuite en avant »

Ce n’est pas une surprise, le dernier budget d’un quinquennat n’est jamais le plus ambitieux sur la maîtrise des dépenses, et celui-ci ne fait pas exception, prévoyant un gonflement de 12 milliards d’euros (hors plan d’investissement et revenu d’engagement) de l’enveloppe allouée aux ministères.

Mais les annonces récentes de plans (Beauvau de la sécurité, soutien à Marseille) et coups de pouces en tous genres (MaPrimeRenov, transports publics, etc.) ont suscité la colère de l’opposition, tous bords confondus.

« Il ne faut pas que cette crise soit l’occasion pour la France d’augmenter durablement les dépenses publiques ordinaires. C’est un vrai sujet de préoccupation », a commenté mercredi Eric Woerth, le président LR de la commission des Finances à l’Assemblée nationale. Il avait fustigé ces derniers jours une « euphorie dépensière ».

Xavier Bertrand a lui dénoncé « une fuite en avant vers la dette », dans une tribune mercredi au quotidien Les Echos, quand Valérie Pécresse répète à l’envi qu’Emmanuel Macron « crame la caisse ».

A gauche, le député LFI Alexis Corbière a attaqué « un président en campagne avec des moyens publics ».

Ces dépenses sont pour la plupart déjà intégrées dans l’augmentation des dépenses ou financées par des « redéploiements » du plan de relance, a rétorqué mercredi Bruno Le Maire, raillant « le n’importe quoi budgétaire de nos opposants, qui ne cessent de multiplier les propositions toutes plus farfelues les unes que les autres, sans le moindre euro de financement ».

Budget d’investissement

Ce budget « nous permet de tenir les engagements du président de la République » pendant sa campagne de 2016-2017 et depuis, a aussi affirmé Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics.

Il s’agit essentiellement des augmentations de moyens alloués aux missions régaliennes – Intérieur, Justice, Armées – ainsi qu’à l’Education et à la recherche, a-t-il détaillé.

Les dépenses prévues pour 2022 illustrent le choix d’un budget « de relance et d’investissement », afin de soutenir la croissance économique en sortie de crise et au-delà, a encore affirmé M. Le Maire.

« La croissance est là, elle est puissante » et « c’est le moment d’investir, de préparer la France au succès économique des 15 à 20 prochaines années », a-t-il ajouté, évoquant la poursuite du plan de relance et le futur plan d’investissement.

Le ministère de l’Economie et des Finances promet aussi de consacrer à la réduction du déficit une partie des meilleures recettes attendues grâce à une croissance dynamique cette année (+6%, puis +4% en 2022 selon le gouvernement), et la quasi-totalité des huit milliards d’euros de crédits d’urgence non consommés cette année. A défaut de mesures d’économies, reportées à plus tard.

Le déficit devrait ainsi être ramené de 8,4% du PIB cette année à 4,8% l’an prochain, pour une dette qui atteindrait encore un niveau record de 114% du PIB en 2022, après 116% en 2021.

Économie

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l’UE pour déficit excessif

Article

le

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l'UE pour déficit excessif

La Commission européenne proposera aux États membres d’ouvrir des procédures disciplinaires contre sept pays, dont la France, la Belgique et l’Italie, qui ont un déficit excessif.

La Commission européenne se prépare à recommander l’ouverture de procédures disciplinaires contre sept États membres de l’Union européenne, y compris la France, pour avoir dépassé le seuil de déficit public autorisé. Cette mesure, qui concerne également la Belgique, l’Italie, la Hongrie, Malte, la Pologne, et la Slovaquie, devrait être formellement proposée aux autres membres de l’UE le 16 juillet, selon des sources européennes.

Ces pays ont enregistré en 2023 un déficit supérieur à 3 % du produit intérieur brut (PIB), limite imposée par le Pacte de stabilité et de croissance de l’UE. La règle européenne stipule que tout État membre dépassant ce seuil doit réduire son déficit d’au moins 0,5 point de pourcentage par an. En cas de non-conformité, les pays risquent théoriquement des sanctions financières correspondant à 0,1 % de leur PIB annuel. Pour la France, cela pourrait se traduire par une amende de 2,5 milliards d’euros, bien que de telles sanctions n’aient jamais été appliquées jusqu’à présent.

À Bercy, l’annonce de la Commission est accueillie avec sérénité. Le ministère de l’Économie affirme que cette démarche était anticipée et qu’elle ne devrait pas être interprétée comme un indicateur négatif de la santé économique de la France. « C’est une procédure tout à fait normale et prévisible. On s’y attendait et surtout cela ne veut pas dire que la situation économique française est mauvaise, au contraire, » a déclaré un porte-parole du ministère.

Le ministère souligne également que les perspectives économiques de la France sont vues de manière positive par la Commission européenne, qui devrait confirmer cette vision dans ses prochaines communications. Cependant, Bercy admet que « tout peut changer à partir du 7 juillet », en référence aux résultats des élections et leur impact potentiel sur la politique économique française.

Cette décision intervient dans un contexte où plusieurs pays européens luttent contre des déficits croissants exacerbés par les récentes crises économiques et sanitaires. La pandémie de COVID-19 et les tensions géopolitiques, notamment la guerre en Ukraine, ont mis à rude épreuve les finances publiques de nombreux États membres.

La Commission européenne, qui a temporairement assoupli les règles budgétaires pendant la pandémie, signale par cette initiative un retour à une discipline fiscale plus stricte dans l’espoir de stabiliser l’économie européenne et de préserver la confiance dans l’euro.

