Nous rejoindre sur les réseaux

France

Salon de l’Agriculture : Macron et les agriculteurs: de la défiance à la détente

Article

le

Agriculture biologique : le ministre annonce une nouvelle aide de 60 millions d'euros

Les relations entre Emmanuel Macron et les agriculteurs ont débuté sous le signe de la défiance avant de devenir franchement cordiales en fin de quinquennat, « un peu comme dans les comédies américaines » selon l’expression d’un politologue.

« Je tenais à être présent à vos côtés ». C’est un président de la République aux traits tirés, accaparé par la guerre russe en Ukraine, qui a inauguré samedi matin le Salon de l’agriculture. « Merci pour ce que vous faites », « bon courage », a-t-il reçu comme mots d’accueil, au milieu d’une assemblée composée de représentants professionnels.

Lors de cette visite express, avant l’ouverture du salon au public, il était accompagné par son ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

Les rapports entre la majorité présidentielle et le monde agricole représenté par la FNSEA se sont réchauffés en cinq ans, et tout particulièrement depuis l’arrivée de cet ingénieur agronome au ministère de la rue de Varenne en juillet 2020.

Il « a su leur parler, adopter les mots qu’ils souhaitaient entendre », remarque le sociologue François Purseigle.

Le chercheur voit dans Julien Denormandie « une carte maîtresse dans le jeu d’Emmanuel Macron » qui a « mis en place une stratégie de conquête par rapport à cet électorat qui n’était plus acquis à la droite ».

En 2017, « ce n’était pas très bien parti », retrace le politologue Eddy Fougier.

« Un peu comme dans les comédies américaines, ça commence mal et puis à la fin il y a le grand rapprochement », poursuit M. Fougier.

« Il y a eu une entrée dans le quinquennat avec des thèmes très anxiogènes pour les agriculteurs », dit Dominique Chargé, qui défend les intérêts des 2.200 coopératives agricoles françaises.

Il pense notamment à la volonté du chef de l’État en 2017 de sortir « au plus tard dans trois ans » du glyphosate, désherbant aussi controversé qu’efficace. La France a finalement juste restreint les usages de l’herbicide.

Les « leçons » du président

Le monde agricole majoritaire, qui goûte peu la présence au gouvernement de Nicolas Hulot, est aussi bousculé par un discours fleuve en 2017.

« Nous devons repenser collectivement une nouvelle France agricole », lance M. Macron devant les professionnels réunis sur le marché de gros de Rungis.

Il suggère d' »arrêter des productions, qu’il s’agisse de la volaille ou du porc, qui ne correspondent plus à nos goûts, à nos besoins ».

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert, éleveuse de porcs, explique avoir du mal à encaisser les « leçons » du président.

Les agriculteurs lui reprochent une forme de double discours alors qu’ils font face à la concurrence de produits issus de pays moins regardants en termes sanitaires et environnementaux et que les députés ratifient en 2019 le traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada (Ceta).

« Parler verdissement, recevoir (à l’Assemblée l’égérie de la lutte climatique) Greta Thunberg le jour où on signe le Ceta. On était dans l’incohérence politique majeure », estime le président de la Fédération nationale bovine, Bruno Dufayet.

Selon Eddy Fougier, « on commence à ne plus se regarder en chiens de faïence » courant 2019, quand l’exécutif reprend le terme d' »agribashing » qui sert aux agriculteurs aussi bien à dénoncer les intrusions de militants anti-viande dans les élevages que la remise en question des pesticides.

Le gouvernement décide même de créer une cellule spécifique au sein de la gendarmerie, nommée Demeter, dont les activités de prévention des « actions de nature idéologique » ont récemment été jugées illégales par la justice administrative. Les ministres de l’Intérieur et de l’Agriculture viennent de faire appel.

Les agriculteurs sont globalement reconnaissants envers l’exécutif d’avoir tenté d’améliorer leurs revenus via les lois Egalim et Egalim 2, réformé l’assurance récolte, et permis aux planteurs de betteraves à sucre de réutiliser des insecticides nocifs pour les abeilles afin de préserver la production.

Ou encore d’avoir défendu, surtout depuis la crise sanitaire, la « qualité du modèle français » et la nécessité de « reconquête » face aux importations.

La Confédération paysanne dresse à l’inverse un bilan « complètement négatif ».

« Le discours qu’Emmanuel Macron a fait à Rungis semblait poser les bases d’une remise en question du modèle agricole. Cinq ans après, on a l’impression d’avoir été roulés dans la farine », dit Nicolas Girod, porte-parole du syndicat opposé à l’agriculture intensive.

« On va continuer à utiliser des produits chimiques pour produire plus à moins cher et être concurrentiel par rapport à d’autres pays du monde », déplore l’éleveur du Jura.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

France

Météo : le retour du beau temps est annoncé, mais sera de courte durée

Article

le

Météo : le retour du beau temps est annoncé, mais sera de courte durée

Après une fin de printemps fraîche et pluvieuse, le beau temps et des températures estivales arrivent enfin en France, mais ce répit sera de courte durée.

Le beau temps arrive enfin en France ! Mais attention, il ne durera pas longtemps. Malgré le début officiel de l’été le vendredi 21 juin, les températures restent basses et la pluie persiste dans certaines régions, causant même des crues impressionnantes en Mayenne et dans le Maine-et-Loire.

Selon Météo France, la journée de samedi 22 juin sera agréable sur le pourtour méditerranéen, mais le reste du pays ne bénéficiera pas de cette amélioration. Des orages sont attendus dans le centre de la France dans l’après-midi. Ce n’est que dimanche 23 juin que les températures dépasseront enfin les 20°C sur tout le territoire, accompagné d’un grand soleil, à l’exception du sud-est.