Les discussions au sein du Conseil européen sur les recommandations de la Commission seront cruciales pour déterminer la suite des événements, y compris la possibilité de négociations pour des plans de réduction de déficit sur mesure ou, le cas échéant, l’application de sanctions financières.

Lire Plus

Économie

Économie : La bourse de Paris en chute libre, la pire semaine depuis mars 2022

Article

le

Économie : La bourse de Paris en chute libre, la pire semaine depuis mars 2022

Les incertitudes politiques pèsent sur les marchés français, le CAC 40 efface tous ses gains de l’année.

La Bourse de Paris a terminé sa pire semaine depuis mars 2022, au moment de l’invasion russe en Ukraine, voyant s’évaporer tous ses gains cumulés depuis le 1er janvier. Le CAC 40, l’indice vedette, a clôturé en baisse de 2,66% vendredi, à 7.503,27 points, après avoir perdu jusqu’à plus de 3% au cours de la séance. Sur la semaine, l’indice a chuté de 6,23%, marquant ainsi sa plus forte baisse hebdomadaire depuis la semaine du 28 février au 4 mars 2022.

Depuis le début de l’année, le CAC 40 est désormais en repli de 0,53%, faisant de la Bourse de Paris la seule en Europe à afficher une performance négative. À titre de comparaison, les Bourses de Milan et de Francfort ont gagné plus de 7%, tandis que Londres a progressé de plus de 5%.

« La présentation du programme du Nouveau Front populaire vendredi a accentué la chute du marché d’actions et a mis sous tension le marché obligataire », a commenté Alexandre Baradez, responsable des analyses de marchés chez IG France. Selon lui, « le volet fiscal fait surtout réagir les actions et l’aspect budgétaire fait réagir le marché obligataire souverain ».

Le bloc de gauche, constitué plus rapidement que prévu, a surpris les marchés avec un programme comportant un volet fiscal important, incluant par exemple le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Les élections législatives des 30 juin et 7 juillet pourraient mener à l’entrée au gouvernement du Rassemblement National ou de l’alliance de gauche Nouveau Front populaire, des perspectives qui inquiètent les marchés.

Les programmes politiques de ces deux camps, entre baisse des taxes à l’extrême droite et abrogation de la réforme des retraites à gauche, soulèvent des craintes quant à une possible augmentation des déficits budgétaires français. « À un moment où le déficit est élevé et où le taux d’emprunt de l’État a déjà augmenté », a relevé Sylvain Bersinger, analyste d’Asterès.

Un autre facteur de baisse de l’indice est l’écart grandissant entre le taux d’intérêt des OAT (obligations assimilables du Trésor) françaises à dix ans, à 3,12%, et son équivalent allemand, à 2,35%. Cet écart, ou « spread », est un indicateur de la confiance des investisseurs dans la France. Selon Bloomberg, l’amplification de cet écart est la plus importante depuis 2011, au moment de la crise des dettes des États de la zone euro.

Sur le marché des changes, l’euro reculait de 0,36% par rapport au dollar, à 1,0698 dollar pour un euro, perdant 0,95% face au billet vert depuis lundi.

Le secteur automobile européen a également souffert, pénalisé par la volonté de la Commission européenne d’imposer jusqu’à 38% de droits de douane supplémentaires sur les importations de véhicules électriques chinois. Le titre de Renault a baissé de 3%, à 48,14 euros, perdant 6,01% sur la semaine. Stellantis a chuté de 4,39%, à 18,81 euros, avec une perte hebdomadaire de 6,83%.

Les marchés financiers français sont ainsi soumis à une forte pression en raison des incertitudes politiques et économiques, avec des conséquences potentiellement durables sur la confiance des investisseurs.

Lire Plus

Économie

Énergie : la facture de gaz augmentera de 11,7 % au 1er juillet

Article

le

Énergie : la facture de gaz augmentera de 11,7 % au 1er juillet

Selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), la facture annuelle du gaz passera de 1 060 à 1 184 euros dès le 1er juillet.

C’est une tendance qui va directement impacter le portefeuille des Français. Le prix du gaz va nettement augmenter dans l’Hexagone à partir du 1er juillet et s’établira à 129,20 euros par mégawattheure (MWh) TTC en moyenne pour les consommateurs. « Cela représente 13,50 euros de plus qu’en juin par MWh, soit une hausse de + 11,7 % », précise Emmanuelle Wargon, la présidente de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui fixe et actualise chaque mois le prix repère en fonction des cours du marché.

« Mais attention, cela fait suite à une série de baisses successives ces derniers mois et on ne revient pas à un niveau aussi élevé qu’en janvier », a tenu à souligner Emmanuelle Wargon. Comme l’explique l’ancienne ministre chargée du Logement, cette hausse des tarifs est la conséquence d’un rebond des cours et surtout d’une revalorisation du tarif des réseaux de distribution.

Selon le CRE, la facture annuelle moyenne d’un ménage français concernant le gaz devrait passer de 1 060 euros à 1 184 euros. Elle s’élevait à 1 227 euros au mois de janvier. Depuis plusieurs semaines, certains fournisseurs comme EDF et Engie ont informé leurs clients qu’ils allaient répercuter la hausse sur leurs factures. De son côté, TotalEnergies a affirmé qu’il la répercutera sur les offres indexées, mais pas sur celles à prix fixe.

Lire Plus

Les + Lus