Lundi 24 juin, le beau temps régnera sur tout l’Hexagone sans aucune pluie prévue. Les températures seront chaudes, atteignant jusqu’à 28°C à Montpellier. Les habitants du nord de la France pourront enfin ranger leurs vestes, avec des températures atteignant 26°C à Paris, Reims et Rouen, et 25°C à Lille, Metz et Strasbourg. La journée de mardi 25 juin sera la plus favorable de la semaine, avec de la chaleur et du soleil sur tout le territoire, hormis quelques pluies dans le sud-est.

Malheureusement, ce répit sera de courte durée. Dès mercredi, le temps maussade fera son retour, accompagné d’une baisse des températures. À La Rochelle, par exemple, le mercure n’atteindra même pas les 20°C, plafonnant à 19°C.

Ce changement rapide de conditions météorologiques rappelle l’instabilité de cette période de l’année, où les alternances entre beau temps et pluie sont fréquentes. Profitez donc du soleil pendant qu’il est là !

Lire Plus

France

Législatives 2024 : plus d’un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

Article

le

Législatives 2024 : plus d'un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

À quelques jours du premier tour des législatives anticipées, plus d’un million de procurations ont été enregistrées, dépassant ainsi le chiffre du premier tour des législatives de 2022.

Les électeurs se mobilisent en masse pour les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. Plus d’un million de procurations ont déjà été enregistrées, un chiffre supérieur à celui du premier tour des législatives de 2022, a annoncé le ministère de l’Intérieur vendredi 21 juin. Entre le 10 et le 20 juin, 1 055 067 procurations ont été comptabilisées, contre 1 021 350 pour la même période il y a deux ans.

Cette année, le second tour des législatives se déroulera le premier week-end des vacances scolaires, une différence notable par rapport à 2022, où le scrutin avait eu lieu en juin. Le ministère a souligné qu’il y a eu « 6,2 fois plus de procurations » enregistrées entre J-20 et J-10 avant le scrutin, comparé à la même période en 2022.

La dissolution inattendue de l’Assemblée nationale a provoqué la tenue de ces élections anticipées, ce qui contraste avec les élections de 2022, dont les dates étaient connues longtemps à l’avance, permettant aux électeurs de planifier leurs procurations sur une période plus longue.

Les législatives de 2022 s’étaient tenues les 12 et 19 juin, alors que cette année, le second tour coïncide avec le début des vacances scolaires, poussant probablement les électeurs à recourir davantage aux procurations pour s’assurer de pouvoir voter malgré les déplacements estivaux.

Cette augmentation du nombre de procurations témoigne d’une volonté forte des électeurs de participer au processus démocratique, malgré les contraintes et les circonstances exceptionnelles de cette année.

Lire Plus

Faits Divers

Affaire Jubillar : la cour d’appel de Toulouse statuera le 26 septembre sur le renvoi aux assises

Article

le

Affaire Jubillar : la cour d'appel de Toulouse statuera le 26 septembre sur le renvoi aux assises

La cour d’appel de Toulouse examinera en septembre le renvoi de Cédric Jubillar aux assises, accusé d’avoir tué son épouse Delphine en décembre 2020. Le parquet général insiste sur la gravité des éléments à charge malgré l’absence de corps, d’aveux et de témoins.

La cour d’appel de Toulouse a fixé au 26 septembre la décision concernant le renvoi aux assises de Cédric Jubillar, accusé du meurtre de son épouse Delphine en décembre 2020. Lors d’une audience à huis clos tenue jeudi, la chambre de l’instruction a examiné les résultats d’un supplément d’information ordonné en février ainsi que l’appel des avocats de Cédric Jubillar contre l’ordonnance de mise en accusation prise en novembre dernier.

Les nouvelles investigations n’ont pas altéré la ligne de l’accusation dans cette affaire sans corps, ni aveux, ni témoins, selon Philippe Pressecq, avocat d’une partie civile. Le parquet général a réitéré les éléments graves et concordants justifiant un renvoi devant la cour d’assises. « Tout cela mérite un débat public devant une cour d’assises pour qu’enfin une juridiction prenne une décision sur la culpabilité de Cédric Jubillar, » a-t-il ajouté.

Pour les enfants du couple Jubillar, représentés par Me Malika Chmani, l’avancée de la procédure est cruciale. « Il faut avancer, » a déclaré l’avocate, rappelant que cela fait trois ans et demi que les enfants ont perdu leur mère. Actuellement, ils sont pris en charge par leur tante maternelle et son conjoint. Un procès pourrait se tenir au premier semestre 2025, selon une source judiciaire.

Du côté de la défense, Me Jean-Baptiste Alary a dénoncé une instruction biaisée contre son client, qualifiant l’ordonnance de mise en accusation d’ « horreur judiciaire. » Les avocats ont également demandé une présentation plus claire des fadettes du téléphone de Delphine Jubillar, perçue comme une « nouvelle manœuvre » par Me Pressecq.

En parallèle, les avocats de Cédric Jubillar ont annoncé une nouvelle demande de remise en liberté pour leur client, en détention depuis juin 2021. « On ne pourra pas nous opposer la nécessité de l’instruction puisque celle-ci est terminée, » a souligné Me Martin.

Delphine Jubillar, infirmière et mère de deux enfants, a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, en plein couvre-feu lié à la pandémie de Covid-19, après avoir annoncé son intention de divorcer. Cette disparition avait suscité un grand émoi en France, quelques semaines après la condamnation de Jonathann Daval pour le meurtre de son épouse, qu’il avait nié en endossant le rôle du mari éploré.

Lire Plus

Les + Lus